LE

 

M Y S T È R E

 

DE LA

 

C R O I X,

 

AFFLIGEANTE ET CONSOLANTE, MORTIFIANTE ET VIVIFIANTE, HUMILIANTE ET TRIOMPHANTE,

 

DE

 

J É S U S - C H R I S T,

 

ET DE SES

 

M E M B R E S.

 

ÉCRIT AU MILIEU DE LA CROIX AU-DEDANS ET AU-DEHORS.

 

PAR UN

 

DISCIPLE DE LA CROIX DE JÉSUS.

 

ACHEVÉ LE 12 D’AOÛT, 1732.

 

ON Y A AJOUTÉ QUELQUES POÉSIES LATINES SUR DIVERS SUJETS, COMPOSÉES AUSSI DANS LA SOLITUDE DE SONNENSTEIN.

 

                                                                             Chara CrVX, MIhI DVX.

                                                                                    *       *       *       *

                                                                             Chère CROIX, gVIDe assVré,

                                                                             Menez aV port azVré !

 

 

WILLIAMS AND NOPGATE :

14 HENRIETTA STREET, COVENT GARDEN, LONDON ;

AND

20 SOUTH FREDERICK STREET, EDINBURGH.

1860

 

 

 

 

 

 

I N T R O D U C T I O N.

 

 

_____________

 

Dulcia non meruit qui non gustavit amara.

 

_____________

 

 

 

THE Editor of the present reprint of Le Mystère de la Croix, etc., has carefully compared it with a second edition published at Lausanne in 1786, apparently under the superintendence of Philippe Duthoit de Mambrini, a pastor of the Reformed Church, and author of La Philosophie Divine, etc., in which work (vol. i, p. 334) he refers to and eulogizes the testimony left on record by its anonymous author. It has also been largely quoted from in a remarkable publication of our day, A Suggestive Enquiry into the Hermetic  Mystery, 1850, 8vo.

At p. xiv 1 the Author states why he preferred to handle some matters oscurely, rather than plainly ; and at p. xv 2 why he wrote in French, though no longer habituated to its use, rather than in Latin or German. At p. 292 he alludes to his imprisonment and sufferings, and his unlooked-for release at the age of sixty-three, upon which he commenced with his young friend Theophilus, the subject of this book, having been well prepared to approach it, not only by his previous manner of life, but more so by the trials he had just passed through. At pp. 306-308 is an analysis of the whole work, chapter by chapter, by another hand, who subscribes himself “C. G. K.”

The Editor owes to the kindness of a clergyman permisson to use the only copy of the original edition of 1732, which, after much search, he was able to hear of ; and the following are all the particulars to be obtained of the Author. His ancestors were “French Protestants of the Desert”, – a name bestowed on certain assemblies of Christians in the southern parts of France 3. He, it appears, sought an asylum from persecution in the dominions of the Elector of Saxony. His retired and godly life did not, however, secure him against a false political accusation, because of which he was seized by night, imprisoned in Sonnenstein, and very rigorously treated until his release, after more than ten months’ detention.

Sonnenstein on the Elbe, situated on the rising ground adjoining Pirna, was originally a frontier fortress of Saxony against the Slavonians : also used as a place of confinement for politival offenders. See Conversations Lexicon, s. v.

To use the words of Augustine, “The holy, divinely-inspired Scriptures become deeper, the  more the Holy Ghost opens them in the hearts of the children of God 4, so that even present knowledge vanishes away” ; and Olsausen, in his commentary on the Epistle to  the Romans, says, “Everything is superficial to those who are on the surface, but to those who seek, ask, and knock, so that the stone is rolled away from the mouth of the well of the water of life, all things are discovered to be organically connected, and the key to this great mystery is the Passion and Cross of our Saviour and Lord Jesus Christ.”

Macarius ; Dionysius Aeropagita ; Synesius, bishop of Ptolemais ; the fathers of the Alexandrian school, Petrus Damianus, Hugo de S. Victor, delight with our reverent and deeply-taught Author to approach these heavenly, yet humbling and purifying themes. In every age and every land many have been the chosen witnesses to them. Ruysbroeck ; Tauler 5 ; the unknown author of Theologia Germanica 6, so highly commended by Martin Luther ; Madame Guyon, Michæl de Molinos, Tersteegen, J. G. Gichtel ; and in our country the celebrated William Law, not only in his own writings, but in his edition of the works of Jacob Behmen ; Louis Claude de Saint Martin in France ; Julius Hamberger, Molitor, J. F. Von Meyer, Franz Baader, and many others, might be enumerated as endeavouring in their own German tongue to instruct and serve their generation.

It is the hope of the Editor, that, in spite of the disavantage of a foreign language, this labour may be acceptable to many humble and devout Christians, his fellow-countrymen, who earnestly long after that kingdom which is righteousness, peace, and joy in the Holy Ghost. The varied learning and ability of the Author may obtain for him a hearing with minds of another character, who may thus in turn be led in those ways which are pleasantness and true peace. Whilst the Editor is well aware that no divine truth is rightly known but by that Light which is eternal, and which extinguishes by its brilliancy all lesser lights, he would conclude by referring his readers to the able and, happily, now well-known works of Upham 7.

With the superintendence through the prefs of the present reprint the Editor’s talk in ended. The One Catholic Truth which was “from the beginning”, and “in the beginning”, and “The Beginning” 8, has never ceased to embody itself, and take a fresh form, according to the wisdom of God, in each living vessel and witness, and all tongues join alike in the one new song, “Worthy is the Lamb that was slain to receive power, and riches, and wisdom, and strength, and honour, and glory, and blessing.” Rev. c. 5. v. 12.

May the Almighty God graciously accept the service thus sought to be rendered to His Church, and discover to many, even in these last days, the treasure so near to them, yet so hidden that the heavenly Teacher alone can point it out.

 

IN CRUCE SUB SPHÆRA,

VENIT SAPIENTA VERA.

 

 

London,

      July 1859.

 

 

 

 

 

 

AUCTOR AD LECTOREM.

 

______________

 

 

                                          A SE suscepto cum themate congruit Auctor :

                                                De Cruce scribentem sub Cruce stare decet.

                                          De Cruce cur scribat, si Lector forte requirit ?

                                                Cum Cruce vult scriptis alleviare Crucem.

                                          Alleviat Christus : minimas, dulcesque coronat,

                                                Nobiscum unito corde, ferendo Cruces.

                                          Hinc Domini suscepta manu Crux, corde lubenti

                                                Lata, suave jugum fertur, onus que leve.

 

                                                               *          *          *          *

 

                                                   « Qui Christum noscit, sat scit si cætera nescit :

                                                   Qui Christum nescit, nil scit si cætera noscit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

POUR ce qui me regarde, qu’à Dieu ne plaise, que je me glorifie en autre chose, sinon dans la croix de notre Seigneur JÉSUS-CHRIST, par lequel le monde m’est crucifié ; et moi au monde. Gal. c. 6, v. 14.

 

Celui qui veut venir après moi, qu’il renonce à soi, et porte sa croix, et me suive. Matt. c. 16, v. 24.

 

 

 

            Δόξα ἐν ὑψίστοις Θεῷ,

            Καὶ ἐπὶ γῆς ἐἰρήνη,

            Ἐν ἀνθρώποις εὐδοϗία.

 

                                              Luc, c. 2, v. 14.

 

 

 

 

 

 

LETTRE À THÉOPHILE.

_____________

 

 

I.

 

IL y a bien deux ans et demi, mon cher Théophile, que dans notre commerce de correspondance spirituelle, vous avez demandé mes sentiments sur le Mystère de la Croix, dans la vue de vous encourager à porter la vôtre, ou celles qui pourraient vous arriver dans la carrière de la vie de l’esprit, dans laquelle vous marchez ; étant bien persuadé comme vous l’êtes, que pour y faire quelques progrès et remporter quelques victoires sur tant d’ennemis qui nous assiègent, ou plutôt nous obsèdent au-dedans et nous environnent au-dehors, il faut être enrôlé sous l’étendard de la Croix, et avoir pour Capitaine et Conducteur de cette compagnie, JÉSUS, le grand Porte-Croix.

II. Dans ce temps-là, je n’étais point en état, comme je vous fis savoir, de vous donner la satisfaction que vous souhaitiez de moi ; et peut-être n’y aurais-je jamais été, si le Seigneur n’avait appesanti son bras sur moi par une Croix assez longue et assez pesante, laquelle, me ravissant le repos, la liberté, et ce que le monde appelle honneur et réputation au-dehors, m’en eut procuré une autre au-dedans, qui surpasse, sans comparaison, toutes les croisettes du dehors : car c’est un glaive à deux tranchants, qui sépare l’âme d’avec le corps, et l’esprit d’avec l’âme, par un martyre bien douloureux, mais dont les suites sont bien consolantes. Je ne vous dirai rien de particulier, ni de l’une ni de l’autre. Vous aurez appris sans cela l’extérieure par d’autres personnes, qui en auront porté jugement, chacune selon ses vues, courtes ou longues, basses ou hautes ; car il y en a très-peu qui pénètrent dans les desseins et conduites de Dieu sur les hommes : pour ce qui regarde la Croix du dedans, vous en verrez quelques traits assez vifs dans quelques endroits de cette petite ébauche.

III. Pour venir au fait, j’ai éprouvé la différence qu’il y a entre les belles pensées spéculatives et entre la pratique réelle et actuelle, pourtant toujours passive de la Croix : celle qu’on se forme par les images effleure bien l’esprit, et touche légèrement le cœur : mais celle qui se sent dans le fond le plus intime de l’âme est un glaive de douleur qui la passe d’outre en outre. Vous en verrez des vestiges dans le chapitre des Croix Intérieures, qui sont assurément bien désolantes et mourantes : tout le monde n’y est pas mené également ; chacun a sa dose de la Croix : plus enraciné est le mal, plus forte et amère est la médecine : le grand Médecin fait ce qui convient à nos maladies : il ne faut point se faire volontairement des Croix, ni s’en souhaiter de la part de Dieu ; il suffit de faire bon usage de celles qu’il envoie ; car Lui seul sait les comparer et les apprêter pour nous être salutaires : il veut seulement de notre côté une fidélité passive et soumise, en patience et abandon : le reste se trouvera bien.

IV. L’on a beau raisonner de la pauvreté contente, quand on est dans l’abondance ; du mépris du monde, quand on en est honoré ; de la patience dans les maladies, dans les pertes et disgrâces, quand on jouit d’une santé constante, en gardant son bien et la grâce de ses bienfaiteurs : pour moi, j’estime Job dans ses pertes et sur son fumier, quand même il se plaindrait un peu fort de la conduite de Dieu ; j’aime la douceur de David persécuté par Saül et son fils, et maudit de Semei ; je vois avec plaisir le bon homme Tobie patient dans la privation de la lumière de ses yeux ; et ainsi des autres ; voilà des Porte-croix réels.

V. Si donc vous trouvez, mon cher Théophile, dans ce petit Traité quelque chose digne de considération, ou qui porte quelque marque d’onction, je le reconnais absolument et entièrement de la source de tout bien et de toute grâce et vérité qui est Jésus, lequel, tout Agneau qu’il est, immolé depuis le commencement et jusqu’à la fin des siècles, se montre pourtant à tous les hommes tôt ou tard, longtemps ou peu de temps, selon le conseil de sa sagesse et nos besoins, ou comme un Lionceau bien rongeant, s’il ne dévore pas tout-à-fait, ou comme un Lion, qui pénètre jusqu’aux entrailles et ronge même jusqu’aux os, renverse l’homme de son cheval, comme Saül, environne l’homme au-dedans et au-dehors des horreurs de la mort, comme David ; réduit l’homme dans un état à maudire le jour de sa naissance et à se plaindre à Dieu, pourquoi il l’a fait naître, comme Job. Oui, il terrasse, brise et écarte ce qui s’oppose à Lui, jusqu’à ce qu’on s’abandonne tout à fait à son jugement, à sa condamnation, à la rigueur de sa justice : pour lors il ôte son masque, et se fait voir comme il est, savoir, l’Amateur ardent des hommes, à qui il ne se montre comme Lion que pour en faire des Agneaux, et leur fait ensuite goûter à longs traits les douceurs de son amour, après les avoir menés dans le triste désert et pays inconnus de leur néant devant Dieu, oui même jusqu’aux Enfers.

VI. Le style de ce petit ouvrage vous paraîtra un peu oratorique, je le fais bien ; mais il faut le pardonner à la constitution de l’Auteur, lequel, après avoir souffert un arrêt de plus de dix mois, sans papier, ni plume, ni encre, obtint enfin, après ses décharges, cette douceur, pour mettre sur le papier ces pensées du Mystère de la Croix et d’autres, dont il était enceint comme une femme grosse : de sorte que pour soulager et égayer un peu son esprit et son cœur, il s’est servi du style qui s’est d’abord présenté, sans choix, ni recherche, ses pensées étant coulées d’elles-mêmes sur le papier, sans étude et sans beaucoup de réflexion ; étant l’ouvrage d’autant de jours, que vous y trouverez de chapitres et de quelques heures par jour, autant qu’il en faut à un homme de mon âge, pour écrire assez lentement 9.

VII. Il faut que je confesse moi-même que vous y trouverez des certains passages un peu difficiles à entendre ; car c’est un enfant d’une Vieillesse aux Arrêts, qui n’a point cette liberté d’une jeunesse vive et brillante : mais peut-être y rencontrerez vous aussi un suc plus digéré et de plus grande consistance et maturité que dans un âge moins avancé : car j’avoue qu’il y a des endroits fort magiques et qui demandent des hommes d’une bonne trempe pour les bien comprendre dans leur étendue ; à moins que des gens de basse vue n’en veuillent faire un galimatias, ce qui me touchera fort peu ; aimant mieux de profiter à deux ou trois lecteurs que de plaire à mille.

VIII. Certaines matières, qui vous sont connues, n’y sont vraiment point traitées à fond ; mais il y a par-ci par-là de certains vestiges qui mènent bien loin à la piste de la Vérité solide ; mais ils ne paraîtront qu’à ceux qui ont de bonnes lunettes d’approche : car quoique je dusse être obscur, je n’ai point voulu m’expliquer plus clairement, afin que le lecteur donnât aussi quelque occupation à sa recherche et à sa méditation.

IX. J’ai bien senti, au reste, que la langue Française est trop molle et efféminée pour ces sortes de matières d’un tranchant si vif ; et qu’elle n’a ni l’énergie ni l’onction des langues Latine et Allemande : mais comme plusieurs de vos amis et des miens n’entendent point ces langues, il faut tâcher de les satisfaire avec celle qu’ils savent ; et prier l’Esprit de grâce et d’onction de vouloir suppléer par sa force et sa lumière à mes faiblesses et ignorances, et au défaut d’une langue que je ne pratique presque plus depuis longues années ; et le supplier instamment, jour et nuit, de cœur et d’âme, de vouloir graver Lui-même ses vérités éternelles d’esprit et de vie dans notre cœur et dans le cœur de ceux entre les mains desquels pourrait tomber ce petit ouvrage seulement ébauché. Si c’est sa sainte volonté et son bon plaisir, il suscitera bien quelqu’un qui en fasse une version Allemande.

X. C’est à cet Esprit de grâce et de vérité que je vous recommande, mon cher Théophile, comme je vous prie de solliciter aussi sa miséricorde et son amour pour moi ; afin que connaissant et aidant nos faiblesses, il prie et intercède pour nous, dans nous, avec des gémissements inénarrables, et nous obtienne et donne Lui-même la vertu et la force de porter avec patience, douceur, humilité, abandon et joie, les croix que sa sagesse a destinées à nos épreuves, humiliations, renoncements, et purifications, qui en sont le véritable but. Je suis de bon cœur, ne pouvant l’être encore de corps,

 

 

MON CHER THÉOPHILE,                                    

 

Celui, que vous connaissez  

et qui vous chérit dans    

N. S. J. C.             

 

De la solitude de Sonnenstein le                                       

12 d’Août, 1732.                                                   

 

 

 

 

 

AVIS AU LECTEUR.

 

_____________

 

CE n’est point ici le lieu, ni le temps de rapporter tout le fait, ni les circonstances de ce qui a donné occasion et naissance à ce petit Traité ; cela pourrait bien se faire dans la suite, par un Écrit particulier tout court et pathétique, si j’y reconnais la volonté du souverain Maître, qui appelle et conduit à lui toutes ses créatures obéissantes à sa voix, par des sentiers doux et âpres, aplanis et raboteux, semés de roses et d’épines, selon son bon plaisir et notre besoin, et, par conséquent, impénétrables à la raison et à la sagesse humaine, qui n’est qu’une sotte et aveugle dans les voies de Dieu.

II. Une telle conduite divine doit être considérée spécialement avec les yeux de la foi dans l’Écrit suivant du Mystère de la Croix ; par où un Lecteur qui a des yeux clairvoyants pourra découvrir peut-être quelque chose de singulier dans les voies divines, par le moyen des Croix et des souffrances, que le Seigneur proportionne merveilleusement, par la sagesse, aux états et dispositions différentes des hommes, en les conduisant parmi les chaînes et les fers, dans une solitude affreuse à la nature, mais douce et agréable à l’esprit, pour parler cœur à cœur et esprit à esprit : il y dispose auparavant l’homme par des circonstances humiliantes, qui le font entrer dans un profond et total renoncement à lui-même, à l’honneur, à la réputation, à la liberté et même à la vie extérieure ; et étant mené dans cette retraite, avec un abandon entier de toute créature, sans aucune ressource humaine, et sans autre appui que sur l’amour infini, la puissance sans borne et la fidélité inviolable de Dieu, il entre dans le sentiment très-vif de ces impuissances, inhabilités à aucun bien, ignorance du vrai, enfin de son néant, qui est cette disposition passive, en pleine vacuité de toute créature, raison, sens, sagesse, action propre, pour recevoir l’action divine.

III. C’est aussi dans cet état qu’il plaît à Dieu d’agir avec la pleine étendue de sa puissance, de son amour, de sa sagesse, après avoir néanmoins exercé sa justice et ses jugements de purification préalablement, pour disposer l’âme à ne point mettre obstacle à son action, mais à la recevoir en pureté passive ; par où il fait voir qu’il est un Dieu jaloux, qu’il ne veut point de rivaux, qu’il ne remplit que ce qui est vide de soi et des créatures, qu’il ne demeure que dans des cœurs et des esprits humiliés, vides et angoissés ; que le néant de nous-mêmes et de tout ce qui n’est point Dieu est la véritable matière dont il veut faire et fait tout ce qu’il Lui plaît ; qu’il rompt et casse, fait et défait, pour réparer et renouveler, pour rétablir et parfaire l’ouvrage de ses mains, auquel la créature n’a point d’autre part que celle d’un instrument entre les mains de l’Ouvrier.

IV. Oui, le Seigneur, pour accomplir ses desseins, à l’exclusion de ses créatures, sait même se servir de l’aveuglement des hommes pour fermer toute avenue à la prière, intercession, entremise, crédit, autorité, adresse humaine pour notre délivrance des croix extérieures, comme il m’est arrivé à la lettre pendant mon Arrêt ; et il sait aussi d’un autre côté nous en retirer Lui-même par son bras tout-puissant, avec les ressorts merveilleux et ineffables de sa sagesse, si bien marqués du coin divin de sa bonté, puissance et amour, contre toute attente, espérance, jugement et raisonnement humain, qu’il faut que tous avouent qu’il est le seul fort, le seul puissant, le seul sage, le seul bon, le seul fidèle, le protecteur de l’innocence, le soutien de la justice, l’asile des abandonnés, le juge de la juste cause ; et que tous lui rendent l’honneur et la gloire qui appartiennent à Lui seul, Lui seul pouvant tirer la lumière hors des ténèbres, la gloire de l’ignominie, le bien réel hors du mal apparent ; oui, même la vie hors de la mort.

V. Telle est la conduite de Dieu, quant on plie et qu’on se laisse manier de sa main puissante, avec pleine confiance, et abandon total, tant dans les croix extérieures que dans les souffrances et passivetés intérieures, dans lesquelles il fait sentir qu’il est riche en miséricorde, qu’il est le Dieu de toute consolation, la providence infatigable, plein de charité et de soins paternels envers les âmes qui s’abandonnent à Lui sans réserve, sans chercher ni attendre d’autres appuis, ni ressorts, ni ressources que de Lui ; qu’il ne nous laisse point tenter au-dessus de nos forces, mais qu’il sait les temps et les moments qu’il a réservés à sa puissance, et qu’il fait quelques fois connaître et sentir dans le fond intérieur, avec un témoignage plus ferme et infiniment plus assuré que celui de tous les hommes.

VI. Le Seigneur me fit éprouver cette miséricorde et ces foins si vigilants pour ma délivrance, après dix mois et treize jours d’Arrêt, du quel je fus affranchi par sa bénigne providence le 4 de 7bre de cette année 1732, le jour de Moïse, qui mena autrefois le Peuple d’Israël hors de la captivité d’Égypte après y avoir fait paraître les prodiges du bras divin. Ainsi plaît-il au Seigneur de confondre et renverser les pensées, conseils et desseins des hommes, à fermer la bouche au mensonge, à la médisance et à la calomnie ; de relever l’innocence abattue et de soutenir enfin le parti des Bons, après l’avoir éprouvé assez rigoureusement par ses instruments, lesquels voyants la patience, la douceur et la longanimité de Dieu et de ceux qui le cherchent, se rendront peut-être enfin à l’amour éternel par un véritable et sincère retour vers Dieu.

VII. C’est au Seigneur, Dieu des Armées, dont nous implorons la miséricorde à cet effet à toucher leur cœur et leur esprit, dont il est le Maître et le Recteur, afin qu’ils les tournent tout de bon vers Lui par une pénitence cordiale, à laquelle il les appelle et les attend. Peut-être que l’accident si inouï qui m’est arrivé et qui a manifesté tant de secrets cachés dans le cœur de tant de personnes chancelantes dans le bien, et qui a occasionné ce petit Traité, comme un enfant de la Croix, leur ouvrira les yeux pour reconnaître à leur grand avantage l’état dans lequel leur aveuglement les a précipités. Au moins c’est là mon très-sincère souhait et prière cordiale vers le Père des miséricordes, que je supplie de leur pardonner comme je leur pardonne de bon cœur le tort qu’ils ont voulu me faire.

VIII. Pour ce qui est des âmes de bonne volonté, elles découvriront par la lecture de ces pensées qu’on peut être très-libre parmi les chaînes et les fers, et même dans les cachots ; et qu’on y peut jouir d’une grande paix d’âme, liberté et tranquillité d’esprit, gaieté et dilatation de cœur que rien n’est capable d’altérer ni d’ébranler. Si l’âme sent une fois ce témoignage intérieur que l’Esprit rend à notre esprit, savoir que nous Lui appartenons, non seulement elle demeure ferme et intrépide dans les états extérieurs les plus désolants en apparence, mais aussi devant le Diable déchaîné et devant l’Enfer ouvert ; si Dieu est pour elle, qui est contre elle ? C’est pourquoi, âme fidèle qui lirez ceci, ayez bon courage dans toutes vos adversités, croix, souffrances, tribulations à droite et à gauche, au-dedans et au-dehors ; puisque vous êtes assurée que l’Amour éternel vous y mène et vous en retirera quand il aura atteint son but sur vous : plus on y apporte d’attention et de fidélité, plus le Seigneur travaille avec vitesse ; et plus tôt achève-t-il aussi son ouvrage et sa volonté sur nous, qui est notre sanctification, que je souhaite de l’étendue de mon âme à tous ceux qui la désirent et la recherchent ; étant, comme je suis, très-cordialement et sincèrement,

 

Leur dévoué à les servir,    

N. N.                    

 

De ma solitude libre,                                                              

Le 14 d’Octobre, 1732.                                                        

 

 

 

 

 

CHAPITRES

 

CONTENUS DANS CE PETIT OUVRAGE.

 

_____________

 

 

I. De l’Origine de la Croix

 

II. De la Croix en général, et des Causes

 

III. Des Avantages de la Croix

 

IV. De la Folie de la Croix

 

V. De la Sagesse de la Croix

 

VI. Des Croix intérieures

 

VII. Des Croix extérieures

 

VIII. De l’Usage des Croix

 

IX. De l’Abus des Croix, et surtout de celle de Jésus

 

X. Desseins de Dieu par les Croix

 

XI. Des Croix après la Mort

 

XII. Des dernières Croix dans ce Monde

 

XIII. Des Merveilles de la Croix dans la nature extérieure

 

XIV. De la Croix humiliante de Jésus-Christ

 

XV. De la Croix victorieuse et triomphante de Jésus-Christ

 

Conclusion

 

Hortulus Lacer

 

 

_______________

 

 

In Nomine Dei Viventis, et Vivificantis.

Trinum unitum.

 

Cruz, Lux, atque fides fociali fœdere constant :

Crux fidel, capsa est : Lux Crucis, ipsa fides.

 

Nequaquam vacuum

Legis Jugum. Libertas Évangelii

Dei gloria intacta.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M Y S T È R E

 

DE LA

 

C R O I X.

 

_________

 

 

CHAPITRE I.

 

DE L’ORIGINE DE LA CROIX.

 

I.

 

ENTRE les différentes manières dont il a plu à Dieu de se manifester dans les saintes Écritures, l’une des plus considérables dans ses mystères, et des plus étendues dans ses significations, est celle avec laquelle Ésaïe fait parler le Seigneur au c. 41, v. 4 : Qui est celui qui a opéré et fait ces choses ? C’est celui qui a appelé les âges dès le commencement. Moi l’Éternel, je suis le premier, et je suis avec les derniers. Là, même au c. 44, v. 6. Le Tout-puissant se rend à soi-même un pareil témoignage par la bouche du même prophète : Ainsi a dit l’Éternel, le Roy d’Israël et son Rédempteur, l’Éternel des armées, je suis le premier, et je suis le dernier, et il n’y a point d’autre Dieu que moi. St. Jean, dans sa divine Apocalypse, rendant témoignage de la parole de Dieu et de JÉSUS-CHRIST, lui met en bouche une semblable expression : Je fuis A et O, le commencement et la fin, le premier et le dernier. Apoc. c. I, v. 8, 11.

II. Nous nous servirons de cette révélation prophétique et apocalyptique, comme étant fort convenable à notre dessein, pour bégayer comme un enfant de l’origine ineffable de la Croix. Quand Dieu dit qu’il est A et O, nous entendons par A l’abîme sans fin ni commencement, sans fond et  sans rive, sans nombre et sans mesure, sans lieu ni situation. C’est le sacré Aleph ténébreux, l’Alpha inconnu et innominable, dans lequel tout est caché, temps et éternité. C’est une sacrée obscurité, sacra caligo, hors de nature, dont il n’est point permis à la faiblesse de l’homme, qui est dans la nature, de faire recherche : car autrement on serait opprimé par son poids immense ; et il ne resterait à l’homme, de sa présomptueuse spéculation, que des vertiges qui lui seraient tourner la cervelle : parce que c’est l’abîme, dans lequel TOUT est caché et RIEN de manifesté : et posuit tenebras latibulum suum, Ps. 18, v. 11 ; 3 Rois, c. 8, v. 12 : les ténèbres sont sa cachette ; et il n’y a pourtant ni lumière ni ténèbres, mais seulement un abîme, ou magie divine 10. Rom. c. 4, v. 17 ; 1 Cor. c. 1, v. 28.

III. Il y a néanmoins dans l’abîme une volonté abyssale, mais subtile comme le néant : elle se tire elle-même dans elle-même ; s’imprègne, se conçoit, et s’engendre ; et se fait, par conséquent, le commencement éternel de soi-même ; c’est-à-dire, de la volonté. Ainsi cette volonté abyssale de l’A, ou de l’Aleph, n’ayant point de fond, s’en fait un en se regardant elle-même ; et nous pourrions figurer ce fond par V, qui est le Verbe éternel, le miroir, la forme, l’image substantielle de l’A, le premier nominable, qui était dans le commencement, et qui est appelé du nom très-saint, très-auguste, et très-majestueux, JÉHOVAH, qui renferme en soi toutes les voyelles, ou lettres vocales ; parce qu’il est la Vie et l’Esprit de tout ce qui est sorti de lui par la création. C’est comme je voudrais entendre ces paroles de St. Jean, c.1, v. 1 : Au commencement (qui est l’Aleph) était le Verbe, et le Verbe était avec JÉHOVAH, et le Verbe était JÉHOVAH : par où nous voyons la génération éternelle et inénarrable du Verbe par l’Aleph, ou le commencement et principe éternel et la manifestation de l’A, ou Aleph, par le Verbe, qui est JÉHOVAH, qui est la parole, la voix, le cœur, la vertu du commencement éternel, qui dévoile et manifeste l’Aleph ou l’Abîme.

IV. Nous entendons aussi par conséquent que l’A, ou Aleph, est dans le V, ou dans le Verbe, ou le Père dans le Fils, et le Fils dans le Père indivisiblement, comme le Fils, ou JÉSUS-CHRIST, dans l’état de son abaissement en a rendu témoignage 11, qu’il avait apporté du sein de son Père : car sans le Verbe l’Aleph ne serait ni nommé, ni connu, ni manifesté : d’où nous comprenons que le V tire l’A hors de l’abîme de l’éternité, étant sa voix et sa parole substantielle, et l’ouverture de l’œil de l’éternité semblable à un globe immense et infini, qui renferme tout, et qui n’est renfermé de rien, qui est au-dessus, au-dessous, dans et au travers de tout. C’est ce que nous trouvons par l’O dans le nom très-auguste de JÉHOVAH, qui nous représente ce globe immense et cet œil ouvert de l’éternité. Nous découvrons aussi dans ce nom sacré le grand et ineffable mystère de l’Esprit Saint, spiracle éternel de l’A et du V, qui les remplit et les rassasie infiniment, étant le lien de leur amour et de leur volonté, la vie et l’esprit du cercle immense, qu’il anime et qu’il vivifie par double spiration passive et active, comme parle la théologie de l’école : car dans ce nom ineffable, nous avons deux H, ou aspirations, entre O, V, A, JÉHOVAH, qui marquent si bien ce souffle sacré, animant, remplissant et unifiant O, V, A ; nous entrevoyons aussi, dans ce nom divin, que l’Esprit Saint procède du V et de l’A, du Père et du Fils, qu’il reçoit et est envoyé de l’un et de l’autre ; c’est-à-dire, de l’A au nom du V, et comment l’Esprit Saint dans le Père et dans le Fils est le commencement et la fin éternelle, oui la vie et le rassasiement et la plénitude de tout ce qui en participe l’être : car il remplit et renferme ce cercle immense, comme dans le nom de JÉHOVAH les deux H, ou aspirations, commencent et terminent l’O, V, A, étant lui-même le principe et le terme de leur amour, le souverain bien dans un rassasiement infini, et une acquiescence parfaite à la jouissance de cet amour infini 12.

V. Si l’on pouvait représenter par quelque figure le sacré Ternaire, il serait un triangle   de feu, avec le point du milieu qui marquerait l’abîme d’où se conçoit et s’engendre éternellement le triangle, qui est la manifestation de l’abîme, et qui rend témoignage au ciel de l’UNIQUE, incompréhensible dans son unité, mais rendu manifeste et compréhensible dans la Trinité, ou sacré Ternaire, sorti du point de l’abîme, comme un éclair sortant du point du feu fait trois lignes, lesquelles expriment le triangle. Or il a plu au Verbe éternel, qui est JÉHOVAH, de se porter dans un autre triangle d’eau , pour y manifester par la création les merveilles du triangle de feu  , comme la lettre initiale du nom VERBE le marque ; car cette lettre, étant fermée par en-haut, fait le triangle d’eau , dont la pointe descend par en-bas, comme la pointe du Triangle de feu  monte pyramidalement par en-haut. Le triangle d’eau est toute la douceur, la mansuétude, l’humilité, la bonté, la miséricorde, la beauté, l’amabilité, et la grâce communicative du triangle de feu, qui, dans le triangle d’eau, perd sa pointe élevée et sa nature brûlante et consumante, qui fait appeler Dieu, un Dieu jaloux et feu consumant ; au lieu que par le triangle d’eau, il est appelé le Père des miséricordes, le Dieu de toute consolation, dont la bénignité, la grâce et la mansuétude nous ont été manifestées par le Verbe fait chair ; cum autem benignitas et humanitas apparuit Salvatoris nostri Dei. Tit. c. 3, v. 4.

VI. C’est ici la manifestation de la Croix glorieuse et triomphante dans le Verbe par l’élément saint, pur et virginal de l’eau spirituelle, vivante et vivifiante, sans laquelle nous ne pourrions jamais avoir accès au triangle de feu, qui habite une lumière inaccessible, qu’aucun homme n’a jamais vue et ne verra jamais,* sinon dans et par l’élément de l’eau sainte, qui est la sacrée corporalité de la divinité et son tabernacle avec les hommes : car ce triangle doux, débonnaire et tout aimable, est le véritable caractère divin, dont sont et seront marqués tous ses enfants ; c’est le caractère Tau, qui a une ligne droite horizontale en-haut : que si, des deux extrémités de cette ligne, vous tirez deux lignes par en bas jusqu’au pied de la ligne perpendiculaire, vous y trouverez l’élément saint et pur de l’eau, en forme de Croix , qui, baissant la pointe par en bas, tempère la pointe du feu, dont les ardeurs sans cela seraient insupportables ; vous découvrez ici la réconciliation du feu de la colère par l’eau de l’amour éternel, et comment JÉSUS l’Agneau de Dieu est immolé continuellement, comme il l’a été dès le commencement du monde et le sera jusqu’à la consommation de tous les siècles, tant qu’il y aura une créature égarée de la fin et de la bonté de sa création.

VII. Nous comprendrons encore mieux ces mystères ineffables en réunissant l’A et le V, ou bien le triangle de feu et le triangle d’eau ensemble, pour en faire un double triangle : car nous trouverons 13 dans ce double triangle une eau de feu, et un feu d’eau, c’est-à-dire, le feu tempéré par l’eau, et l’eau vivifiée par le feu ; par conséquent, le principe de notre renaissance, ou régénération par l’esprit de feu, et par l’eau de vie, ou bien dans deux mots, par l’eau vivante ; car l’esprit de feu est la vie de l’eau. (2) Si du point central de ce double triangle vous parcourez avec un compas les six angles, vous aurez un cercle parfait, qui est le globe de l’éternité, ou bien l’O du nom auguste JÉHOVAH, dans lequel tout est renfermé, comme dans une sphère d’étendue immense, à savoir l’abîme par le point central, l’Aleph par le triangle de feu, le Verbe par le triangle de l’eau ; l’Esprit, qui anime et vivifie tout le globe par les six points des six angles, lesquels, avec le point central, marquent les sept esprits de la nature éternelle divine 14, dont il est fait mention au c. 4, v. 5, de l’Apocalypse, car les six points des six angles avec le point du milieu font ensemble le sacré septénaire, qui nous donne une image, quoique très-grossière, des sept Esprits émanés des deux triangles et du point central ; et ainsi de la source du monde angélique, qui tient à ce point, et par conséquent de ses sept princes ; et, nous éloignant toujours d’avantage du centre, des sept planètes célestes, auxquels président sept princes angéliques ; et, nous constituant toujours plus au-dehors du monde angélique et astral, nous effigie dans le monde élémentaire, les sept planètes terrestres, qui sont les sept métaux ; et ainsi de suite dans les autres royaumes du monde extérieur. (3) Tout ce sacré double triangle de feu et d’eau n’est que pure vie, esprit, lumière, amour, bienfaisance d’une température inexplicable, d’un goût et d’une saveur ineffable, de couleurs très-vives, de figures très-aimables, de force et de vertu toute puissante, de sagesse toute prévoyante et ordonnante : et ce qui doit nous réduire à un silence respectueux, c’est que le tout est engendré du point central indivisible du double triangle 15.

VIII. Le Verbe éternel s’étant porté dans cet élément saint et virginal de l’eau, ce grand JÉHOVAH a voulu manifester par là les merveilles de l’Aleph par la création du monde angélique ; et sur le modèle du monde angélique, la création de ce monde extérieur visible et palpable, astral et élémentaire, après la chute des anges rebelles, qui en avaient fait un chaos ténébreux, que décrit Moïse au commencement de la Genèse : ainsi le Verbe, ou la Parole prononçante éternellement s’est prononcée elle-même en anges et esprits célestes dans le temps ; et après avoir créé au commencement le ciel extérieur et la terre hors des débris causés par l’orgueil allumé de Lucifer, elle ouvrit, au quatrième jour, un point du monde intérieur divin et angélique, comme une porte de lumière pour éclairer ce monde extérieur ; et elle plaça ce point dans l’endroit même où Lucifer avait tenu son siège, ou trône royal : c’est ce que nous appelons le soleil, par le moyen duquel la lumière intérieure est communiquée au-dehors ; et par conséquent toujours plus éloignée de sa source et plus dilatée dans la circonférence, que plus elle s’éloigne du centre.

IX. Après que tout ce monde céleste et terrestre avec tout ce qu’il contient eut été créé, l’homme enfin le dernier ouvrage, comme le chef-d’œuvre divin du monde visible, fut créé au sixième jour à l’image de Dieu ; de sorte que par la racine la plus intime de son âme 16 il tient par un lien indissoluble et indivisible à l’abîme de l’éternité, par son esprit au monde lumineux divin et angélique, et par son corps au monde astral et élémentaire, créé entre la lumière et les ténèbres, l’amour et la haine. Dans cet état primordial de l’homme, l’élément saint, pur et virginal, tempéré de feu et d’eau spirituelle et céleste, verdoyait, par le point ouvert du soleil, au travers des quatre éléments extérieurs, et les tempérait dans leurs qualités, tant que l’homme demeura fidèle et obéissant à la sagesse divine, dont l’intention était de manifester les merveilles du temps et de l’éternité par ce noble ouvrage de ses mains, comme par un instrument vivant, extrait de toute la nature, comme un petit monde, raccourci et rétréci dans un petit volume : car elle voulait exercer dans lui et par lui toutes les puissances et les capacités d’être, de pouvoir, de vouloir, de savoir, de penser, de désirer, de concevoir, de jouir qu’elle avait mises dans lui ; par où il aurait été rendu éternellement heureux et immortel dans ses trois principes, dont il participait, en parfaite harmonie, dans la compagnie et sous la conduite de cette même sagesse et épouse céleste, qui voulait prendre ses ébats et ses délices avec lui, et deliciæ meæ esse cum filiis hominum, Prov. c. 8, v. 31, dans un jeu enfantin d’amour et de réjouissance perpétuelle.

X. Mais d’abord après l’infidélité et la désobéissance de l’homme, la sagesse se retira de lui, ne voulant point avoir de commerce avec un homme terrestre, animal et rendu semblable aux bêtes par sa chute ; les éléments commencèrent à faire paraître leurs qualités sensibles du froid et du chaud, du sec et de l’humide, l’élément saint n’agissant plus si vivement, ni si perceptiblement, qu’auparavant, à cause que la terre, par la malédiction, était sortie du point du soleil auquel elle appartenait, et était devenue elle-même le centre et la sentine de toutes les impuretés des autres éléments ; l’homme reconnut sa nudité, que l’innocence lumineuse lui cachait auparavant ; les créatures, qui ci-devant lui étaient soumises, se révoltèrent contre lui pour venger l’outrage qu’il avait faite à son et à leur Créateur : le feu spirituel de son âme, qui était adouci et tempéré par l’eau d’esprit et de vie que la sagesse lui communiquait, devint ténébreux, fougueux, âpre, austère, plein d’aiguillons, piquant et famélique, ayant perdu sa véritable nourriture : et ainsi la croix douce et aimable, victorieuse et triomphante, qu’il portait dans le signe et le caractère divin Tau, dont il était l’image, devint une croix pleine d’épines et de ronces, un ver mordant et rongeur, un serpent envenimé et piquant dans son sein, après avoir suivi les suggestions trompeuses et funestes du serpent, par la lâche condescendance à sa femme 17.

XI. Ainsi voilà l’homme et toute sa postérité exposée à toutes les injures des saisons, à l’inclémence des éléments, à la férocité des bêtes, à la cruauté et à l’injustice, à la violence et à la tyrannie des autres hommes : abandonné de sa fidèle conductrice, la sagesse, à ses propres caprices, passions, aveuglements causés par le péché : sujet aux maladies du corps et de l’esprit, enfin à la mort temporelle, qui est peu de chose, mais en danger de la première et de la seconde mort, qui est l’arrêt terrible du grand Juge, qui ne doit point s’entendre de la mort du corps, qui est plutôt un remède au malheur dans lequel l’homme est tombé qu’un châtiment ; car il était impossible que le corps, attaqué de tant d’ennemis, pût avoir une vie perpétuelle après la chute ; comme nous voyons que toutes les choses naturelles passent, à cause des qualités contraires, qui se rencontrent partout ; et qui font agoniser continuellement toute la nature.

XII. Dans la suite, les créatures se sont multipliées et fortifiées dans leur malignité : et s’éloignant toujours davantage de la bonté, de la vertu et de la lumière de la source, par ce même éloignement du centre, les lignes sont toujours devenues plus grandes, les créatures en plus grand nombre et variété ; d’où par conséquent il est venu plus de sujets de tentations, ou de distraction de l’unité du centre, par la multiplicité de la circonférence : d’autant plus de créatures, d’autant plus de sujets de combat, de croix et de souffrance, et d’occasions de chutes dans le péché, qui est la véritable cause de la croix douloureuse, dont nous parlerons plus amplement dans le chapitre suivant, De la Croix en général. Qu’il nous suffise de savoir pour le présent que sans contraires il n’y a point de croix, et sans croix, point de manifestation : car comment connaître les merveilles de l’éternité, qui n’est qu’un pur abîme, sans le temps, qui et son fond, qui l’a mis en évidence ? Comment connaître la lumière, sans les ténèbres ; le feu, sans l’eau ; le jour, sans la nuit ?

 

        Aleph divinum crucis est et lucis origo :

            Per sacram, Deitas fit manifesta, crucem.

        Fulgure ab æterno Sanctus Ternarius exit ;

            Præsentatque, sacro lucis ab igne, crucem.

        O quantum magnale crucis ! si lucis anhelus

            Luce frui cupias, sub cruce disce pati.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE II.

 

DE LA CROIX EN GÉNÉRAL, ET DE SES CAUSES.

 

I.

 

APRÈS que l’homme fut sorti de l’harmonie divine par sa désobéissance, voulant s’élever au-dessus de l’état où il avait été créé, comme une racine d’arbre qui veut s’élever en l’air où elle devient aride, ne recevant plus le suc nourricier de la terre et n’étant plus propre qu’à être jetée au feu, tout ce qui était dedans et hors de lui se révolta contre lui ; de forte que si la sagesse éternelle, qui n’abandonne point son ouvrage, n’avait pas trouvé dans les ressorts infinis de son amour un moyen pour le tirer hors de l’affreux abîme où il s’était précipité avec toute sa postérité, c’était absolument fait de lui ; il serait devenu avec tous ses descendants un compagnon de Lucifer et des autres anges rebelles. Mais la miséricorde du Verbe JÉHOVAH, qui est au-dessus de tous ses ouvrages et qui tempère sa justice, s’interposa entre l’offensé et l’offensant ; et par la promesse que la semence de la femme écraserait la tête du serpent, la grâce divine s’imprima de nouveau dans Adam par le très-saint Nom de JÉHOVAH dans JÉSUS, qui lui fut promis pour être son libérateur et rédempteur : mais l’image de Dieu gravée dans lui demeura flétrie comme l’image de la mort ; ou comme une fleur fanée par les ardeurs du soleil, qui ont desséché tout son humide, dont elle recevait sa nourriture et sa beauté, sa vie et sa douceur.

II. Comme la lumière ne peut être engendrée sans feu, non plus qu’un fils sans père, aussi la lumière ne peut subsister que dans une eau douce, huileuse, qui lui sert d’aliment continuel : nous en avons des preuves dans la nature extérieure, que non seulement la lumière, mais aussi le feu s’éteignent, d’abord que le feu a consumé le soufre huileux des matières combustibles, qui le nourrissait ; il ne reste que cendre et poussière ténébreuse. Voilà une légère image de l’état d’Adam dans son péché. Le feu, par lequel il est lié indivisiblement à l’éternité sans fin 18, devint en lui et dans tous les hommes, dont il était la tige, une fureur, une faim avide et aride, une inimitié aigue et piquante, dont les essences ne sont qu’amertumes et qu’aiguillons : ce n’est que ténèbres et qu’horreur ; et si les rayons de la lumière éternelle, qui reluisent de temps en temps sur ce feu ténébreux, par des manières et des traits ineffables, ne tempéraient point cette angoisse de feu, ce serait l’enfer ouvert et découvert 19. Mais outre la lumière du soleil, qui anime et qui réjouit tout ce monde visible, la semence de la femme, qui écrase continuellement la tête de ce serpent et de ce dragon de feu, envoie des émanations de ses eaux douces, vives et rafraîchissantes, qui modèrent cette soif enragée et cette avarice insatiable : et c’est de ce feu comme du père que s’engendre la lumière, comme le fils dans ces eaux vivantes comme la mère ; et cette lumière est le véritable être de toutes choses, oui, leur vie, sans laquelle ce n’est qu’angoisse mourante, douleur géhennante, ignis Jehennæ, mais avec laquelle ce n’est que douceur, amour et vie : Et vita erat lux hominum. Jean, c. I. v. 4.

III. Pour ne point abandonner d’abord cette matière, qui est si importante à notre but, qui doit développer les causes des croix, il sera bon de remarquer, outre ce qui vient d’en être dit, que dans la plus profonde racine, ou le fond le plus intime de la nature, il se trouve un esprit cruel, sévère, amer, aigu, austère, d’un froid aussi glaçant que d’une ardeur brûlante, au-dessus de toute imagination et de toute expression : quand il se découvre et se déploie dans une créature, c’est là l’enfer. Comme les choses visibles ont été faites sur le modèle des invisibles, Hébr. c. 2, v. 3, voyons-en un tableau dans le monde extérieur, créé pourtant entre la lumière et les ténèbres, entre le bien de Dieu, et erant valde bona, Gen. c. 1, v. 31, et entre le mal introduit par Lucifer, enfin entre la vie et la mort. Quand la nature extérieure, échauffée pendant l’été par les ardeurs cuisantes du soleil, a ramassé dans l’air beaucoup de matières sulfureuses, bitumineuses, nitreuses, et par conséquent très-inflammables, d’où les tempêtes les plus horribles prennent leur origine, le froid furibond rassemble de son côté les eaux de l’air en nuées, et dans sa grande fougue, il en fait une espèce de mer glaciale : la chaleur excessive de l’air, ardent par les matières inflammables et enflammées, lui dispute la primauté ; paire avec une impétuosité ardente au travers des eaux, avec ses éclairs ; fond et fend, fait résoudre et fondre la mer engelée ; de ce combat furieux et violent du froid et du chaud grondent les tonnerres, les éclairs éblouissent, les foudres et les carreaux pénètrent, allument ou renversent ce qu’ils rencontrent ; d’où les fondements de la terre sont ébranlés, les hommes tremblent d’effroi et de frayeur, les animaux et les bêtes sauvages se retirent dans leur caverne. Je vous donne à penser dans quelle constitution se trouverait un homme élevé de la terre jusqu’à la région de l’air, où cet effroyable et cruel combat du froid et du chaud donne la terreur à toute la nature par sa violence.

IV. Le même fond, qui cause ces horribles fracas dans le monde extérieur, se trouve dans le monde intérieur de l’homme : regardez un homme emporté par la fougue impétueuse d’une colère enragée, et armé à la vengeance, avec des yeux étincelants, une bouche écumante, les dents grinçantes, tout le corps frémissant et ne respirant que feu et sang, que saccage et carnage : vous en trouverez au moins une légère image, ou quelques traits bien vifs. Or ce fond de l’homme, qui était son plus grand ami dans son harmonie avec la sagesse divine, étant la base et le lien éternel qui rend l’homme immortel, devient son plus grand ennemi domestique, à moins que par l’aide de la grâce et de la lumière, qui éclaire tout homme venant au monde 20, il ne le remette dans l’ordre et dans la concorde, auxquels le Créateur l’avait destiné. Ce feu, ou ce fond igné, pour ainsi dire, est un Ayman, une faim et une soif, qui attire à soi ce qu’elle trouve pour se rassasier et rafraîchir : si elle se tourne du côté de la lumière, qui engendre la mansuétude, elle recevra la manne céleste et la nourriture des anges, oui même la parole vivante, qui procède de la bouche de Dieu, et qui est proche dans notre bouche, proche dans notre cœur 21, par où il se sera une heureuse métamorphose de cet esprit de feu, et de ce fond ténébreux dans un enfant de lumière : mais ce même fond devient dans lui un ennemi et un bourreau cruel, s’il ne lui donne pour toute nourriture que la paille, le foin, le bois, les étoupes des choses de ce monde, qu’il consume comme un rien, sans assouvir sa faim, ni étancher sa soif : car au lieu de le tempérer, il l’allume encore d’avantage : ce qui lui cause ses cupidités, ses colères, ses vengeances, ses rages et ses désespoirs, qui sont autant de croix enflammées de ce feu infernal, dont le diable afflige ses partisans.

V. Nous avons avancé avec une vérité incontestable que ce fond de feu ou esprit de feu, que l’écriture sainte appelle ténèbres extérieures, est pourtant la base et le père de la lumière. Or la lumière est un éclair, doux, aimable, plein de force, de vie, de vertu, et même de mansuétude, quand l’eau surpasse le feu dans l’éclair ; car sans feu et sans eau il ne se fait point d’éclair, qui a le feu pour père et l’eau pour mère. Méditez bien le premier chapitre précédent, vous y trouverez plus de merveilles qu’il ne paraît d’abord ; mais il faut entendre le tout spirituellement dans le monde intérieur, comme nous l’entendons et voyons matériellement dans le monde extérieur, qui n’est qu’une figure ou image (schema, 1 Cor. c. 7, v. 31) de celui-là. La lumière donc donne la vie, la bonté, la beauté, et le prix à toutes choses, comme le feu ténébreux ne donne qu’horreur, terreur, affliction cuisante et mort rongeante, où elles se trouvent. Voilà les grandes causes des croix consolantes et des croix affligeantes : plus on est éloigné de la source de la lumière, plus on sent l’angoisse des ténèbres. Examinez les hommes sur ce principe ; et vous verrez leur bonheur ou leur malheur peint sur le visage de la plus part : un homme qui jouit de la lumière intérieure fait paraître une gaieté d’âme mêlée du sérieux et du grave, une probité de mœurs, une pureté de vie, une douceur de conduite, une candeur de paroles, une mansuétude, qui modère toutes ses passions. Au contraire, une personne qui est encore dans son feu ténébreux ne montre, ne fait, ne parle que de trouble, folâtreries, plaisirs brutaux et sensuels, paroles équivoques, gestes indécents, toujours inquiet, ou d’une tristesse meurtrissante, ou d’un épanchement de joie et de ris folâtres, etc.

VI. L’homme par sa chute ne perdit point seulement la gracieuse compagnie de la lumière, par l’éloignement de la sagesse divine, mais, par une suite nécessaire de la privation de la lumière, la terre fut maudite, ne produisant que des épines et des ronces, et l’homme fut condamné à manger son pain à la sueur de son visage : et c’est ici le commencement de la croix de pénitence à laquelle nous sommes tous condamnés si nous voulons recouvrer, par la grâce de Jésus Christ, notre première innocence et notre pureté lumineuse. Les causes des croix affligeantes se trouvent dans la contrariété, d’où naît le combat pour vaincre le parti ennemi, et surtout le grand adversaire, comme l’appelle St. Pierre I. c. 5, v. 8, qui courre çà et là, comme un lion rugissant, cherchant la proie pour la dévorer : nos autres ennemis domestiques, qui nous livrent aussi une guerre bien cruelle, sont nos passions déréglées, nos convoitises désordonnées, qui se jettent comme à corps perdu sur tout ce que leur présentent la concupiscence de la chair, la convoitise des yeux, et la superbe de la vie : nous avons encore un serpenteau dans nous 22 ; mais qui est beau, joli et mignon, qui se fourre partout, jusque dans le sanctuaire qui gouverne aujourd’hui tous ceux qu’on appelle savants, et qui ne veut point céder le pas à son maître, qui est l’esprit dans l’homme ; je n’ose quasi le nommer, parce qu’on en a fait une petite divinité, qui décide de tout en maîtresse, qui fait la loi partout, qui règle tous les conseils et les desseins des hommes, qui préside aux assemblées, qui fait ce qu’on appelle les beaux esprits et bien souvent les esprits forts, dont le nom véritable est Athée : vous devinerez bien peut être, sans que je vous le dise, que c’est la RAISON, cette petite peste domestique, cette ennemie déclarée de la croix, cette flatteuse et trompeuse, qui étant destinée pour régler les choses corporelles et extérieures, veut dominer même sur l’esprit et l’asservir sous ses lois. Je ne dirai rien de la grande troupe des éléments, de leur productions en nombre et variété, de la contrariété de leur qualités, qui mènent enfin notre corps mortel à la pourriture : ni des influences malignes des astres, dans lesquelles l’ennemi commun darde ses flèches envenimées, avec tous leurs fruits empoisonnés, qui assiègent continuellement la pauvre hutte de notre corps, la menacent de prompte ruine, qui altèrent notre santé, bouleversent souvent nos espérances par les ravines d’eau,  par les sécheresses, par les grêles, par la foudre et autres fléaux de peste, de guerre, famine, qu’elles allument si souvent, afin que les hommes avalent le calice de leurs abominations, qu’ils se sont versé eux-mêmes. C’est là le nombre de l’homme et de la bête apocalyptique, qui cause les grandes croix au-dehors et au-dedans. Passons plus outre.

VII. D’ici nous voyons que la croix est un combat de deux choses contraires l’une à l’autre, dont l’une veut l’emporter au-dessus de l’autre : Cette contrariété vient de la multiplicité ; car où il n’y a qu’unité, il n’y a qu’égalité, ou concorde et harmonie : qui veut se délivrer de la croix doit sortir de la troupe, où est la variété et multitude, et s’efforcer à rentrer dans l’unité, où il n’y a que paix, amour, union, repos, et tranquillité : tant qu’il y aura des contraires, il y aura combat et par conséquent des croix et des souffrances : plus on s’éloigne du centre de l’unité, plus on entre dans la divisibilité de la circonférence, et dans les dangers et occasions du péché, qui est un détour de Dieu comme centre de toutes choses, et un retour, ou attache, ou amour vers la créature, qui est dans la vaste étendue de la périphérie. Il n’y a qu’un seul véritable et unique bien, hors duquel tout est mal, corruption, vanité, ténèbres, néant.

VIII. Or pour trouver ces contrariétés et leur source, outre ce que nous en avons dit, nous n’avons pas besoin de sortir de nous-mêmes ; nous les trouvons sans aller bien loin. L’homme étant un extrait des trois principes, ou mondes, le ténébreux infernal, le lumineux divin et céleste, et le monde extérieur créé hors des deux, il en possède aussi les trois centres, dont l’un veut dominer sur l’autre ; et ainsi sont-ils tous trois  en dispute et combat continuel pour avoir la noble image de l’homme. L’esprit de feu ténébreux, dont nous venons de parler au § II, la prétend du droit de nature, à cause que l’homme a été engendré de sa racine, dans laquelle il est encore ; car la nature n’est autre chose dans son centre, que cette âcreté de feu brûlant ; ainsi l’esprit de feu y a droit de nature : outre cela, la chute dans le péché ne réveille que trop souvent dans nous, pour notre grand malheur, ce feu fougueux et consumant, en l’élevant hors de son centre d’abaissement où il devrait demeurer, comme l’ordre de la création le demande ; tout de même que les racines des arbres et des plantes doivent demeurer en terre. L’esprit de ce monde, dont Satan est le prince, y fait aussi ses grosses prétentions, à cause qu’il le possède et porte dans son sein, et qu’il lui donne continuellement sa vie, sa nourriture, son habillement, ses forces, beautés, ornements et ses merveilles : cette tentation est d’autant plus dangereuse qu’elle nous touche de plus près et plus sensiblement, flattant notre nature corrompue, et se servant à cet effet du serpenteau mignon, qui est la RAISON, comme un enfant, ou fruit de l’esprit astral, qui ouvre toutes les portes et les fenêtres de notre cœur et de notre esprit, pour y fourrer sa belle image, et s’y faire adorer, avec tous ses idoles de conceptions, d’idées, de connaissance, de beaux et spécieux raisonnements qu’elle forme. L’esprit de lumière, où le royaume de Dieu veut aussi absolument avoir l’image de l’homme ; parce qu’il lui a donné son plus grand trésor dans son cœur, qui est Jésus Christ, qu’il l’a régénéré d’eau vive et d’esprit vivifiant ; que l’homme ayant été perdu et retrouvé de nouveau par le bon Pasteur, qui a donné sa vie pour son image, veut et doit manifester dans elle les merveilles du royaume de Dieu, et ce principe nous touche le moins par ses attraits, à cause qu’il est tout spirituel, ne tombant point sur nos sens et détruisant notre raison. Chacun de ces trois principes nous présente ses charmes et ses appâts : le monde du feu ténébreux nous présente la force, la puissance, et la gloire : le monde extérieur nous offre des biens et des richesses, pour parvenir aux charges et aux honneurs, et pour avoir de quoi jouir de toutes sortes de plaisirs dans la bonne chère de la table, dans l’ameublement, dans l’habillement précieux, et dans toute autre sensualité. Le royaume des cieux nous met devant le cœur et l’esprit, la paix, la joie, la justice, l’amour, l’innocence, la pureté ; enfin tous les biens éternels sans fin, dont il nous donne espérance et assurance d’une pleine jouissance, si nous voulons nous rendre tout-à-fait à lui.

IX. Le combat se donne ; il est violent et opiniâtre, à cause des trois très-puissants ennemis l’un à l’autre, dont l’homme est assailli. Le diable ou le monde ténébreux, connaissant le fort penchant de l’homme à l’ambition, à la vengeance, à l’élévation de sa propre excellence au-dessus des autres, lui en fournit les moyens par la puissance de son feu infernal, qu’il allume et souffle continuellement dans lui. Le royaume de ce monde, qui sait le fort et le faible, les avenues et les pauvres retranchements de l’homme, lui donne des richesses, de la santé et vigueur, le rend honorable et respectable par une charge, lui présente ses beautés, ses plaisirs et ses ornements ; l’invite aux sciences, pour paraître dans un plus haut degré que le commun ; lui donne du génie et de l’adresse pour exercer quelque profession ou métier lucratif. Que fait l’esprit de lumière ? Il lui envoie des touches douces d’amour pour l’attirer ; et quand il est engourdi, il le réveille par des piquantes : il lui promet des biens permanents sans fin ; il le menace de sa disgrâce éternelle : il lui met devant les yeux intérieurs sa parole vivante écrite dans son cœur, et la parole écrite sur le papier devant les yeux corporels : il l’appelle par autant de créatures qu’il en a produites, par autant de voix que d’objets qui rendent témoignage au principe, d’où ils sont, et à la fin à laquelle ils tendent. Tous ces attraits étant inutiles, l’esprit lumineux se sert d’autres moyens plus sévères pour faire revenir l’homme de son insensibilité et de sa léthargie : il ôte à l’homme sa santé, et ses forces, le dépouille de ses biens et de ses richesses ; afflige son corps au dehors par des maladies et des douleurs ; et il épouvante et angoisse au-dedans son esprit par des remords, des frayeurs et des détresses, afin de le détourner de l’esclavage de ses deux ennemis et de l’attirer à soi : si cela ne suffit point, le bon Esprit a des verges encore plus sanglantes contre ces enfants rebelles et opiniâtres jusqu’à la manie : il lui ôte ses parents, amis, patrons, sa réputation, son honneur, et sa liberté ; le fait charger de chaînes et enfermer dans un cachot, jusqu’à ce qu’il devienne sage et sobre. Ô Amateur de la vie et des hommes, que tes conduites sont merveilleuses, que ta sagesse est profonde, que tes conseils et tes jugements sont impénétrables à la folle raison humaine !

X. Mais que feras-tu, pauvre homme tyrannisé ? Te voilà tiré et tiraillé de trois côtés. Que feras-tu ? Le choix est entre tes mains. Je t’ai mis, dit le Seigneur, le feu et l’eau, la vie et la mort, le bien et le mal, la lumière et les ténèbres, devant les yeux ; c’est à toi à étendre tes mains où tu voudras : telle semence, telle moisson : tel choix, tel sort : tes œuvres te suivront après cette vie ; c’est là toute ta compagnie : un moment de croix et de tribulation opérera en toi un poids immense de gloire : un moment de plaisir, ou honneur, ou de richesses te causera un poids immense de déshonneur, de disette et de souffrances. Te voilà suspendu entre le temps et l’éternité ; entre l’enfer et le paradis, pendant que tu jouis encore de la lumière extérieure ; quand tu en seras privé, il ne te restera plus que deux principes, dans l’un desquels tu tomberas : de quelque côté que tu te tournes pendant cette vie, tu trouveras la croix, car le diable et le monde ont aussi bien leurs croix, quoique très-différentes de celle de Jésus Christ, et du royaume des cieux, qui souffre violence ; car il y avait trois croix, mais bien différentes l’une de l’autre, sur le Calvaire : une croix de désespoir, une croix de pénitence et une croix de sanctification et de rédemption ; il faut passer par l’une ou par l’autre. Choisis ; mais que ton choix soit sans repentir !

XI. Enfin tout ce qui est dans ce monde est une croix au cœur Chrétien : tout lui est tentation, amorce et attrait au mal ; tout lui est fiel et poison : la cupidité, cette méchante racine et foyer du péché et de tous les maux, infecte tout ce qui se présente  aux sens et au cœur : l’usage de toutes les choses extérieures sans la crainte de Dieu est un venin mortel à l’âme : le serpent est caché sous la belle apparence ; latet anguis in herba : la ciguë croît dans le même jardin que la mélisse ; le chardon suce le même suc de la terre que la fleur de lis : l’arbre de la connaissance du bien et du mal s’étend par toute la nature : son fruit est défendu ; car dès le moment qu’on en mange, l’on meurt : tout ce qui flatte la chair et les sens est un fruit de cet arbre, auquel le serpent est attaché avec le poison : il n’y a que le pain de miséricorde et de douleur par la croix de la pénitence qui soit salutaire à l’âme. La croix est le bon plaisir de Dieu et de sa sagesse ; voire même elle est le bon plaisir de la folie divine, qui est plus sage que toutes les sagesses. La croix est le sel de la chair, qui en empêche la corruption et la pourriture : sans souffrance, il n’y a point de jouissance : c’est en vain qu’on la fuit ; elle nous suit tout par tout, comme notre ombre ; et elle entre bien souvent au-dedans de nous, comme un lion ; quasi leo sic contrivit omnia ossa mea : Isa. c. 38, v. 13. Oui, elle nous accompagne même après cette vie, comme nous verrons par après.

 

          Principium triplex, hominem sub triplice stantem

              Principio, certat juris habere fui.

          Atque elementa, quibus constat, contraria certant.

              Cumque sua turba, tela inimica vibrant.

          Quid facias, homo ! quo fugias, vis scire ? tot inter

              Ærumnas, Christi sub cruce, salvus eris.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE III.

 

DES AVANTAGES DE LA CROIX.

 

I.

 

LA croix de JÉSUS a fait dès le commencement du monde et fera jusqu’à la consommation des siècles la différence entre deux églises ; l’une bâtie sur la montagne de Sion pour les enfants de Dieu ; l’autre bâtie sur le lac infernal pour les enfants du diable : celle-là a toujours été la victime de celle-ci ; celle-ci la meurtrière de celle-là, si point toujours d’effet, au moins, de volonté. Abel est assassiné par Caïn : Noé le prédicateur de la justice devient le jouet et la raillerie des injustes : Abraham le père des croyants reçoit ordre de Dieu de quitter son pays et sa parenté pour demeurer comme pèlerin parmi un peuple idolâtre qui lui fait essuyer bien des craintes et des dangers de sa vie : Isaac son fils devait être immolé par lui, nonobstant qu’il fût déclaré, comme fils unique, l’héritier de ses biens et des promesses des bénédictions divines : Jacob est persécuté à mort par son frère Ésaü : Joseph vendu et livré par ses propres frères aux Madianites ; tout innocent, sage, fidèle et chaste qu’il était, il est mis en prison avec des malfaiteurs : les enfants d’Israël sont chargés et tourmentés de travail par les Égyptiens païens : Moïse, le plus débonnaire des humains, est le plus affligé par un peuple mutin, murmurateur et rebelle : David est cherché à mort à diverses reprises par Saul et par son propre fils Absalom, qui même déshonora son lit : le prophète Élie est aussi cherché à mort par Achab et Jésabel : le prophète Isaïe est scié en deux par sa propre nation : le grand prêtre Zacharie est tué entre le vestibule et l’autel : le prophète Jérémie lapidé par ses concitoyens : les autres prophètes tués, assommés, massacrés, d’une autre manière. Tous les apôtres et évangélistes ont souffert une mort violente, si nous exceptons St. Jean, sur qui le martyre n’avait point de pouvoir. Que dirons-nous des autres martyrs ou témoins de la parole de Jésus Christ scellée par leur propre sang ? Le temps et le papier nous manqueraient. Qu’il nous suffise de savoir, par ces exemples, qu’il n’y a jamais eu d’enfants de Dieu sans croix ; que la croix a toujours été et sera toujours le coin par lequel les Chrétiens seront marqués dans le temps, et le cachet par lequel ils seront scellés dans toute l’éternité, à l’exemple de leur glorieux Maître, qui portera toujours les cicatrices glorifiées de ses plaies. Car la croix est le caractère divin, le sceau de l’Agneau immolé depuis le commencement du monde, le Tau, ou la marque du poteau ou gibet sacré dont sont marqués les 144,000, dans l’Apoc. c. 7, v. 4. C’est enfin le véritable caractère ineffaçable ; les autres caractères ainsi appelés sont de l’invention des hommes et non d’institution divine.

II. Si la croix est la marque de distinction des élus, elle doit être aussi la marque de la miséricorde divine ; oui même la marque de l’amour divin : car si Dieu châtie par la croix ceux qu’il aime, Ego quos amo, arguo et castigo, Apoc. c. 3, v. 19, le châtiment par la croix est par conséquent une marque de son amour ; ainsi celui qui est hors de la correction est aussi hors de l’amour. C’est là le premier témoignage de la dilection paternelle, quand l’enfant désobéissant et revêche retourne à son devoir, et plie le cou sous le joug de la discipline paternelle ; le père le reçoit à bras ouverts, parce qu’il est son enfant ; mais aussi il le châtie à cause de la désobéissance ; le Père éternel n’a point épargné son Fils unique et bien aimé, après qu’il s’était chargé de la corruption de notre nature dans son état du plus profond abaissement : si cela est arrivé au bois vert, qu’arrivera-t-il au sec ? Il faut en venir là, mon cher Théophile ; il n’y a point d’autre chemin qui mène à la vie nouvelle et à l’éternelle que par la mort et destruction de l’ancienne : la croix seule par la foi fait mourir le vieil homme pour ressusciter le nouveau : car c’est là le but, l’ouvrage et le caractère véritable de la croix de renouveler toutes choses dans le ciel et dans la terre ; et c’est là l’avantage le plus étendu de la croix, laquelle enfin vaincra tous ses ennemis altiers, pliera la dureté de leur cou et les rangera sous son drapeau d’amour et d’obéissance, dont ils s’étaient séparés par leur révolte.

III. Pour descendre aux avantages et privilèges plus spécifiques de la croix, considérons les paroles très-remarquables de l’apôtre St. Paul aux Rom. c. 5, v. 3, et seq. Mais nous nous glorifions même dans les afflictions, sachant que l’affliction produit la patience, et la patience l’épreuve, et l’épreuve l’espérance, or l’espérance ne confond point. Voilà une généalogie aussi sainte que salutaire, dont la croix ou tribulation est le tronc, ou grand-père, comme la tige d’un arbre de consanguinité ; il me semble d’y voir l’échelle que Jacob vit, étant sous la croix de la persécution de son frère ; sur cette échelle les anges montent et descendent : JÉSUS Christ est descendu en-bas de l’échelle avec la croix ; il est remonté en-haut et est entré dans sa gloire avec la croix : la croix tient donc le sommet de l’échelle ; car elle vient du ciel, elle est ordonnée, compassée et mesurée par la sagesse divine ; elle descend sur la terre avec les anges, qui sont les ministres et exécuteurs des ordres de la sagesse : la voilà donc sur la terre, pour être distribuée à un chacun, à très-juste proportion, suivant la portée et les forces des porte-croix, mais comment remonter en-haut avec JÉSUS Christ et avec les anges ? Le même apôtre nous y montrera le chemin, et nous y mènera à coup sûr et en droiture par les paroles qui suivent immédiatement l’arbre généalogique, car d’une telle parenté doit émaner assurément un fruit bien illustre, dont la noblesse surpassera même de beaucoup ses ancêtres. Le voici : parce que, dit-il, l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit, qui nous a été donné, ibid. v. 5. Voilà le rejeton noble et glorieux qui nous fait remonter l’échelle vers le ciel, d’où nous sommes émanés avec les anges, qui ne sont eux-mêmes que pures flammes ardentes du feu lumineux d’amour et de charité, avec lesquels nous sommes par conséquent réunis, comme avec nos frères, par le lien doux et étroit de la charité répandue dans nos cœurs comme une onction balsamique de pureté et de sainteté, par l’esprit seul vivificateur. Considérons bien l’échelle et les échelons de la croix pour descendre et pour remonter : la racine de cet arbre généalogique est la tribulation, qui est amère : mais son rejeton ou son fruit dans le premier et dernier degré d’affinité est bien doux et d’une durée infinie : c’est la charité, qui durera autant que Dieu sera Dieu, car il sera toujours amour et charité sans fin.

IV. Dans toutes les leçons et instructions de doctrine et de pratique que JÉSUS Christ a données, nous ne trouvons qu’une fois qu’il ait dit : apprenez de moi ; il faut donc que cette leçon soit bien importante ; puisque JÉSUS Christ nous commande de l’apprendre tant de sa bouche sacrée par sa parole que de sa vie par ses actions : apprenez de moi, dit-il, parce que je suis doux et humble de cœur, Matt. c. 11, v. 29. La véritable humilité de cœur embrasse et porte volontiers toutes les croix, comme partantes de la main de Dieu ; les regarde comme des gages précieux de ses soins, de sa fidélité, de son amour, et comme des moyens et des sources par lesquelles il veut assurément nous communiquer de nouvelles grâces, après nous y avoir préparés par la purification de la croix, qui nous dégage toujours davantage de nous-mêmes et des choses créées. La croix ne vient jamais à contretemps à l’âme humble de cœur, si elle est fidèle : elle y courbe d’abord le cou pour la recevoir ; elle ouvre les bras de l’humilité et de la patience pour l’embrasser, sans examiner si elle vient des hommes, si c’est à tort ou à droit, si elle est pesante ou légère, de longue ou de courte durée : il lui suffit d’être assurée qu’elle est infailliblement ordonnée de Dieu, dont elle cherche uniquement d’exécuter la volonté et le bon plaisir, de quelque instrument qu’il se serve pour la lui adosser. Cette douceur et cette humilité de cœur donne toujours au porte-croix la paix intérieure, afin qu’il ne murmure ni ne s’impatiente, ni ne se trouble point sous le fardeau de la croix : ainsi le fruit de la croix est la patience ; la tribulation engendre la patience ; le fruit de la patience est la mansuétude et l’humilité de cœur : car après que nous avons pris le joug de JÉSUS-CHRIST, qui est la croix, sur nos épaules, JÉSUS nous dit : apprenez de moi, parce que je suis doux et humble de cœur : par où nous voyons que la croix, ou le joug de JÉSUS, dont on s’est chargé volontairement, et qu’on porte patiemment, opère et engendre, par la patience, la mansuétude et l’humilité de cœur, qui sont le véritable caractère de JÉSUS : où ce caractère se trouve, là se trouve JÉSUS, la vie, la lumière, la vérité, et le Paradis même.

V. Nous voyons clairement de ces déductions les fruits et les prérogatives ineffables de la croix, ce grand don de Dieu, dont il favorise ses amis et ses élus, comme de la marque la plus signalée et la plus assurée de son amour : car dans les autres grâces et les dons divins, l’amour-propre et la vaine complaisance peuvent se fourrer, mais la croix est à l’abri de ces embuscades, étant la mort et la destruction de l’amour-propre et de l’orgueil, qui sont deux grands ennemis de la croix. Mais il faut bien remarquer que dans toutes les croix salutaires à l’homme, la foi doit toujours accompagner la croix, et même la précéder, pour recevoir la croix en esprit de foi : il est vrai que Dieu se sert quelques fois de la croix pour engendrer la foi dans les pécheurs, qui n’ont encore rien de la foi vivante ; mais nous parlons ici d’une âme chrétienne, qui a reçu le don de la foi, sans laquelle on ne peut s’approcher de Dieu ni lui plaire : ainsi la foi est le fondement de la vie chrétienne, sans laquelle les croix nous seraient souvent non seulement infructueuses, mais aussi insupportables, comme nous voyons dans les amateurs du monde, qui en secouent le joug, cherchant, par tout moyen de distraction, d’occupation, de divertissement, à étouffer la voix de la croix, qui heurte si souvent à la porte de leurs cœurs par des remords, des troubles, des inquiétudes, des chagrins, ou des tristesses, dont ils ne savent et ignorent volontairement la cause ; car Dieu dans JÉSUS cherche la brebis égarée par les dehors et par les dedans, n’épargnant aucun soin ni peine pour la trouver, la mettre sur ses épaules et la porter au bercail. C’est donc par la foi qu’une âme chrétienne doit recevoir et souffrir les croix, Hébr. c. 11, v. 39 ; 2 Cor. c. 12, v. 10 : où l’apôtre raconte tant de merveilles de la foi opérées dans les diverses croix dont il fait le dénombrement. La croix manifeste la foi ; la foi éclaire et guide la croix : la croix est l’épreuve de la foi ; la foi est le soutien de la croix ; voilà comme elles se prêtent les mains l’une à l’autre.

VI. Un véritable Chrétien doit haïr sa vie ancienne pour en mener une nouvelle : il faut abandonner la vie de la chair pour vivre d’esprit : si nous voulons aimer Dieu, comme nous y sommes très-étroitement obligés sous peine de damnation, il faut quitter l’amour du monde et de soi-même. Or, rien ne nous sépare plus fortement et certainement de ce double amour que la croix : le monde ne nous peut présenter que les honneurs, les plaisirs et les richesses. Or la croix accable de mépris contre l’honneur ; elle cause les douleurs et les souffrances contre les plaisirs : elle réduit bien souvent au besoin et à la pauvreté contre les richesses. C’est là toute la vie d’un Chrétien en peu de mots, et la véritable imitation de JÉSUS-CHRIST, qui nous fait mourir chaque jour à nous-mêmes, par la croix qu’il nous commande de porter chaque jour, nous fait renoncer à notre amour-propre, à nos avantages, honneurs, aises, commodités, plaisirs, propre excellence au-dessus des autres, propres lumières naturelles de la raison, qui trouvent tous leur déroute dans l’amertume de la croix, dont le fruit est si doux et si salutaire. Car si l’on sème ici parmi les larmes et les soupirs, parmi les douleurs et autres souffrances, on moissonnera là, la paix, la joie, la justice ; voire même dès ce monde des consolations très-suaves et des douceurs très-abondantes : car quand l’amertume d’un fruit encore vert vient à sa maturité, pour lors il nous fait goûter sa douceur. Tout ce qui est amer tire à soi et concentre dans soi : l’homme, qui avec l’enfant prodigue s’est éloigné dans des pays étrangers, ne peut retourner à Dieu avec l’enfant prodigue et perdu que par la croix et la souffrance : cette souffrance, qui lui est amère, le réclame, le retire et le concentre dans lui-même, où il se retrouve, et où il se dit à lui-même dans cette amertume rétrécissante et angoissante de cœur : surgam et ibo ad Patrem meum ; je me lèverai et je m’en irai vers mon Père : Luc, c. 15, v. 18. Car c’est dans cette reconcentration dans soi-même que la chaleur dilatée par les plaisirs des objets extérieurs réunit ses forces et sa vertu, pour allumer le feu de l’amour divin, qui chasse l’amour du monde, et qui mûrit le fruit d’esprit pur et droit et de nouvelle vie, vie surnaturelle au-dessus des sens et de la raison humaine, qui n’a plus de complaisance pour le monde ni pour les mondains ; car, dit l’Apôtre Gal. c. 1, v. 10. Certes si je complaisais encore aux hommes, je ne serais pas le serviteur de Christ ; l’amitié de ce monde étant une ennemie irréconciliable de Dieu, tant que le monde demeure immonde.

VII. Je dirai bien davantage ; savoir que Dieu n’ayant pu attirer jusqu’à cette heure les hommes à soi, par tous ses bienfaits, par toutes ses promesses, ni mêmes par toutes ses terribles menaces faites de sa part tant par les prophètes, que par des hommes de Dieu, savants et idiots, dans tout temps et dans tout lieu, que le monde a traités et traite encore dans le Nouveau Testament comme il a traité les prophètes dans l’Ancien, dont je pourrais faire un long catalogue ; Dieu, dis-je, n’ayant pu rien gagner sur les hommes par toutes sortes de témoignages de bienfaisance et menaces de châtiments terribles, va armer toute la nature et la créature contre les insensés de la terre ; va fondre sur tout le genre humain avec des fléaux horribles, et des tribulations si angoissantes qu’il n’y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde, et qui n’auront point leur pareille. La parabole du figuier, Matt. c. 24, v. 32, se développe ; la cognée est mise à la racine de l’arbre, de ce grand arbre dans Daniel, dont les branches sont si belles et si grandes, fertiles en fruits, sous l’ombre duquel font assis tous les animaux et les bêtes de la campagne, et tous les oiseaux sous le ciel, duquel toute chair vivante se nourrit ; car le monde est dans l’état d’une femme enceinte accusée et convaincue, et pour cela condamnée de maléfice ; mais qu’on épargne jusqu’à ce qu’elle soit accouchée : après son accouchement, elle subit le supplice porté par sentence. Tous ces fléaux et ces tribulations prêts à se répandre sur toute la terre auraient déjà pris leur commencement redoutable : mais à cause de quelques âmes de bonne volonté, qui sont encore dans les douleurs de l’enfantement, le Seigneur suspend pour peu de temps ces horribles jugements, avec lesquels il visitera bientôt tous les habitants de la terre, après l’enfantement de ces bonnes âmes, qui sont dans les angoisses et les douleurs, pour mettre au monde l’enfant surnaturel JÉSUS dans nous, l’espérance de la gloire, qu’il fera paraître dans son second avènement glorieux, consolant pour les siens, et terrible à ses ennemis. Je viens bientôt, dit l’époux : Oui, Seigneur JÉSUS, viens, répond l’épouse, Apoc. c. 22, v. 20.

VIII. Oui, oui, âme chrétienne et porte-croix de JÉSUS, qui êtes encore dans les douleurs de l’enfantement, ou qui venez d’enfanter JÉSUS le nouveau-né, que le dragon veut d’abord engloutir, ce même dragon roux en veut à votre enfant : il a suscité ses suppôts et ses instruments, il les a armés de malice et de violence, de cruauté et de tyrannie contre vous, à cause de votre enfant, dont il est l’ennemi juré. Vous êtes et serez méprisée du monde : car le royaume de nouveau-né n’est point de ce monde : vous pleurerez et vous gémirez, pendant que le monde se réjouira : on dira toute sorte de mal de vous, que vous êtes séduite, ou même séductrice, hérétique, ou peut-être hérésiarque, ensorcelée, ou sorcière (car les noms de Janséniste ou de Quiétiste parmi les Catholiques, ceux de Piétiste parmi les Luthériens, ceux de Quackres parmi les Calvinistes, sont trop doux pour vous : on les donne même souvent aux hypocrites), on vous regardera et on vous traitera comme la racaille et la canaille du peuple : on vous persécutera d’un endroit à l’autre : après être échappée des mains d’Hérode, vous tomberez dans celles des docteurs de la loi, je veux dire du clergé aussi hypocrite dans le Nouveau Testament, que l’étaient les Pharisiens dans l’Ancien. Vous serez aussi la haine et l’opprobre des hommes pour l’amour de JÉSUS crucifié : le Pharisaïsme vous décriera partout et vous suscitera des ennemis qui troubleront votre repos et votre demeure : à peine trouverez-vous un petit recoin avec votre bon Maître pour reposer votre tête : tout partout où vous irez, vous payerez la gabelle, comme JÉSUS la paya dans son état d’humiliation et d’abaissement : persécution au dehors, angoisse au dedans : tribulation et douleur dans la chair, tristesse et ténèbres dans l’esprit. Où aller, où se cacher, où se réfugier pour fuir la main de Dieu appesantie sur vous par lui-même et par ses créatures ? Quo ibo a Spiritu tuo ? Psal. 138, v. 7.

IX. Ne désespérez pas, âme Chrétienne, sœur de la croix : soyez ferme et vigoureuse, forte et confiante même dans vos faiblesses ; car c’est là où la force est cachée : Cum enim infirmor, tunc potens sum, 2 Cor. c. 12, v. 10. JÉSUS a des cachettes ; il vous protégera sous l’ombre de ses ailes : il vous montre le côté du cœur ouvert, pour y entrer et pour vous rassasier des eaux salutaires que vous y puiserez avec joie : il vous a gravé dans ses mains et vous a imprimé sur son cœur comme un cachet : il est lui-même le cœur du père ; il vous mène à lui sous sa bannière : mais outre tout cela, il a encore une panacée ou médecine universelle à tous vos maux. Que la foi et l’espérance vous soutiennent dans la croix ! Voici la pierre de transmutation, qui fait des changements et des retours merveilleux : Mais votre tristesse sera changée en joie ; Jean, c. 16, v. 20. Vos gémissements en réjouissances : cette pierre angulaire, choisie, fondée dans Sion la pacifique, essuiera toutes vos larmes, qu’elle a contées pour en faire autant de perles ou de bijoux. Ne craignez pas ; il est avec vous : il vous aide, il vous mène, il vous porte : Quand tu passeras par les eaux, Je serai avec toi, et quand tu marcheras dans le feu, tu ne seras point brûlé, Ésa. c. 43, v. 2. Autant que vous aurez souffert ici de tristesse sainte, de déplaisirs, d’affronts, de calomnies, de mépris, de persécutions, autant recevrez-vous là et même déjà ici de consolations : de caresses, de douceurs, d’embrassements, de baisers sacrés de la bouche de l’époux, très-ardent amateur des âmes : au contraire, il rendra à vos ennemis le double du mal qu’ils vous auront fait : vous verrez quelle sera la compensation. Et retributionem peccatorum videbis, Ps. 90, v. 8. Autant que la grande paillarde, la Babylone putain, rassasiée du sang des martyrs et témoins de JÉSUS aura reçu de plaisirs et de délices, autant de tourments et de supplices a-t-elle à attendre : Tantum date illi tormentum et luctum, Apoc. c. 18, v. 7. Tout sera compensé avec juste proportion, mesure et équité.

X. Mais pour ne point effaroucher les âmes de bonne volonté, qui sont des nourrissons encore tendres et timides, par le tableau que nous avons peint auparavant, il faut leur mettre encore devant les yeux quelques autres mets délicieux pour les amorcer à l’amour de la croix, dont les avantages et les prérogatives ne regardent point seulement la vie future, mais aussi la présente. 1. Dans la carrière de la croix, vous trouverez ma chère et bien aimée sœur, une grande compagnie de porte-croix qui vous feront pères et mères, frères et sœurs, des véritables amis et amies : ils vous assisteront de leur bien, de leur conseil, de leur lumière, de leurs prières. 2. Vous y aurez la compagnie de JÉSUS beaucoup plus certainement et réellement que ceux qui en ont pris le nom ; car vous en aurez le nom et l’effet, étant une des véritables sœurs de la croix, non de la croix-rose, qui n’a été qu’une belle invention, quoique pourtant de bonne intention, mais de la croix de JÉSUS avec vérité et réalité, ayant choisie et embrassée la croix et le crucifié pour votre amant, qui sera toujours avec vous dans la tribulation, pendant toute votre vie, et qui vous accompagnera après la mort de votre corps, pour vous mener à son père. 3. Vous n’éprouverez aucune croix qui ne soit suivie ou quelquefois même précédée de quelque grâce ou consolation extraordinaire : car c’est là le droit de la grâce et de la lumière divine d’être engendrée par la croix : si par conséquent les grâces et les lumières précèdent les souffrances, comme il arrive quelquefois par la sagesse et l’ordre du Dispensateur, il faut pourtant qu’elles soient éprouvées et confirmées par la croix, qui y met le sceau de vérité et de réalité. 4. Dans quelque tribulation et quelque souffrance que vous vous trouviez, où il paraîtra à la raison et au sens naturel que tout est défespéré, qu’il n’y a ni secours ni ressource à attendre, que c’est fait de vous sans retour, Dieu, qui a l’œil sur vous, et dans ses mains les cœurs et les esprits de tous les hommes, qui les manie, les penche, les fléchit et les incline, où, comme et quand il veut, selon son bon plaisir, suscitera, hors des ressources et des trésors de sa sagesse incompréhensible, des moyens et des secours si prompts, si efficaces, si extraordinaires, que vous reconnaîtrez et vous sentirez qu’il n’y a que lui de sage et de puissant, qui confond les conseils et les entreprises des hommes, qui règle et ordonne leurs actions, qui meut leurs pensées et leurs désirs, et que rien enfin ne résiste à sa volonté. Je vous en dirais bien davantage ; mais j’aime mieux de vous renvoyer à l’épreuve : éprouvez et voyez : vous trouverez par votre expérience et celle des autres que ce que j’avance est solide et véritable.

XI. Consolez et fortifiez vous donc, âme chrétienne et porte-faix de Jésus : quoique le soleil soit quelquefois dérobé à notre vue par des éclipses et des nuages qui l’obscurcissent à la faible portée de nos yeux, il demeure pourtant toujours lumineux dans soi : après qu’il a été un peu caché, il répare nos pertes en reparaissant avec plus d’ardeur et d’éclat. C’est ce qui arrive quelquefois à l’âme fidèle qui croit d’avoir perdu la lumière, ne voyant à l’entour d’elle qu’horreur, ténèbres et image de la mort : mais qu’elle soit persuadée que la lumière ne l’a point abandonnée : elle lui paraît cachée à cause qu’elle pénètre toujours plus avant dans son fond intérieur, jusqu’à ce qu’elle ait tout à fait renversé et détruit le fondement le plus intime des ténèbres. C’est pourquoi dans la vie spirituelle de la croix il se rencontre des obscurités qui égalent et surpassent la lumière, selon les degrés des unes et des autres. Qui croirait aussi à une surabondance de joie parmi l’abondance des tribulations qui environnaient St. Paul de tous côtés, si lui-même n’en avait point fait une confession ouverte à ses Corinthiens 23 ?

XII. Enfin, pour ramasser en gros les avantages de la croix, nous ajouterons les suivants en raccourci aux précédents plus détaillés. La croix est une miséricorde de Dieu vers l’homme pendant cette vie : elle est la porte de la grâce et de la lumière : elle est le chemin étroit qui mène à la vie : elle est la rose entre les épines : la verge de la correction divine : la marque de sa dilection : l’aurore qui précède et annonce le soleil de consolation : le vésicatoire et le réveillement de la léthargie spirituelle : la conformité avec JÉSUS-CHRIST, et par conséquent la marque de la prédestination : l’épreuve de la foi : la bonne compagne de l’espérance : la mère de la patience : la nourrice de la débonnaireté et de l’humilité de cœur : l’école de la véritable sagesse : la maîtresse de la chasteté : le fouet de la chair : le renouvellement de l’esprit, la garde des sens : l’amortissement des plaisirs : le frein des passions : l’asservissement du corps rebelle : le rappel à l’oraison : le guide dans le pays inconnu de notre néant : la couronne des martyrs : la gardienne des vierges : la gloire des élus : le grand et le remarquable signal de l’avènement du fils de l’homme 24.

XIII. Voilà quelques avantages et quelques prérogatives de la croix tracés en gros, comme à la hâte : car qui pourrait épuiser cette fontaine intarissable ? Comme il se donnera dans la suite occasion d’en parler plus d’une fois, je me contente d’en souhaiter à présent tous les fruits à mon cher Théophile, laissant le reste à sa méditation et à sa pratique. Chantons entretemps un motet à sa louange :

 

                             Transeamus, evolemus !

 

          Per probrosa ad decora ;   Per inferna ad superna ;

          Per infima ad suprema ;    Per aspera ad æthera ;

          Per dura ad duratura :     Per angusta ad augusta :

 

                             Ad Christum, per crucem :

                             Per Christum, ad lucem ;

                             Transeamus, evolemus !

 

          Crux hominis mentem purgat, carnemque rebellem :

              Vesanus nostri, sub cruce, cessat amor.

          Crux odium nostri parit et virtutis amorem :

              Omnis proprietas, sub cruce, nostra cadit.

          Crux spoliat : Sed quid superest ? vicoria mundi,

              Quam parit, abjecta sub cruce, viva fides.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IV.

 

DE LA FOLIE DE LA CROIX.

 

I.

 

LES sages de l’école mondaine ont fait une petite divinité de leur raison naturelle, qu’ils appellent avec les Gentils une particule de l’esprit ou de la lumière divine, divinæ particulam auræ. Dans cette belle perspective de leur vue fort bornée, ils l’ont placée comme une déesse sur l’autel de la vérité, et l’ont même introduite jusque dans le sanctuaire, pour y juger et y décider des choses divines, ou pour les expliquer et les interpréter à leur mode, ne reconnaissant point dans l’homme d’autre lumière ni d’autre guide que celle-là pour arriver à la connaissance de la vérité. Les trois grandes parties du Christianisme en ont fait et en font encore leur idole, la consultent dans leurs doutes, prononçant avec une fière arrogance ses décisions, comme des oracles divins, et soumettant à ses lois et à ses décrets tous les autres hommes conduits aveuglément par des aveugles. Comme ils sont sortis du centre de l’unité de la vérité divine, il ne faut point s’étonner s’ils sont entrés dans le labyrinthe de la circonférence avec les païens, s’occupant de mille et mille questions inutiles, frivoles, dérogeantes tout à fait à la sagesse divine, desquelles on peut assurer que c’est une grande partie de la véritable sagesse que de les ignorer. Ils sont ainsi restés dans les tourbillons des belles images et des imaginations creuses qu’ils se sont forgées, se contentant de savoir beaucoup plutôt que de bien savoir et de bien juger : ils se sont honorés eux-mêmes et se sont fait honorer des autres, citant leurs propres témoignages et leur autorité et celles de leurs semblables, hommes de raison comme eux. De là le monde a fourmillé d’une infinité d’écrits et de livres des uns contre les autres, un parti rongeant et dévorant l’autre à belles dents, jusqu’à la fureur, d’où sont sorties des guerres sanglantes, des divisions, des discordes et des contentions perpétuelles, qui règnent encore aujourd’hui, des animosités dans les disputes, des scandales dans les auditeurs. Voilà ce qui fait encore l’occupation des académies et de ceux qui montent bien souvent en chaire, d’où la simplicité et la candeur divine ont été bannies pour faire place à la subtilité de l’école, qui apprend toujours et ne parvient jamais à la connaissance de la vérité simple, sincère et sereine.

II. Sur un si beau fondement a été établie la sagesse humaine, qui par là est devenue la plus grande ennemie de la croix de JÉSUS, dans laquelle elle ne trouve que folie avec les Gentils ou scandale avec les Juifs, selon qu’elle tient plus du paganisme ou du Judaïsme. Or, tel fondement, tel bâtiment ; tels parents, tel enfant ; le fruit ne tombe pas loin de l’arbre ; qui bâtit sur le sable mouvant verra crouler sa maison. La raison est vraiment l’œil de l’horizon temporel, qui doit régler les choses extérieures et les corporelles, auxquelles le temps et le corps ont part ; car elle a été donnée à l’homme pour cela : mais son origine ne venant que des astres, dont elle est une influence, sa portée ne peut pas s’étendre plus loin que sa source. Car son terme a quo est aussi son terme ad quem : d’où une chose prend son origine, là peut-elle arriver, mais pas plus loin. Il faut que la raison et sa fille la sagesse humaine reconnaissent et avouent que, dans la matière que nous traitons de la folie de la croix, elles y ont toutes deux non seulement leur bonne part, mais qu’elles sont la véritable cause de cette folie, n’étant elles-mêmes que des follettes et des folâtres dans la sagesse divine. C’est dans cette matière qu’elles sont toutes deux déconcertées, étourdies et renversées, étant obligées de voir leur honte et leur confusion, et de confesser qu’elles ne sont que Juives ou païennes : car leur étincellette est trop bornée pour pénétrer le mystère de la croix, et leur hauteur trop altière pour s’y soumettre sans leur perte irréparable.

III. L’Apôtre St. Paul avait au-dessus des autres Apôtres des avantages acquis par son éducation aux pieds du grand Gamaliel, où il avait été instruit non seulement dans la sagesse humaine de la raison, mais aussi dans les écrits prophétiques : il était savant, même dans les écrivains Gentils, dont il cite trois fois quelques passages dans ses propres écrits et dans ses prédications ; il avait de l’éloquence, comme il paraît encore par ses épîtres, dans lesquelles il parle avec emphase, avec une vivacité persuasive, et avec un ordre, arrangement, suite, force ravissante ; comme on peut voir entre autres dans le 1er chap. aux Éphés. Avec toute sa sagesse, il n’y a pas eu de plus grand persécuteur de JÉSUS et de sa croix que lui dans tout le Judaïsme, comme il est connu : la croix et le crucifié lui étaient non seulement des sujets de folie, mais aussi de blasphèmes, d’outrages et de carnage contre ceux qui en faisaient profession ; jusqu’à ce que celui qu’il persécutait dans ces membres lui apparaît, le renverse du cheval de sa sagesse, rend les yeux de son corps et de sa raison aveugles, et lui apprend par Ananie combien il devait souffrir lui-même pour la prédication et la gloire de la croix et du crucifié. Toutes ses prérogatives tombent ; ce qui lui avait parut gain lui paraît perte : toute sa sagesse devient la servante de la folie de la croix, qui fait tout son ornement et toute sa gloire ; il ne cherche ses consolations que dans les tribulations ; il regarde la mort comme un grand gain ; autant qu’il vomissait auparavant de menaces, de feu et de carnage contre la folie de la croix, autant y trouve-t-il à présent de douceur, de noblesse et de sagesse. Voyons-en quelques leçons qu’il nous en a laissées.

IV. Dans sa 1re aux Cor. c. 1, v. 17, il dit que JÉSUS-CHRIST ne l’a point envoyé pour baptiser mais pour prêcher l’évangile ; non point avec des paroles enflées et bouffies d’une éloquence et prudence humaines, dont il avait pourtant de bonnes teintures de son éducation sous son grand maître Gamaliel, au-dessus de tous ses confrères ; « afin », dit-il, « que la croix de Christ ne soit point évacuée », ou réduite au néant 25. Car si le faste et le fard de la sagesse humaine, si les ressources et les subtilités de la raison avaient part à la prédication et à la persuasion de la vérité de l’évangile, où demeureraient la vertu de la croix et la gloire de Dieu ? La raison et la sagesse de l’homme, qui se cherchent en toutes choses, se trouveraient bientôt ici pour avoir leur bonne part à l’honneur et à la réputation que leur aurait acquis la prédication de l’évangile ; et bien loin d’y trouver l’opprobre, l’ignominie et la folie de la croix, elles y trouveraient leur renommée, applaudissement, estime, louange et richesses, comme nous en faisons tous les jours la déplorable expérience : car où est le prédicateur de la croix qui aime la croix, qui la souffre, qui l’estime et qui la préfère à la bonne chère, à ses commodités, à ses intérêts, à ses jours gras ? Ne sont-ce point aujourd’hui les premiers railleurs des porte-croix, qu’ils méprisent et qu’ils persécutent, à cause qu’ils ne veulent ni ne peuvent s’accommoder au trantran de leurs violes ou vielle de cérémonie, de commandements et d’autres inventions humaines, que leur raison et leur sagesse ont substitués à la place de la croix, qu’ils regardent et qu’ils traitent de folle et de folie ? Où trouvera-t-on aujourd’hui une de ces robes noires qui se dépouille pour revêtir les nus ; qui aille plus souvent vifiter et consoler les pauvres que de recevoir les consolations et les douceurs des riches ; qui, avec une sainte hardiesse et une grandeur d’âme Chrétienne, prêche, défende et pratique la doctrine de la croix contre ses ennemis, dont tout le monde est rempli et regorgé ? Oh ! non ; cette conduite ne ferait point bouillir la marmite, ni remplir le gousset : il faut ménager le monde et s’accommoder à lui, dit leur raison : c’est dire en un mot, par une conséquence juste tirée des principes de la sagesse humaine, que la croix n’est que folie, que sa doctrine et sa pratique n’appartiennent qu’à des bigots, ou à des idiots, qui ont la tête mal tournée ou la cervelle renversée. Oh ! quelle folie, dit la raison.

V. Mais tout beau, tout bas, dit la folie de la croix à la sagesse de la raison : vous n’avez pas encore cause gagnée : il faut bien d’autres syllogismes d’une autre forme, figure et mode pour renverser la vérité : savez-vous où vous en êtes avec votre belle poupée de prudence mondaine ? qu’elle ne vous aveugle pas si fort, que pour vous laisser ignorer votre propre état présent, et les suites qui vous attendent dans le futur : car ce serait manquer à elle-même, et être bien imprudente. Demandons ensemble au même apôtre à qui donc la croix n’est que folie ? Il répond là même, dans l’endroit cité, qu’elle est folie à tous ceux qui périssent : voilà une terrible décision qui doit faire trembler et la raison et les raisonneurs : elle est folie à ceux qui sont trop sages, trop grands et trop remplis d’eux-mêmes, trop puissants et trop abondants pour se soumettre à la croix, et ramper sous sa bassesse, sa pauvreté, ses opprobres et ses mépris ; elle est folie à ceux qui périssent, parce qu’ils l’ont méprisée, regardée comme une ladre et une pestiférée, comme une malédiction et un opprobre, qui ne conviennent qu’aux plus malheureux et aux derniers des hommes : elle est folie à ceux qui périssent ; ainsi elle est folie à la raison et à la sagesse humaine, qui passeront avec les cieux, dont elles ont leur source, et avec la terre, où elles sont honorées, quand Dieu créera nouveau ciel et nouvelle terre. Mais puisqu’elle est folie à la plupart, il faut pourtant qu’elle ne le soit point à tous : car il y a encore, quoique fort peu, des amateurs de la croix qui la regardent comme l’invention de la sagesse divine ; qui reçoivent la parole et la doctrine de la croix avidement, la gardent soigneusement, l’exécutent fidèlement. Le même apôtre donne à ceux-ci cette grande consolation présente et espérance pour l’avenir, disant qu’elle est aux véritables et fidèles croyants, qui seront sauvés et qui ne périront point avec la raison et les raisonneurs ; qu’elle est, dit-il, une force de Dieu, une vertu puisante, une haute sagesse et un riche trésor. Il en faut croire et s’en tenir à cette conclusion de l’apôtre ; car quand il l’écrivait, il en savait tout le mystère, il avait été ravi jusqu’au troisième ciel, jusqu’au cabinet du conseil secret divin : c’est pourquoi il disait de lui-même : qu’à Dieu ne plaise que je cherche ou mette ma gloire dans autre chose que dans la croix de notre Seigneur JÉSUS-CHRIST : je me glorifierai dans mes faiblesses, afin que la force de Christ, qui est la croix, habite en moi 26. Voilà ce qu’il avait appris et avait apporté du conseil intime de la sagesse éternelle, savoir, l’honneur et la gloire de la folie de la croix.

VI. En effet y a-t-il rien de plus opposé à la raison et à la sagesse humaine que de se haïr soi-même, de charger sur soi le mépris, la pauvreté, l’infamie et la disette de toutes choses : de faire du bien à ceux qui nous font du mal ; d’aimer ceux qui nous haïssent ; de prier pour ceux qui nous persécutent ; de bénir ceux qui nous maudissent ; de mourir à notre propre volonté, à la recherche et à l’amour de nous-mêmes, de nos commodités et de nos plaisirs ; de choisir partout la dernière place, les morceaux les moins délicats et les habits les moins précieux : de quitter père, mère, frère, sœur, femme, enfants, parents et amis, biens et pays ; oui de se quitter soi-même pour se rendre à un état vil, abject, méprisable, mortifiant, crucifiant, dans lequel on ne passe pas seulement auprès des siens propres et auprès des étrangers pour singulier, affecté, hypocrite, mangeur de crucifix, mais aussi pour fantasque, bourru, bigot, séduit, séducteur, hérétique et archifou par-dessus le marché ; sans honneur, sans réputation, oui sans science et sans raison, qu’on a soumis à la folie de la croix, par un généreux renoncement ? Je n’ai rien voulu dire du beau titre d’enthousiaste ; car il fait honneur à ceux qui le connaissent, mais on ne le donne jamais à personne pour l’honorer.

VII. Paraît-il donc rien de plus contraire, de plus absurde et de plus ridicule à la raison et à la sagesse humaine, oui même de plus hideux et de plus affreux, que cet état de la croix ? Si elle ne faisait point tant d’horreur aux sages par sa folie, peut-être l’embrasseraient-ils ; mais ils cesseraient d’abord d’être sages, et seraient les fous de la croix, fous pour l’amour de JÉSUS : nos stulti propter Christum 27. Ils aiment trop avec le monde les idoles d’honneur, de renommée, de plaisirs, de réjouissance, pour se ranger sous le vil et le vilain drapeau de la croix, qui ne promet dans ce monde que des hontes, confusions, souffrances au-dedans et au-dehors, dangers, nécessités, destruction de l’homme du péché, crucifiement au monde et à tout son attirail de réputation, d’estime, de bel esprit et de belle humeur. Ha ! belle folie ! disent la raison et la sagesse ; il faudrait être bien ennemi de soi-même pour embrasser un tel genre de vie. La vie est sans cela si courte qu’il faudrait être écervelé pour ajouter encore tant d’amertume à sa brièveté : il faut jouir des plaisirs présents, sans faire de recherche scrupuleuse et inquiète de l’avenir. Voilà comme la sagesse du sens et de la chair raisonne de la sagesse divine, qui lui est devenue une folie prostituée : mais voyons un peu comment cette sagesse prétendue est rembarrée par notre apôtre, qui nous sert de docteur et de guide fidèle.

VIII. Il est écrit (dit-il, 1 Cor. c. 1, v. 19, car il ne se contente point de sa propre autorité pour confirmer une vérité si redoutable à tous les sages en eux-mêmes, à tous les savants Académiciens, à tous docteurs de la loi et de la lettre), il est écrit : J’abolirai la sagesse des sages, et j’anéantirai l’intelligence des hommes intelligents (de ces suffisants) : où est le sage ? où est le scribe ? où est le disputeur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas manifesté la folie de la sagesse de ce monde ? Car puisqu’en la sagesse de Dieu, le monde n’a point connu Dieu par la sagesse, le bon plaisir de Dieu a été de sauver les croyants par la folie de la prédication 28. Ce revers est terrible à la sagesse de ce monde, réduite elle-même à la folie par la folie de la croix. Que vous en semble, messieurs les sages et les savants, sapientissimi magistri nostri, s. v. ? comment vous plaît ce retour ? comment vous goûte cet épiphonème ? Voulez-vous bien me permettre de vous dire aussi deux mots de ma façon ? Toute votre sagesse n’est qu’un feu follet, un feu de paille aussitôt éteint qu’allumé : il ne vous en restera qu’un peu de cendres ténébreuses : on vous a mis à la balance ; et on vous a trouvés trop légers. La croix est la folie qui aveugle toute sagesse. Que si vous voulez chercher des restrictions, des distinctions, ou donner de subtiles explications pour trouver quelque échappatoire, sachez que le feu du jugement les consumera comme le bois, la paille et le chaume : rien ne résiste à ce feu que ce qui a passé par le feu de la croix, qui est l’épreuve et le coin de toute monnaie coursable dans ce pays-là. La fournaise des souffrances donne le prix et le bon aloi à la monnaie céleste : plus vous alambiquerez votre esprit, plus de torture vous donnerez à votre raison logicale ou rhétoricienne pour trouver quelque glose qui vous mette à couvert de cette terrible menace, plus vous augmenterez aussi votre condamnation : car plus vous êtes sages à vos yeux, plus fous êtes-vous aux yeux de Dieu : il n’y a point de réplique ni d’appel : le juge est inexorable ; la sentence irrevocable : on vous l’a dit et écrit afin que vous le sachiez ; car c’est la seule chose que vous ne saviez pas ; votre sagesse, selon votre imagination, pénétrant toutes choses, mêmes les plus minces et quasi indivisibles, et cela par le moyen de ses microscopes, lunettes d’approche et astrolabes.

IX. Ce n’est point encore là le tout ; avançons plus loin et suivons pas à pas notre conducteur ; il confirmera toujours davantage, par sa sagesse, la folie de la croix. Au v. 26-29 du même chapitre. (i.e. 1 Cor. c. 1), il poursuit : Car, mes frères, vous voyez votre vocation, que vous n’êtes pas beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles de ce monde pour rendre confuses les sages ; et Dieu a choisi les choses faibles de ce monde pour rendre confuses les fortes ; et Dieu a choisi les choses viles de ce monde et les méprisées, même celles qui ne sont point, pour abolir celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant lui. Voilà le bon plaisir de la folie divine dans la plus haute sagesse ! voilà le plus sublime degré de gloire dans la plus vile abjection ! voilà la plus haute élévation dans la plus profonde humilité ! je vous rends grâces, Ô Père céleste, disait Jésus-Christ dans cet état de la plus grande bassesse, de ce que vous avez caché ces mystères profonds aux sages et aux prudents, et de ce que vous les avez révélés aux petits, aux humbles, aux enfants de la croix : Oui, mon Père, tel a été votre bon plaisir ! Si c’est le bon plaisir de Dieu, il faut bien que ce soit aussi le nôtre, malgré notre raison et notre sagesse : car enfin il faut que tout plie sous sa très-puissante volonté, à laquelle rien ne peut résister ; car ce qu’il dit, il le fait ; et sa volonté est à l’instant un ouvrage parfait : il faut donc passer par la croix ; il n’y a point de milieu : ou il faut se rendre de bonne heure pendant cette vie à la folie et à l’opprobre de la croix, ou bien il faut s’attendre à être une fois brisé, terrassé, abîmé pour bien longtemps par l’éclair et par l’éclat de la gloire et de la majesté de la croix et du crucifié, qui a dans sa bouche un glaive à deux tranchants pour réduire ses ennemis rebelles : car la croix ne sera pas toujours la folie et le jouet de la raison et de la fausse sagesse : quand le signe glorieux du Fils de l’homme paraîtra, qui est la croix victorieuse et triomphante, pour lors les raisonneurs et les sages éprouveront la force et la justice, la sagesse et la sévérité de la croix.

X. Non seulement les Juifs en général se scandalisèrent de l’état humble de JÉSUS ; ils ne savaient d’où il venait ni qui il était, le croyant un homme Galiléen du commun ; plusieurs pourtant le suivirent, même des troupes de cinq mille hommes à la fois : mais quand il va dans sa patrie, parmi ses concitoyens, qui l’ont vu élever, c’est là où il perd tout crédit, qu’il ne fait point de miracles à cause de l’incrédulité, et qu’il n’est pas même respecté : N’est-ce pas là, y dit-on de lui, le fils du charpentier ? d’où lui vient tant de sagesse ? ne connaissons-nous point toute sa parenté ? Dans cette circonstance de la vie de Jésus, nous découvrons toujours de plus en plus la folie de la croix comme elle paraît à la sagesse humaine : on connaissait JÉSUS à Nazareth, sa patrie ; on était bien informé de sa parenté ; la raison humaine ne doutait point que ce ne fût lui ; mais cette connaissance plus particulière que dans d’autres endroits suffisait pour le méconnaître dans le fond de la vérité : la raison se contentait de dire, par mépris, que c’était le fils d’un charpentier, et le fils de Marie ; parce que l’état humble et abaissé de JÉSUS éblouissait cette même raison follette. Peut-il en effet paraître quelque chose de plus choquant à l’animal raisonnable que ce très-profond avilissement du Verbe éternel, du Fils de Dieu vivant, revêtu de vieux haillons d’une nature toute corrompue et devenue l’esclave du diable par le péché ? Il n’y a point de folie, selon la raison, qui passe ou qui arrive à celle-là.

XI. Venons à ses apôtres ; car nous avons un chapitre exprès de la croix humiliante de JÉSUS. Ses apôtres étaient tous gens du commun et du menu peuple ; la plus part pécheurs, grossiers, ignorants, impuissants, sans lettres et sans étude, qui à peine savaient lire et écrire : la doctrine qu’ils annonçaient de la part de leur bon Maître ne contenait et ne recommandait que croix, souffrances, afflictions d’esprit, tribulations de la chair, combat contre soi-même, l’amour de la pauvreté, du mépris, et de tout ce qui est naturellement contraire à l’homme. Voilà qui choque horriblement la raison et la sagesse humaine, et qui porte bien le caractère de la folie, Si, enfin, les apôtres, comme disaient les Païens, avaient été des Platons, des Aristotes, des Aristophanes, ils les auraient peut-être bien écoutés et suivis ; mais de pauvres idiots qui ne savaient rien ni des idées de Platon ni des catégories d’Aristote, ni des subtilités d’Aristophane, ni des atomes d’Épicure, ni de tout ce fatras de nos prétendus philosophes modernes, qui ont de beaucoup enchéri en rêveries sur l’antiquité, aller annoncer devant les princes, les rois et les autres puissances de ce monde, aux docteurs de la loi, aux sages du Sanhédrim, aux savants philosophes du Paganisme, une doctrine contraire à tous les principes du sens naturel, de la raison, de la sagesse, si ennemie de la chair et du sang, nos plus chers amis ; une doctrine, qu’ils disent venir d’un Homme-Dieu, attaché et mort au poteau infâme de la croix ; n’est-ce pas là la plus magnifique folie à la sagesse des Païens, et le scandale le plus énorme aux Juifs, qui avaient reçu la loi de Dieu même par Moïse ? C’est ce qui fit dire aux sages d’Athènes qui écoutaient St. Paul, Act. c. 17, v. 18 : Que veut dire ce discoureur ? Voilà la parole de la croix réduite jusqu’au néant, folie, jaserie, charlatanerie : et nonobstant les charlatans de la sagesse humaine sont ses ennemis bien fiers.

XII. Que dira la raison d’une infinité de personnes qui nonobstant toutes ces circonstances si fâcheuses, si sottes, si scandaleuses, écoutent néanmoins, embrassent et suivent de gaieté de cœur cette doctrine ; qui pleins de vie, de santé et de vigueur, vont se présenter à la mort la plus cruelle pour rendre témoignage par leur sang à la vérité, à la pureté et à la sainteté de cette doctrine ? d’autres, qui abandonnent parents, amis, biens, et commodités pour chercher et pour attendre quelque bien invisible, qui ne frappe point les sens et qui ne satisfait point à la raison : d’autres courir par mer et par terre, braver les naufrages et les autres dangers, affronter les tempêtes et les orages, les prisons et les chaînes, pour annoncer cette même doctrine, qui ne trouve partout que contradiction et que persécution ? Voici ce qu’en dit la raison : ce n’est que pure folie.

XIII. Faut-il s’étonner après cela qu’il y ait si peu d’amateurs de la confrérie de la croix, si épineuse aux délicats mondains et si folle aux sages ? Où trouverons-nous donc quelques frères et quelques confrères de la croix ? Il y a vraiment des Ordres qui portent des croix, blanches, noires, rouges, d’or, d’argent, émaillées, enchâssées de pierreries et ainsi des autres : mais j’ai bien peur que tous ces porte-croix ou croisiers ne soient ennemis de la véritable : Où trouverons-nous donc quelque amateur véritable et solide de ce trésor caché ? Ah ! ces amateurs sont aussi cachés que le trésor même : en voici le tableau en miniature : ils sont vils et abjects, oui même cachés par la croix à leur propres yeux : ils s’estiment et se regardent comme la balayure du monde ; ils sont des néants à eux-mêmes ; persécutés, haïs, méprisés, blasphémés de tout le monde, qui les tient pour des infâmes, des pendards, comme ils le sont vraiment, à la croix : ils sont exposés aux chaînes et aux cachots, aux pertes et aux pillages, qu’ils souffrent non seulement avec patience et avec abandon, mais aussi avec joie : ce qu’ils souffrent au-dedans n’est guères à exprimer par ceux mêmes qui ont passé par ce chemin étroit ! Ils portent toujours et partout la mort et la mortification de JÉSUS dans leur cœur et dans leur corps, afin que sa vie soit aussi manifestée dans eux 29. Enfin, pour achever le portrait en miniature, ce sont les fous et les bouffons du monde, et les mignons de Dieu : car la croix est la plus sage folie et la plus folle sagesse ; c’est ce que nous allons voir.

 

 

            Docti, docttores, sapientes, lumina mundi,

                Stultitiam appellant, quin Deus ipse, crucem.

            Namque Deo placuit stultis confundere docta ;

                Vilibus alta, imis summa ; nihilque, quod est.

            Stultitia ô sapiens ! stulta ô sapientia ! Solus

                In te stultitia qui sapit, ille sapit.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE V.

 

DE LA SAGESSE DE LA CROIX.

 

I.

 

NOUS avons regardé la médaille de la croix d’un côté, nous la regarderons présentement de l’autre, pour en connaître aussi le revers. Il n’est pas nouveau que l’Écriture Sainte nous mette devant les yeux des profondeurs de paradoxes, dans les mystères, qui semblent être contraires les uns aux autres : celui qui fait reluire la lumière hors des ténèbres et sortir la vie hors de la mort, qui appelle hors du néant ce qui n’est pas, pour être, et qui réduit au néant ce qui est, afin qu’il ne soit plus, fait aussi concilier et accorder ses paradoxes. Nous avons vu dans le chapitre précédent que la croix est la plus grande folie aux yeux de la chair et du sang : nous allons voir qu’elle est la plus haute sagesse aux yeux de Dieu et de ses enfants.

II. Nous avons fait entrevoir au premier chapitre la Manifestation du Sacré Ternaire par l’éclair tout-puissant et éternel de l’Unité, l’éclair faisant trois lignes qui composent le sacré triangle ou Ternaire, par où nous avons remarqué la formation de la croix, laquelle devient par conséquent la manifestation de la majesté en triangle. Il ne faut pas nous faire une peine ou scrupule inutile par le nom d’éclair dans la divinité, parce que JÉSUS-CHRIST compare lui-même son second avènement glorieux à l’éclair, comme il le sera en effet ; car sa sainte et sacrée corporalité n’est qu’un éclair très-pur et très-perçant de lumière immense, dont le soleil n’est que l’image extérieure : Car comme l’éclair, dit-il, sort de l’orient et se fait voir jusqu’à l’occident, il en sera de même de l’avènement du Fils de l’homme. Matt. c. 24, v. 27. Sa croix glorieuse sera un pur éclair et éclat de lumière, terrible aux uns, aimable aux autres : surquoi consultez le chap. de la Croix Victorieuse et Triomphante 30, pour aider votre imagination. C’est ici que nous apercevons la hauteur, la gloire, l’éclair, l’éclat, la majesté et la sagesse de la croix dans la Sagesse éternelle incarnée ; et comment elle devait passer par la croix ignominieuse, s’étant chargée de nos misères pour acquérir la croix glorieuse : Nonne hæc oportuit pati Christum ? et ita intrare in gloriam suam 31. Par la source de la croix connaissez-en les ruiseaux, et par celui qui s’en est chargé, connaissez-en la noblesse, la sublimité et la gloire ; mais par ses effets d’une étendue sans mesure et d’une durée sans fin, connaissez-en le prix et la sagesse : car l’opération salutaire de la croix ne cessera pas de combattre et de vaincre tous ses ennemis, jusqu’à ce qu’ils rampent tous sous ses pieds et lèchent la terre. Et inimici ejus terram lingent. Ps. 71, v. 9.

III. Après cette vue d’une si grande étendue, nous venons à une autre qui ne l’est pas moins, mais qui demande une aussi grande attention que la précédente. Nous avons emprunté de la mathématique quelques figures au premier chapitre, nous avons à présent besoin de l’arithmétique, qui en est une partie, pour en emprunter les nombres. L’Unité Divine incompréhensible n’est point nombre et ne peut être nombrée, étant innombrable dans elle-même, quoiqu’elle soit la source et le principe de tous les nombres : dans elle-même, elle est aussi impénétrable qu’innombrable ; mais dans sa Trinité manifestée par la croix de l’éclair divin, elle donne trois témoins au ciel, qui manifestent l’unité d’ailleurs incompréhensible. Le sacré Ternaire manifesté à soi-même éternellement, qui pourtant n’est qu’une Unité simple manifestée à elle-même, ne serait point connue hors d’elle sans la création, qui est la manifestation du mystère caché dans la Tri-Unité. Or la création ne peut se figurer et se représenter plus convenablement à notre entendement que par un globe tout rond, d’une grandeur, largeur, hauteur, profondeur immense. Ce globe ajouté à l’unité fait le nombre   dix, qui se représente par la croix X, le nombre 10, ou la croix X, est par conséquent l’Unité Divine communicable et communiquée par la création à tout ce qui est créé ; et il est ainsi la fin et la consommation de tous les nombres simples, qui se terminent et rentrent tous dans l’unité divine manifestée, qui est le nombre 10, ou la croix X, de cette manière par les chiffres arabesques dont les marchands et autres se servent , où vous voyez l’O ou le globe rentré dans l’unité ; mais vous le verrez encore beaucoup mieux par l’X ; car si, du centre de la croix parfaite, vous parcourez ses quatre angles avec le compas, vous aurez le globe de la création soutenu, pénétré, illuminé par l’éclair resplendissant de la croix, qui est l’Unité Divine communiquée au globe, qu’elle embrasse, remplit et qu’elle rassasie parfaitement par les écoulements de ses rayons. Sans l’unité, l’O n’est rien et ne vaut rien ; mais joint à l’unité, il peut tout ; car avec l’unité il fait 10, 100, 1000, 10000, et à l’infini, tout néant et vaut rien qu’il est de lui-même : hors de l’unité sainte, tout n’est qu’un zéro ou un néant. La croix est donc la manifestation de la Divinité : et par une suite nécessaire la plus haute sagesse : la croix ramène à la Divinité ceux qui s’en sont égarés ; et par une conséquence infaillible, elle conduit la circonférence dans le centre de l’unité, afin que l’unité domine sur toute la circonférence ; et qu’elle soit TOUT-EN-TOUS. Pour le mieux comprendre, il faut savoir que le nombre IO, ou X, appartient proprement à la sagesse virginale divine, appellée la sacrée Sophie, ou corporalité sainte, par laquelle tout a été créé, disposé et ordonné en poids, nombre et mesure : cette même sagesse, le Verbe éternel, s’est fait chair, s’est chargé de l’X, du nombre IO, pour remettre l’O dans l’unité : pour cela, l’homme doit demeurer sous la croix, de laquelle il recevra assez de lumière ; c’est-à-dire dans le nombre 9, qui est le nombre propre de l’homme, et qui représente la teinture divine émanante de la croix, qui est le nombre dix X, le neuf 9 est le nombre de constance ; car multiplié par tous les nombres simples, il fait toujours 9, cela marque la constance de l’homme sous la . Outre cela le nombre 9 tourne sa pointe par en-bas, pour marquer la patience, l’humilité et l’abaissement du Dieu-homme et de ses imitateurs sous la , dans le nombre 9, lequel est le dernier des nombres simples, et le plus proche de la croix, sous l’ombre de laquelle l’homme doit reposer et souffrir, se laisser mûrir et se purifier, pour devenir un fruit digne de la table divine. C’est ici la victoire de 666, considérez le bien. Si l’on connaissait tous ses lecteurs, on pourrait faire voir ici beaucoup de mystères, auxquels on n’ose encore toucher. Peut-être que nous trouverons ailleurs occasion d’en dire quelque chose de fort particulier.

IV. Nous voyons assez par ces déductions la noblesse de la croix en général, mais il faut descendre plus dans le particulier pour être bien convaincu de la hauteur et de la sublimité de sa sagesse, pour nous animer à la porter avec d’autant plus d’allégresse. Ce que la Parole Substantielle du Père, la Sagesse Éternelle, source de toute lumière et de toute vie, dans laquelle sont renfermés tous les trésors de science et de connaissance, dans le ciel et sur la terre, a choisi et chéri pour l’ouvrage le plus signalé de ses mains, doit être assurément et nécessairement la plus haute sagesse. Or elle a choisi, embrassé, chéri la croix, et y a consommé le grand ouvrage de la rédemption éternelle de tout le genre humain, déchû de son innocence et de sa justice originelle, par où il restait sans fin esclave du diable, et condamné au souverain mal, qui est la mort sans fin ; l’a délivré du royaume des ténèbres pour le transporter par la croix dans la lumière admirable du royaume divin : tirez-en une conséquence qui par sa longueur et par sa durée surpasse infiniment tous les siècles des siècles, et l’éternité des éternités, car elle est sans fin et sans mesure ; n’y ayant pas un grain de sable, dans toute la nature, qui ne se ressente de cette conséquence.

V. Ainsi si nous demandons à la sagesse quelle est sa manifestation ? elle répondra que c’est la croix : quel est son nombre ? c’est la croix : quel est son étendart, pour se rendre maîtresse et victorieuse de tous ses ennemis ? c’est la croix : quelle est la marque de ses enfants ? c’est la croix : quel est son sceau, pour les marquer, afin qu’ils soient conservés au jour de la grande tribulation qui arrivera sur toute la terre ? Apoc. c. 3, v. 10, c’est la croix. Quelle est la couronne destinée à ses amateurs ? c’est la croix : quel est le chemin étroit pour arriver à cette couronne de la vie éternelle ? c’est la croix : quel est le sommet et le faîte de la couronne ? c’est la croix. Si le nombre de la sagesse est dix, le nombre de la couronne est cent. Quel sera donc le nombre de la croix au-dessus de la couronne ? Il n’y a point de nombre qui puisse la borner : elle va à l’infini : tout nombre tombe trop court : elle atteint par une extrémité le terme du temps et par l’autre elle tient à l’abîme de l’éternité. Je souhaite que mon cher Théophile m’entende ; car ceci est d’une profondeur abîmante.

VI. Sortons de ces abîmes pour entrer dans le monde angélique. Les anges sont autant de vertus divines dans lesquelles (in quas) la sagesse de Dieu s’est créée et s’est manifestée, pour ainsi dire (c’est la pure vérité), comme dans autant d’éclairs brillants et de miroirs purs de la sagesse divine ; toujours prêts et prompts au service et à l’obéissance, toujours ardents de l’amour divin, toujours vivants de la vie du Verbe, agissants par son ordre et par son mouvement ; toujours attachés au principe de lumière et soumis à l’exécution ordonnée par leur souverain Maître, qui leur communique de ses biens pour en faire part et présent aux hommes. Leur plus grand plaisir et joie au-dehors est de communiquer les dons reçus à cet effet, et d’en rendre participants ceux à qui leur Maître souverain commande. Un homme qui se dépouille du sien pour le communiquer à son prochain, ou frère nécessiteux, approche de la nature des anges ; celui qui fait encore plus de bien à son pauvre frère acquiert encore un plus haut dégré de ressemblance avec les anges, qui ont aussi de l’émulation entre eux pour faire à qui mieux mieux, et par conséquent avoir la préférence des uns au-dessus des autres. Mais la croix donne un degré au-dessus des anges, auquels ils ne peuvent arriver : car les anges se réjouissent de communiquer et de faire le bien qui leur est confié ; mais les disciples et les membres de JÉSUS crucifié ont de la joie à souffrir le mal qu’on leur fait. Les anges ont sacrifié une fois pour toujours leur être et leur vie au service et à l’amour de Dieu ; mais les membres de JÉSUS-CHRIST, après avoir fait le même sacrifice de leur vie, de leur liberté, de leur bien, honneur, vouloir et pouvoir, deviennent la victime, le mépris, le rebut, le jouet, la calomnie des hommes : oui, ils deviennent la dépouille et la raillerie, l’objet de la persécution et de la condamnation du monde ; et ils souffrent tout cela avec joie : c’est ce que les anges ne peuvent faire : c’est le privilège des seuls confrères de la croix, qui ne s’acquiert et ne s’entend N.B. que dans la souffrance la plus profonde. Qui potest capere, capiat, et qui capit ille sapit 32 ! N’est-ce pas là une haute sagesse de la croix, qui surpasse la nature des anges ? Venons des anges aux hommes.

VII. Ceux qui ont le plus et la plus grande part à la croix ont aussi la plus grande communication de la lumière et de la sagesse divine, même dès ce monde ; car nous avons dit ailleurs, et nous le répétons avec plaisir, que le droit de la lumière divine est d’être engendrée par la croix ; peut-être en avons-nous donné même par-ci par-là des démonstrations à ceux qui ont les yeux ouverts ! C’est une expérience que j’ai observée moi-même dans plusieurs âmes élites de ma connaissance ; et pour dire la vérité, je n’aurais point été en état d’écrire de la croix, comme je fais, quoiqu’en bégayant, si je ne la souffrais pas actuellement tant dans la chair que dans l’esprit. La croix est un éperon qui fait faire des sauts vers le ciel. Nous avons donc devant les yeux, d’un côté et d’autre, de pauvres gens du commun, sans lettres, sans études, sans biens, sans autorité, la plus part gens de métier, que le Seigneur conduit (parce qu’ils se laissent conduire en abandon) tout spécialement par les routes de la croix, qu’il dispense à chacun avec sagesse et avec proportion, selon son besoin et ses forces. Pour moi je suis obligé en conscience de faire un aveu public, en témoignage de la vérité, et pour la gloire et pour l’honneur de la croix et du Crucifié, qu’après avoir pourtant un peu parcouru la carte des sciences humaines, que j’ai peut-être trop goûtées, n’étant que des aulx et des oignons d’Égypte, qui reprochent à la bouche ; j’avoue, dis-je, que j’ai été surpris et confondu d’oüir et de lire les vives lumières, les vues pénétrantes, les expériences surprenantes de ces personnes là qui n’ont point eu d’autre école que la croix, ni d’autre maître que JÉSUS crucifié. D’où leur vient donc cette sagesse profonde, ces connaissances foncières des mystères divins, des écritures saintes, et d’autres merveilles ? Unde huic sapientia hæc et virtutes 33 ? disaient les Juifs de JÉSUS ; la réponse est prompte : par la croix, dont la sagesse ne porte point seulement le caractère, le nombre, l’étendart, mais qu’elle distribue aussi avec tant de justesse, justice, égalité, ordre et mesure, qu’il faut s’en étonner, si l’on ouvre les yeux de la foi. Ainsi la croix est distribuée par la sagesse, avec sagesse ; la croix est portée avec sagesse ; la croix mène en droit chemin à la sagesse. Descendons toujours plus bas.

VIII. Nous voulons en laisser porter le jugement au lecteur par un exemple fort familier, que nous avons tous les jours devant les yeux. Regardez deux frères, enfants d’un même père, et d’une même mère : l’aîné sera, par exemple, plus âgé que le cadet de six, ou huit, ou dix ans : l’aîné a été conçu et engendré dans les premières ardeurs bouillantes de la jeunesse et de l’amour grossier et impur de père et de mère, avant qu’ils aient souffert la croix des pertes, revers, disgrâces, deuil, soins et autres croix domestiques : le cadet est venu au monde après que père et mère ont été mis dans le crible des tentations, dans la fournaise des croix et des afflictions et dans le creuset des épreuves sensibles et amortissantes. Voyez la différence que vous trouverez dans ces deux enfants ; et racontez-m’en des nouvelles, afin que j’apprenne avec vous que l’aîné marque ordinairement par sa vie et par sa conduite l’état de ses parents, dont nous avons parlé ; et que son cadet est plus doux, plus patient, plus modete, obéissant, humble, posé et plus sage, enfin, que son aîné : cela ne peut être qu’un effet de la croix, dont les parents avaient goûté l’amertume, qui s’est mûrie en douceur et en sagesse dans leur cadet. Tant il est vrai que la croix est la maîtresse d’école et la mère de la sagesse.

IX. Tandis que le Christianisme a été sous la croix des persécutions sous les Empereurs Néron, Domitien, Trajan, Maximin, Décé, Dioclétien, Julien, Phocas, etc., il est resté glorieux, fécond en enfants, nourricier d’une infinité de martyrs, dont le sang devenait la semence d’autres Chrétiens : mais aussitôt qu’il a commencé à jouir du repos de la chair, des aises, des biens et des honneurs de ce monde sous Constantin, il est dégénéré tout-à-fait en anti-christianisme, tel qu’il est aujourd’hui. On bâtit dans ce temps là et l’on bâtit encore aujourd’hui des églises somptueuses, ornées en dedans d’or, d’argent, de vases et d’étoffes très-précieuses, comme des théâtres, où l’on représente des comédies. Le temple vivant est négligé, ou même inconnu. Le clergé a des revenus fort assurés et bien fondés par des prébendes et par des droits que son avarice lui a fait inventer, qui sont autant d’abominations devant Dieu : la pauvreté évangélique est regardée comme une ladrerie. On ne cherche que bonne chère, plaisirs, jeux, passe-temps, compagnie pour folâtrer ; l’ambition du clergé est passée en proverbe, comme son avarice : il s’est muni de toutes sortes d’armes et même des canons du droit pour défendre son honneur et son autorité. La croix et la souffrance de Jésus est devenue sa plus grande ennemie, inimicos crucis Christi 34, comme l’apôtre les appelle. C’est pourquoi on ne prêche quasi plus que des fables ; la parole de la croix est devenue une folie à nos sages, qui n’ont aucune connaissance, bien moins le sentiment des mystères et des vertus de la croix, dont la folie est le bon plaisir de la sagesse divine : tout le monde aveuglé de ces conducteurs aveugles court au grand galop à sa perte éternelle, sans examiner la nature de l’arbre qui porte des fruits si empoisonnés, comme JÉSUS-CHRIST le commande. Ce sont là les fruits du faux Prophète, et de sa fausse sagesse, qui a abandonné la véritable, en abandonnant la croix, et se contentant de l’avoir sur les autels et au-dessus des clochers.

X. Oui, oui, c’est par la croix, et point autrement, que la sagesse divine se donne à connaître aux siens : la croix est l’honneur et la louange de Dieu, comme nous voyons dans la joie de Daniel, dans la prison de Joseph, dans la fuite et malédiction de David, dans la fournaise ardente des trois jeunes hommes à Babylone, qui louent tous le Seigneur parmi leur croix et leur tribulation. La joie des apôtres sortants du conseil, où ils avaient été condamnés à être fouettés, venait de ce que Dieu les avait trouvés dignes de souffrir opprobre et infamie pour le nom de JÉSUS. La croix découvre en nous la vie Chrétienne et la mort de JÉSUS : vide 2 Cor. c. 4, v. 6-18. Heureux ! ceux qui souffrent ; car ils seront consolés, Matt. c. 5, v. 1-12, les petites croix attirent de petites consolations et récompenses ; les grandes en attirent de grandes et copieuses : Quoniam merces vestra copiosa est in cælis. Matt. c. 5, v. 12. Qui n’a jamais goûté l’amertume ne sait véritablement ce que c’est que la douceur.

XI. La croix n’est pas sagesse seulement pour ceux qui la souffrent, mais elle devient bien souvent sagesse pour ceux qui la font porter ; et voici comment : Une âme Chrétienne souffrante sait qu’il faut qu’il aille ainsi pour la délivrer de l’impureté et de la corruption de sa nature, et la rendre participante de la divine : ainsi elle apprend à bénir ceux qui la maudissent ; ce qu’elle ne pourrait faire si on ne lui faisait point de mal : il faut que tout coopère à son bien et à son salut : elle apprend de-là pourquoi JÉSUS a souffert, pourquoi il est mort et pourquoi il a prié pour ses ennemis ; savoir, afin qu’elle en fasse de même à l’égard des siens, et qu’ainsi elle amasse des charbons ardents du feu de la charité sur leur tête et sur leur cœur, pour les porter à la douleur et à la pénitence salutaire de leur péché ; afin que par-là ils entrent non seulement en confusion de lui avoir fait du mal, mais aussi en véritable componction d’avoir par là offensé Dieu : car à la vue de la patience infatigable et de la mansuétude persévérante de l’âme parmi ces croix et ces souffrances, que ses ennemis lui causent, ils rougiront enfin de honte et de repentir, s’ils ont encore le moindre sentiment d’humanité ; ils étoufferont dans eux-mêmes les colères et les esprits de vengeance et de persécution, qui viennent du fond fougueux et ténébreux de leur âme, comme du foyer de l’enfer. De cette manière un péché détruira l’autre ; la mort, qui est ce mauvais fond ténébreux, se consumera en elle-même, et se changera dans une vie douce et aimable ; d’où le Seigneur recevra louange et actions de grâce. C’est là l’économie et la conduite de la sagesse de la croix, et sa merveilleuse force transmuante.

XII. Il est vrai que les rois et les princes de ce monde portent la croix au-dessus de leur couronne, comme le sommet le plus élevé de ce qu’il y a de plus grand dans la royauté : ils marquent par-là que leur sceptre et leur couronne font soumis à la croix, et que la croix seule couronne les couronnes et les têtes couronnées. La signification en est admirable ; j’y souhaite seulement la réalité de la chose même, et que la croix de JÉSUS soit gravée aussi bien dans leur cœur que sur leurs couronnes : car tout ce qui n’est qu’au dehors ne sanctifie point l’homme : notre grand mal est au-dedans et bien profond, où les dehors ne peuvent pénétrer. La grande sagesse de l’homme consiste à se rendre digne de l’ouvrage salutaire de la rédemption ; et cette dignification ne peut s’acquérir que par la conformation à l’exemplaire du Calvaire : car ceux que Dieu a prédestinés, il a voulu qu’ils fussent conformes à l’image de JÉSUS crucifié, qui est le véritable livre de vie et de vérité. C’est pourquoi l’apôtre, Hébr. c. 12, v. 22, nous mène sur cette montagne pour courir par la patience dans le combat qui nous est ordonné ; et nous y ouvre les yeux pour y regarder attentivement JÉSUS auteur et consommateur de la foi, qui, remettant la joie et la gloire dont il pouvait jouir dans le sein de son Père éternel, a soutenu la croix en méprisant la confusion de la mort la plus cruelle et la plus ignominieuse, par où il est entré dans sa gloire et est assis à la droite, sur le trône de Dieu, où la sagesse de la croix l’a placé.

XIII. Finalement, nous avons encore à remarquer le témoignage que les impies, les savants et les puissants du siècle rendent eux-mêmes après cette vie à l’âme amie de la croix. Là ils ne vantent plus leur sagesse et leur science enflée ; ils n’élèvent plus la girouette de leur raison comme ici ; ils baissent l’aile et se rendent à la force de la vérité, avouants qu’eux-mêmes étaient les fous et que la croix est la véritable sagesse : « Nous autres insensés, disent-ils (Sap. c. 5, v. 4), nous regardions la vie du juste et du porte-croix comme une folie, et la fin de sa vie comme un opprobre et confusion : et voilà qu’il est compté entre les enfants de Dieu, et que son héritage est parmi les saints : avec tout l’attirail de notre sagesse et de notre puissance, nous avons manqué le vrai chemin ; et la lumière de justice ne nous a point éclairé... à quoi nous sert notre vanité et notre élévation ? à quoi les richesses et les sciences mondaines ? tout est passé comme une ombre 35. » L’apôtre, qui nous a si bien servi à prouver la folie de la croix dans le chapitre précédent, fera la clôture de celui-ci, pour conclure la sagesse de cette même folie : La folie divine, dit-il, 1 Cor. c. 1, v. 25, est plus sage que tous les hommes : et la faiblesse divine est plus forte que tous les hommes. Il n’y a qu’à considérer les merveilles et les miracles de JÉSUS dans son état de croix et de souffrance ; et son exaltation par la croix au-dessus de tout, comme chef de tout, devant qui tout genou pliera ; et on y trouvera la sagesse de la croix, que nous avons démontrée et que nous entendrons si JÉSUS crucifié est devenu sagesse en nous.

 

          Quod mundo, stultum est ; hoc est Sapientia Christo :

              Quodque sapit mundo, desipit usque Deo.

          Eligit ipsa crucem Sapientia, diligit illam ;

              Fert illam : tandem sigitur ipsa cruci.

          Fixa cruci moritur vita, ut mors viva resurgat :

              Concipe, si valeas, hæc paradoxa crucis.

          O crucifixus amor ! summi Sapientia Patris !

              Quid sapientius hac stultitia esse potest ?

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VI.

 

DES CROIX INTÉRIEURES.

 

I.

 

NOUS entrerons d’abord dans cette matière importante, en mettant en vue de perspective en peu de mots ce qui fait le sujet et la cause des croix intérieures : chacun les trouve dans soi, sans les aller chercher à Jérusalem, s’il en fait une exacte recherche par la pénitence : il verra des choses si contraires qu’elles lui feront d’abord horreur, mais qui doivent l’engager à se combattre soi-même d’autant plus vigoureusement. D’un côté se présente, dans cette grande allée, Adam le terrestre ; de l’autre côté JÉSUS‑CHRIST le céleste : le vieil homme de péché d’un côté ; le nouvel homme de juflice de l’autre ; l’ancienne génération corrompue, la nouvelle génération incorruptible : la chair, l’esprit : le monde, l’évangile ; la nature, la grâce : le mal, qu’il veut et peut faire ; le bien qu’il veut et ne peut faire : les ténèbres, qui l’obsèdent ; la lumière, qui l’invite : la cupidité, qui l’entraîne ; la charité, qui le rappelle : le péché, qui le retient ; la justice, qui l’attire. La mort, enfin, et la vie : la semence du serpent et la semence de Dieu : l’homme naturel ; l’homme spirituel : l’image de la terre ; l’image du ciel : les honneurs, les plaisirs et les richesses de ce monde ; la gloire, la joie et les trésors de l’autre monde. Voilà ce dont l’homme a le choix libre et la matière de ses croix.

II. Regardons-le de plus près dans son fond, pour le mieux connaître. Nous y trouvons une racine amère, crue, vide, avide et famélique, pleine de flèches aiguillonnées à pointes très-piquantes : il cherche vraiment de quoi rassasier sa faim enragée et étancher sa soif altérée : voyez le chapitre II. et III. L’homme bat en vain les vastes et les arides solitudes de ce monde pour chercher dans les honneurs, plaisirs, richesses, sciences, de quoi rassasier ce fond insatiable et ce gouffre engloutissant : tout cela n’est qu’un peu de paille à son feu dévorant ; c’est en vain qu’il cherche à se dérober à soi-même et à ce désir infini qu’il sent dans soi, par des occupations qu’il se fait par des parties de plaisirs, de jeu, de voyage ; il s’amuse bien par-là, mais il ne le rassasie point : il le suit tout par tout, se met en croupe avec lui, le persécute et ne lui donne point de repos ; c’est un tourment perpétuel à l’homme qui n’est point endurci : l’impie voudrait bien s’en défendre, s’en défaire et l’étouffer, comme il tâche de faire, afin de se délivrer de ce ver rongeur, de ce petit léviathan domestique, de ce perturbateur de son repos et de ses plaisirs : mais s’il l’a endormi, il se réveille et lui fait sentir ses piqûres. Il n’y a personne si pervers et corrompu dans le monde qui n’ait senti bien des fois ce tyran, cet Ayman, ce fond sans rive et ce dragon de feu, qui de lui-même sans la lumière divine est un diablotin qui de sa nature est indestructible ; car c’est le feu qui ne s’éteint jamais mais qui peut être rafraîchi et changé dans un feu lumineux, doux et aimable, comme est la nature des anges.

III. L’âme de bonne volonté, agitée de ce ver rongeur, entend une bonne nouvelle qui lui apprend qu’il y a une eau vivante dont la fontaine rejaillit dans la vie éternelle (Jean, c. 4, v. 10-14), seule capable de désaltérer sa soif et de rassasier son désir infini ; et qu’on peut avoir de cette eau sans argent ; mais que le puits de cette fontaine est profond et qu’il faut creuser bien bas pour y arriver : elle entre dans elle-même ; et n’y trouvant que des bêtes farouches d’envie, de colère, de superbe, etc., engendrées par son dragon de feu, elle a horreur d’elle-même : elle voudrait bien être délivrée de ces voleurs domestiques qui, en lui ravissant tout son bien, lui ferment le passage de la fontaine d’eau douce et vive. On peut appeler l’état de l’âme jusqu’ici la croix du diable ou de son diablotin domestique. Elle s’adresse à son Créateur et lui dit : « Ah ! Seigneur, tirez-moi hors de ce bourbier, ou tirez ce bourbier hors de moi, qui m’empêche d’arriver à l’eau vivante ! » Mais le Seigneur ne se laisse pas gagner ni contenter par un compliment : il regarde jusqu’au fond le plus profond et connaît notre volonté trompeuse : « Car », dit-il, « vous m’appelez Seigneur, Seigneur, et vous ne faites pas ce que ma volonté vous ordonne : ma demeure est dans un cœur pur et non point de sang et de boue. » L’âme ne se rebute point ; elle dit : « Seigneur, je m’abstiens de péchés grossiers. » Mais le jugement du Seigneur est tout autre que celui des hommes, et ses pensées sont éloignées de celles des hommes comme le ciel l’est de la terre : tout ce qu’il ne fait pas lui-même par l’esprit de sa grâce et de sa lumière est péché à ses yeux. Ainsi la pauvre âme désolée, voyant que ce que Dieu n’opère pas dans elle est péché, entre dans une profonde tristesse ; elle est troublée et angoissée, ne trouvant en soi ni aide ni conseil : elle soupire, gémit, sanglote devant Dieu dans l’amertume de son âme altérée, dont elle aiguise par-là encore d’avantage la soif : elle abandonne toutes les sottises, toutes les vanités et tous les vains amusements du monde ; et dans la honte et la confusion qu’elle a de son état, elle applique tous ses soins, ses attentions et ses recherches à trouver le Seigneur et dans lui la fontaine d’eau vivante. C’est ici le commencement de la véritable croix intérieure de JÉSUS par le désir sincère d’un entier retour vers lui. Car on se trompe en s’imaginant que les adversités et les tribulations que le monde cause sont la véritable croix de JÉSUS : non, elles ne le sont point, quoiqu’elles soient des croix : la véritable consiste dans la pénitence intérieure, dans la mort continuelle de la chair, de la volonté, et de l’amour charnel de soi et des créatures, pour vivre d’esprit ; dans l’imitation de la mansuétude et de l’humilité de cœur de JÉSUS, qui abattent notre colère et notre orgueil ; dans le renoncement à nous-mêmes et à tout ce qui n’est point Dieu et qui en détourne, à l’exemple de JÉSUS. Mais après cette petite digression, continuons le procédé de l’âme de bonne volonté.

IV. Dieu, qui est véritable dans ses paroles et fidèle dans ses promesses, voit ce qui se passe en secret : dans ce cœur affligé et broyé de componction, terrassé d’humilité, et accablé du vif sentiment de sa misère et de sa douleur : il a assuré par le prophète Ésaië, c. 57, v. 15, que ce n’est point dans les cœurs épanchés dans la joie et dans la réjouissance qu’il a choisi et établi sa demeure, mais dans un cœur contrit et un esprit humilié, qui sont le véritable sacrifice dont l’odeur lui plaît : L’Éternel est près, dit le Ps. 34, v. 18, de ceux qui ont le cœur déchiré par la douleur, et il délivre ceux qui ont l’esprit abattu. Ainsi le Seigneur se laisse enfin trouver à la recherche constante, à la prière persévérante, au frappement ardent et continuel de l’âme fidèle et altérée, à laquelle il donne non seulement une gouttelette de son eau vivante, pour éteindre sa soif haletante ; mais aussi il lui manifeste les richesses de sa gloire et lui communique peu à peu les dons de son Esprit, pourvu qu’elle l’embrasse avec les bras de ses désirs ardents et qu’elle le retienne avec les liens de son amour et de sa fidélité, méprisant tout le reste pour s’attacher uniquement et inviolablement à lui, sans rétour sur elle ni sur aucune créature : car il faut qu’elle se défasse de toute pensée frivole, de toute parole oiseuse, de toute action et œuvre inutile et infructueuse qui peuvent déplaire à son Bien-aimé, qui veut changer tout-à-fait son feu infernal dans un Paradis, son Dragon de feu dans un aimable enfant de lumière, avec le pain célesse et l’eau vivante qui sont sa chair et son sang, pleins d’esprit et de vie. Car il est toute bonté, tout amour, tout prêt à se donner et à se communiquer, pourvu qu’il trouve des cœurs vides ; car ce qui est plein ne peut être rempli ; le vin nouveau doit être mis dans de nouveaux tonneaux. Ah ! ma chère âme, ma très-chérie sœur ! quel rassasiement ne recevez-vous pas dans ce saint commerce ! de quelles bénédictions de douceur n’êtes-vous point accueillie ? comment la mort de votre feu dévorant ne se change-t-elle point dans une nouvelle vie ? quelle transmutation ne se fait point des pleurs amères, dans une eau douce vivante, de gémissements douloureux, dans des tressaillements amoureux ? Celui qui l’a éprouvé l’entendra bien : et qui ne l’a point éprouvé sera peut-être attiré à en faire l’heureuse expérience. Dieu le bénisse !

V. Dans ce changement surprenant, l’âme amorcée par les eaux vivantes de l’amour éternel, qui ont rafraîchi et changé son feu ténébreux et fougueux dans une lumière douce et bienfaifante, l’âme, dis-je, marche à pas de géant ; elle est rapide comme un torrent, qui entraîne avec soi ce qu’il rencontre ; elle est fidèle à l’oraison, à la garde de son cœur et des sens, qui en sont les portes et les fenêtres : elle reçoit de fortes impressions de vérité, des touches vives d’amour, des onctions de grâce, des rayons de lumière et de connaissance qui la dégagent du monde, de ses sottises et de ses vanités pour toujours ! Mais elle a des ennemis cachés et domestiques qui lui dressent des embuscades : l’amour d’elle-même n’était encore qu’endormi ; il se réveille : une vaine complaisance et appropriation des dons divins se glisse dans son cœur : elle se croit quelque chose de plus que les autres : elle entre dans un état de sécurité, croyant avoir tout vaincu et de n’avoir plus rien à craindre. Oh ! ma pauvre et bonne sœur, que je vous plains ! il s’en faut bien que vous ne soyez arrivée au port : vous excitez vous-même des orages et des bourasques dans la mer, qui a joui du calme pendant quelque peu de temps : votre Bien-aimé vous a donné de son vin à boire ; vous en avez abusé ; car vous en avez tant bu qu’il paraît y avoir de l’ivresse dans votre fait : il se comportera avec vous comme un bon et fidèle père dont les enfants ont trouvé la clef de la cave et se sont enivrés de sa meilleure boisson : il leur donne à chacun une bonne fouettée, et après cela tant d’eau à boire qu’ils en deviennent bien sobres. Ce traitement là vous est amer ; je le sais fort bien ; mais il vous est salutaire : c’est une potion médicinale dont le goût est austère et aigre à la bouche, mais très-doux au cœur : il faut l’avaler et pleurer ses fredaines : car vous avez à faire avec un Dieu jaloux, qui veut être recherché, honoré et aimé au-dessus de ses dons et de ses bienfaits. Vous serez de nouveau attachée à la croix ; mais soyez-y constante et fidèle : si votre Bien-aimé se cache pour un temps, c’est pour être recherché d’autant plus avidement : il ne vous a point abandonnée pour cela ; il est avec vous par son bon Esprit : mais la privation de sa présence sensible doit vous rendre plus sage, plus pure et plus fidèle sur vos gardes.

VI. D’ici l’âme doit reconnaître qu’elle n’est jamais forte devant Dieu que dans le sentiment de ses propres faiblesses ; et qu’elle n’est jamais faible à ses yeux sans en sentir une force divine. JÉSUS-CHRIST était fort quand il se troublait lui-même, comme l’évangile nous en donne plusieurs exemples, qu’il s’est troublé et a frémi dans l’esprit ; Nunc anima mea turbata est. Jean, c. 12, v. 27. Car la faiblesse divine, dit l’apôtre, est plus forte que tous les hommes : mais quand les hommes le troublaient, il était faible ; parce que la force prétendue de l’homme affaiblit la force divine : c’est ce que l’âme vient d’expérimenter en se croyant bien forte ; d’où elle a appris que qui est debout doit être sur ses gardes pour ne point tomber : Itaque qui se existimat stare, videat ne cadat. 1 Cor. c. 10, v. 12. Le Seigneur revient pourtant à elle ; car il n’abandonne point son ouvrage, dont il est aussi jaloux que de sa gloire : mais il fait sentir à l’âme ce qu’elle est, étant abandonnée à ses faiblesses et à ses ténèbres.

VII. Ces alternatives de visites et d’éloignements de l’amour, de lumières, et de ténèbres, de croix, et de consolations durent long temps : et il plaît quelquefois au Seigneur, selon la justice de ses jugements, et selon les différentes constellations et dispositions des âmes, de laisser ses nouveaux disciples attachés à la croix des sécheresses, des obscurités, des délaissements apparents, pendant bien des mois et quelquefois des années ; car après qu’ils ont été alléchés par les douceurs et par les touches amoureuses de l’appel et de la vocation, elles entrent dans le noviciat, qui est le temps des épreuves, quoique légères et supportables, comme on les fait aux novices. Ordinairement néanmoins le Seigneur se comporte à l’égard de ses élèves comme les chasseurs à l’égard du cerf qu’ils lancent dans un parc : après qu’ils l’ont fait bien traverser et altérer par les chiens qu’ils ont lâchés à sa poursuite, ils rappellent les chiens pour donner au cerf le temps de respirer et de se rafraîchir : pour lors il lui semble d’être en sûreté et de n’avoir plus rien à craindre : il se délasse, il reprend nouvelle force et nouvelle vigueur avec sa pâture ; tantôt il se promène, tantôt il se repose : enfin, il lui paraît que tous les dangers sont passés, quand tout d’un coup, contre son attente, les chasseurs lâchent de nouveau leurs chiens, le font assaillir et le lancent avec force ; les chiens le poursuivent avec d’autant plus d’ardeur et d’avidité que lui-même marque de vigueur pour leur échapper : ensuite on lui donne encore du relâche, pour le rattaquer par après dans une nouvelle chasse. Il en va le plus souvent à-peu-près de même dans la conduite de Dieu envers les âmes, à cause de la sentine inépuisable de notre corruption, jusqu’à ce qu’elles s’affermissent toujours davantage dans les voies du Seigneur, qu’elles soient ornées de ses grâces, revêtues de ses dons, remplies de ses connaissances par le goût de la parole de vie et des vertus du siècle futur.

VIII. Pour lors tout paraît à l’âme être hors d’atteinte à la tentation : car c’est un avant-goût du Paradis, un embrasement de charité, une fermeté de foi vive, un abandon absolu aux volontés et au bon plaisir du Maître, une confiance ferme dans le Dieu vivant, une attache presque sans relâche à son devoir envers lui, une veille continuelle sur soi, pour n’être point surprise de l’ennemi quelqu’il soit, etc. Mais tout bas, tout bas : la bonne n’a point encore parcouru toute sa carrière, l’or de bon aloi doit être éprouvé jusqu’à sept fois dans le creuset de la croix soutenue par la foi : Voici, je t’ai épuré, dit Dieu par le prophète Ésaïe, mais non pas comme on épure l’argent ; je t’ai élu au creuset de l’affliction 36. C’est ici que commencent les grandes et douloureuses croix intérieures, pendant lesquelles il paraît que l’enfer soit déchaîné contre la pauvre âme, et elle abandonnée tout-à-fait de Dieu à la fureur des démons et aux horreurs de la mort : car elle est dépouillée de ses ornements ; ses dons et ses grâces lui sont ôtées ; sa lumière est changée dans une nuit affreuse ; les flèches du Dragon de feu infernal la dardent ; elle est abreuvée des torrents de Bélial ; les liens de la mort l’environnent ; les chaînes des ténèbres la tiennent garottée ; enfin, elle est dans un si pitoyable état qu’à peine lui reste-t-il un gémissement pour se plaindre. C’est ici l’enfer spirituel, dont la mère de Samuel, 1, c. 2, v. 6, dit que le Seigneur mène dans l’enfer et en retire. Cet enfer est une tristesse spirituelle sans consolation ; Renuit consolari anima mea, dit David dans cet état, Ps. 76, v. 3 ; c’est une défaillance sans espoir de revivre ; JÉSUS-CHRIST dans cette détresse combattit avec la mort et sua du fang, Luc, c. 22, v. 43, 44 ; Job, dans cette angoisse, se souhaite la mort : dans cette espèce d’agonie et de mort, une personne que je connais dit : Seigneur, tuez-moi plutôt vous-même, et faites-moi passer à vous par la mort de mon Sauveur. Que ne dit point JÉSUS-CHRIST le grand porte-croix, à laquelle il est attaché, dans cette angoisse infernale, par une plainte toute désolée qu’il adresse à son Père ? Mon Dieu, mon Dieu ! pourquoi m’as-tu abandonné ? Matt. c. 27, v. 46, voilà le bois vert sans suc de consolation : qu’arrivera-t-il au sec ? cela fait trembler et trémousser tout l’homme, d’entendre et de voir que JÉSUS-CHRIST dans cette extrême angoisse et agonie n’ait point reçu de consolation de Dieu, qui était néanmoins avec et dans lui, réconciliant le monde dans lui avec soi-même, étant lui-même l’homme-Dieu réconciliateur : ce qui nous apprend l’énormité de notre corruption, dont la guérison a besoin d’un remède si inouï par lequel Dieu dans l’homme-Dieu semble s’abandonner soi-même : si donc cet abandon est arrivé à l’humanité unie personnellement et indivisiblement à la divinité, il ne faut pas nous étonner qu’il arrive à la pauvre âme pour laquelle cet abandon a été souffert quelque afliction approchante. Ô amateurs du monde ! où en êtes-vous ?

IX. Cela s’appelle combattre avec la mort, avec l’enfer et avec toutes les puissances infernales : mais c’est là justement le vrai et assuré chemin, pour parvenir à une pleine et entière conformité avec JÉSUS crucifié, dont on porte la croix, les tentations, les mortifications et la mort même dans un corps mortel, afin que sa vie s’y manifeste aussi 37 : sans cette conformation, qui s’acquiert dès cette vie par des âmes héroïques, où à laquelle il faut nécessairement arriver par dégrés dans l’autre monde, chacun selon le degré de capacité connu et destiné de Dieu (voyez le chap. Des Croix après la Mort) : il n’y a point de salut à espérer ; car nous serons semblables à lui, dit St. Jean 1, c. 3, v. 2. Sans cette ressemblance à JÉSUS-CHRIST on ne peut le voir comme il est ; car il faut une juste proportion entre la puissance ou faculté qui voit et entre l’objet qui est vu : ce qui ne s’acquiert point par une espèce de charme ou d’enchantement subitain, comme la folle raison de la plus part des hommes se l’imagine, mais par degrés, en passant par les sept sceaux de la colère divine, dans laquelle nous naissons tous : de sorte que nous pouvons assurer avec vérité constante que tous ceux qui auront part à l’héritage du Royaume célete auront tous été des disciples de la croix ou des martyrs sanglants ou non fanglants : car il n’y a que le feu purifiant des tribulations qui angoisse et humilie l’âme ; et une telle âme angoissée et humiliée est le ciel, dans lequel Dieu demeure, et qu’il rend heureux par sa préfence. Ces épreuves et ces états différents de croix et de mort arrivent à chaque âme tant de fois et si longtemps, jusqu’à ce qu’elles aient acquis l’or mêlé de feu, Suadeo tibi emere a me aurum ignitum probatum, Apoc. c. 3, v. 18 ; ou l’or purifié par le feu, comme dit la traduction allemande : je l’appelle or mêlé de feu ; c’ar c’est la chair céleste de JÉSUS-CHRIST, qui est la pierre blanche, calculus candidus 38, mêlée de son sang, qui est le feu ; ce seul or, mêlé de feu, soutient tous les examens et résiste à toutes les épreuves du feu divin, pendant l’éternité sans fin : cette petite vue donnera peut-être occasion à mon cher Théophile d’aller plus loin dans ses méditations ; car le chemin est ouvert : pour moi, je reviens à mon propos.

X. Par ces martyres douloureux et ces différentes épreuves, l’âme entre de plus en plus dans la véritable connaissance, sentiment réel et expérience de son néant, duquel Dieu veut faire quelque chose de grand, de pur, de saint, de lumineux, de glorieux, d’angélique, pourvu qu’elle se laisse vider et remplir, manier et façonner par la main du grand Ouvrier, à sa mode, non point à la mode de l’âme, qui doit être entre ses mains comme un pur instrument ; sans quoi l’Ouvrier ne peut agir avec l’instrument, si l’instrument, voulant tout faire de soi-même, empêche la main de l’Ouvrier. C’est ce néant, qui est la matière, dont Dieu a créé toutes choses ; ainsi il faut y rentrer pour devenir quelque chose : il n’y a que Dieu qui puisse prononcer lui-même sa Parole, produire sa lumière, allumer son amour, engendrer sa sagesse ; tous les efforts humains sont inutiles à cela : il faut cesser d’agir pour recevoir ; il faut mourir pour acquérir la véritable vie ; il faut pourrir pour reverdir. L’Éternel combattra pour vous, et vous demeurerez tranquilles. Exod. c. 14, v. 14. Or celui qui passe par cet enfer douloureux est un véritable membre de JÉSUS-CHRIST ; Chef et grand Capitaine de la compagnie des porte-croix, comme St. Jean s’appelle lui-même, Apoc. c. 1, v. 9, un compagnon et comparticipant de ses tribulations. Notre vie, enfin, doit être une vie continuellement mourante à nous, et une mort continuellement vivante à JÉSUS.

XI. Les véritables raisons de ces grandes épreuves, outre celles que nous venons de déduire, tirées de la conformité indispensable avec JÉSUS, viennent du fond très-profond de nos misères spirituelles et des indispositions que nous apportons à recevoir leur médecine salutaire. Car une âme avancée dans le goût spirituel de la parole vivante jouit d’une paix qui surpasse tout entendement, d’une joie au-dessus de tout sentiment, d’une consolation inénarrable, comme d’autant d’avant-goûts de la vie éternelle, qui ne peut se connaître, quoiqu’encore très-imparfaitement et en partie, que par ces prémices de jouissances amoureuses, onctueuses et pénétrantes. Or l’âme, dans cet état de transport et de jouissance des dons célestes auxquels elle n’est point encore accoutumée, et que sa faiblesse ne peut retenir dans elle-même, sans quelque rejaillissement sur la raison, fait quelque retour ou réflexion de raison sur elle-même, croit d’être la seule favorite et la mignonne du Bien-aimé ; tombe ainsi par un retour sur elle-même dans un orgueil spirituel, s’imaginant d’être quelque chose et se séduisant, parce qu’elle n’est rien d’elle-même : Nam si quis existimat se aliquid esse, cum nihil fit, ipse se seducit. Gal. c. 6, v. 3 ; 1 Cor. c. 8, v. 2. D’abord que le roleil est retiré, l’air devient ténèbres, et ressemble fort à la mort et au néant. Voilà pourquoi Dieu se cache, retire ses dons à soi, en dépouille sa créature, la terrasse, et semble l’abandonner tout-à-fait, afin que par cette constitution très-amère et douloureuse, elle connaisse par sentiment et par expérience ce qu’elle est d’elle-même sans la lumière divine, à laquelle rien n’est plus contraire que l’élévation ou l’orgueil spirituel, par le détour du tout sur le néant, comme nous voyons dans Lucifer et ses compagnons.

XII. La manière de s’y comporter est de souffrir et de se taire, tant qu’il plaira au Seigneur ; dans l’espérance et dans le silence sera notre force, Ésa. c. 30, v. 15, car quelque caché que le Seigneur paroisse, il est pourtant là avec l’âme dans la tribulation : Clamabit ad me, et ego exaudiam eum : cum ipso sum in tribulatione : eripiam eum et glorificabo eum. Ps. 90, v. 15, sans cela, l’âme retomberait dans le pur et absolu néant d’où elle a été tirée par la création, si Dieu ne la soutenait point particulièrement avec la cabane de son corps : quoiqu’on ne sente dans cette privation qu’une tristesse et une angoisse infernale, il y a pourtant dans le fond de l’âme une plainte et un gémissement secret inénarrable que l’Esprit y excite après la lumière et la grâce : quelquefois il tombe dans l’âme le souvenir de quelque pasage de l’Écriture ou quelque autre pensée qui la soutient ; d’autres sont encore attachées et comme suspendues à un filet de foi obscure ; mais la plus part n’ont aucune force sensible de la foi ni de l’Écriture, étant abandonnées à l’angoisse et à la douleur infernale, et quelquefois même à l’Esprit de blasphème contre Dieu, par les dards Sataniques qu’elles reçoivent pour les mener au désespoir : mais comme Satan ne gagna rien avec ses tentations et ses dards enflammés de blasphème contre JÉSUS-CHRIST, ainsi ces flèches envenimées ne font point de mal à l’âme, non plus que l’impatience et autres semblables effets que plusieurs âmes montrent dans ces grandes épreuves ; car elles ne les font point, mais elles les souffrent malgré elles.

XIII. C’est ici la plus haute école, où l’on apprend que Dieu seul est le souverain et l’unique bien ; que nous ne sommes que des ombres, cendres et poussières, oui même des néants devant lui, qu’il afflige bien, mais qu’il ne rejette point éternellement, ayant pitié selon sa grande miséricorde, Jér. Lam. c. 3, v. 32 ; que quoiqu’il se cache, il pense pourtant à nous dans son cœur, Job, c. 10, v. 13 ; qu’il faut le souffrir ; la main droite du Seigneur pouvant changer le tout, Ps. 77, v. 2 ; qu’il faut porter la colère de Dieu, parce qu’on a péché contre lui : jusqu’à ce qu’on recouvre la joie à sa grâce, Mic. c. 7, v. 9. Ainsi que l’assurance de la grâce divine nous suffise, comme à l’apôtre, lorsqu’il était souffleté par l’ange de Satan 39. C’est dans cette fournaise que les élus sont éprouvés et purifiés jusqu’au plus haut degré. C’est aussi un état dans lequel aucune créature ne peut consoler, ni aider ; et ce serait non seulement une faiblesse, mais aussi une très-grande infidélité à l’âme de communiquer son état ou de se plaindre à aucune créature de ce qu’elle souffre ; à moins que Dieu ne lui envoyât expressément quelqu’un de ses amis, par conséquent plus éclairés et plus fidèles que ceux de Job pour la consoler et l’affermir à souffrir. Car il n’y a que celui qui l’a conduit dedans qui puisse la retirer dehors ; tous les efforts, conseils, aides, paroles humaines sont inutiles et même nuisibles. Que l’âme y souffre donc avec constance et fidélité tout ce qu’il plaira à celui qui est fidèle lui-même et qui ne la laissera point tenter au-dessus de ses forces, mais qui lui en donnera des suffisantes pour pouvoir soutenir jusqu’à l’heureuse fin.

Car enfin, après ces affreux orages, pendant lesquels le soleil de justice est éclipsé, il vient à reluire de nouveau à l’âme désolée. La verge de fer qui l’a frappée devient une onction douce et balsamique à sa plaie : autant de tribulations, autant de consolations, qui rendent la vie à l’âme : Secundum multitudinem dolorum meorum in corde meo, consolationes tue lætificaverunt animam meam. Ps. 93, v. 19. Comme JÉSUS-CHRIST fut consolé et servi par les anges après son jeûne et ses tentations au désert, et après sa sueur angoisseuse de sang au jardin des olives, de même console-t-il les siens après leur angoisse, après avoir fait leur paix. Nous laisserons entre-temps la pauvre âme dans le crible où elle fait la plainte suivante et reçoit le confortatif de JÉSUS-CHRIST.

 

 

          Heus ! jaceo ignitis Sathanæ confixa sagittis !

              Quo plangam fortem, vix superest gemitus !

          Cara Deo quondam sic deseror ! atque ferendum est !

              Martyrium, præ quo mors mihi vita foret !

          Torrentes Belial, angustia, terror et horror ;

              Junctaque nox nocti, sunt mihi pars calicis !

          Me miseram vitæ tædet ! mortem appeto : Verum

              Sicut lux oculos, mors mea vota fugit.

          Condar in inferno, vel montibus obruar ! usque

              Dum tota ira Dei, transieritque furor !

          Si confixa cruci paterer cum martyre Christo ;

              Non quererer : mortis spes mihi certa foret.

          Ast mihi sanguineus, Christo cum martyre, sudor :

              Meque ligant mortis vincula ; nec morior.

          Ad nihilum redigar ! nihilum est fine lumine : sed quod

              Solatur miseram ; non patitur nihilum !

 

                            CHRISTUS erigens animam.

 

          « Filia, quam genui æterno de femine, vivo

              Carnis pasta cibo, sanguine pota meo !

          « De te despera, non de me : agnosce, quid esses

              Me fine : sum tecum : vivifico nihilum.

          « Ut cribrum paleas ; ut separat ignis ab auro

              Recrementa : tuum sic ego purgo lutum.

          « Purior evades, crucis in fornace probata :

              Eja age ! quod pateris, vix crucis umbra meæ est.

           « Perfer et obdura : mea te præsentia firmet :

              Semper adest miserans, cum tribulante, Deus. »

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VII.

 

DES CROIX EXTÉRIEURES.

 

I.

 

LES plaies de l’homme sont si désespérément dangereuses et ses ulcères si incurables, Jér. c. 30, v. 12, que la sagesse éternelle est obligée de se servir du fer et du feu, de toutes fortes de croix et de moyens pour sa guérison, ou au moins pour son réveillement de sa profonde léthargie, comme on se sert des vésicatoires et de la sonde dans de certains cas des maladies et des plaies. Son plus grand mal est de ne le point sentir, et dans cette insensibilité de croire qu’il n’est pas si méchant ni si corrompu que Dieu le décrit et décrie dans sa parole : mais écoutons le verset 11 du même chapitre pour nous désabuser : Mais je te châtierai, dit Dieu, par mesure, et je ne te tiendrai pas entièrement pour innocent. Un enfant revêche, qui ne se laisse pas gouverner par la saine raison, se rend pourtant au sensible que lui cause une bonne verge ; les bienfaits de Dieu envers l’homme n’étant point capables de le faire revenir à son devoir, Dieu se sert du sensible, en appesantissant son bras sur lui par des pestes, des guerres et des famines en général, et par d’autres fléaux en particulier, comme sont les maladies, les pertes de biens, d’honneur, de réputation, les gros revers de ce qu’il appelle sa fortune, les infidélités et les trahisons des amis, les discordes et les haines des parents, les persécutions des ennemis, les mauvais ménages, les enfants immorigénés, les vols domestiques, ou autres : enfin, s’il est nécessaire, Dieu emploie le fer et les chaînes, les prisons et les cachots, qui, en privant l’homme de sa liberté extérieure, le menacent aussi de la perte de sa vie, après avoir fait naufrage de sa réputation. Je ne dirai rien d’une infinité d’autres manières avec lesquelles le Seigneur exerce sa verge de correction et direction : j’en ai touché quelque chose au chap. II, § VI. Ce sont là autant de voix que de croix, qui crient incessamment à l’homme de se réveiller de son sommeil de fer, de ne plus croupir dans l’oubli de son Créateur, de sonner une fois la retraite à ses passions qui l’aveuglent, le précipitent et le ravissent à lui-même ; afin de rentrer une bonne fois dans son fond pour y découvrir et y sonder ses profondes plaies, afin qu’elles deviennent moins dangereuses et plus susceptibles de guérison. Tout instrument est bon dans la main du grand Ouvrier, qui sait faire flèche de tout bois, qui arme toutes ses créatures, jusqu’aux vers rongeurs des poutres qui arrêtent les digues, qui n’épargne ni le vert, ni le sec, ni les promesses, ni les menaces, ni les funestes exemples et expériences, qu’il nous met souvent devant les yeux, nous touchant nous-mêmes quelquefois bien vivement, si nous n’étions point devenus ladres : car il n’y a personne qui n’ait bien de fois éprouvé une main invisible sur soi, vengeresse de ses dérèglements et de ses désordres, qui va fouiller jusqu’aux plis et replis les plus reculés pour réveiller cette parole vivante, cette semence sainte, que l’on appelle la conscience, plantée dans la racine la plus profonde de chaque homme.

II. Quand la sagesse divine ne peut abaisser, par tous ces moyens, notre cœur altier, ni humilier notre hauteur et notre orgueil par des voies douces de bienfaits, par des voies amères de menaces, et par des voies sensibles de châtiment, elle nous laisse faire souvent des chutes si affreuses dans des confusions et tribulations si marquées du doigt de sa vigilance, de son attention et de sa justice sur nous, que nous faisons pitié à ceux qui ont encore quelque sentiment d’humanité. Oui ; j’ose assurer de science certaine, avec bonne conscience, qui me rend ce témoignage, que quantité de personnes périssent faute de croix ; que d’autres se damnent par le mauvais usage de la croix ; et que la plupart des hommes pourraient se sauver, au lieu qu’ils périssent à cause qu’ils ne regardent point les croix différentes qui leur arrivent comme venant de la main de Dieu, mais seulement comme des effets des créatures, contre lesquelles ils se dépitent, murmurent, s’impatientent, se cabrent et se fâchent, comme contre les causes de leur malheur, desquelles ils veulent se venger dans leur aveuglement, demeurants ainsi endurcis et insensibles dans leurs maladies spirituelles et incurables dans leurs ulcères. Il faut que toute raison humaine cesse ici et qu’elle donne place à une lumière supérieure qui darde ses rayons de tous côtés par la croix, comme un éclair, qui est un feu mêlé d’eau, mais d’une lueur pure, claire et aimable, dont la considération nous mènerait bien loin si nous n’étions point des aveugles. Si l’on ne se rend point à l’éclair de la croix par la foi, ses foudres et ses carreaux suivront ; car le ciel gronde déjà terriblement, et annonce les jugements divins par les derniers fléaux qui vont bientôt inonder toute la face de la terre.

III. Laissons-nous mener par la foi auprès d’un homme affligé sous le fardeau de la croix, étendu sur son lit, attaqué d’une maladie dangereuse, qui le menace d’une mort prochaine. Cet homme a de la naissance, des talents, de l’autorité, du crédit, du bien, de la faveur, des patrons et des amis ; et au-dessus de cela, les plus habiles médecins de la ville. Mais avec tout cet attirail d’avantages, sa maladie s’empire de jour à autre, nonobstant tous ces moyens d’ailleurs avantageux, qui ne peuvent garantir ni guérir un mal si opiniâtre. Approchons de son lit pour tâcher de lui donner du secours : il nous regarde avec des yeux languissants, parle d’une voix faible et entrecoupée de gémissements, par lesquels il donne à connaître qu’il souhaiterait d’avoir conseil et secours : un homme de foi et d’expérience lui dit qu’en qualité d’homme, il lui porte toute la compassion dont l’humanité est capable ; qu’en qualité de Chrétien, il a tant de charité pour lui qu’il voudrait souffrir avec lui ou pour lui ; qu’en qualité de serviteur de la médecine, il lui offre ses services ; mais qu’il faut auparavant considérer la nature de son mal avant d’y appliquer le remède : par l’agitation de son esprit et par l’oppression de son cœur, accompagnée de symptômes qui surpassent les naturels, il lui dit que sa maladie est biblique, et qu’ainsi surnaturelle ; que tous les remèdes ordinaires n’y feront rien ; et qu’ainsi il faut avoir patience d’écouter la dernière recette d’Ésaïe à Zédéchias : Ainsi a dit l’Éternel, Dispose de ta maison, car tu t’en vas mourir, et tu ne vivras plus. Ésa. c. 38, v. 1. Le malade s’afflige jusqu’au fond de son âme, disant avec ce roi : Ma durée s’en est allée et a été transportée d’avec moi comme une cabane de berger, Ibid. v. 12 : et avec Job : Mes jours ne sont-ils pas en petit nombre, etc. Job, c. 10, v. 20-22. L’homme de foi tâche de le consoler en lui faisant entendre que des maladies si extraordinaires marquées dans la Bible, dont Dieu nous menace et nous afflige, demandent aussi des remèdes extraordinaires : que quoique sa maladie soit enracinée et devenue chronique par la longueur du temps et les mauvaises habitudes, il a pourtant une médecine dont fort peu de gouttes lui font espérer un bon effet, pourvu qu’il veuille les avaler sans en craindre l’amertume qui lui causera de la douleur au cœur. Le patient s’y résoud : on lui en donne trois à quatre gouttes : la première lui fait connaître et sentir que son mal, qui est une lèpre spirituelle, qui infecte tout l’homme intérieur, vient de lui-même ; qu’il l’a engendrée de longue main : la seconde goutte le fait entrer dans un repentir sincère et sérieux de se l’être attirée par ses ingratitudes envers Dieu et par ses turpitudes envers la créature : la troisième le purge de ses mauvaises humeurs d’indolence et de paresse, et de ses habitudes peccamineuses : et enfin la quatrième le porte à une ferme, constante et invariable résolution de quitter les causes mortelles et les occasions de sa maladie, et de s’abandonner entièrement au reste de la cure du souverain médecin en suivant ponctuellement ses saintes ordonnances. Le malade se trouve d’abord soulagé du grand fardeau qui l’accablait ; il se lève de son grabat, reprend forces et vigueur ; remercie le médecin de foi, qui lui dit de la part du grand médecin de qui il avait reçu les gouttes médicinales : « demeure en paix, et ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pis : Car, dit Dieu, je suis l’Éternel qui te guérit. » Exod. c. 15, v. 26.

IV. Il plaît aussi au Seigneur de nous renverser et de nous froisser par les croix, qui nous châtient dans le corps pour sauver l’esprit en nous dégageant de tous les plaisirs, de toutes les espérances et les jouissances de ce monde. La sagesse de la croix est tout-à-fait ingénieuse pour nous détacher des trois grands pièges que le monde nous tend par l’ambition des honneurs et de la gloire imaginaires, par l’incertitude des richesses, et par la vanité et le repentir des plaisirs. Elle nous met devant les yeux un grand héros qui a gagné tant de batailles, emporté tant de forteresses, conquis tant de pays, secouru tant de places assiégées ; et qui est emporté lui-même par un boulet de canon ou de mousquet. Qu’est devenue sa gloire et sa haute réputation ? Periit memoria eorum cum sonitu. Ps. 9, v. 7. Sa mémoire est perdue avec éclat. Elle nous représente d’ailleurs un homme riche et puissant qui était enflé de son bien et de ses revenus, dont il faisait son idole, se disant à soi-même : Mon âme, tu as beaucoup de biens assemblés pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois et fais grande chère. Luc, c. 12, v. 19. Il vient de périr un vaisseau en mer qui avait chargé une bonne et grasse partie de sa fortune ; ou il lui arrive une grosse banqueroute à la banque de Venise ou d’Amsterdam : où sont ses richesses ? Le riche se réveille de son sommeil, et il ne trouve rien entre ses mains des trésors qu’il avait songés. Elle nous met d’un autre côté devant les yeux un voluptueux qui a consumé son bien et sa santé dans la bonne chère et dans d’autres plaisirs que la pudeur défend de nommer : le voilà cloué sur un lit ou sur un fauteuil par la goutte que ses débauches lui ont attirée. Que sont devenus ses plaisirs ? Ils lui sont devenus un tourment continuel et un repentir douloureux : autant de plaisirs, autant de tourments : par où l’on a péché, par là on est châtié. Mais l’homme sensible au mal du corps demeure presque toujours insensible aux maux de l’âme ; jusqu’à ce qu’enfin son temps se passe et que le temps de Dieu vienne après cette vie : c’est pour lors qu’on en payera la folle enchère ; et qu’on lira le chap. Des Croix après la Mort 40.

V. Si nous étions bien persuadés que toutes nos croix sont ordonnées, mesurées et proportionnées à la portée de chacun par le juste Dispensateur universel, la foi nous ferait aussi connaître le temps de sa précieuse visite : Si cognovisses tempus visitationis tuæ. Luc, c. 19, v 44. Bien loin de nous plaindre et de murmurer, nous aurions les sentiments de St. André à la vue de la croix ; mais nous sommes si pleins de nous-mêmes que nous croyons être les seuls dans le monde qui souffrons ; et nous sommes en même temps si délicats, si inquiets et si troublés, à la rencontre de la moindre croix, qu’elle nous dérange et nous déconcerte, quand ce ne serait qu’une parole méprisante, qu’un regard indifférent, qu’un accueil froid de quelque personne de notre connaissance. Il est impossible de vivre sans croix ; si les hommes ne s’en faisaient pas les uns aux autres, Dieu les envoierait par ses anges, tellement elles sont nécessaires à la purification de l’homme. Les Païens même dans leur aveuglement l’ont reconnu, regardants un homme pour malheureux ou prêt à le devenir qui n’avait encore essuyé aucun malheur.

VI. C’est à vous, mon cher Théophile, que je m’adresse ; parce que je vous vois d’une tristesse morne et d’une mine affligée : ce n’est pas pour rien, me dites-vous, que je suis chagrin ; on dit du mal de moi. Voulez-vous que je prenne votre parti en ami sincère, et que je vous console avec la vérité ? Oui ; vous en êtes content : on dit du mal de vous : je réponds : Tant pis pour vous, si le mal qu’on en dit est véritable : tant pis pour le médisant, si le mal qu’il dit de vous est faux ; dans ce cas-là le mal ne vous touche pas. Mais on attaque votre honneur : je réponds que si votre honneur est dans vous, il n’y a point de voleurs qui puissent vous le ravir ; mais s’il dépend de l’estime des uns, du caprice des autres, et de l’approbation des troisièmes, l’honneur n’est pas à vous ni dans vous ; ainsi vous n’êtes point attaqué dans votre honneur. Mais on vous a volé votre bien : votre bien n’était qu’un dépôt ou un prêt ; le propriétaire véritable l’a placé ailleurs, où il a trouvé bon. Mais mes réponses, me dites-vous, ne vous consolent point ; car elles ne vous rendent ni votre repos, ni votre réputation, ni votre bien. Il est vrai, mon cher Théophile ; car je ne croyais point que tout cela fût à vous : si tout est à vous, qu’a donc Dieu ? Outre cela vous savez aussi, mon cher Théophile, qu’à votre recherche j’écris de la croix ; et que si mes réponses ne vous satisfont point, vous devez vous en prendre et vous plaindre à la croix et à l’impatience avec laquelle vous la traitez. Mais, pour me servir une fois de votre Mais, je vous assure en ami Chrétien que si vous la recevez de la main de JÉSUS, que vous la portiez patiemment, et même, s’il se peut, gaiement, cette croix vous deviendra un surcroît de consolation ; au lieu que si vous vous dépitez contre elle, elle vous deviendra un fardeau insupportable ; elle vous rongera de chagrin et de tristesse, de cette tristesse du siècle, qui mène enfin à la mort, comme dit l’apôtre 41.  Quelque légère et courte que soit la croix, elle est pourtant une petite école de la patience, de la mansuétude et de l’humilité de cœur, quand elle est bien prise et bien portée, quand ce ne serait qu’un mal à un doigt.

VII. Entre les croix extérieures, il y en a qui sont attachées à l’état ou à la profession. L’homme, dans son état d’innocence, faisait lui seul, sans femme, une croix toute entière et parfaite : la femme ayant été extraite hors de ses essences, chacun fit et fait encore aujourd’hui une demie-croix sur la tête : quand le mariage les réunit, la croix devient de nouveau entière et ordinairement bien pesante : car au lieu que le mariage devait plutôt unir le cœur et l’esprit que le corps et la chair, nous voyons bien souvent des cœurs et des esprits fort partagés dans des corps réunis. Hinc tantæ lacrymæ ! Mais si deux personnes que l’amour conjugal a unies tendaient de concert à la pureté de cœur et à l’union de leur esprit avec Dieu après avoir surmonté et dompté la convoitise bestiale, ils retrouveraient la première innocence originelle du premier homme ; et l’homme pourrait dire avec vérité qu’il a une Aide fidèle semblable à lui, Gen. c. 2, v. 20, comme avait Adam : dans ces saintes dispositions, leur semence serait bénie de Dieu et honorée des hommes. Mais, d’autant plus grande que serait la bénédiction qu’on en devrait attendre, d’autant plus grand est aujourd’hui le dommage de voir tout le contraire dans l’état conjugal, qui est devenu des deux côtés un état de croix longue et pénible. Que faut-il donc faire ? L’on veut pourtant se sauver ; et la chose paraît difficile et le danger évident. Si l’un des deux partis est fidèle à Dieu, il gagnera l’autre par sa douceur et sa patience longanime, où il deviendra par-là toujours plus juste lui-même : si tous deux sont de bonne volonté et qu’il arrive pourtant, comme cela est presque inévitable, de petits bisbilles et démêlés, il faut que le vase le plus faible cède au plus fort, et que le plus fort compatisse et supporte le plus faible. On raconte à ce propos d’une dame, qu’étant interrogée par une amie de quel moyen elle se servait pour conserver la bienveillance de son mari, elle répondit : « J’évite tout ce qui lui est contraire ; et je souffre tout ce qui m’est contraire. » La règle est fort bonne ; il ne manque que la pratique : si chaque parti marié en faisait autant en esprit de foi, la paix, le bon ordre, la charité, la fidélité et la bénédiction de la bonne économie régneraient dans toutes les familles ; et au lieu de croix, ce ne serait que joie et accomplissement de la loi de JÉSUS-CHRIST, en portant l’un le fardeau de l’autre, Gal. c. 6, v. 2.

VIII. Une des croix extérieures qui fait le plus d’horreur à l’homme, c’est la pauvreté, qui ordinairement est accompagnée de plusieurs autres, comme sont les mépris et les rebuts que les riches font des pauvres, les regardant comme des ladres et des pestiférés, comme l’opprobre du genre humain, qu’ils appellent pour cela la gueusaille et la canaille : ensuite les maladies plus fréquentes aux pauvres, avec moins de secours et de douceur, faute de moyens : puis les humiliations et abaissements, au moins extérieurs, sous lesquels gémissent les pauvres et les nécessiteux ; enfin les hontes et confusions qu’ils essuient très-souvent des riches, arrogants et hautains, etc. C’est vraiment un état qui fait peur à la nature, mais en même temps qui mène à la grâce, surtout quand la pauvreté d’esprit, qui est ce dépouillement de soi-même, et un vif sentiment de sa disette spirituelle survient à la pauvreté du corps : car cette croix est une voix continuelle qui dit aux pauvres : Regardez l’état différent de cette vie à l’autre dans le mauvais riche et le Lazare ; vous y trouverez de la consolation : il est vrai que vous menez une pauvre vie ; mais vous aurez beaucoup de biens si vous craignez le Seigneur et fuyez le mal, Tobie, c. 4, v. 23. Vous n’avez rien apporté dans ce monde ; les riches n’en emporteront rien non plus que vous : Job, sur son fumier, dénué de toute consolation, privé de ses biens, de ses enfants, de sa santé ; insulté de ses amis, raillé de ses ennemis, souffrant infiniment dans le corps et dans l’âme, était un spectacle plus agréable à Dieu que dans l’abondance : JÉSUS, le Roy du ciel et de la terre, n’avait point de quoi reposer sa tête : tous ses véritables disciples n’ont rien eu de meilleur en partage dans ce monde. Si vous souffrez avec lui, vous serez glorifié avec lui 42 : le Seigneur, en vous privant des richesses, vous a ôté les occasions et les moyens de beaucoup de péchés. Celui qui court dans la lice doit s’abstenir de tout pour emporter la couronne, etc. C’est la leçon du salut que la croix fait continuellement aux pauvres.

IX. En effet, un pauvre content du petit sort que le Seigneur fournit journalièrement à sa foi et à son travail, qui attend, comme les oiseaux, tous les jours sa nourriture du ciel, avec confiance dans le Seigneur, qui pourvoit tous les hommes, même les plus impies, du nécessaire à la vie ; ce pauvre est sans comparaison un objet plus digne de l’attention de son Créateur que les riches qui font même de grosses largelses et aumônes, dans lesquelles se mêle le plus souvent l’amour propre, la vaine complaisance, la recherche de soi-même, comme nous voyons dans le Pharisien, qui se vante de ses bienfaits, Luc, c. 18, v. 11. C’est par la croix et autres souffrances que Dieu sauve les pauvres, s’ils la reçoivent en esprit de foi et la portent avec patience et abandon. Puisque donc la pauvreté est l’état de croix, que JÉSUS a choisi, il faut le regarder comme un état de prérogative et de préférence de la sagesse divine aux richesses et à l’opulence. Le Seigneur, par une providence admirable, nous met souvent du bien entre les mains pour voir l’usage que nous en ferons ; mais il a une infinité de ressorts pour nous l’ôter en cas d’abus : outre que le morceau de pain goûte pour le moins aussi bien au pauvre que les mets les plus délicieux au riche. L’un et l’autre ne sont que de la fiente, s. v. après tout, il faut que nous quittions enfin tout, ou que tout nous quitte. Les richesses sont un bien prêté qu’il faut remettre entre les mains du propriétaire, avec usure et intérêts, dont il demandera un compte bien exact et sévère. C’est pourquoi JÉSUS-CHRIST fait le salut des riches si difficile dans l’exemple du jeune homme riche, qui avait pourtant gardé les commandements de Dieu dès son adolescence, et que JÉSUS aima en le regardant, comme St. Marc l’a observé, c. 10, v. 21.

X. Le Psaume 107 donne autant de frayeur par le dénombrement des diverses et terribles tribulations, dont il fait le détail, que de consolation par les délivrances merveilleuses du Seigneur, où tout secours et conseil humain étaient désespérés : d’où notre foi et notre confiance dans le Père céleste, parmi nos croix et nos tribulations différentes, doivent bien s’affermir ; et d’où nous apprenons aussi que la croix n’est rien de nouveau, mais qu’elle a été de tout temps et saison, de tout pays et personnage : car tournez et retournez à droite, à gauche, sur le dos et sur le ventre, vous trouverez croix et affliction d’esprit ou de corps, ou toutes deux ensemble : si votre fuite ou lâcheté vous en fait échapper une d’un côté, vous en rencontrerez d’autres ailleurs encore plus pénibles : elles se donnent les mains les unes aux autres comme les anneaux d’une chaîne ; comme voici, par exemple, un enchaînement de petites croix : si vous êtes bien logé, vous avez un mauvais voisin : si vous êtes seul, il faut vous servir vous-même : si vous avez des domestiques, ce sont souvent autant de voleurs ou de médisants : si vous êtes en condition, votre liberté est vendue : si vous avez une charge honorable, vous êtes l’esclave du public : si vous vivez dans le célibat, vous manquez d’une compagnie agréable et d’une aide fidèle : si vous êtes marié, vous avez les soins et les soucis, le travail et le fardeau d’entretenir femme et enfants : si vous êtes riche, vous êtes exposé à l’envie et à devenir pauvre, et les richesses vous fournissent mille sujets de tentations et de chutes ; si vous êtes pauvre, voyez votre état dans les §§ VIII et IX. Enfin, tous les états de la vie humaine ne sont qu’une étoffe croisée ou tissue de croix. Tout vient de la croix toute-puissante, tout est sous la croix douloureuse, tout rentrera enfin dans la croix victorieuse et triomphante, quand la croix aura détruit la mort et l’enfer, qui seront sa dernière victoire.

 

            Crux est oceanus : sed quævis guttula crux est :

                Nec potis es guttas, nec numerare cruces.

            Sive externa levis, feu crux interna dolores

                Intulerit, multo nobiliore gradu :

            Collum flecte jugo ; mitescet : Perfer amore

                Christi ; fiet onus sic lene, suave jugum.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE VIII.

 

DE L’USAGE DES CROIX.

 

I.

 

POUR faire bon usage d’une chose, il faut connaître ce qu’elle est dans elle-même, d’où elle vient, à quoi elle est detinée, et où elle tend. Nous avons vu en plusieurs endroits ce que la croix est en elle-même, et les merveilleux mystères qu’elle renferme : Toutes les petites croix des hommes sont prises de la grande croix de JÉSUS, comme autant de particules du tout 43 : elles sont envoyées, réglées, mesurées et proportionnées sur ce grand modèle, par la sagesse divine, qui les partage et les distribue selon le besoin et la portée de chacun. JÉSUS savait de quelle mort il devait mourir ; il savait que ce calice amer lui était destiné et envoyé de son Père éternel ; il savait que son heure était venue quand l’heure de la puissance des ténèbres fut présente. C’est le privilège des fidèles porte-croix d’être avertis auparavant, avec l’Apôtre St. Paul, que les liens et les croix les attendent à Jérusalem, oui dans la Babylone de ce monde, quoiqu’ils n’en sachent point toutes les circontances ; que l’Esprit de Dieu marque partout, dans les saintes Écritures, croix et tribulations à ceux qui veulent vivre pieusement en JÉSUS-CHRIST 44 ; que si le monde ne les meurtrit point avec JÉSUS leur Capitaine, au moins il les réduit à un état si décrédité qu’on les regarde pour civilement morts, ayant perdu honneur, réputation, biens, et repos. La souffrance de la mort de JÉSUS ne fut arrêtée et conclue par ses ennemis qu’après qu’il eut achévé tous ses discours, Matt. c. 26, v. 13, 21. Or les discours qui précédèrent et lui causèrent la mort furent les jugements févères et les malheurs qu’il prononça contre les Pharisiens au chap. 23, et le dernier et final jugement qu’il annonça aux Juifs et à toute la terre aux chap. 23 et 25. Ils n’osent mettre auparavant les mains sur lui, parce que son heure n’était pas venue. D’où nous apprenons que non seulement les croix sont envoyées de Dieu, mais aussi que les temps et les saisons en sont marqués ; oui, même les lieux, comme à JÉSUS le Calvaire, qui est l’ancienne montagne Moria, où Isaac, sa figure, devait être immolé par son père Abraham ; car Dieu a limité combien longtemps, quand, où, et comment nous devons demeurer sur la terre, Actes, c. 17, v. 26, et ce qui doit arriver à chacun dans ce temps et dans ce lieu.

II. Or si la plus grande et la plus pesante croix a été le partage du Fils de Dieu, le Bien-aimé du Père, en qui il a mis toutes ses douceurs, complaisances, amabilités, beautés et bontés, il s’ensuit que ceux qui sont les plus favoris doivent être chargés des plus pesantes à proportion des faveurs dont ils jouissent et jouiront, et en conformité plus grande avec le Chef dont ils sont les membres. Pour s’encourager à les souffrir, ils savent par avance que leur prérogative est si grande que si même les démons et l’enfer et tous les hommes qui sont sur la terre faisaient alliance et se liguaient par conjuration contre un d’eux, ils ne pourraient pourtant lui nuire : car en descendant avec JÉSUS dans lui jusque dans les enfers, il y trouverait son salut et son Paradis, où il serait content et heureux avec JÉSUS après avoir été attaché ici à la croix avec Lui.

III. Les amis de la croix et de JÉSUS ont donc avec lui ce privilège que de savoir d’une pleine certitude que toutes leurs croix viennent d’une main paternelle toute juste, toute puissante et toute miséricordieuse, qui mène dans l’enfer et qui en retire, qui mortifie et vivifie 45 ; et qui n’abandonne jamais les siens ni dans le besoin ni dans la mort : cette confiance et cette certitude leur donne une telle magnanimité à souffrir tout ce qui se présente, que l’on n’a rien vu de plus grand ni de plus fort dans tous les conquérants : il n’y a qu’à regarder le martyrologe pour en être pleinement convaincu : c’est l’usage qu’ils font des croix, de les recevoir de la main de Dieu, de les endurer courageusement, et de s’en laisser purifier quoique douloureusement. Ils savent avec St. Paul, en qui ils ont cru et à qui ils se font confiés ; ils savent que c’est un juste Juge qui leur donnera la couronne de justice qui leur est destinée pour ce jour de rémunération. Voilà ce qui les rend si forts, si patients, si fidèles et si confiants dans toutes fortes d’aflictions, dont aucune n’est capable de les séparer, mais plutôt de les unir plus étroitement à la charité de JÉSUS 46.

IV. D’ici nous voyons que la croix tant extérieure qu’intérieure est la marque ou la bannière sous laquelle sont enrôlés tous les enfants de Dieu : c’est le signe qui les distingue ; le mot du guet qu’ils savent tous ; le bouclier qui les protège contre tous leurs ennemis, principalement contre les domestiques, qui sont les sens, la raison et l’amour d’eux-mêmes. Car la croix les mène dans la connaissance et dans le sentiment de leur zéro, et dans leur propre fond, où ils ne trouvent rien de bon de leur propre, mais seulement un néant pécheur qui les humilie et les fait ramper devant Dieu, se regardant comme des abîmes de misère et comme des riens tout nus devant les yeux de sa majesté et de sa sainteté : par-là ils disent un adieu éternel à leur volonté dépravée, à leur propre esprit ténébreux, à leur nature corrompue, qu’ils présentent en holocauste au Père des lumières par le grand Prêtre et Porte-croix JÉSUS, pour être attachés avec Lui à la croix, en être purifiés et sanctifiés, en y brûlant continuellement d’amour, de vénération et d’adoration : ils renoncent à toute convoitise illicite, qu’ils crucifient avec leur propre chair rebelle à l’esprit ; ils chargent avec joie et plaisir le joug suave et le poids léger du Crucifié sur leurs épaules, pour apprendre de lui cette grande leçon qui ne s’apprend que dans l’école de la croix, la mansuétude, ou débonnaireté, et l’humilité véritable et réelle de cœur. Or, l’humilité cordiale, foncière, intérieure amortit l’amour impur et lépreux de nous-mêmes ; et la mansuétude éteint en nous l’esprit fougueux de colère et de vengeance, qui sont deux grands écueils dans la vie de l’esprit : et c’est là proprement à quoi la croix est destinée, pour en faire l’usage ordonné par la Sagesse.

V. Oh ! qu’il est salutaire à l’homme de souffrir et de faire un tel usage de ses souffrances pour en devenir toujours plus débonnaire et humble de cœur, et, par conséquent, plus semblable à JÉSUS ! Quelle grande raison n’avait point ce grand contemplatif et serviteur de Dieu S. Jean de la Croix 47 de dire : ou aimer, ou pâtir ! Il remplissait bien le nom de grâce dans Jean, et le surnom de la Croix, qu’il portait dans son cœur et qui était adoucie par l’onction de l’amour. Que peut-on donner de plus grand à JÉSUS qu’en lui remettant notre être, notre amour, notre volonté, notre vie par la souffrance avec lui, jusqu’au consummatum est, tout est consommé ? La croix est le caractère des élus et la clef du ciel ; il n’y a ni porte ni portail qu’elle n’ouvre ; c’est le dissolvant universel qui tire de l’eau hors des cœurs de rocher : c’est l’enseigne de noblesse ou les armes de haute naissance de l’âme fidèle, enregistrées dans le livre de vie.

VI. L’homme a été et est encore si injuste et si voleur à l’égard de Dieu qu’il lui a ravi l’autorité et la puissance, l’honneur et la gloire, qui n’appartiennent qu’à lui seul. Le clergé lui a enlevé l’autorité, qui décide de tout en maître, qui juge de tout comme infaillible, qui s’élève au-dessus de tout ce qui s’appelle Dieu, et se met à sa place, pour être craint, aimé et respecté comme une Divinité. Les savants des académies et de l’école ont usurpé la Sagesse divine et ses droits, et ont substitué à sa place cette femme folle et criarde qui ne sait rien du tout, Prov. c. 9, v. 13. Les riches et les puissants du siècle se sont emparés de sa force, de sa puissance et de ses richesses, dont ils font leur divinité, ne s’en regardants plus comme les dépositaires, mais comme seigneurs directs et propriétaires : ainsi des autres. Mais personne d’entre eux tous ne s’est avisé de lui ravir la croix, parce qu’ils en sont les ennemis declarés, ainsi ils en ont laissé toute la disposition entière à Dieu, comme d’une folie avec laquelle ils n’ont rien de commun ; de sorte qu’il en a une grosse provision pour en régaler tous ces usurpateurs de ses droits divins, d’une bonne dose si bien appropriée et mesurée que chacun en reconnaîtra et sentira lui-même le poids, la justice et la proportion : si le Seigneur souffre ses pertes à cette heure, il aura par après ses retours avec usure : la lie du vin de sa colère n’est pas épuisée ni anéantie : tous les pécheurs de la terre en boiront, Ps. 75, v. 9. Qui aura mené en captivité y sera mené ; qui aura tourmenté sera tourmenté ; qui aura dépouillé sera dépouillé ; les railleurs seront raillés ; chacun aura son tour, Apoc. c. 13, v. 10. Les gras du peuple seront décrassés ; les puissants abattus ; le faux prophète aura son sort avec la grande bête. Il faut passer par la croix ; c’est le chemin à la joie ; et il faut s’en servir pour sa purification. Isaac le céleste mange volontiers de la venaison ; mais elle doit être apprêtée par Rebecca la grasse, et passer par le feu et la broche de la croix, qui sait si bien dégraisser et décrasser. Pour lors elle goûte bien à Isaac, Gen. c. 27, v. 25 ; jamais un oiseau n’a si bon goût que quand il est déplumé et bien rôti : pour lors il est dans son haut goût et apprêt.

VII. C’est là la fin et le but auquel la croix est destinée, de rôtir et de brûler toutes nos impuretés, de nous faire mourir à nous-mêmes dans la mort de Jésus, afin de vivre à lui et de lui, avec qui notre vie est cachée dans Dieu. Pour cela, comme nous nous sommes fait autant d’idoles que nous nous sommes attachées à de différentes créatures que nous avons aimées et chéries à la place de Dieu, la croix nous en fait boire les abominations, nous en sépare ou nous en prive par leur perte ou leur éloignement : nous avons mis notre confiance et notre appui sur nous, sur nos amis et patrons, la croix nous fait connaître nos faiblesses et nous ravit nos amis par la mort : nous avons été engouffrés dans les plaisirs des sens et de la chair, la croix nous en sèvre par des maladies ; car celui qui souffre dans la chair, dit St. Pierre, 1, c. 4, v. 1, 2, cesse de pécher ; afin que tout le reste du temps de sa vie il ne vive plus aux convoitises des hommes, mais à la volonté de Dieu ; par où nous voyons que le péché et la souffrance vont de compagnie ensemble, et que qui cesse de pêcher, cesse de souffrir. La grande science dans toutes les pertes est d’avoir réellement la pensée de Job : Dieu l’avait donné, Dieu l’a ôté : que son Nom soit béni 48 ! Dans toutes les autres souffrances, c’est de vouloir ce que Dieu veut et d’avoir l’œil de l’esprit bien ouvert pour reconnaître les causes de nos croix devant Dieu seul, et d’y suivre ses intentions et les vues qu’il en donne à notre fidélité.

VIII. Toutes ses croix sont ordonnées pour nous faire recourir à la fontaine des grâces et des miséricordes divines : sans les visites et les avertissements de la croix, nous vivions dans un oubli perpétuel de Dieu et dans une négligence de nos devoirs à son égard : mais quand on serait affligé dans le corps ou angoissé dans l’esprit, ou ses espérances renversées, ou ses amis perdus, ou son bien enlevé, ou son honneur ravi, ou le repos de la chair troublé de quelque autre manière, et qu’on ne trouve plus ni aide, ni conseil, ni remède, ni moyen de notre délivrance dans les créatures, ni de ressource, ni de ressorts dans notre raisonnette et prudence charnelle, pour lors nous faisons notre pis-aller d’avoir notre refuge en Dieu : ce que Ésaië a si bien exprimé : Éternel, étant en détresse ils se sont rendus auprès de toi, ils ont supprimé leur humble requête quand ton châtiment a été sur eux : c. 26, v. 16. Auparavant qu’on était bien dans la chair, avec paix, commodité, plaisir, abondance, bombance, santé, le gousset garni, on méprisait la voix de Dieu, qui sans ces croix-là se fait entendre à chaque moment, si l’on y prenait bien garde avec attention en sonnant un peu la retraite pour se dérober au vacarme du dehors et au trouble de dedans ; on était content des idoles et de fausses divinités qu’on avait mises à la place du Dieu vivant dans son cœur et dans son esprit : mais quand on se sent frappé de la main de Dieu par quelque croix sensible qui, nous démontant, nous ôte tout espoir de secours humain, pour lors on crie vers lui avec le prophète roi : Les détresses de mon cœur se sont augmentées : tire-moi hors de mes angoisses. Regarde mon affliction et mon travail, et me pardonne tous mes péchés. Ps. 25, v. 17, 18.

IX. Dieu attend au moins ce retour de nous vers lui ; et il nous est bien force de le faire quand il nous laisse arriver des traverses et désastres de cette nature : c’est à nous à nous rendre fidèles à son appel ; et à nous soumettre avec abandon aux croix et afflictions qu’il nous envoie, comme à une salutaire correction de nos fautes, comme à un remède amer à nos maladies spirituelles, comme à un préservatif contre le poison mortel de nos mauvaises habitudes, comme à un réveil du profond sommeil de nos négligences et de nos tiédeurs dans les exercices de la vie de l’esprit ; étant bien assurés que si Dieu frappe d’une main, il guérit de l’autre, pourvu que nous soutenions en patience et résignation sa main appesantie sur nous, sans lui tourner le dos pour avoir recours à des roseaux brisés et à des citernes déchirées qui ne tiennent point l’eau. Le grand médecin n’applique le fer et le feu, la sonde et la lancette que dans les plaies qui paroissent désespérées ; il faut endurer toute sa cure avec courage ; elle tend à notre santé, je voulais dire à notre sainteté.

X. La croix, dans son conseil intime, renferme un secret dont je veux faire part à mon cher Théophile ; car il se pourrait faire qu’il en eût besoin un jour, comme son ami en a eu besoin plusieurs fois dans les différentes constitutions de sa vie. Ce secret de la croix est de réduire l’homme, par l’ordonnance du grand et souverain Maître, dans un état si abandonné, qu’il soit privé de tout secours, consolation et protection de toute créature ; n’ayant de même plus rien à espérer ni à attendre de sa propre force, raison et prudence, mais étant délaissé comme une brebis au milieu des loups, toute sa délivrance dépendant uniquement de la seule grâce et fidélité de Dieu. Si l’homme dans cette rencontre a une fidélité constante et réciproque envers Dieu, par son plein abandon, son entière soumission et sa ferme confiance dans le Tout-Puissant, il lui fera sentir ce qu’il peut et combien fidèle il est lui-même à celui qui s’abandonne entièrement à la sagesse et à la puissance de sa conduite, après avoir perdu l’espérance de tout autre secours et s’être jeté à corps perdu dans l’abîme des ressorts de la sagesse divine. Quand tout est désespéré auprès des hommes, le Seigneur fait éclater qu’il est le seul fort, le seul sage et puissant, afin qu’il en ait lui seul l’honneur et l’action de grâces : car c’est un Dieu jaloux, qui ne donne sa gloire à personne d’autre qu’à lui-même. Ô les merveilles que Dieu opère dans une âme abandonnée et affligée par la croix ! Il s’y est engagé ; il le veut, il le peut faire ; et il le fera.

XI. Que si nous regimbons contre l’aiguillon qui nous pique en voulant esquiver la croix ou secouer le joug comme des taureaux indomtables, nous les rendons toujours plus lourds et de bien plus longue durée. J’ai connu à ce propos des personnes qui avaient de fortes tentations, par exemple de s’imaginer que Dieu, assis à son aise dans le trône de sa gloire, prenait plaisir à les tourmenter et qu’il se mettait peu en peine des affaires des hommes et de les délivrer de leurs maux ; et ainsi d’autres espèces de blasphème. Il plaisait à Dieu, pour les raisons connues à sa sagesse, de se faire sentir comme un lion ou comme un juge implacable à ces personnes-là : celles-ci se roidissaient contre le juste jugement que Dieu exerçait par-là sur elles, se plaignant de sa conduite et de sa cruauté. Si ces personnes, au lieu de plainte et de murmure, d’impatience et d’infidélité, s’étaient soumises au jugement de Dieu pour le souffrir aussi longtemps qu’il le trouverait convenable à leur besoin et à leur purification, comme on leur conseillait, je suis bien assuré que la tentation ou le jugement n’aurait pas duré la moitié du temps qu’elles l’ont souffert par leur faute. Dieu veut notre humble obéissance et le courbement de notre cou rebelle sous le joug de ses jugements, quand ils devraient durer toute notre vie : d’abord qu’il nous voit dans cette humiliation obéissante et dans cette résolution abandonnée à ses volontés, il a son but : si notre indisposition aveugle nous le faisait envisager auparavant comme un lion, notre soumission nous donne d’autres yeux pour trouver dans lui un agneau débonnaire : car il fait cesser petit à petit les tempêtes et les orages, ramène le calme et la tranquillité contre toute notre espérance et même contre toute apparence : il fait voir qu’il est le Maître qui commande aux vents et aux flots de la mer, qui lui obéissent, et que rien ne lui résiste.

Ainsi le grand usage des croix confine à s’humilier sous la main toute-puissante de Dieu, de porter sa colère avec patience tant qu’il lui plaira, d’attendre de lui seul, en abandon de soi, notre délivrance ; et de lui en attribuer toute la gloire, aussi bien que le fruit de la croix, qui est notre mélioration.

XII. L’amour de Dieu envers nous est si ardent qu’aucun péché ne peut l’éteindre ; il est si rapide qu’aucune ingratitude ne peut l’arrêter ; il est si constant qu’aucune infidélité ne peut le détourner ; pourvu que nous nous soumettions à lui par un retour sincère et persévérant vers le trône de sa grâce, en esprit de pénitence. Venez à moi, crie encore JÉSUS aujourd’hui, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai. Matt. c. 11, v. 28. Dans lui seul pouvons-nous trouver repos à nos âmes, paix à nos consciences, tranquillité à nos esprits : il n’y a dans ce Nom aimable et sacré que douceur, bonté, humilité, bienveillance, bienfaisance ; c’est une pure charité réconciliante et amour pacifiant : il n’y a aucune damnation pour ceux qui sont dans les voies et dans la vie de JÉSUS, qui vivent selon l’esprit et qui, par l’esprit, mortifient les œuvres, les penchants et les inclinations de la chair 49. C’est là toute son intention dans les petites croix qu’il nous laisse goûter de sa grande : d’abord que nous nous y rendons volontairement, il les porte avec nous ; de sorte qu’il ne nous paraît point qu’il nous en ait chargés, tellement elles nous semblent légères à cause du contrepoids que son amour y donne. Il est avec nous dans l’affliction : il nous encourage par sa présence ; il nous fortifie par sa vertu, il nous console par ses douceurs ; il nous couronne enfin de sa gloire. Quel parallèle ou échange d’un moment de croix à une éternité de joie ? Les souffrances de ce monde ne sont rien en comparaison de la gloire qui sera manifestée en nous, Rom. c. 8, v. 18, quand nous serons devenus semblables à lui par la transformation de clarté en clarté, jusqu’à ce que nous ayons atteint le domicile de la lumière fixe et permanente, qui aura passée par tous les régimes de la croix 50.

XIII. C’est là où visent et tendent toutes les croix, comme des voies et moyens qui y conduisent, comme JÉSUS-CHRIST y est entré lui-même par ses souffrances, selon l’histoire évangélique, Luc, c. 24, v. 25-27 ; sur laquelle nous avons à réfléchir que JÉSUS étant apparu à deux disciples qui allaient en Emmaüs, les trouvant accablés de tristesse de ce qui s’était passé avec lui-même à Jérusalem, il ouvrit, marque le texte, leur entendement pour bien comprendre les écritures ; et il commença par Moïse et les prophètes, pour leur en inculquer le véritable sens. Voici la clef dont il se servit pour les leur faire bien entendre : N’a-t-il pas fallu que CHRIST endurât et qu’il entrât ainsi dans sa gloire ? Nonne hæc oportuit pati Christum et ita intrare gloriam suam ? La croix est donc la clef pour bien entendre les écritures saintes ; la croix est le but et l’accomplissement des mêmes écritures : il a fallu que CHRIST souffrit ; par conformité, il faut que nous souffrions aussi ; et par les souffrances il est entré dans sa gloire : si nous souffrons avec lui, nous y entrerons avec lui ; car le disciple doit avoir de la conformité avec le Maître ; ne pouvant l’égaler en tout, il faut au moins qu’il se laisse façonner à la manière de son Maître.

XIV. Avant de finir ce chapitre, il me tombe dans l’esprit un mystère très-particulier de la croix, surtout par rapport à son usage et à sa fin très-salutaire. Nous avons vu que la croix fait un globe qu’elle embrasse par ses quatre angles : l’espace entre ces quatre angles fait les quatre éléments : la terre est en-bas à gauche ; elle doit devenir eau, qui est vis-à-vis à la droite, par la pénitence ; l’eau doit se sublimer et se purifier, se subtiliser et spiritualiser par la prière et oraison du cœur, pour devenir air, qui est en-haut au-dessus de l’eau : l’air, qui est une eau rarifiée et spiritualisée, doit devenir feu par les mouvements et les ravissements sacrés de l’amour pur et constant : le feu enfin doit se cuire par le feu de cette même charité ardente, afin qu’il acquière par ces épreuves de feu le degré de fixité permanente qui résiste à toutes les épreuves du feu de la colère divine, et qu’il devienne un or pur transparent mêlé d’eau et de feu, qui est son dernier degré, dans lequel néanmoins il peut être exalté de degré en degré, de vertu en vertu, de clarté en clarté, par la main de l’Ouvrier tout-puissant, pendant l’abîme de l’éternité sans fin, qui donnera sans doute des gradations toujours plus excellentes : soupirons et aspirons !

 

            Esto animi fidens : conforteturque tuum cor :

                Fer valide, cœlum quod tibi mittit onus.

            In cruce fit tua pars, humilis patientia : tecum

                Fert quamcumque levem, qui tulit ante gravem.

            Sub cruce, velle Dei tota complectere mente :

                Tota mente doma, sub cruce, velle tuum.

            Sis humili, lenique animo, conformis JESU ;

                Qui tibi ubique salus, qui Paradisus erit.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE IX.

 

DE L’ABUS DES CROIX ET SURTOUT DE CELLE DE JÉSUS.

 

I.

 

L’HOMME naturel, qui ne comprend rien des choses divines, ne veut aussi rien entendre de la croix, dont il a horreur : quand il lui en arrive, comme cela ne manque point, il se dépite, s’impatiente, murmure, s’en prend aux créatures, qu’il regarde comme les causes de ses malheurs, pâlit et frémit de colère, comme une bête revêche qui ne veut point se soumettre au joug qu’on lui impose. La seule raison naturelle, qui est cette petite étincelle de lumière restée dans l’homme après sa chute, et qui le fait appeler par les écoles un animal raisonnable, s. v., devrait au moins le rendre plus docile à souffrir les adversités qui lui surviennent, pour ne point rendre sa charge plus pesante et ne point devenir lui-même à charge à soi et aux autres. D’autres esprits, qui veulent passer pour forts, se soumettent vraiment aux accidents et aux contrariétés de cette vie pour ne point paraître devant le monde comme des chevaux fougueux et indomptables ; mais ils attribuent tous les événements fâcheux et heureux à une fortune aveugle, à un destin fatal et inévitable, ou au cas fortuit du hasard, ne reconnaissant point d’autre cause supérieure de tous les accidents de la vie.

II. Mais si la moindre lueur de la foi nous éclairait, nous serions d’abord persuadés que rien n’arrive à qui que ce soit que par une très-sage disposition d’une providence lumineuse très-attentive et vigilante sur tous les hommes, et même sur les bêtes, dont le hurlement marque leur besoin et leur attente après la nourriture, et meut le Confervateur universel à la leur donner dans son temps ; sur quoi voyez le Ps. 104, v. 27. Nous serions convaincus par la parole de JÉSUS-CHRIST qu’il ne tombe pas un cheveu de la tête des véritables croyants sans la volonté du Père céleste, auprès de qui ils sont tous comptés ; et dans cette vive conviction nous plierions le cou, baisserions les épaules en humilité sous sa main puissante, nous abandonnant à ses soins, à ses ordonnances et à sa conduite paternelle dans tout ce qu’il fait, permet et nous laisse arriver de fâcheux, de contraire et d’affligeant.

III. Il y a une autre sorte de personnes dans le monde, qui font un autre abus des croix et surtout de celle de JÉSUS-CHRIST, de sa passion, de sa mort et de ses mérites, dont nous avons à parler dans ce chapitre : car il n’y a rien de plus ordinaire, dans la bouche des gens du monde, que de s’imaginer, de se flatter et de dire que JÉSUS-CHRIST a payé toute la dette ; qu’il n’y a qu’à croire que sa justice et ses mérites nous seront imputés. On m’entend bien d’où cette doctrine vient sans que je nomme le vieil Adam, qui y a trouvé sa retraite, où il s’est niché pour vivre dans le repos de la chair et étouffer les gronderies et les témoignages reprochants de sa conscience.

IV. C’est ainsi que la fausseté et la tromperie du cœur humain s’aveugle volontairement pour faire de la passion et de la mort du Sauveur la couverte et le manteau de toutes ses malices, perversités et dérèglements, et JÉSUS-CHRIST même le porte-faix et le serviteur de ses péchés, afin qu’il n’en porte pas lui-même la juste peine : par où non seulement il fait déshonneur, confusion et opprobre à la croix de Jésus, mais le crucifie même de nouveau dans soi et foule son sang précieux aux pieds par un endurcissement opiniâtre et volontaire dans l’impénitence finale, qui lui fera sentir, après sa mort, la justice et la sévérité des jugements divins : car il n’y a point à se flatter : celui qui est l’Agneau qui ôte et efface les péchés des véritables pénitents est aussi le juge redoutable des impénitents et des ennemis de sa croix, contre laquelle ils veulent se couvrir, au-dehors, du mérite de sa passion et de sa mort, sans souffrir, mourir et crucifier eux-mêmes avec lui leur chair et les convoitises de leur cœur dépravé, et les faux concepts de leur esprit aveugle. Si Jésus est mort pour tous, comme il est très-certain, car sans cela le Paradis serait encore fermé, il nous a aussi commandé de renoncer à nous, de mourir à nous, de porter notre croix avec lui, de le suivre dans la vie et dans la mort : s’il a payé nos dettes, nous lui appartenons comme des esclaves rachetés, dont il disposera selon sa justice et sa vérité, non point selon la vanité, folie et impertinence de nos faux préjugés et de nos imaginations présomptueuses : s’il a satisfait comme Chef, il a commandé, en Maître, que nous satisfassions comme membres, en serviteurs : Je vous ai donné l’exemple, dit-il, Jean, c. 13, v. 15, afin que vous fassiez comme j’ai fait : le disciple n’est pas au-dessus du maître : et pour cela nous a-t-il mérité et nous donne la force, la grâce et la vertu de le suivre, et il porte nos croix avec nous, ne nous abandonnant jamais, si nous sommes fidèles et constants dans son imitation, qui est le tout de l’homme Chrétien.

V. Nous assurons ainsi avec pleine conviction que la prétendue justice imputative, sans une pleine conformité avec JÉSUS souffrant, mourant, et ressuscitant, est un opprobre à la passion, à la mort et à la réfurrection de JÉSUS, une contumélie à son sang précieux, et des feuilles de figuier dont Adam le pécheur tâche de couvrir sa conscience cautérisée : car sans la mort du vieil homme, le nouveau ne peut naître ni vivre : si le nouvel homme vit, cette vie lui donne un nouvel être. Cet être ne peut s’acquérir par une pure imputation, mais par une transmutation réelle et foncière, et par un changement essentiel : il faut que la teinture du sang de JÉSUS-CHRIST passe et pénètre l’âme de part en part pour y renverser, détruire et abolir le royaume des ténèbres, dont l’âme est obsédée dans ses essences ; autrement la lumière ne s’y engendre point. La renaissance hors de l’Esprit et de l’eau vivante demande une union essentielle de l’Esprit et de l’eau avec le régénéré, comme dans la génération naturelle l’enfant participe dans son fond intime aux essences de père et de mère : la régénération spirituelle ne pouvant être ni même s’entendre sans une très-intime union de la semence incorruptible avec les essences de l’enfant nouveau-né ou de la nouvelle créature, qui seule fait l’adoption réelle.

VI. Ceux qui soutiennent la doctrine de l’imputation sont de pauvres aveugles qui jugent des couleurs qu’ils n’ont jamais vues : ils n’ont jamais éprouvé combien il en coûte à l’âme, quel combat il y a à soutenir, dans quelle angoisse elle est réduite : JÉSUS-CHRIST a comparé cet état à une femme dans les douleurs et angoisses de l’enfantement : ils n’ont aussi jamais goûté dans eux les douceurs de l’amour de JÉSUS, ni de l’union si étroite de l’âme avec lui que des deux il ne s’en fait qu’un : Qui autem adhæret Domino, unus spiritus est, 1 Cor. c. 6, v. 17 ; i. e. unus efficitur spiritus cum eo. Comment devenir un esprit avec lui sans être consommé ou comme refondu avec lui ? Comment peut-on être changé d’un homme extérieur naturel dans un homme intérieur spirituel sans une pénétration d’outre en outre du spirituel dans et au travers du naturel ? Comment vivre d’esprit sans être réellement vivifié dans l’esprit, par l’esprit ? JÉSUS-CHRIST est la plénitude de tout en tout, qui par la foi justifiante veut remplir tout ce qui est vide. Si le tout en tout de l’injustice ou de l’infidélité condamnante est dans le centre de nos âmes, il s’ensuit nécessairement que le tout en tout de la foi justifiante entre dans ce même centre, pour y détruire l’infidélité. Or JÉSUS-CHRIST est non seulement la plénitude de tous les fidèles, mais aussi il n’est qu’un avec eux, comme il est un avec son Père. C’est pourquoi il le prie pour tous les croyants, afin qu’ils ne soient qu’un, comme son Père est dans lui et lui dans le Père ; afin qu’eux, dit-il, soient un dans nous, Jean, c. 17, v. 21. Où nous voyons non seulement une union très-étroite, mais aussi l’unité d’Esprit de ses membres fidèles avec le Père par le Fils.

VII. JÉSUS-CHRIST dans St. Jean, c. 15, v. 1, dit qu’il est la véritable vigne et les fidèles les branches de cette vigne : nous sommes donc entés, comme des branches, sur JÉSUS-CHRIST, comme la vigne. Or une branche entée tire tout son suc, sa nourriture, sa force et sa vie de l’arbre dans lequel elle est entée : ce suc nourricier se change dans sa substance d’une manière tout-à-fait essentielle : c’est pourquoi le fruit qu’elle porte marque l’arbre dont il vient : JÉSUS est le bon arbre qui porte de bons fruits de la vie éternelle : les branches identifiées à l’arbre, dont elles reçoivent tous leurs écoulements succulents et nourriciers, portent des fruits semblables ; à cause de l’union qu’il se fait de suc à suc, d’essence à essence, entre l’arbre et les branches, dont l’une se transforme dans l’autre ; l’une est adoucie, animée et vivifiée par l’autre : car sans JÉSUS-CHRIST dans nous, nous ne pouvons rien faire ; il faut que nous recevions continuellement cette parole de vie hors de la bouche du Père : de cette sorte, l’âme dont les sucs ou essences sont pénétrées, animées et transmuées d’outre en outre par les essences de JÉSUS, la vigne vivante et l’arbre de vie, peut dire avec vérité, comme l’apôtre, que ce n’est plus elle qui vit, mais JÉSUS-CHRIST qui vit dans elle. C’est ce qui est impossible à l’imputation, laquelle n’atteint pas seulement le parvis, bien moins le sanctuaire.

VIII. L’imputation a donc tort de se flatter des mérites de la passion et de la mort de JÉSUS-CHRIST : elle ne peut faire tout au plus que des hypocrites, sans un fond vivant et animé de l’Esprit de JÉSUS ; car elle n’a aussi qu’une foi morte, littérale et historique, appuyée de la lettre de l’écriture, qui tue, sans l’esprit, qui vivifie. Les démons en ont encore une plus grande : car ils croient et tremblent, Jac. c. 2, v. 19 ; mais les hypocrites de l’imputation vivent en sécurité damnable, sans crainte et sans tremblement. Pour avoir part aux mérites de JÉSUS, il faut marcher comme il a marché 51 : il faut avoir son esprit débonnaire, humble, patient, charitable, renoncé à soi, passif à toutes les volontés du Père céleste, obéissant et soumis à tous les états et à toutes les dispositions dans lesquels il nous met au-dedans et au-dehors ; aimer la croix et les souffrances, les mépris et les confusions, les pauvres et la pauvreté. Si nous voulons ressusciter avec lui, il faut mourir à nous avec lui pour vivre de lui. Si nous voulons être glorifiés avec lui, il faut souffrir avec lui réellement et porter dans notre cœur les cicatrices ou marques de ses plaies : il faut être baptisé avec lui du baptême du feu de ses souffrances pour avoir part à son eau vivante, dont la fontaine rejaillit dans la vie éternelle : Si sustinebimus, et conregnabimus. 2 Tim. c. 2, v. 12. Le faux apôtre de l’imputation tombe trop court dans son compte : on lui en fera un autre où il n’y aura rien à rabattre, dont il en sera bien étonné : car dans JÉSUS et dans les membres de son corps tout est vie, esprit, vérité, réalité, au-dedans et point au-dehors ; son sang n’étant point destiné comme un manteau à couvrir les dehors de l’homme du péché, mais à nettoyer une âme contrite et humiliée, des œuvres mortes, afin qu’elle vive d’esprit dans JÉSUS et JÉSUS dans elle, et que tous deux ne fassent qu’un même esprit par identité réelle, comme parle l’école ; c’est à dire, l’homme changé en JÉSUS.

IX. Il en coûte trop au vieil homme pour qu’il se laisse attacher à la sainte croix de JÉSUS, avec tout le grand attelage et équipage de science enflée, d’amour de soi-même et du monde, de recherche des plaisirs et de l’estime des hommes, de sorcelleries spirituelles, par lesquelles il fait le chemin du salut si large, si aisé et si commode, avec des paroles fardées d’une éloquence bien coiffée de pensées brillantes, des concepts subtils, le tout bien pavé et palissadé des langues orientales pour en faire d’autant plus accroire, et d’une apparence enfin si trompeuse que St. Jean dans son Apoc. c. 21, v. 8, l’appelle empoisonneur. Faut-il s’étonner après cela si le vieil homme paré de tant d’affiquets est suivi dans ses beaux discours sur les mérites de la croix, de la passion et de la mort de JÉSUS-CHRIST ? Il est content de lui-même pourvu qu’on ne touche point à ses ulcères et qu’on ne lui fasse pas voir les abominations qui sont au-dedans et dont le manteau pourpré du sang de JÉSUS-CHRIST couvre les dehors : pour lors le tout va bien. On raisonne à son aise, dans l’abondance, de la pauvreté de JÉSUS ; dans les honneurs, de ses opprobres ; dans les louanges, de ses calomnies. On a une très-tendre et affectueuse compassion et dévotion aux sacrées plaies de JÉSUS, pourvu qu’on ne soit pas même piqué d’une épingle. JÉSUS a tout porté et tout souffert, tout fait et tout satisfait pour le vieil Adam ; il lui a imputé tous ses mérites, pourvu qu’il le croie comme une histoire très-véritable, marquée dans l’Évangile, qui est la parole de Dieu : pourquoi s’embarrasser et s’impliquer dans une autre doctrine mélancolique, qui interromprait le repos et la paix d’une vie si courte et sans cela si laborieuse et douloureuse à notre pauvre vieil homme ? Voilà le coussin douillet sur lequel repose l’homme du péché, l’enfant de perdition ! Voilà JÉSUS rendu le porte-faix de toute iniquité, le manteau de toute hypocrisie, et l’emplâtre extérieure de toutes les plaies mortelles ; si profondes, si enracinées et si envenimées, qu’il faudra enfin le fer et le feu pour en ôter la gangrène. Le chemin serait fort doux, je l’avoue, dans ce beau commencement de la carrière de l’homme terrestre ; mais gare aux extrémités, qui mènent à la mort : ne vous y fiez pas ; c’est une amorce de vipère.

X. C’est à la foi vivante seulement qu’appartient la justice réelle et essentielle de JÉSUS ; point par une friction, ou fiction extérieure et imputative, mais par adhésion permanente, par inhabitation constante, par transmutation véritable dans son objet, auquel elle rend semblable par grâce, faisant les enfants adoptifs de Dieu frères et cohéritiers de JÉSUS-CHRIST. Or cette foi est l’ouvrage de Dieu seul, qui ne dépend point de l’action ni de l’activité de la créature, mais de sa soumission et de son obéissance en l’entière vacuité, que JÉSUS remplit : cette foi engendrée dans l’âme vide, par la parole vivante, est une lumière spirituelle au-dessus de toute raison et sagesse humaine : elle est la véritable mère de la justice de JÉSUS-CHRIST dans nous, que Dieu n’a gardé d’attacher à une emplâtre extérieure imputative, mais à une telle force et vertu qui opère par la charité, qui vainc le monde, qui nous détache de nous-mêmes et nous fait porter des fruits dignes du salut, dont elle est le fondement : cette foi vivante, à laquelle l’écriture attribue et impute la sainteté et la justice de JÉSUS-CHRIST, est dans le fond de notre âme, où elle luit comme dans un lieu obscur ; elle est animée, naïve, ferme et constante dans tout ce qui arrive : c’est avec elle seule qu’on peut soutenir et porter les croix et les tribulations par lesquelles elle est éprouvée, et se rendre digne des mérites efficaces de la croix de JÉSUS et rendre témoignage assuré et salutaire de Sa Passion ; parce qu’elle est unie à son esprit et à sa vie, qu’elle marche par toutes ses voies et qu’elle n’a point d’autre vue ni d’autre objet que son Auteur et son Consommateur à la croix 52, étant la semence de Dieu, l’union du Chrétien avec JÉSUS, la force et l’onction de son Esprit, le chemin au trésor caché qui se nourrit de la substance de la parole de Dieu et de ses promesses, dont elle attend l’accomplissement avec espérance, patience et joie sous la croix.

XI. Ce qui est né d’esprit par cette foi vivante est esprit : ce qui est né de chair ou de la lettre est chair et mort : or telle foi, telle justice : foi historique, justice imputative : mais par la foi vivante en nous, comme une hypostase (substantia, Hébr. c. 11, v. 1), engendrée par la parole de vie, nous sommes justifiés réellement et efficacement devant Dieu : toutes les œuvres, quelque belle apparence qu’elles aient, de quelque autorité, commandement, tradition, doctrine, cérémonies qu’elles soient appuyées et accompagnées, ne venant point de ce principe vivant, déplaisent à Dieu et n’attirent que sa colère : Omne autem quod non ex fide peccatum est, Rom. c. 14, v. 23 ; ce sont des œuvres mortes, desquelles nos consciences doivent être purifiées, Hébr. c. 9, v. 14. Le royaume de Dieu est au-dedans et non point hors de nous : sa racine y est cachée, la foi doit l’y découvrir par sa faim et sa soif après la justice de JÉSUS-CHRIST, qu’elle attire à elle, pour nous manifester ce même royaume, qui s’y ouvre par l’eau vivante dans le feu de notre âme, qui en est rafraîchie et changée dans une vie nouvelle, dans une autre créature. Ô la noble Perle et Pierre précieuse, pour laquelle nous devrions tout vendre pour l’acheter !

XII. Ainsi, mon cher Théophile, et qui que vous soyez, que la fausse imputation ne nous aveugle pas ! que la croyance morte de la satisfaction de JÉSUS ne nous trompe pas ! car il n’applique, pour sûr, ses mérites et sa satisfacion qu’à ses véritables et réels imitateurs, qui marchent constamment sur ses traces, qui souffrent, meurent et ressuscitent avec lui à une vie nouvelle, intérieure, essentielle, qu’ils ont sucée de sa vie et de sa doctrine vivante, par la foi animée de charité et soutenue par l’espérance de régner un jour avec lui. Tout le resse n’est qu’emplâtre et feuilles de figuier, qui couvrent la honte et la confusion du vieil homme, mais qui n’engendrent point le nouveau : toute consolation et toute flatterie sur les mérites, sur la satisfaction surabondante, sur la miséricorde infinie de Dieu dans JÉSUS, sans l’esprit de JÉSUS souffrant, mourant et ressuscitant dans nous, est fausse, trompeuse, hypocrite et menteuse. Je l’ai dit ; et je l’ai répété : parce que c’est la pure vérité.

 

 

            Pro te Christus obit mortem, de morte resurgit :

                Si Christo vivas, immoriendo tibi.

            Cum sanies interna tibi sit, et ulcus ad intra ;

                Pharmaca non sanant exteriora : tegunt.

            Intima pervadat divini lancea Verbi :

                Et Verbi vivi filia, viva fides.

            Tunc opus inceptum crucis in fornace probabit

                Christus : in Christo filia Patris eris.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE X.

 

DESSEINS DE DIEU PAR LA CROIX.

 

I.

 

LE dessein de Dieu en créant l’homme était de faire reluire son image vivante dans lui, avec toutes ses vertus divines, dans son âme, dans son entendement et dans sa volonté ; voire même avec toutes ses forces divines dans toute sa conduite, à savoir, pure sainteté, justice et bonté : afin de prendre ses délices avec l’homme et le rendre heureux à jamais, en toute manière, et dans tout ce qui composait l’homme. Pour cette fin, il imprima l’image de sa Sagesse divine dans son entendement ; l’image de sa justice, de sa débonnaireté et de sa longanimité dans son esprit ; l’image de sa charité ardente et de sa pitié dans les affections de son cœur ; afin que rien ne manquât au portrait entier et parfait des forces et des vertus divines dans l’homme, qui marchait devant Dieu en très-grande pureté, simplicité et innocence, le laissant agir dans soi en parfaite soumission et obéissance, recevant incessamment sa divine action de vie et de lumière, comme un enfant simple, docile et innocent, sans aucune vue, ni recherche de l’amour ni de l’honneur, ou de la complaisance dans soi-même, ni dans aucune créature ; mais mettant toute sa félicité dans le bon plaisir de son Créateur, qui remplissait et réjouissait son image dans l’homme de paix, de joie, de bonheur et de félicité consommée, par un regard continuel de l’homme en Dieu, et par union réciproque de l’un avec l’autre. De cette sorte l’homme avait une image de la toute puissance de son Dieu, dans le domaine qu’il lui avait donné sur toute créature ; une image de sa Sagesse, dans une vive et lumineuse connaissance de toutes choses ; une image de son éternité, dans l’immortalité, dont il l’avait doué.

II. Or la parole, l’ordre, les conseils et les desseins de Dieu durent éternellement, sont immuables et invariables ; et ils arriveront infailliblement tôt ou tard à la fin que Dieu s’y est proposée, assurant lui-même qu’il est le Seigneur et qu’il ne change point, que le ciel et la terre passeront, mais que ses paroles ne passeront point : car quoique l’homme soit déchu de son premier état de noblesse et d’excellence, Dieu a pourtant trouvé dans les trésors de son amour et de sa Sagesse un moyen très-assuré pour le rétablir dans son état primordial de bonté et de justice, et pour remettre son image flétrie comme la mort dans sa première condition glorieuse, pourvu qu’il se laisse manier et façonner par la main de ce grand Ouvrier, qui a fait tout de rien et qui fait reluire la lumière hors des ténèbres, la vie hors de la mort, la pureté hors de la corruption : car quoique son image dans l’homme soit fanée et évanouie comme une fleur, il est resté pourtant dans lui une certaine racine de cette image du Verbe éternel, que le Verbe fait chair rétablira, ayant été constitué à ce dessein de son Père, pour renouveler tout ce qui est gâté et chercher tout ce qui est perdu ; afin de résigner à la fin des temps, entre les mains de son Père, le Royaume universel de toutes choses, pacifié et réconcilié par son sang à la croix, qui a été le moyen et qui le sera jusqu’à la fin des siècles, dont Dieu s’est servi, se sert et se servira pour ce rétablissement.

III. La croix est donc, dans le conseil de Dieu, le seul et unique moyen de la purification de l’impur, de l’érection du nouveau hors du vieux, et de la pacification de toute inimitié, contrariété et combat. Le fond indestructible ou la racine de l’image de Dieu dans l’homme est, comme nous avons dit ailleurs, ce feu amer et ténébreux dans le centre et dans les essences de nos âmes : il ne veut pas brûler, sinon d’un amour impur et déréglé envers les créatures, qui le rendent toujours plus obscur et l’homme plus aveugle et plus insensible ; à moins que ce même feu ne soit soufflé par les vents des croix et des souffrances qui, privant l’homme de la jouissance des créatures et le rendant sensible à ses maux intérieurs, réveillent en lui le souvenir de son Créateur et de son image gravée dans lui, dont il avait perdu la mémoire pendant le calme de la prospérité et des réjouisances : par là l’étincelle divine de la foi s’allume et s’élève vers la source de la vie et de la lumière ; laquelle lui montre ou découvre ce mauvais fond de feu ténébreux qui excite tant de tempêtes et d’orages, de désordre et de confusion, qui ont toujours allumé de plus en plus les aiguillons et les convoitises aveugles de ce même feu, sans le rassasier ni le remplir que de ténèbres et de dérèglements : l’homme à cette vue a horreur de son état orageux, qui l’a mis tant de fois à deux doigts du naufrage : il déplore ses fougues et ses confusions, s’abandonne au Pilote divin, qui seul a pouvoir sur les vents et sur la mer ; et qui à la place des vents obscurs et tempétueux envoie de sa face un esprit doux et un air aimable, par lequel il rafraîchit l’esprit de l’homme humilié et le cœur du froissé : Car ainsi a dit celui qui est si haut et élevé, qui habite dans l’éternité, et duquel le nom est le Saint : J’habiterai dans le lieu haut et saint, et avec celui qui a le cœur brisé, et qui est humble d’esprit, afin de vivifier l’esprit des humbles, et afin de vivifier ceux qui ont le cœur brisé. Parce que je ne débattrai point pour toujours, et que je ne serai point indigné à jamais ; car c’est de par moi que l’esprit se revêt, et c’est moi qui ai fait les âmes. Ésa. c. 57, v. 15, 16. Car Dieu ne contestera pas toujours avec nous ni avec lui-même, étant comme nous sommes son image et ses enfants : il ne veut et ne cherche, par la croix, que notre humiliation et notre obéissance pour nous purifier.

IV. Ce souffle sacré de la bouche du Tout-puissant appelle notre esprit rendu esclave hors des essences austères et crues de notre âme où il était emprisonné ; et il fait la séparation de la lumière d’avec les ténèbres, comme il fit dans la création hors de la masse informe, vide et ténébreuse : ce qui ne se fait point sans croix et sans douleur ; mais puisque l’effet en est si salutaire et si glorieux, nous ne pouvons moins faire que d’en souffrir l’opération ; car c’est le souffle de Dieu qui fait tout ; il n’y a qu’à le laisser faire, sans mettre obstacle à son action : car plus nous y résisterions, plus aussi augmenterions-nous nos douleurs et nos souffrances en grièveté et en durée. Plus tôt et plus volontiers nous nous soumettons et nous nous abandonnons à cette opération de l’Esprit divin, qui ne cessera pas de l’exercer dans nous et dans les autres tant qu’il y trouvera de l’impureté, d’autant plus tôt et plus légèrement serons-nous purifiés. C’est là tout le dessein et le conseil de la sagesse et de l’amour divin dans toutes les croix qu’il nous laisse arriver et qu’il continuera jusqu’à ce que tout soit remis dans l’ordre de pureté et de bonté primitive : Caches-tu ta face ? elles sont troublées ; retires-tu leur souffle ? elles défaillent et retournent en leur poudre. Mais si tu renvoies ton Esprit, elles sont créées, et tu renouvelles la face de la terre. Ps. 104, v. 29, 30.

V. Quand rien ne peut amollir la dureté de notre cœur, la croix vient, pour ainsi dire, au secours de la grâce, en domptant les passions déréglées par des maladies ou de grosses pertes qui ôtent les moyens de pécher, comme les maladies en ôtent les forces et les occasions : pour lors il faut bien que l’homme reconnaisse la main qui le frappe si sensiblement : que s’il ne la reconnaît pas encore, Dieu lui met devant les yeux ses terribles jugements qu’il exerce après cette vie sur les impénitents ; lui fait déjà sentir les horreurs de la mort et de l’état dans lequel il se trouvera après cette vie : il lui fait une vive image de tant de bienfaits dont il l’a comblé, et de l’ingratitude, même de l’oubli, que l’homme en a fait, par un abus criminel, se servant des biens de nature et de grâce, pour en offenser et outrager l’Auteur : il peint à son esprit et fait sentir à son cœur cet affreux éloignement, dans lequel il a passé ses meilleurs jours, de la source de tout bien et de toute grâce : que si l’homme demeure toujours aveugle et insensible à son mal après plusieurs et plusieurs épreuves douloureuses et affligeantes, après les promesses et les menaces, après le vert et le fec que Dieu a employé pour fléchir son cœur, il laisse remplir à quelques uns d’une perversité diabolique la mesure de leur iniquité, pour exercer sur eux un jugement d’autant plus sévère que plus il leur a accordé de temps et de moyens pour se convertir ; et aux autres, qui ne l’ont point offenfé si grièvement, il tranche le filet de leur vie par pure miséricorde, afin que leur jugement n’en soit point si impitoyable ni de si longue durée.

VI. Pour ce qui regarde les personnes flexibles à la grâce, le Seigneur les visite par la croix et la souffrance, pour les pousser toujours plus fortement vers lui, dans qui elles trouvent un asyle assuré : car l’afficttion les faisant recourir à Dieu comme à leur unique refuge, par la prière plus fervente et plus assidue, étant bien assurées d’être exaucées du « Père des miséricordes et du Dieu de toute consolation qui nous console dans toute tribulation », 2 Cor. c. 1, v. 3 ; elles éprouvent, avec David, Ps. 18, v. 6, la fidélité miséricordieuse de Dieu : Quand j’ai été en adversité, j’ai crié à l’Éternel ; j’ai, dis-je, crié à mon Dieu ; il a ouï ma voix de son palais ; le cri que j’ai jeté devant lui est parvenu à ses oreilles. Ainsi, quand le pauvre affligé ou le misérable délaissé crie, le Seigneur l’écoute et l’aide hors de toutes ses nécessités et ses dangers, Ps. 34, v. 7 : Dieu afflige bien ces sortes de personnes là, mais il en a ensuite pitié, selon sa grande miséricorde : car ce n’est pas de bon cœur qu’il tourmente et afflige les hommes. Lam. de Jérém. c. 3, v. 31, et seq., mais c’est pour les purifier ou éprouver leur fidélité, ou les combler de nouvelle grâce et bénédiction, comme il le dit lui-même, Ésa. c. 54, v. 8 : J’ai caché ma face arrière de toi pour un moment dans le temps de l’indignation ; mais j’ai eu compassion de toi par une gratuité éternelle, a dit l’Éternel ton Rédempteur. Quelle proportion d’un moment de colère avec une grâce et miséricorde éternelle ? La lumière s’est levée dans les ténèbres à ceux qui sont justes ; il est pitoyable, miséricordieux et charitable. Ps. 112, v. 4. Ainsi, l’âme fidèle dans son recours à Dieu parmi ses actions dit avec le Prophète Mich. c. 7, v. 8, 9 : Toi, mon ennemie ! ne te réjouis point sur moi ; si je suis tombée, je me relèverai ; si j’ai été gisante dans les ténèbres, l’Éternel m’éclairera. Je porterai l’indignation de l’Éternel, parce que j’ai péché contre lui, jusqu’à ce qu’il ait défendu ma cause et qu’il m’ait fait justice, il me conduira à la lumière ; je verrai sa justice.

VII. Si nous étions bien convaincus du dessein saint et sanctifiant de Dieu dans les croix qui nous arrivent de sa part, nous avouerions nous-mêmes que sa miséricorde surpasse toujours sa justice et que ses bienfaits surpassent ses châtiments, qui ne sont que pour notre bien. Car enfin, il est le Maître : C’est moi, dit-il, Ésa. c. 45, v. 7, qui forme la lumière, et qui crée les ténèbres ; qui fais la paix, et qui crée l’adversité ; c’est moi l’Éternel qui fais toutes ces choses. Qui peut résister à son bras Tout-puissant ? Il veut faire de nous des enfants dignes de lui et de son héritage avec JÉSUS son Fils bien-aimé : si nous lui sommes infidèles, désobéissants et revêches, un père n’a-t-il pas le pouvoir de châtier son enfant pour le remettre à son devoir ? L’Éternel est juste en toutes ses voies et plein de bonté en toutes ses œuvres. Ps. 145, v. 17. Aussi pour cela demande-t-il la justice et la sainteté dans les ouvrages de ses mains, surtout de l’homme, qui est son chef-d’œuvre, à qui il a donné une nature qui doit ressembler un jour aux anges de Dieu dans le ciel, Matt. c. 22, v. 30. Si nous regimbons, comme des insensés qui ne veulent pas se laisser mettre le joug pour les rendre sages, le Seigneur a des verges, de toute façon, pour nous soumettre et nous humilier : et il nous en donnera de si serrées que nous souhaiterions avec les Israélites revêches, dans le Prophète Ézéch. c. 21, v. 8-10, que tous les arbres fussent des verges dont on châtie les enfants : mais ce sera le glaive aiguisé de sa colère qui nous percera si vivement et si longtemps qu’enfin nous crierons miséricorde, Seigneur, miséricorde ; ayez pitié de votre pauvre créature qui n’est qu’un néant devant vous : vos jugements font justes : vengez sur moi les injures et les injustices que j’ai commises contre vous. Enfin pour lors le Seigneur se laissera fléchir, voyant que c’est tout de bon que sa créature se plie devant lui et lui demande grâce après sa justice.

VIII. Voilà à quoi aboutissent toutes les croix et souffrances pendant cette vie et après la mort, savoir à réparer l’image de Dieu dans nous, si nous nous tenions seulement passives et en repos à l’opération divine : car si nous cherchons toujours à échapper de ses mains pendant cette vie, il nous rattrapera bien dans l’autre : nous ne pouvons sortir de lui ni échapper à sa plénitude : il nous trouve tout par tout sans nous chercher ; et il nous fera bien payer les peines que nous lui donnons en résistant si longtemps à sa voix et à ses soins paternels. Car, enfin, il en faut venir là : nous sommes liés à l’éternité sans fin pour laquelle nous sommes créés à l’image de Dieu : cette image étant corrompue est devenue plutôt l’image du Diable qu’elle n’est restée l’image de Dieu : elle doit être réparée par la régénération d’eau et du Saint Esprit pour entrer tôt ou tard dans le royaume des cieux ; sans cette régénération il est impossible de parvenir au royaume de lumière, selon la parole absolue de JÉSUS-CHRIST à Nicodème, qui s’étend universellement et péremptoiremept sur tous les hommes en général et sur chacun en particulier. Les jugements de Dieu après cette vie sont terribles, par l’abus et le mépris que notre aveuglement et ensorcellement spirituel nous fait faire de ses grâces pendant celle-ci, où ses jugements sont très-tolérables et de peu de durée : il nous présente à cette heure, avec tant de bonté, le trône de sa grâce dans son Fils bien-aimé, qui étend ses bras depuis le matin de notre naissance jusqu’au soir de notre mort pour nous y recevoir ; afin de nous mettre sous l’ombre de ses ailes, à l’abri de la colère future. Ne négligeons point ce moment présent dans lequel nous vivons par sa grâce ; car ce moment est le prix du sang de JÉSUS-CHRIST, qui sera redemandé de nos mains par le Père de famille : ce n’est vraiment qu’un moment de croix et de tribulation, à l’égard de l’éternité infinie de gloire, de joie et de paix très-pure de la vie future et des biens immenses et ineffables que le Seigneur referve aux siens.

IX. Le très-juste, très-innocent et débonnaire JÉSUS a voulu être lui-même baptisé de ce baptême du feu de la croix, qu’il nous a enseigné par son exemple et par sa doctrine : il a fallu même qu’il passât par là, s’étant revêtu de l’habit de notre corruption : et nous refuserions d’y passer pour rentrer avec lui dans sa gloire ? Il a été baptisé de ce baptême si cruel pour nous : et nous refuserions de mettre son joug, qui est doux, et sa charge, qui est légère, sur nos épaules 53 : il a avalé tout le calice d’amertume, et nous ne voudrions point en boire une gouttelette qu’il nous en a laissée, afin que par là nous connaissions le bienfait immense qu’il nous a procuré, et la rigueur de la justice que son Père a exercée sur lui pour s’être chargé du poids de nos péchés ? Nous serions bien ingrats et injustes à son égard, et infidèles à nous-mêmes. Il ne veut de nous que renoncement à nous-mêmes et portement de notre croix, qui est toute légère à l’égard de la sienne : il nous invite si amoureusement à le suivre, nous assurant que si nous avons des tribulations dans le monde, nous trouverons la paix dans lui : il nous recommande la veille et la prière sans cesse ; la veille, pour n’être point surpris de nos ennemis ; la prière, pour pénétrer par son esprit jusqu’au trône de grâce qu’il est lui-même, et pour dompter par l’oraison continuelle d’esprit et de cœur notre chair rebelle, d’une manière plus excellente et plus efficace que par tout autre moyen : car l’oraison du cœur est non seulement une macération, mais aussi un martyre à la chair ; mais elle devient par son habitude un véritable paradis délicieux de l’âme : il veut que nous lui remettions la liberté et la propriété de notre volonté entre ses mains, pour en faire, comme lui et par lui, la volonté de son Père : notre volonté peut-elle être mieux gardée qu’entre ses mains, et acquérir une fin plus noble et plus heureuse que d’en faire la volonté de son Père, qui est notre sanctification ?

X. Plus la croix nous fait mourir à la chair, plus vivons-nous d’esprit ; la corruption de l’une est la génération de l’autre. La mortification de la chair est la vivification de l’esprit : plus nous souffrons dans la chair, plus l’esprit s’en dégage et s’en détache pour rentrer dans sa liberté 54 : autant avancerons-nous dans la vie de l’esprit que nous nous ferons violence, oui même que nous mourrons à la vie de nature, de chair et de sang, qui ne peuvent posséder le royaume des cieux. Le temps est court, le danger est évident ; et il s’agit du souverain bien ou du souverain mal : si le travail nous rebute, dit St. Bernard, que la récompense nous anime : la course n’est pas longue, mais le prix en est infini ; c’est la couronne de justice et de gloire : la croix est de peu de durée, mais sa récompense n’a point de fin. Et vous, dit St. Pierre, 1, c. 1, v. 8, vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse. Toute victime doit être assaisonnée de sel et de feu pour plaire et goûter à Dieu. Le feu purifie, le sel préserve de pourriture et de corruption Le Père éternel n’a point épargné ses propres délices dans JÉSUS-CHRIST, mais l’a livré pour nous, afin qu’en nous rachetant par sa croix il nous traçât dans lui le modèle que nous devons copier. Si nous n’étions point si délicats amateurs de nous-mêmes et du monde, nous prierions avec St. Augustin qu’il ne nous épargne point aussi dans ce monde, afin qu’il nous épargne dans l’autre : hic ure, hic seca, hic crucia ; modo in æternum parcas. Notre amour propre devrait nous y porter, s’il n’était pas tout à fait aveugle pour l’avenir ; car ici la porte de grâce est toute ouverte ; après cette vie le Juge est assis sur son siège de justice. Enfin qui n’aura point passé par l’ardeur du feu des tribulations n’arrivera point au rafraîchissement de la lumière. C’est là l’ordre, le dessein, le conseil et le but divin, dans les croix, de tout purifier par le feu pour faire entrer au royaume lumineux.

 

 

            Tota Dei mens est, ut conculcata tenebris

                Ad primum redeat lucis imago statum.

            Hoc ad opus, crucis ignitum baptisma necessum est ;

                Quo lux e tenebris, pneumate flante, micat.

            Hoc voluit baptizari baptismate Christus :

                Mandando fieri, quod faciendo docet.

            Perge age ! per sacrum crucis et baptismatis ignem :

                Non aliter dabitur, quam cruce, luce frui.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XI.

 

DES CROIX APRÈS LA MORT.

 

I.

 

NOUS avons parlé jusqu’ici de la croix qui nous est imposée pendant cette vie, comme un fardeau léger ; il nous reste à parler de celle qui accompagne nos âmes après cette vie, qui sera d’une charge bien plus pesante et d’une autre durée, si nous avons négligé le temps opportun et les jours du salut que le Seigneur nous accorde pendant que nous jouissons encore de la lumière extérieure. Il faut se souvenir ici de ce que nous avons dit, d’un côté et d’autre, du fond le plus intime de l’homme, que JÉSUS-CHRIST appelle un ver rongeur et un feu qui ne s’éteint point : car il est le lien indissoluble qui attache l’homme à l’éternité sans fin, sans lequel l’homme pourrait s’anéantir ; mais ce lien le rend participant de l’abîme de l’éternité, dont nous bégayerons quelque chose dans ce chapitre.

II. La mort venant à nous séparer de ce principe extérieur dans lequel nous avions pendant cette vie la douceur de la jouissance des choses extérieures par la lumière du soleil, et où nous recevions plusieurs rayons d’autre douceur et de grâce spirituelle, notre âme est mise dans un état de sensibilité très-aiguë et très-pénétrante, à cause de la crudité dans laquelle elle se trouve, ne recevant plus si clairement ni si perceptiblement les rayons ou étincelles de grâce et de lumière comme dans ce monde, à moins qu’elle n’y ait déjà atteint quelques degrés de régénération par le feu et par l’eau, laquelle est indispensablement et absolument nécessaire à chaque âme pendant cette vie ou après cette vie ; c’est ce qui fait le sujet de ce chapitre : car la parole de JÉSUS-CHRIST à Nicodème en St. Jean, c. 3, v. 5, est péremptoire et d’une nécessité absolue, que ni gloses, ni interprétation, ni raisonnement humain ne peuvent altérer en aucune manière : Si quelqu’un n’est né (ou n’est régénéré) d’eau et de l’Esprit, il ne peut point entrer dans le royaume de Dieu. Voilà une sentence portée irrévocablement par la bouche de la Sagesse éternelle et de la parole substantielle du Père, par laquelle même nous devons être régénérés in Verbo vitæ, dans la parole de vie 55 : il faut qu’elle soit exécutée de point en point, dans toute son étendue, dans sa force, justice et rigueur, qui seront d’un tel poids, durée et grièveté que dans leur considération St. Paul s’écrie : C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant. Hébr. c. 10, v. 31.

III. Il est vrai que Dieu n’est qu’amour et charité ; mais amour pur et lumineux, qui ne souffre ni ténèbres ni impureté. C’est pourquoi rien de souillé n’entrera dans le royaume des cieux : oui, son amour est si pur, si fort et si constant envers l’homme que, n’ayant pu l’attirer à lui par ses bienfaits, ses promesses et ses menaces, ni par les croix et fléaux réels qui lui sont arrivés pendant cette vie d’épreuve et de préparation à l’état parfait de l’éternité sans fin, sa justice devient, après cette vie, l’exécutrice de son amour, pendant les temps, les siècles, les éternités, et les éternités des éternités qui suivent cette vie dans les différents demeures et domiciles par lesquels il faut que l’âme passe jusqu’à son entière purification et régénération, qui la rendra semblable à JÉSUS-CHRIST. Car le Seigneur a fait un serment, et il ne s’en repentira jamais, qu’il faut que tout genou plie devant lui ; et que comme il a tout créé par sa Parole éternelle, il veut aussi renouveler toute chair par cette même Parole faite chair ; afin que celui qui est le principe, de qui tout est sorti, soit aussi la fin dans laquelle tout rentre : Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. Apoc. c. 1, v. 7, 8. Ô homme mortel ! pense à ton principe ! pense à ta fin, pendant que c’est encore AUJOURD’HUI ! hodie, si vocem ejus audieritis ; nolite obdurare corda vestra. Ps. 94, v. 8 ; Hébr. c. 3, v. 7, 8. Ne continue point à endurcir ton cœur et à aveugler volontairement ton esprit par une espèce de défi que tu fais à l’amour éternel, qui t’appelle par autant de voix qu’il t’envoie de croix pendant cette courte vie : car la croix qui suit après la mort est si pesante, si affligeante et si redoutable, qu’aucune langue angélique ne peut l’exprimer ! Celui qui pendant cette vie extérieure a éprouvé les horreurs de la mort spirituelle et goûté les tourments de Bélial dans le combat agonisant de la pénitence et de la purification douloureuse, en a bien quelque sentiment ; mais dont il ne saurait pourtant peindre une image assez vivante pour nous en faire concevoir assez de crainte et d’horreur. Il n’y a qu’à lire les deux grands exemples d’une purification parfaite pendant cette vie que l’Ancien Testament nous met devant les yeux, dans Job et David : je suis très-assuré que ces deux exemples donnent au moins quelques bonnes ombres à l’image réelle de la chose même. C’est pourquoi ne soyons point cruels et impitoyables envers notre pauvre âme pendant les jours du salut que le Seigneur nous accorde encore par sa bonté ; mais faisons-lui cette miséricorde que de chercher et d’accomplir la bonne, la bien-plaisante et la parfaite volonté de Dieu, pour lui plaire dans tous les états de croix et de souffrance par lesquels il nous met à l’épreuve et à la purification pendant ce temps de grâce : Miserere animæ tuæ placens Deo, et contine. Eccl. c. 30, v. 24. Car après ce temps de grâce et de miséricorde suit le temps de colère et de justice.

IV. Sachant par avance que mon cher Théophile est déjà convaincu d’ailleurs de la vérité, réalité et nécessité de la purification après la mort, je n’en déduirai que quelques preuves tirées du Nouveau Testament, afin de désabuser plusieurs âmes de bonne volonté, de quelque parti du Christianisme qu’elles soient, qui pourraient lire cette petite ébauche ; et qui, encore prévenues par les préjugés erronés de leur éducation ou de la religion ou secte dans laquelle elles sont nées, croient que d’abord que les âmes sont destituées de ce principe visible extérieur par la mort du corps, elles sont reçues dans l’abîme infini de l’éternité, dans lequel, par une espèce de destin, fatalité, ou prédestination inévitable et immuable, elles seront tourmentées sans fin et sans espoir de retour par le bourreau de la justice divine, auquel elles seront abandonnées impitoyablement en proie, sans que jamais Dieu pense plus à elles que pour continuer et augmenter leur supplice : ou bien qu’elles jouiront d’abord, à l’issue de leur corps mortel, des joies et des embrassements purs et chastes de l’amour éternel. Voici ces preuves en peu de mots.

La première se tire de la résurrection de plusieurs saints, même dans leur corps, avec JÉSUS-CHRIST ressuscité des morts : et afin que la vérité de cette résurrection fût mieux connue, avérée et publiée, ces saints ressuscités apparurent à plusieurs personnes à Jérusalem : voilà le premier état de changement après la mort, arrivé sous la loi évangélique, lequel est d’autant remarquable qu’il est heureux et bien circonstancié. Matt. c. 27, v. 52.

La seconde se trouve au c. 18, v. 34, du même évangéliste St. Matthieu par la bouche de JÉSUS‑CHRIST même, touchant le serviteur immiséricordieux qui n’exerça point à l’égard de son conserviteur la même pitié qu’il avait éprouvée lui-même de son Maître. Le Maître lui fit lier pieds et mains, et jeter dans la tour aux dettes et livrer entre les mains du bourreau avec cette sentence redoutable qu’il n’en sortirait point jusqu’à ce qu’il eût payé ou rendu jusqu’au dernier denier : le temps de sa prison, comme vous voyez, y est précisément exprimé ; il y restera aussi longtemps que sa dette durera ; quand il l’aura satisfaite, il en sortira ; car non seulement son Maître est juste, mais il est même son Père plein de bonté et de charité envers ses enfants bien morigénés ; au contraire plein de justice contre les revêches ou injustes, qui sont pourtant aussi ses enfants 56.

L’apôtre St. Paul nous fournit la troisième dans sa 1 Cor. c. 3, v. 10-15, où il assure expressément que le feu éprouvera quelle est l’œuvre de chacun : que si l’œuvre de quelqu’un demeure constante dans l’épreuve de feu, il en recevra récompense (il appelle auparavant ces œuvres or, argent, pierres précieuses), mais celui dont l’œuvre brûlera, étant mise au creuset dans la fournaise de la justice divine, comme font le bois, la paille et le chaume, il en souffrira dommage ou perte ; mais quant à lui, pour sa personne, il sera sauvé, pourtant, comme par le feu. Ce passage est trop clair pour lui donner d’éclaircissement : le lecteur aura vu dans plusieurs endroits de ce petit traité ce que c’est que ce feu d’épreuve ; j’ai seulement à lui dire que toutes les pertes qu’on y fait font autant de gains.

La quatrième est marquée dans la 1 Pierre, c. 3, v. 19, 20, et c. 4, v. 6, où cet apôtre déduit fort en détail que JÉSUS-CHRIST après sa mort descendit en esprit dans les cachots ténébreux, qu’il y prêcha l’Évangile, ou la bonne nouvelle du salut aux morts : l’apôtre y spécifie aussi à quelle sorte de mort l’Évangile fut prêché par JÉSUS-CHRIST, savoir aux esprits de ceux qui avaient été incrédules à la prédication de Noé, prédicateur de la justice vengeresse par le déluge, pendant qu’il fabriquait l’arche : la fin et le but de la prédication de JÉSUS-CHRIST sont très-positivement exprimés au c. 4, v. 6 ; afin qu’après que ces incrédules ont été châtiés dans la chair, selon l’homme, ils vécussent à Dieu, selon l’esprit. Par ce passage si clairement déduit, nous voyons que ces incrédules, avant le déluge, ont porté leur croix plus de deux mille ans après leur mort avant que leur libérateur vient les consoler par la bonne nouvelle de son avènement en chair et de sa victoire sur le Diable et sur l’enfer : ce qui est un temps fort long auprès des hommes ; mais c’est peu auprès de Dieu, à qui mille ans ne sont que comme un jour. Que cette considération nous fasse trembler !

V. Cette vérité incontestable étant établie, il faut en venir à une autre, qui est aussi fort importante et regarde les différents degrés des purifications, dont les unes seront plus sensibles, plus affligeantes et de plus longue durée que les autres ; car à chacun sera rendu ric à ric et à point nommé selon le bien ou le mal qu’il aura commis et admis dans son cœur : à qui beaucoup a été donné, beaucoup sera redemandé : qui a reçu cinq talents rendra compte de cinq ; qui deux, de deux, etc. Le Juge est très-juste et très-équitable ; il ne redemande point en Juge mais en père de famille ce qu’il a prêté ou donné à usure ; mais il veut un compte exact. Pour prouver encore plus solidement la différence des degrés de purification et des domiciles après la mort, nous n’avons qu’à écouter la parole de JÉSUS-CHRIST, qui nous apprend que dans la maison de son Père il y a plusieurs et différentes demeures, Jean, c. 14, v. 2. Tout ce qui est créé fait la maison et la grand’cour du Père céleste, Roy immortel et invisible de tous les siècles. Or dans une grande maison, dit l’apôtre, 2 Tim. c. 2, v. 20, il y a toutes sortes de vases, des vases d’honneur, des vases d’ignominie, des vases d’amour, des vases de haine et de colère ; il y en a des petits, des médiocres et des grands : il y a aussi toutes sortes de demeures, des cabinets, des chambres d’audience, des chambres de demeure, des salles, des retraites très-cachées pour les plus intimes amis, des galeries, jardins, vergers, basse-cour pour les bas domestiques, etc. ; il y a aussi des prisons et des cachots pour les serviteurs inutiles et les sujets rebelles ; et ces prisons ont aussi leur grosse différence, selon la légèreté ou la grièveté des forfaits des délinquants. Dans la cour céleste et bien heureuse de cette grande maison, les justes ou ses habitants seront distingués comme les étoiles au firmament, 1 Cor. c. 15, v. 41. Car autre est la clarté du soleil, autre la clarté de la lune, autre la clarté des autres étoiles : JÉSUS-CHRIST même dans le sermon de la montagne, Matt. c. 5, v. 3-12, nous a enseigné huit sortes de béatitudes différentes l’une de l’autre ; et St. Jean l’Apocalyptique dans ses divines révélations décrit plusieurs et différentes récompenses et prix dans les sept Églises, dont l’un est toujours plus grand, plus haut, plus précieux et plus sublime que l’autre.

VI. Ceci posé, comme Dieu est si juste distributeur des récompenses, aussi l’est-il des châtiments ou purifications douloureuses : mais il conserve toujours la qualité de Père ; et ce qu’il fait à l’égard de ses enfants revêches et indomptables procède toujours du fond de son amour ; par lequel il ordonne aussi bien les châtiments que les récompenses ; car il veut avoir des enfants qui ne lui fassent point déshonneur, mais qu’ils soient l’ornement de sa maison et dignes d’un tel Père. Ainsi nous ne devons point regarder à l’égard de Dieu les tourments comme tourments, mais comme des instruments de la véritable Sagesse, qui nous enseignent fort sensiblement que nous nous sommes dévoyés de la route de la justice et de la vérité ; que la perversité de notre nature inflexible nous a éloignés de la lumière, de la paix, de la mansuétude divine : outre que N.B. s’il n’y avait de peines, ni de tourments pour les méchants, ils pourraient demeurer éternellement et sans fin dans la mort ; mais les tourments très-sensibles, les croix douloureuses et pénales infligées après cette vie, par un juste jugement, nous feront enfin reconnaître notre indolence et léthargie, nos éloignements et oublis de Dieu, notre perversité et malignité opiniâtre : et après qu’ils nous auront bien abaissés, amortis, rendus souples et maniables, comme on rend le fer, qui de lui-même est froid et obscur, en le remettant bien des fois et le tenant dans les brasiers ardents, ils exciteront aussi enfin en nous le souvenir du souverain bien que nous avons perdu, en comparaison du souverain mal que nous souffrons, et par là réveilleront dans notre extrême angoisse et délaissement une faim et une soif ardente après l’eau vivante et vivifiante, qui nous fera gémir, soupirer et aspirer envers le Libérateur et Rédempteur universel de toute la nature déchue ; et nous entrerons dans une grande douleur et amertume de cœur d’avoir négligé notre salut et offensé notre propre Sauveur. La justice vengeresse étant satisfaite, le Père éternel, qui prononce et engendre partout éternellement et continuellement sa parole substantielle pour en remplir les vases vides d’eux-mêmes et des anciennes ordures, à l’intercession de son Fils bien-aimé notre Grand Prêtre, qui a trouvé la rédemption éternelle dans les ressources de son amour, aura enfin compassion de ses pauvres enfants désolés, qui implorent son secours et l’amour de son cœur, qui est JÉSUS, avec l’enfant prodigue, qui en est la véritable figure, dont la vérité se trouve ici dans son étendue : il leur enverra des rafraîchissements de cette parole de vie, de ce Pain vivant, de cette eau salutaire, de ce sang précieux et de cette chair céleste ; les fera passer tout doucement d’une demeure plus éloignée de lui à une plus prochaine, jusqu’à ce que par les différents degrés ils atteignent le dernier de leur purification et sanctification parfaite, sans laquelle personne ne peut voir Dieu, Hébr. c. 12, v. 14.

VII. Il y a donc aussi, dans la basse-cour de la grande maison du Père céleste, des différentes demeures, et dans les demeures des différents degrés de purification douloureuse : car où trouverait-on deux âmes tout-à-fait égales en toutes choses ? Il y a aussi d’autres temps après cette vie, d’autres siècles et éternités, dont les unes succèdent aux autres : car on n’a pas tout fait dans cette vie ; ce n’est que le commencement des douleurs, mais point la fin : Dieu fait encore à l’homme une très-grande miséricorde en lui réservant des temps de purification après cette vie courte ; car tant qu’on peut compter les temps, les durées, les éternités même des éternités, on n’est point arrivé au point fixe de l’éternité sans fin, qui n’a ni nombre, ni vicissitude, ni altération, ni douleur, ni plainte, ni cris, ni souffrance, ni tentation, ni combat, ni maladie, ni mort : de sorte que tant qu’il y aura combat, ou contrariété, et par conséquent souffrance, quand ce ne serait que d’une seule créature telle qu’elle soit animée, ou inanimée, humaine, ou diabolique, ce sera toujours le temps ; parce qu’il peut souffrir et souffrira changement : mais ce n’est point l’éternité absolue divine, qui enfin après le rétablissement universel de toutes les créatures, sans en excepter aucune, absorbera en soi tous les temps, tous les âges du siècle des siècles, pour n’en faire qu’un seul point infini, indivisible, continuel, toujours présent, sans aucun changement ni altération : car après que tout sera affranchi et que toute inimitié aura cessé, ce ne sera que pure paix, liberté, jouissance d’une joie sincère dans le souverain Bien, dans un amour très-pur, très-constant, très-fidèle et très-soumis, sans interruption ni crainte de le perdre : toute larme aura été essuyée, toute douleur passée, tout mal et combat anéanti : Neque dolor erit ultra quia prima abierunt, Apoc. c. 21, v. 4 ; Ésa. c. 65, v. 17 : parce que le premier état d’épreuve et de préparation, de contrariété et de combat, de tentation et de purification, est passé et aboli avec le temps, lequel est rentré et absorbé dans l’éternité, comme les lignes entrent dans le centre. Celui qui a quelque connaissance expérimentale, quoiqu’encore fort imparfaite, et quelque goût, quoique passager, de la vertu du sang de JÉSUS-CHRIST, par laquelle il a obtenu véritable rémission de ses péchés, celui-là seul peut dire quelque chose du véritable repos, et de la libre, tranquille, pacifique et silencieuse éternité sans fin, dont il a un avant-goût dans un détachement universel et absolu de tout, recogné et arrêté à un point seul, fixe dans une foi très-vive, très-simple et très-dégagée de tout le créé. Tout autre, qui n’a d’autre fondement ni appui que la raison et la sagesse humaine, est aveugle dans cet abîme.

VIII. Ainsi, avant que l’âme ait atteint pour elle ce point fixe et invariable, elle entre après cette vie dans les différentes demeures qui sont proportionnées à son état, où elle trouve aussi des changements divers. Quoiqu’après la mort elle n’ait point tant de liberté ni de pouvoir que dans cette vie, elle trouve néanmoins, après la dépouille de son corps, bien plus à combattre qu’ici : car il faut qu’elle passe par les sept sceaux de la colère et de la justice divine, et par toutes les couleurs spirituelles de l’arc-en-ciel : et elle y fait la rencontre de tant et tant d’esprits dont elle doit subir le jugement et goûter les essences et propriétés, bien souvent contraires aux siennes, si elle n’y est point passée pendant cette vie : de sorte qu’un esprit y combat contre l’autre, l’un juge et goûte l’autre, l’un condamne et afflige l’autre, jusqu’à ce que l’âme en soit victorieuse, et qu’elle ait réuni toutes les couleurs de l’iris ou de l’arc-en-ciel dans une couleur constante, blanche, mêlée de feu plus ou moins, selon sa constellation éternelle ; et qu’elle ait passé et surmonté tous les différents esprits avec lesquels elle aura eu à combattre 57.

IX. C’est là où il y a bien de l’angoisse, de la sueur et du travail à essuyer ; car elle y est aussi assaillie de différentes tentations, suggestions, inquiétudes, soins et troubles ; et il faut qu’elle souffre toutes ces croix, et quelques âmes même les souffrent bien longtemps et bien durement, avant d’avoir quelque repos ; car c’est, pour ainsi dire, comme dans une bataille, où l’un dispute le terrain à l’autre pas à pas. Or elle y trouve aussi des alternatives de réveillement, d’acquiescence, de paix, de tranquillité, pour reprendre haleine et pour se préparer à de nouveaux combats : le Père de la grande famille distribuant le travail et le repos avec sagesse, poids et mesure, surtout aux enfants, qui ne l’ont point offenfé si grièvement, mais qui ont pourtant été nonchalants, tièdes ou peu fidèles à exécuter ses volontés. L’âme donc y trouve des changements et des retours, ou vicissitudes, à-peu-près comme dans ce monde, où la lumière du jour succède aux ténèbres de la nuit, et la joie du matin aux pleurs de la soirée : Ad vesperum demorabitur fletus ; et ad matutinum lætitia. Ps. 29, v. 6 : surtout quand elle commence à s’éloigner peu à peu du chaos ténébreux et se rapprocher de la fontaine de vie et de lumière, quoiqu’à petits pas et lentement : cette lenteur ne vient point de Dieu, qui voudrait d’abord achever l’ouvrage de notre purification, et qui l’acheverait d’abord, si son opération lumineuse, pénétrante et vivifiante ne trouvait point dans nous des obsacles qui se roidissent contre elle ; mais elle vient de nos faiblesses et de nos indispositions : car si nos âmes étaient bien évacuées de toutes ténèbres et propriétés que nous y avons introduites, elles seraient bientôt remplies de sa lumière : ce sont-là les deux grands ennemis, qui demeurent ensemble, et dont l’un ne peut pourtant souffrir l’autre : car d’abord que l’un paraît, l’autre est chassé ; comme nous voyons du jour et de la nuit.

X. Dans quelque domicile que se trouve une âme, elle n’est point abandonnée à toute la fureur et discrétion du Léviathan, ce dragon et esprit de feu ténébreux, ce gouffre insatiable, qui ne dit jamais c’est assez 58 : Le Seigneur et Juge universel modère et tempère, augmente et aigrit tout ce qu’elle souffre, ne permettant point que le bourreau exécute autrement la sentence qu’il ne lui est ordonné. Ainsi, selon la disposition de l’âme, il laisse quelquefois réfléchir sur elle quelques rayons de sa bonté lumineuse pour l’encourager, surtout quand son amour lui a ouvert les yeux pour envisager l’espoir de sa délivrance après son entier renouvellement, jusqu’à ce qu’elle soit en état de parfaite renaissance et de nouvelle créature : pour lors l’enfant nouveau-né est placé dans un endroit aimable du Paradis, pour y croître et s’y fortifier jusqu’à la plénitude parfaite de l’âge de JÉSUS-CHRIST 59, afin d’être ensuite transporté dans sa place convenable du royaume du Fils de la dilection paternelle, qui achève d’essuyer toutes ses larmes par ses caresses et par son accueil gracieux, la faisant passer par le dernier bain de régénération et de purification, qui est la mer cristalline de l’Apoc. c. 4 et 15.

XI. Avant d’en venir à l’état redoutable de l’homme endurci dans son impénitence, nous avons encore quelque réflexion particulière à faire pour les âmes de bonne volonté, pendant cette vie, pour les faire mieux tenir sur leur garde par la considération suivante. Toutes nos convoitises, désirs et attachements forment en nous des images vivantes de longue durée, quand ces attachements deviennent enracinés et opiniâtres par nos aveuglements volontaires. Si ces convoitises ou désirs se portent vers des choses ou créatures sur lesquelles le prince de ce monde et ses esprits immondes ont du pouvoir, il faut les mortifier et les étouffer dans le berceau, et ne point laisser croître ces nains en géants ; car autrement notre esprit en serait infailliblement bien inquiété, après la séparation de notre dépouille mortelle, si nous en emportions les images avec nous ; car nos œuvres, qui sont ces images spirituelles vivantes, nous suivent et accompagnent dans les différents domiciles de la grande maison, où tout est pesé à la juste balance du poids du sanctuaire ; et où notre âme en recevrait autant de dégoût et d’amertume qu’elle en aurait reçu ici de plaisir et de douceur. 2 Cor. c. 5, v. 10, 11.

XII. Quoique je sache que les théologiens de l’école expliquent à leur mode l’apparition de Samuel à Saül après la mort du premier, en assurant que ce n’était qu’une larve, ou fantôme, ou esprit malin et ténébreux, évoqué d’en bas par la sorcière et montant en haut pour paraître et parler à Saül, je suis pourtant d’un sentiment bien contraire, convaincu par toutes les circonstances de cette histoire. Il et très-constant et indubitable que Samuel, ce grand prophète et prêtre du Seigneur, impétré de Dieu par les larmes et les prières de sa mère Anne la prophétesse, et consacré dès son enfance au culte divin, avait beaucoup d’amitié, de tendresse, et même une espèce d’attachements pour Saül, surtout sachant que Dieu l’avait choisi d’une manière fort distinguée pour être Roy d’Israël, 1 Sam. c. 9 ; où nous lisons le bon accueil et les caresses que lui fit Samuel ; et dans le chap. suivant, nous voyons qu’il l’oignit d’abord en roi, le baisant et lui disant : L’Éternel ne t’a-t-il pas oint sur son héritage pour en être le conducteur ? 1 Sam. c. 10, v. 1. Examinez vous-mêmes les autres circonstances de ces deux hommes au liv. 1 de Sam., et vous conviendrez avec moi de cette vérité : tout ceci ce faisait encore dans l’ordre de Dieu, mais point ce qui suit, et qui est bien à remarquer. Les enfants de Samuel, Joël et Abia, qu’il avait établis juges en Bersabée, ne marchaient point dans ses voies ; mais ils inclinaient leur cœur à l’avarice, recevaient des présents et pliaient la justice ; Ibid. c. 8, v. 1, 2 : on ne lit point que Samuel les en ait repris ni fait de changement. Mais ce qui prouve invinciblement l’attachement de Samuel pour Saül après même que celui-ci avait été réprouvé de Dieu, ce sont les paroles formelles que Dieu même dit à Samuel, ibid. c. 16, v. 1, paroles de reproche et de dédain qui marquent assez que ce prophète agissait en cela contre la volonté de Dieu : Jusqu’à quand, lui dit-il, pleureras-tu ou porteras-tu le deuil pour Saül, que j’ai rejeté ? Samuel ne pouvait ignorer les volontés du Seigneur dans la réjection de Saül, puisque lui-même lui avait annoncé les jugements de Dieu sur lui, à cause de ces désobéissances aux ordres du souverain Maître, qui commanda à Samuel de sacrer et d’oindre David en Roy d’Israël à la place de Saül. Or l’esprit immonde s’empara d’abord de Saül pour n’avoir point suivi ni exécuté les volontés de Dieu en plusieurs rencontres : et le bon esprit retiré de Saül passe dans David ; et Saül commença d’abord d’être tourmenté visiblement et sensiblement de l’esprit malin.

XIII. Qu’arrive-t-il ? Samuel meurt, ibid. c. 25, v. 1-3 ; mais l’image de Saül, dans lequel il avait jeté les yeux de sa cupidité et de son attachement, ne meurt pas : elle part de ce monde avec l’esprit de Samuel. Une autre circonstance signalée, qui prouve encore la vérité de ce que j’avance, est que l’esprit prophétique au c. 28, ibid., avant de faire mention de l’apparition de Samuel à Saül, fait remarquer une seconde fois sa mort, décrite auparavant au c. 25, v. 3 ; afin que nous n’ignorions point que c’est lui-même qui a apparu et parlé de la part de Dieu à Saül, et non point un fantôme ou une ombre d’esprit impur, comme les savants de ce monde le débitent faussement, contre le texte précis, très-bien circonstancié. Je n’en dirai point davantage : vous en conclurez ce que vous trouverez de véritable et de fondé devant le Seigneur. D’ici nous voyons combien toutes les convoitises et les attachements des hommes sont dangereux ; et comment il faut que tout passe par la croix des souffrances, pour être purifié dans ce monde ou dans l’autre. Rien n’échappe à la vue pénétrante de celui qui a formé l’œil 60. Venons aux terribles supplices des réprouvés.

XIV. Toute plante que mon Père céleste n’a pas plantée sera déracinée, Matt. c, 15, v. 13 ; toute œuvre qu’il n’aura point opérée dans nous par l’Esprit de son Fils bien-aimé sera anéantie par le feu, qui la consumera à cause de son impureté, n’y ayant rien de pur que ce qu’il opère lui-même, et rien de constant dans le feu des épreuves que l’or pur de la charité divine, qui subsistera éternellement sans fin. JÉSUS-CHRIST, dans son premier jugement qui précédera son règne glorieux de mille ans avec ses saints, après le premier renouvellement, vengera le sang répandu des témoins de sa vérité en détruisant l’Antéchrist avec tous ses adhérents, et le jettera dans l’étang du feu ardent et du soufre avec la grande bête, le faux prophète et toute leur ligue, depuis le commencement du monde jusqu’à lors, où ils seront tourmentés jour et nuit, sans repos ni relâche, devant les anges du Seigneur, non seulement pendant ces mille ans du règne glorieux, mais après le dernier et final jugement qui suivra ces saintes et glorieuses noces de l’Agneau, pendant les siècles des siècles, Apoc. c. 20, v. 10 ; d’autres, selon le juste jugement de Dieu, et selon la proportion de leurs iniquités, seront jetés dans d’autres prisons ou cachots, où ils seront rongés par la mort et par le ver qui ne meurt point. Ceux qui, après ces mille ans, auront payé leur dette jusqu’à la dernière maille, ceux-là ressusciteront à la vie après cette première mort, au jour du grand, universel et dernier jugement : ceux qui, après et pendant ces mille ans, ne seront point encore amollis ni humiliés, ressusciteront aussi, pour subir la seconde mort aussi longtemps qu’ils n’auront point entièrement satisfait à la justice divine ; et les plus endurcis d’une perversité diabolique, qui les fait aussi appeler des diables incarnés, qui ont foulé aux pieds pendant toute leur vie le sang du Testament de JÉSUS, qui l’ont crucifié continuellement dans eux, résisté et étouffé l’Esprit de sa grâce, persécuté, jugé, et condamné ses pauvres et innocents porte-croix et imitateurs, seront précipités de nouveau, après le dernier jugement, dans l’étang du feu ardent et de soufre, pour y être tourmentés d’éternité en éternité ; et d’autant plus enfoncés dans ce gouffre infernal, d’autant plus de tourments et plus sensibles sans interruption. C’est là que se feront entendre les affreux hurlements, les horribles grincements de dents, les cris et les pleurs effroyables : ils seront dévorés continuellement par la mort, sans pouvoir mourir : c’est là qu’est le désespoir sans espérance, le jugement sans miséricorde, la désolation sans aucune consolation ; car ils seront aveuglés à eux-mêmes sans aucun espoir de rédemption ni de salut, tant que le juste jugement sera appesanti sur eux.

XV. Nous voyons d’ici que selon la justice proportionnelle du grand et souverain Juge, il y aura même dans cet abîme de misère et d’affliction des degrés différents, comme il y en a dans les grandes fosses souterraines, où les plus éloignés et enfoncés ne reçoivent jamais de lumière, d’autres dans le beau temps sec, une petite lueur, d’autres ont un peu plus de clarté, parce qu’ils approchent plus du soupirail par où la lumière peut entrer. Ainsi sera traité chacun selon ce qu’il trouvera dans son cœur, qui plus, qui moins, tant à l’égard de la sévérité que de la durée de ce terrible et redoutable jugement de la croix douloureuse après cette vie, selon les différents étages d’éloignement de la source vitale et lumineuse, qui rendra à tous à point nommé ce que chacun aura admis et commis dans ton cœur et dans son esprit, par convoitises, par pensées et par paroles : car cela est conforme à la justice de Dieu que potentes autem potenter tormenta patientur, Sap. c. 6, v. 7 ; que ceux qui ont reçu le plus de talent d’esprit et de corps, dans les biens de nature et de grâce, et qui y ont été infidèles, reçoivent au double de ceux qui n’en ont reçu que la moitié : il est équitable que celui qui a connu la volonté du maître et ne l’a point accomplie, reçoive sans comparaison plus de châtiment que celui qui, ne la connaissant point, ne pouvait aussi s’y rendre fidèle et obéissant, à cause de son ignorance, Luc, c. 12, v. 47. Enfin, comme le grand et juste Juge dans son jugement redemandera à chacun les talents qu’il lui a mis en mains, ainsi ce même Juge prononcera et fera exécuter sa sentence sans appel, selon le bon ou le mauvais usage que chacun aura fait de son bien prêté à usure, Matt. c. 25, v. 14-30.

XVI. Tout cela sera exécuté très-justement, très-exactement et irrévocablement, jusqu’à ce que la plus petite et la plus grande, la plus profonde et la plus haute racine du péché, tache et attache, avec toutes leurs branches et rejetons, soient entièrement, foncièrement et universellement détruits ; que tout ce que le péché a introduit dans l’homme de figure de vipère, de tortuosités de serpent, de fougue de dragon, de fureur de lion, d’impureté de bouc, de gourmandise de pourceau, de vanité de paon, de fourberie de renard, de voracité carnassière de loup, et toute autre diablerie du père de mensonge, soit anéanti sans retour aussi bien que sans miséricorde. Car enfin les pauvres désolés coupables, amollis et humiliés par ces peines et ces tourments, par ces croix douloureuses et souffrances si pénétrantes et si sensibles, entreront dans le sentiment et la vue de leur misère, à laquelle ils avaient été aveugles jusque-là ; invoqueront la grâce et la miséricorde du Libérateur pour être délivrés de ces flammes dévorantes : et piqués d’une très-vive componction dans le fond le plus intime de leurs cœurs, ils seront bien plus affligés d’avoir offensé un Dieu si plein de bonté, d’amour, de grâce, de longanimité, que des tourments qu’ils souffrent ; ils crieront dans l’angoisse et dans l’amertume de leur âme, et dans la soumission de leur esprit humilié et de leur cœur broyé de douleur, après le vainqueur de la mort et de l’enfer, tous brisés de pénitence et froissés de componction de l’avoir outragé pendant leur vie mortelle. À cette considération, le Seigneur, qui ne peut désavouer son ouvrage ni son propre cœur de Père universel de toutes les créatures, voyant cette disposition de cœur contrit et humilié, pour l’avoir offensé et attiré sa disgrâce, se rendra enfin à son amour et à sa miséricorde, qui est au-dessus de tous ses ouvrages, et à leurs gémissements sincères et cordiaux ; et les réjouira d’une visite gracieuse, répandant sur eux une douce rosée, les retirant peu à peu de leur extrême misère, hors de la fosse sans eau, du lac profond, de la gueule du Léviathan, en vertu de l’alliance faite avec l’homme et du sang du Testament éternel répandu pour eux pour les placer dans des régions de rafraîchissements, où ils éprouveront ce que c’est que le passage de la mort à la vie, et du baptême du feu mortifiant au baptême de l’eau vivifiante. Car c’est là la fin et le but de toutes les croix et souffrances, pendant et après cette vie extérieure, de remettre et renouveler l’image de Dieu dans l’homme et dans les anges déchus, et d’ôter à toute créature la vanité, la corruption, l’impureté, la grossièreté, auxquelles elle a été assujettie, contre ton gré, dans l’espérance de son entier rétablissement et délivrance pour entrer dans la liberté des enfants de Dieu, Rom. c. 8, v. 21.

XVII. Le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation dans son Fils bien-aimé ne cessera point de pousser à bout cet ouvrage de grâce et ce dernier consummatum est, tout est consommé, par la vertu de la croix et du sang de JÉSUS, pendant les siècles des siècles, jusqu’à ce qu’il ait ramené au bercail éternel sans fin toutes Ses brebis égarées, sans qu’il s’en perde une seule, par les soins de la charité du grand Pasteur de nos âmes et Restaurateur de tout ce qu’il y a dans le ciel, sur la terre, dans la mer, et dans tous les abîmes 61 : Car ç’a été le but de la création, dans laquelle tout était très-bon ; à laquelle bonté tout sera enfin réduit : ç’a été la promesse faite à nos premiers pères après leur chute, que la semence de la femme écraserait la tête du serpent : ç’a été le but de l’alliance faite avec Abraham, dans qui toutes les nations doivent être bénites : ç’a été le but de la rédemption par la croix, de laquelle JÉSUS-CHRIST disait : Et moi, quand je serai élevé de la terre, je tirerai tous les hommes à moi. Jean, c. 12, v. 32. Ce sera le dernier accomplissement de toutes les écritures, quand l’Agneau aura ouvert et apaisé et pacifié par son sang les sept sceaux du livre de la colère divine, Apoc. c. 5, v. 5-9. C’est pourquoi aussi il a plu à Dieu de renfermer tout sous l’incrédulité, afin qu’il fasse enfin miséricorde à tous. Rom. c. 11, v. 32. Oh ! si les damnés pouvaient connaître cette vérité, comment se plieraient-ils sous la main puissante et miséricordieuse de Dieu pour avoir bientôt leur délivrance ! mais tout immortels qu’ils sont dans leur fond, aussi aveugles sont-ils tant que la sévérité du jugement durera : ce qui fait assurément une des plus grandes peines de leur martyre, de n’avoir aucune espérance de changement, ni d’adoucissement de leurs croix et de leurs peines.

XVIII. En voilà bien assez sur cette terrible matière des croix après la mort 62 ; elle devrait faire pendant notre vie un sujet plus fréquent et plus sérieux de nos méditations, et une impression plus vive sur nos esprits, et sur nos cœurs, afin de nous engager à porter avec plus de patience, d’humilité et de gaieté de cœur les petites croix de cette vie, qui ne sont rien en comparaison de celles qui la suivent. Car notre légère affliction, selon le témoignage de l’apôtre, qui ne fait que passer, produit en nous un poids éternel d’une gloire souverainement excellente. 2 Cor. c. 4, v. 17.

 

            Aut nunc, aut posthac, quemvis jubet esse renatum.

                Christus : si superos liber adire velit.

            Sic est : omne genu Christo curvabitur : O si

                Nunc velles cordis flectere colla tui !

            Nunc reus ablueris pauco ; tunc tempore longo :

                Nunc levis ; ast posthac te gravis ira premet.

            Nunc cor mite Patris : tunc fulgur judicis æqui :

                Nunc Agnus ; sed tunc fiet, eritque Leo.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XII.

 

DES DERNIÈRES CROIX DANS CE MONDE.

 

I.

 

L’APÔTRE et évangéliste St. Jean, Apoc. c. 13, a dépeint aussi vivement que succinctement la décadence et la corruption du Christianisme sous l’image de trois monstres, ou bêtes énormes, qui composent la grande ville de Babylone, remplie des amateurs du monde et d’eux-mêmes, et fourmillante des ennemis de la croix et des serviteurs de Dieu en esprit et en vérité, en foi et en fidélité. Il nous représente la première de ces bêtes à sept têtes, montant de la terre et marchant sur la mer. Nous pouvons entendre sous cette figure le peuple corrompu du Christianisme charnel et tout-à-fait dégénéré, qui n’a plus que le nom de Chrétien, devenu hypocrite, impur, mondain, courbé et enfoncé dans la terre et dans les choses terrestres. Par la seconde bête, montant de la terre, qui a des cornes comme l’agneau, mais qui parle comme le dragon, il est facile de comprendre que c’est du clergé aveugle et conducteur des aveugles que l’esprit parle par la bouche de St. Jean. Cette seconde bête commença à paraître dans tout son malheureux équipage et attirail surtout du temps de Constantin, sous lequel, par les fausses et violentes conversions des Juifs et des Païens, furent introduites dans l’Église de Dieu les deux pestes les plus envenimées qui aient jamais paru et qui y dominent encore ; à savoir par les Païens la philosophie ou la sagesse mondaine : La femme folle est bruyante, ce n’est que sottise, et elle ne connaît rien, Prov. c. 9, v. 13, par laquelle on prétendait réduire les Gentils, en bonne forme syllogistique, sous l’étendard de la foi et de la croix : et par les Juifs, l’esprit de rabbinage et de critique, ou science littérale de l’écriture sainte ; dont les sectateurs se disent encore aujourd’hui l’un à l’autre : Venez je prendrai du vin, et nous nous enivrerons de cervoise, Ésa. c. 56, v. 12 ; c’est-à-dire de spéculations creuses et chimériques, des vains raisonnements et pointilles : car l’intelligence des écritures, les promesses de Dieu et les espérances de la vie éternelle leur appartiennent préférablement, voir même à l’exclusion de tous les autres selon leur folle imagination. La troisième bête, qui est l’image de la première bête, et que la seconde bête fait parler, désigne les conciles et les assemblées synodales du clergé, dans lesquelles celui-ci a toujours prétendu et prétend encore représenter l’Église, sans que personne d’autre y parle que lui ; les autres n’étant que des laïques et des idiots qui n’entendent rien dans le jargon de leur rabbinage, ni de leur syllogisterie : mais quelque belle apparence qu’il montre au-dehors, il n’y fait pourtant parler que la première bête, dont il est l’image 63 ; et toutes trois ensemble ne sont que des bêtes et des rejetons de la grande Babylone partagée dans ces trois monstres, qui donne à boire à toutes trois, et par elles à tout le monde, le calice de ses fornications et abominations, haïssant, persécutant et tuant même ceux qui ne veulent pas en boire : c’est avec elles que le Dragon, ou l’esprit de l’Antéchrist, exerce un plein pouvoir, avec domaine souverain, pour se faire adorer partout, en faisant prêcher à la première bête, par la seconde, les commandements, canons, traditions, décrets, sanctions de la troisième, image de la première ; à la place de la doctrine de JÉSUS-CHRIST et de ses apôtres ; et mener une vie toute opposée à celle de la croix et du Crucifié.

II. Ces vérités étant toutes manifestes à quiconque a les yeux de la foi ouverts et qui est un peu versé dans l’histoire de l’Église, il est facile de conclure qu’il y a peu de vrais enfants de Dieu, qui, à l’exhortation de son Esprit, sortent de la grande Babylone et de la Babylone d’eux-mêmes, tant parmi les conducteurs que parmi le peuple même, pour suivre les traces de Christ, sous la bannière de la croix, par un renoncement généreux à eux-mêmes et aux désirs du siècle : et que ceux-ci, vrais imitateurs de Christ et amateurs de sa croix, sont ce petit Troupeau dont JÉSUS-CHRIST parle, Luc, c. 52, v. 32, au milieu des loups ravissants : oui, les disciples du Seigneur sont des captifs et étrangers parmi les citoyens libres de Babel : car il ne faut pas douter qu’il y a toujours eu et qu’il y a encore à présent des âmes saintes, des conducteurs et prédicateurs fidèles, des élus et des véritables membres de JÉSUS-CHRIST, comme il y avait des âmes d’une grande sainteté et justice, dans la nation Juive, avant la venue du Messie en chair, selon le témoignage que nous en rend partout l’Ancien Testament et le Nouveau dans son commencement ; quoique la corruption se fût introduite dans ce peuple devenu la synagogue de Satan par les faux prophètes, les faux prêtres et les faux docteurs de la loi, comme elle s’est insinuée dans l’Église devenue pour la plupart corrompue par les faux apôtres, les faux docteurs, pasteurs, directeurs, évêques et prêtres, qui font trafic des âmes 64. Car c’est pourquoi, ainsi a dit l’Éternel des armées, touchant ces prophètes : voici, je vais leur faire manger de l’absinthe, et leur faire boire de l’eau de fiel, parce que la profanation s’est répandue des prophètes de Jérusalem par tout le pays. Jer. c. 23, v. 15. Ainsi la séduction est venue des faux Christs, des conducteurs aveugles, des mercenaires, des loups, des persécuteurs et meurtriers des saints dans la nouvelle loi évangélique : Car plusieurs, dit JÉSUS-CHRIST, viendront en mon nom, disant : Je suis le Christ ; et ils en séduiront (en ont séduit) plusieurs. Matt. c. 24., v. 5. En effet n’a-t-on point entendu et n’entend-on point encore aujourd’hui crier d’un côté et d’autre, d’un parti à l’autre : C’est ici la véritable Église, hors de laquelle il n’y a point de salut : c’est ici le Temple : l’épée de Gédéon : la véritable réforme : le renouvellement de l’esprit de l’Évangile : la parole de Dieu dans sa pureté ; quoiqu’en effet on ne trouve et on ne voie presque partout que des enfants de Babylone dans le sein de la mère des paillardises et abominations de la terre.

III. Il est vrai que Dieu n’a rien laissé manquer de la part de sa fidélité et de son amour, depuis le commencement jusqu’à cette heure, pour rappeler à lui les hommes égarés du chemin de la justice et de la vérité, et les retirer de la puissance, de l’esclavage et de la gueule du démon et leur donner le salut, que le Fils de sa dilection, le Dieu manifesté en chair, envoyé pour cela de son Père éternel, leur a enseigné par sa doctrine, montré par son exemple et procuré par sa passion douloureuse et par sa mort ignominieuse, s’ils veulent se soumettre à lui avec foi et confiance, en abandon et fidélité. JÉSUS-CHRIST même, outre ses apôtres et disciples, a envoyé de temps à autre des hommes animés de son Esprit, qu’il a revêtus de ses dons, comme nous voyons par l’histoire ecclésiastique, en parcourant et examinant chaque siècle, depuis le temps des apôtres jusqu’au jour où nous vivons, afin de détourner les hommes de leur perte éternelle et de les ramener de l’oubli, de l’infidélité, de la désobéissance et inimitié vers Dieu, à son amour, et à leur devoir, et leur faire craindre, aimer et honorer le Seigneur : mais ils ont mieux aimé les ténèbres que la lumière qui leur était présentée, à cause que leurs œuvres étaient mauvaises ; et ces hommes de Dieu ont toujours été haïs, méprisés, persécutés, et même mis à mort par le parti du Diable, toujours sans comparaison plus nombreux et plus puissant que le parti des bons, dont la vie était un reproche continuel aux désordre et à la corruption des enfants Babyloniens ; comme JÉSUS-CHRIST l’avait prédit, Matt. c. 23, v. 34 : Car voici, dit-il, je vous envoie des prophètes, et des sages, et des scribes ; vous en tuerez, vous en crucifierez, vous en fouetterez dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville. Tout cela s’est accompli à la lettre depuis le commencement non seulement du Christianisme, mais depuis même qu’il y a eu des hommes dans le monde, de la manière et pour les raisons rapportées au c. 3 de la Sagesse, depuis le v. 12-21.

IV. Tous les soins de l’amour divin, toutes les prédications et écrits des hommes fidèles à Dieu et à sa parole, toutes les menaces de la justice divine, tous les attraits de sa grâce, toutes les promesses de sa fidélité, exposés en toute manière et par toutes sortes de moyens de la parole prêchée, de la parole écrite, de la parole vivante, plantée dans le cœur de chaque homme ayant été infructueux et inutiles, pour remettre les hommes dans l’ordre d’obéissance, de fidélité et de soumission à leur Créateur, Dieu a enfin résolu d’exercer un terrible jugement sur toute la terre, pour mettre fin une fois pour toujours aux impiétés, impuretés et abominations qui s’y sont commises, par les derniers fléaux et châtiments qu’il y enverra et qui sont à la porte, dans ces derniers temps du monde décrépit et impénitent, prêts à fondre sur toute la face de la terre. Car la Nature, qui contient toutes les choses créées, ne pouvant plus soutenir le fardeau des corruptions, superbes, impuretés, avarices, envies, colères, fougues, désirs déréglés, tromperies, faussetés, violences, rapines, injustices, qui ont allumé le poison dans son grand corps, fait pour cela sentir d’un côté et d’autre des secousses de terre, des maladies universelles, des pestes d’un côté, des débordements de l’autre, des vers rongeurs en Hollande, des terribles tremblements de terre dans les royaumes de Sicile et de Naples, des engloutissements de royaumes entiers par les eaux dans l’empire de la Chine ; des famines par-ici, des incendies par-là ; des défiances et divisions secrètes parmi les princes de l’Europe, qui ont entretenu jusqu’à présent un esprit guerrier et un feu meurtrier sous la cendre, qui va bientôt s’allumer de toute part ; sans parler d’autres signes extraordinaires, qui ont paru au ciel et sur la terre : Mais toutes ces choses ne sont qu’un commencement de douleurs. Matt. c. 24, v. 8. Vous pouvez voir aussi ces désordres précurseurs des dernières croix et souffrances dans St. Marc, c. 13, v. 12-17, et dans St. Luc, c. 21.

V. Or, avant les derniers fléaux et croix qui précéderont les jugements de Dieu et la venue de JÉSUS-CHRIST sur la terre dans son corps glorieux pour y célébrer les noces de l’Agneau avec son Épouse et toute sa suite élue, il viendra et il est venu en Esprit dans plusieurs et plusieurs témoins de sa vérité, qui l’ont annoncée, l’annoncent et l’annonceront d’une manière très-pure, très-vive, très-lumineuse, très-claire et très-touchante, en représentant et découvrant aux hommes l’aveuglement de leur esprit, l’ensorcellement de leur cœur, la perversité de leur nature, la corruption de leurs désirs, le dérèglement de leurs passions ; aussi bien que le véritable esprit de l’Évangile contre ses faussaires, les merveilles et la fin de l’ouvrage de la création, l’œuvre ineffable de la rédemption éternelle ; le sens et la moelle de l’écriture sainte ; et plusieurs autres merveilles dans le royaume de la grâce et même de la Nature. Tout cela s’est fait et se fera solidement, clairement et universellement partout où l’on nomme le nom Chrétien ou le Christianisme. Il n’y a qu’à ouvrir et jeter les yeux sur les ouvrages divins qui ont été écrits depuis cinquante à soixante ans par toutes fortes de personnes de tout sexe, condition, âge, secte, dans toutes sortes de pays et de provinces, en toutes sortes de langues et de styles, par des âmes choisies et illuminées de l’Esprit de JÉSUS, de tout état et profession, qui rendent encore tous les jours les témoignages de l’état malheureux et insensible dans lequel le monde est plongé, et de toutes ces autres merveilles à ceux qui ont encore quelque sentiment de cœur et quelque lueur dans leur esprit ou même dans leur raison ; laquelle, n’étant point encore absolument gâtée par le commerce avec les hommes, ni obscurcie par de faux principes ou préjugés, ni engagée en faveur des gloses trompeuses et relâchées des docteurs et prédicateurs corrompus et des maximes mondaines des Chrétiens charnels, découvrira aisément l’état misérable, dangereux et mortel dans lequel est embourbé le peuple avec ses conducteurs, et avec les savants impies qui s’opposent aujourd’hui de toute leur force et industrie à ces lumières si brillantes, à cette doctrine si saine, à cette onction si pénétrante.

VI. Mais si le Seigneur envoie ses anges ou des hommes d’une vie sainte et angélique et d’une doctrine saine et salutaire pour assembler ses élus, le Diable, qui contrefait toutes ses actions, ne manque pas aussi de susciter de faux prophètes, des prédicateurs mondains, et des conducteurs aveugles, d’une vaine apparence, d’une sagesse charnelle, avec des dehors pompeux et trompeurs, ennemis déclarés de la croix de JÉSUS et de ses porte-croix, qui contrecarrent les hommes apostoliques et les envoyés de JÉSUS-CHRIST, attirent et attachent le monde à eux, en le détournant du chemin étroit qui mène à la vie, en lui apprenant à accommoder la chair et le sang avec l’esprit de l’Évangile, et à mener une vie qui flatte les sens et la nature corrompue. Au lieu que les vrais ambassadeurs de Christ ne prêchent et ne pratiquent que la mort du vieil homme, la mortification des sens, l’amortissement des passions, le renoncement à soi-même, à l’impiété et aux désirs du siècle, l’abandon de soi à Dieu, la simplicité, la douceur, l’humilité, l’oraison du cœur en esprit et en vérité, le choix de la meilleure part en demeurant aux pieds du Sauveur pour entendre sa parole, sans aller au désert, ni dans les maisons, ni dans les cabinets, c’est-à-dire, sans sortir de sa vocation, si elle est selon l’ordre de Dieu ; ni hors de soi, quand on y a découvert au-dedans le royaume de Dieu ; pour chercher et trouver JÉSUS-CHRIST : car leur unique but tend à la réforme du cœur et à l’obéissance de l’esprit, à l’Esprit de JÉSUS, pour ne devenir qu’un esprit avec lui par un mariage et union indivisibles 65, et pour participer à la grâce des sujets du royaume de JÉSUS et être des convives des noces de l’Agneau. C’est par ces marques essentielles du véritable Christianisme qu’on peut discerner dans ces derniers temps si dangereux les véritables apôtres d’avec les faux, en éprouvant les esprits, s’ils sont de Dieu ou du Diable : Car il s’élèvera de faux Christ et de faux prophètes qui feront de grands prodiges et des miracles pour séduire même les élus s’il était possible. Matt. c. 24, v. 24. Comme donc il est d’une nécessité indispensable de fuir les faux comme des trafiqueurs d’âmes et des négociants du Diable, aussi faut-il suivre les véritables comme des envoyés de Dieu pour JÉSUS-CHRIST, dont ils font les fonctions.

VII. Quand donc le jour du Seigneur, qui ne tardera pas à venir, sera bien proche et que la moisson sera toute prête par les préparatifs de l’esprit évangélique, renouvelé au moins auprès de plusieurs sur la terre, par les dernières lumières, répandues par l’effusion de l’Esprit Saint ; et que le royaume de Dieu et de son Christ sera presque arrivé pour soumettre toutes les puissances et tous les royaumes du monde à son domaine souverain et absolu, le Seigneur enverra ses hérauts, les témoins de la vérité de JÉSUS et prédicateurs fidèles et intrépides de ses jugements, de tous côtés pour annoncer la déroute entière au monde impie et la ruine finale et sans ressource à l’empire tyrannique de Satan, lequel, sachant qu’il a peu de temps, Apoc. c. 12, v. 12, enragé qu’il sera d’une telle nouvelle de son désastre total, descendra vers les habitants de la terre avec une grande colère ; et non seulement animera et armera tous ses partisans pour persécuter et mettre à mort ces ambassadeurs funestes à son royaume, mais aussi il portera sa rage si loin qu’il ne voudra plus laisser nommer le nom de Christ dans son faux empire usurpé. Pour faire ces derniers efforts, comme il est le singe des actions divines, et que le Fils de Dieu, le Verbe éternel s’est fait chair, il s’incarnera aussi, pour ainsi dire, dans un prince puissant, impie et mondain, dont Antioche l’illustre, au c. 11 de Daniel, fut autrefois la figure ; et qui sera un véritable Diable incarné, qu’on appelle Antéchrist, que le Diable investira de son esprit, au-dedans et au-dehors, et qu’il armera de pied en cap de toutes les diableries, ruses, malices, tromperies, impiétés, cruautés, et de toutes ses forces nécromantiques et infernales, pour se faire connaître et respecter et adorer comme le véritable Christ et Dieu de l’univers, avec des signes et merveilles extraordinaires opérés par des vertus fausses et des forces mensongères. Il sera secondé fidèlement et puissamment par la seconde bête, les prédicateurs de sa cour et de sa fausse Église, qui surpasseront aussi bien que leur maître, en impiété, cruauté, malice diabolique, celles de tous les faux prophètes et faux prêtres qui ont jamais été sur la terre : Car déjà le mystère d’iniquité se met en train, seulement celui qui obtient maintenant obtiendra jusqu’à ce qu’il soit aboli, et alors le méchant sera révélé ; mais le Seigneur le détruira par le souffle de sa bouche, et l’anéantira par la clarté de son avènement, et quant à l’avènement du méchant il est selon l’efficace de Satan en toute puissance, en prodiges et en miracles de mensonge ; et en toute séduction d’iniquité dans ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra une erreur efficace, de sorte qu’ils croiront au mensonge ; afin que tous ceux-là soient jugés qui n’ont point cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’iniquité. 2 Thess. c. 2, v. 7-12. De cette sorte, toux ceux qui, dans le temps de cette dernière tribulation, confesseront le nom de JÉSUS-CHRIST et qui adoreront le véritable Dieu vivant, au mépris et en dépit de ce Diable incarné et de toute sa ligue, tant de ton clergé Baalique que de son peuple idolâtre et antichrétien, souffriront le martyre le plus sanglant et le plus cruel que la malice diabolique et la magie infernale puisse inventer : car pour lors l’enfer sera, pour ainsi dire, manifesté sur la terre, avec toutes ses fureurs et malignités ; et le Diable y dominera dans l’Antéchrist et dans son parti, avec toute sa perversité et malice infernale.

VIII. C’est ici proprement où commenceront les dernières croix des hérauts et des enfants de Dieu dans ce monde : Car il est temps que le jugement commence par la maison de Dieu. 1 Pierre, c. 4, v. 17. C’est-à-dire, par ses propres élus, ses enfants, ses saints, dont sa maison est composée, dans laquelle il n’entre rien de souillé. C’est aussi dans cette période la plus fatale de toutes celles qui sont arrivées depuis l’Église primitive jusqu’alors que se déclareront les véritables disciples de JÉSUS-CHRIST, et qu’ils se discerneront d’avec les Chrétiens de nom, qui n’ont rien de son Esprit ni de sa vérité, mais seulement une foi morte et littérale : car ceux-là souffriront plutôt mille morts que d’abandonner son parti : mais ceux-ci n’ayant rien que l’histoire de sa doctrine, ni rien de réel de ses sentiments, ni de l’amour de sa croix et de ses souffrances, l’abandonneront d’abord, tant par les menaces et la crainte lâche des terribles cruautés qu’ils verront souffrir aux âmes héroïques de Philadelphe que par les promesses des faux biens de l’Antéchrist, et par les signes et merveilles qu’il opérera dans les enfants d’infidélité pour les retenir dans son parti, que leur pusillanimité et leur foi morte et purement historique leur aura fait embrasser ; surtout voyant que quelques-uns d’entre eux auront éprouvé la cruauté de cet homme de péché et fils de perdition et de ses partisans : effrayés donc des menaces et des spectacles d’horreur qu’ils auront devant les yeux, ils renonceront à JÉSUS-CHRIST et même à la profession extérieure de son nom et au matériel du Christianisme qu’ils avaient exercé jusqu’alors, n’ayant été que des arbres arrachés de la terre, qui n’en reçoivent point de suc ni de nourriture, selon la parole de l’apôtre St. Jude, v. 12, 13, des arbres dont le fruit le pourrit, et sans fruit, deux fois morts et déracinés ; des vagues impétueuses de la mer, jetant l’écume de leurs impuretés ; des étoiles errantes à qui l’obscurité des ténèbres est réservée éternellement.

IX. Pour ce qui regarde les véritables Maccabées spirituels et les âmes d’élite qui auront annoncé les terribles jugements de Dieu, prêts à l’exécution sur la grande bête, sur l’Antéchrist et sur tout son parti, Dieu leur donnera une petite force, Apoc. c. 3, v. 8, étant l’Église de Philadelphe, qui veut dire charité fraternelle ou amour de la fraternité ; comme il en donna autrefois sur le déclin du peuple Juif aux vaillants Maccabées qui, avec une poignée de monde, résistèrent à tous les ennemis de leur nation, les défirent à diverses reprises, appuyés de la petite force divine, qui les fortifiait et encourageait. Or, cette petite force donnée aux Philadelphiens fera tant d’onction, d’effet et d’impression sur leur cœur et sur leur esprit, que l’un d’entre eux pourra résister à mille tyrans et cruautés, pour l’amour et le témoignage de JÉSUS, qu’ils rendront publiquement et scelleront par leur sang de gaieté de cœur, avec un courage que rien ne sera capable d’ébranler ; avec une foi vivante que rien ne pourra épouvanter : embrassés du feu de l’amour divin et de sa vérité, que rien ne pourra éteindre ; appuyés d’une espérance si ferme, que rien ne pourra troubler, ni faire chanceler ! car elle leur donnera une assurance bien solide qu’après, parce que tu as gardé la parole de ma patience, je te garderai aussi de l’heure de la tentation (ou jugement et tribulation) qui doit arriver dans tout le monde pour éprouver ceux qui habitent sur la terre (et au monde universel), sachant que JÉSUS-CHRIST vient bientôt qui, des vainqueurs (de la tyrannie et de la cruauté barbare), fera des colonnes de son Temple vivant, écrira sur eux le nom de son Dieu, et le nom de la cité nouvelle de Jérusalem de son Dieu et son nom nouveau, que personne ne connaît sinon celui qui le reçoit. Apoc. c. 3, v. 10-12. Qui ne serait point animé par de si grandes promesses et espérances prononcées par la bouche de la Vérité même pour endurer avec patience, confiance, fermeté et joie, toute la rage et la malignité de ce Diable humanisé et de toute sa troupe perverse ? car enfin la souffrance est courte ; la récompense est sans fin : et outre cela notre humanité extérieure est si faible qu’elle ne peut résister longtemps à l’extrémité des douleurs et à la cruauté des tourments : ainsi enveloppée du manteau de la patience, de la confiance et de l’abandon, elle recommande son esprit entre les mains de JÉSUS, qui souffre en elle et elle en lui ; et lui remet entre les mains la vie qu’elle en avait reçue ; en cachetant par son sang le témoignage qu’elle a rendu à sa vérité et à son amour.

X. Ainsi, la plupart des enfants de Dieu, qui du temps de cette apostasie universelle qui doit arriver avant la venue de JÉSUS-CHRIST, 2 Thess. c. 2, v. 1-3, tomberont enfin dans la gueule du lion rugissant, du Dragon, de l’Antéchrist et de ses adhérents, après en avoir été persécutés, livrés et condamnés à souffrir le martyre le plus cruel et la mort la plus ignominieuse de la malice la plus noire et la plus enragée que les enfants du Diable pourront forger. J’ai dit que la plupart des enfants de Dieu subiront ce sort de la croix et des tourments : car comme dans l’Église naissante St. Pierre renia JÉSUS-CHRIST jusqu’à trois fois, et le regard pénétrant et amoureux de Dieu en Christ le fit pleurer amèrement, ainsi, dans les derniers temps de l’Église souffrante, quelques-uns d’entre les bons, surtout de ceux qui auront été convertis par la prédication des jugements de Dieu annoncés par ses élus dans cette dernière crise du monde, effrayés et intimidés par les supplices atroces qu’ils verront souffrir à leur frères, n’étant point encore assez affermis dans la foi vivante, ni allumés assez vivement par le feu de l’amour divin, renieront aussi JÉSUS-CHRIST par la fragilité de leur nature, qui ne sera pas encore tout-à-fait amortie, étant seulement des tendres nourrissons de la grâce : comme ils sont néanmoins entés dans JÉSUS-CHRIST, l’arbre de vie, qui ne se laisse point ravir son honneur, reconnaissant l’infidélité et la lâcheté commise contre leur bon Maître, et touchés intérieurement d’un regard vif et divin de la grâce, qui part comme un éclair de l’Orient en Occident, ils feront pénitence très-sérieuse et très-sévère de leur crime, qu’ils déploreront dans l’amertume de leur cœur et affliction de leur esprit, dans ces cavernes et lieux écartés des hommes, comme les premiers Chrétiens encore timides se cachaient dans les lieux souterrains pour éviter la cruauté de la persécution et la fureur du glaive : car Dieu n’abandonne point son ouvrage qu’il ne l’ait rendu parfait, si après nos chutes nous retournons sans délai à lui « vrai Pasteur et Évêque de nos âmes », qui cherche avec tant de soin la centième brebis égarée pour la mettre sur ses épaules et la reporter au troupeau : tel est son amour et sa fidélité envers les siens, surtout dans les dernières détresses, où les temps seront si dangereux, la tribulation si grande et la persécution si cruelle, que s’il se pouvait faire, les élus même les plus affermis seraient séduits, à cause des choses prodigieuses et éclatantes aux yeux des hommes que feront les faux prêtres et faux prophètes, sous la conduite de l’Antéchrist leur Seigneur et leur Maître.

XI. Dans ces angoisses et tentations universelles, le peuple Juif, qui a si longtemps gémi sous l’oppression des Antichrétiens, ne sera point épargné, mais aura aussi sa part à la croix. Or, comme il fut mené autrefois hors de l’esclavage d’Égypte par la Mer Rouge, avec le bras étendu du Tout-puissant, sous la conduite de Moïse dans le Désert, où il vécut pendant quarante ans par les soins paternels d’une Providence aussi puissante que sage, ainsi, vers la fin des jours de ce monde malheureux et impie, sera-t-il mené encore une fois par une mer d’angoisse et d’affliction dans un autre désert ou solitude où le Seigneur aura les même soins charitables pour sa nourriture et son vêtement, pour sa conservation et protection qu’il eut autrefois, selon la prédiction d’Ésa. c. 11, v. 15, 16, qui pour lors s’accomplira à la lettre, comme toutes les autres : L’Éternel exterminera aussi à la façon de l’interdit la langue de la mer d’Égypte, et il lèvera sa main contre le fleuve par la force de son vent, et il le frappera sur les sept rivières (ou embouchures), et fera qu’on y marchera avec des souliers : et il y aura un chemin pour le résidu de son peuple qui sera demeuré de reste en Assyrie, comme il y en eut un pour Israël au temps qu’il remonta du pays d’Égypte. C’est là où ce peuple repenti d’avoir méconnu et outragé le Messie, et de l’avoir trahi et crucifié dans ces pères, entrera de tout son cour et de toutes les forces de son âme dans ce temps de tribulation et d’angoisse, dans un retour sincère vers son Christ, dont il recherchera la grâce et implorera le secours et la protection : et le Seigneur Dieu de bonté, d’amour et de fidélité, qu’on n’invoque jamais en vain, du fond de l’âme et de l’amertume du cœur, l’exaucera ; et, se rendant propice à ses cris douloureux, lui servira d’asile et de forteresse contre la rage de ses ennemis Antichrétiens, jusqu’à ce que le temps de la pleine délivrance soit arrivé : car le Seigneur se montrera de nouveau miséricordieux vers son peuple jadis bien-aimé et élu, jusqu’à ce que la plénitude des Gentils soit entrée, Rom. c. 11, v. 25, et qu’il aura recours à lui de tout son cœur, dans son extrême besoin, comme dans cette circonstance que le Roy de ce temps-là, qui sera l’Antéchrist, dit Dan. c. 11, v. 36, Ce Roy donc sera selon sa volonté, et s’enorgueillira, et s’élèvera par-dessus tout Dieu ; il prosérera des choses étranges contre le Dieu des dieux, et prospérera jusqu’à ce que l’indignation ait pris fin ; car la détermination en a été faite.

XII. Pendant ce temps-là le petit troupeau des enfants de Dieu et des témoins de la vérité, ayant pour la plupart scellé leur témoignage par l’épanchement de leur sang, et bu leur bonne part du calice amer des passions de JÉSUS pour accomplir en eux ce qui y manquait, par le ministère Antichrétien, le petit résidu des enfants de Dieu, que le Seigneur aura gardé dans ses cachettes pour ne pas essuyer le glaive de la rage Babylonienne et Égyptienne, criera vers Dieu jour et nuit avec pleurs et gémissements afin qu’il abrège ces jours de désolation par une prompte délivrance du danger fatal et de l’extrême angoisse dans laquelle il se trouvera très-étroitement réduit : et le Seigneur JÉSUS, dont la patience et la longanimité sont lassées, se laissera fléchir par les cris et soupirs des siens et, se rendant à leur prières, ne tardera point à venir rendre à tous leurs ennemis et aux siens ce qu’ils auront mérité et qu’ils se seront attiré justement par leur impiété cruelle, qui crie déjà vengeance.

C’est de toi et à toi que je parle, Grande Bête, Mère des paillardises et abominations, qui crois être assise comme une reine, sans craindre de deuil 66 ! Tu auras encore plus de déshonneur que tu n’as eu de gloire ; toi aussi bois et découvre-toi ; la coupe de la dextre de l’Éternel fera le tour parmi toi, et l’ignominie sera répandue sur ta gloire. Hab. c. 2, v. 16. Tu recevras autant de tourments que tu as joui de délices : Même il y a une coupe en la main de l’Éternel, et le vin rougit dedans, il est plein de mixtion, et Dieu en verse : certainement tous les méchants de la terre en suceront et boiront les lies. Ps. 75, v. 8. Car chacun à son tour : on ne se moque pas de Dieu impunément : il rend à chacun le sien : qui touche ses enfants, touche la prunelle de ses yeux : ton temps est passé ; le temps des enfants de Dieu, que tu as persécutés et mis à mort, est venu. Tu leur as fait souffrir la croix et le martyre : eux, qui ont souffert selon la volonté de Dieu, te verseront aussi à boire, contre ton gré et ta volonté, du calice de son indignation. Ils ont été les martyrs de JÉSUS leur Capitaine : tu seras le martyr du Diable, ton maître. C’est pour lors que, pleine de désespoir et enivrée de la coupe de la fureur divine, tu crieras en vain avec les tiens : Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous de devant la face de celui qui est assis sur le trône et de devant la colère de l’Agneau, Apoc. c. 6, v. 16, qui est devenu pour toi un lion rugissant, préparé à la proie. C’est pour lors que tu sécheras d’angoisse et de crainte dans l’attente de ton jugement et de ta condamnation. C’est pour lors que les pécheurs frémiront de détresse et de désespoir. Comme la croix et le martyre, que les Antichrétiens ont fait souffrir aux ambassadeurs et autres enfants du Seigneur, leur ont été et leur sont salutaires et glorieux, ainsi les plaies et les afflictions, les angoisses et les détresses dans lesquelles ils vont entrer leur seront infructueuses et ignominieuses : la peine du talion leur sera rendue au double. Si le jugement de Dieu commence par sa maison, quelle sera ta fin, oh ! triple Bête, avec tes compagnons, toi qui n’as ni cru ni obéi à l’Évangile de Dieu, mais as maltraité et massacré ceux qui y croyaient et y obéissaient ; oui, ceux, qui comme envoyés de JÉSUS-CHRIST l’annonçaient pour te mener à salut ? 1 Pierre, c. 4, v. 17, 18, Et si le juste est docilement sauvé, où comparaîtra le méchant et le pécheur ? grande paillarde et mère des fornications, Égypte et Sodome spirituelle, rassasiée et même enivrée du sang des martyrs que tu as répandu ? Tu vas voir celui que tu as percé dans les siens, qui sera ton Juge : il est déjà à la porte.

XIII. En effet, le Fils de l’homme, JÉSUS-CHRIST Dieu-homme, viendra environné de sa gloire, et accompagné de tous ses saints anges, alors il s’asseyera sur le trône de sa gloire, Matt. c. 25, v. 31, et il enverra ses hérauts angéliques avec des trompettes et clairons pour assembler les élus, les martyrs, les confesseurs et autres saintes âmes des quatre coins du monde, qui ressusciteront dans leur corps glorieux : et ceux d’entre les bons qui seront restés en vie seront transmués et transformés dans un instant par l’éclair de l’avènement du Fils de Dieu dans un état de gloire et d’immortalité ; et nous serons enlevés ensemble avec eux (les ressuscités) dans les nuées, au-devant du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. 1 Thess. c. 4, v. 17. Et pour assister par conséquent à la grande journée de sa colère et du premier jugement, qui, durant un temps considérable, mettra fin à toute impiété, malédiction et impureté, en renouvelant toute la face de la terre, et la purifiant d’outre en outre de toutes ses souillures et grossièretés pour y célébrer les noces de l’Agneau avec son épouse, sa belle, son élite et sa colombe, et avec tous les conviés qui auront été fidèles à son appel : Et le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où est la Bête et le faux Prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. Apoc. c. 20, v. 10. Car JÉSUS-CHRIST viendra avec sa croix victorieuse et triomphante, comme le véritable signe du Fils de l’homme qui paraîtra dans le ciel, Matt. c. 24, v. 30, pour charger de croix et de confusion tous ses ennemis, et pour consoler et glorifier ses élus et ses amis qui auront participé à ses souffrances pendant cette vie ; comme il est marqué très-amplement et très-clairement par les prophètes, les évangélistes, et par les écrits apostoliques, et surtout dans l’Apoc. c. 19. D’autant plus de croix, d’autant plus de gloire : la mesure de la jouissance sera proportionnée au poids de la souffrance, les caresses aux angoisses, les embrassements aux tourments endurés.

XIV. Comme c’est ici que s’exerce le premier jugement, aussi est-ce d’abord auparavant qu’arrive la première résurrection : Bienheureux, dit St. Jean, Apoc. c. 20, v. 6, et saint est celui qui a part à la première résurrection ; la seconde mort n’a point de puissance sur eux. La première mort durera pendant les mille ans du règne de JÉSUS-CHRIST sur la terre avec ses saints : La seconde mort durera pendant les siècles des siècles : La première résurrection se fera avant le premier jugement, et ainsi avant le dit règne : La seconde se fera après le dit règne et avant le dernier, final et universel jugement, par lequel sera rendu à chacun selon ce qu’il aura fait de bien ou de mal dans son cœur. Il nous suffit d’avoir indiqué l’ordre des choses qui doivent arriver dans ces derniers temps pour voir l’état des dernières croix qui arriveront dans ce monde, tant pour purifier les bons que pour châtier les méchants. Tout sera justement pesé au poids du sanctuaire et compensé avec une justice proportionnée à l’état et aux dispositions de chacun, comme le tout sera châtié sans rien rabattre dans ceux qui seront sujets à la punition. Aspirons aux récompenses : tremblons pour les châtiments : car quoique tout le genre humain pâtisse sous le joug de la corruption et de la vanité, il n’y aura pourtant que ceux qui souffrent avec et pour JÉSUS-CHRIST, selon la volonté du Père qui châtie tout enfant qu’il reçoit à filiation, qui seront couronnés d’honneur et de gloire.

 

            Væ ! væ ! væ ! meretrix Babylonica ! Bestia triplex !

                Væ ! tibi Sanctorum sanguine pota Babel !

            Quas infers, patiere cruces : sententia lata est :

                Judex et vindex namque stat ante fores.

            Vos vero heroës, calcatoresque Draconis :

                Verbi præcones, discipulique crucis :

            Immarcescibiles cingent, tingentque coronæ :

                Atque coronarum crux erit altus apex.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XIII.

 

DES MERVEILLES DE LA CROIX DANS LA NATURE EXTÉRIEURE 67.

 

I.

 

PLUS les choses extérieures s’éloignent de l’unité ou de leur centre, plus elles s’épanchent dans la variété, dans la multiplicité et divisibilité ; au lieu que le point central d’où elles sont sorties demeure toujours constant, unique et uni indivisiblement à lui-même, tirant sans cesse la périphérie à soi : car le centre restreint, et la circonférence dilate. Ainsi, les créatures, en s’éloignant de leur centre, s’éloignent aussi de sa force, de son influence et irradiation : d’où elles deviennent plus faibles, plus impuissantes et plus contraires l’une à l’autre ; à cause de leur diversité, qu’apporte la multiplicité ; mais c’est pourtant dans cette variété causée par la pluralité que paraissent les merveilles de l’Unité, qui ne serait point manifestée sans la communication d’elle-même par la pluralité, dans laquelle nous voyons reluire la bonté, la sagesse, et la puissance de l’Unité communicative à tant de différents êtres si bien ordonnés en poids, nombre et mesure. Il a donc plu au Créateur Tout-puissant de se faire connaître par une infinité de créatures, qu’il gouverne, conserve, nourrit, habille, et entretient de ses trésors inépuisables de justice, sagesse, force, et vertu ; surtout l’homme son image vivante ; mais cette même variété et multiplicité des objets différents, que son Seigneur et son Maître lui a mis devant l’esprit, le cœur et les sens, ont occasionné sa chute dans le péché, et, par sa chute, les croix et les souffrances qui en sont les suites, mais qui sont aussi les moyens pour le faire retourner vers l’Unité dont il et sorti et à laquelle il est continuellement rappelé même par les créatures, dont il éprouve la vanité et corruption tous les jours. Car,

II. Examinons toute la nature et toute créature dans ce monde astral, élémentaire, extérieur ; et nous trouverons qu’elle gémit et soupire, accablée du poids de la vanité et corruption 68, auxquelles elle est assujettie par cette chute contre sa volonté ; et nous verrons en même temps comment elle aspire à sa délivrance pour entrer dans la liberté des enfants de Dieu, dont elle a espérance dans sa servitude et combat continuel contre la corruption. Ainsi, toute la nature et toute créature souffre sous la croix ; et elle est continuellement dans le combat ou agonie pour se défendre contre ses ennemis qui l’assaillissent de tous côtés et la menacent de sa prochaine ruine et destruction, comme sont la vanité, la corruption, la mort, la pourriture, qui lui ont déclaré la guerre et la lui font sans cesse ; outre les jugements dont le Créateur très-juste se sert bien souvent par des fléaux extraordinaires pour châtier sa créature rebelle et la ramener à son devoir de soumission, d’obéissance et d’amour. Mais si toute la nature est asservie aux souffrances et aux croix, c’est aussi par la croix qu’elle se conserve et maintient, tant qu’il plaira au Créateur de la laisser dans l’état où elle se trouve aujourd’hui : car sans les changements et vicissitudes des saisons, sans les qualités contraires l’une à l’autre dans les éléments, sans la succession alternative du froid au chaud, de l’humide au sec, du jour à la nuit, du soleil à la lune, rien ne croîtrait et ne viendrait à maturité dans les choses extérieures : parce que le froid sans le chaud flétrirait, le chaud sans le froid brûlerait, l’humide sans le sec inonderait, le sec sans l’humide fanerait ou rendrait arides toutes les choses naturelles.

III. L’Ecclésiaste ou Jésus Sirach a bien connu la vérité de cette doctrine, quand il nous a excités à ouvrir les yeux pour considérer les ouvrages du Seigneur au c. 33, v. 15 et au c. 42, v. 1-25. Regarde, dit-il, tous les ouvrages du Très-haut : ils sont tous ordonnés deux contre deux et un contre un ; et il ne manque rien à tout ce qu’il a fait. Ils se prêtent la main l’un à l’autre pour produire l’effet auquel le Très-haut les a destinés : et tout contraires qu’ils paraissent et sont réellement l’un à l’autre, ils s’accordent pourtant tous aux ordres du puissant Créateur et du sage Administrateur ; et pour exécuter ses commandements, ils oublient leur inimitié : de forte que dans leur contrariété et variété, ils font ensemble une harmonie merveilleuse, comme les différents tons de plusieurs cordes d’un instrument musical font l’agrément de la musique. D’ici reluit la vertu puissante du grand Maître par la création, et sa sage providence par le gouvernement du créé, dans cette grande variété, différence, oui même contrariété, qu’il réunit à ses desseins et productions, lesquels nous paraîtraient des merveilles toujours nouvelles si elles n’étaient pas journalières. Nous allons considérer par sa lumière les principaux instruments entre ses créatures, dont il se sert pour opérer ces merveilles.

IV. Le soleil est sans contredit la plus noble, la plus digne, et la plus admirable créature, après l’homme, dans ce monde extérieur ; étant la lumière même intérieure du monde divin et angélique, qui reluit dans ce monde extérieur, comme un point ouvert au firmament, par lequel cette lumière du-dedans se manifeste, se communique et se dilate au-dehors : il est la porte de la lumière, ou le grand luminaire du jour, placé dans l’endroit où était Lucifer avant sa chute, auquel il a été substitué pour répandre la lumière dans ce monde visible extérieur, qui, avant la chute de Lucifer, était sa hiérarchie, ou principauté angélique, depuis le point du soleil jusqu’au centre de la terre, comme ils sont devenus par la création. Cette vaste et grande demeure était une substance claire, pure, transparente, comme un nitre céleste, qu’il alluma par le feu de son orgueil élevé et dont il fit ce chaos ténébreux et affreux que Moïse décrit au commencement de la Genèse. Or, le soleil est le père de la chaleur et de la sécheresse, comme la lune est la mère du froid et de l’humidité : le soleil produit le sang, le soufre, et tout ce qui est huileux dans la nature ; la lune produit le lait, le sel, et tout ce qui est aqueux dans la nature : le soleil est le mâle universel ; la lune est la femelle universelle, mais principalement du soleil dans l’essence de l’opération, dont elle reçoit la semence chaude et sèche, très-subtile et spiritueuse, mais qu’elle coagule par son froid et qu’elle grossit et tempère par son humide ; afin qu’elle puisse descendre plus facilement par la région de l’air, qui est le grand alambic, et la distiller dans la terre, qui en est la nourrice, dont elle produit une infinité de nourrissons dans les trois familles, animale, végétale et minérale.

V. Nous voyons dans ces opérations des croisades merveilleuses du froid et du chaud ; de l’humide et du sec ; du supérieur et de l’inférieur ; du céleste et du terrestre ; du mâle et de la femelle ; du sang et du lait ; du soufre et du sel : et tout cela vient du ciel, du Père des lumières, de qui tout bien et tout don descend, comme de sa source, par le moyen du point ouvert dans le ciel, c’est à dire du soleil. C’est donc le soleil qui donne à toutes choses, par ordre du souverain Maître, l’âme et l’esprit de quinte-essence, qui anime et vivifie tout : et c’est la lune qui leur donne le corps et l’humidité, qui résiste à tout ; et ainsi c’est du soleil que vient la chaleur naturelle, et de la lune que vient l’humide radical, permanent et conservant le feu du soleil. Ces deux luminaires agissant de concert doivent assurément produire un fruit ou un enfant qui soit digne d’une si grande parenté, et qui montre par ses effets son origine, qua fit origine natus. C’est le premier de tous les sels, ou le premier être des sels ; car il faut qu’ils soient tous de sa nature avant de se partager dans leurs différentes espèces, autrement il ne serait point leur premier être. Je le nommerai après par son propre nom, connu de tout le monde ; mais que chacun prenne garde à soi ; car tout faible et petit oiseau qu’il est dans son origine, il devient un terrible dragon.

VI. Un enfant de si haute naissance doit aussi avoir une nourrice digne de lui. Pour cela il a plu au Créateur de placer dans la terre un grand vide, un vide affamé (terra autem erat inanis et vacua, Gen. c. 1, v. 2), qui attire continuellement à soi ce même oiseau encore très-volatile, pour lui donner un corps, ou pour le corporifier, afin qu’il soit visible et palpable à la main, n’étant que respirable tant qu’il est encore en l’air. La terre donc, qui est le véritable Saturne coagulant, reçoit ce fruit du soleil et de la lune, l’allaite de ses mamelles, d’où il croît et se fortifie : de sorte que par cette nourriture, que la terre reçoit elle-même pour la lui donner (car une nourrice doit boire et manger pour nourrir son élève), l’enfant devient homme, d’invisible visible, de céleste terrestre, retenant pourtant toujours la nature de son origine 69. Or, la terre ne pourrait arrêter ce fruit si subtil et cette aigle céleste si volatile, si elle n’avait point dans son sein une glue qui le prend et le rend prisonnier : cette glue est une matière grasse, visqueuse, onctueuse ou huileuse, dans laquelle l’oiseau perd ses ailes et prend un corps hors du ventre de sa nourrice, laquelle donne à toutes choses une corporalité visible : il y croît et s’y fortifie ; il y devient robuste, oui même la terreur de tout le monde : car c’est lui qui renverse les forteresses, qui fait brèche aux remparts ; qui enlève les tours et qui se fait passage partout, rompant et brisant les fers et les rochers, les portes et les porteaux, les digues et les barrières ; grand fléau de tout le genre humain, mais aussi sa grande médecine, s’il tombe dans des mains intelligentes et industrieuses. Les sages qui l’ont connu l’ont aussi honoré par des noms et des titres magnifiques, l’appelant le Fils du soleil et de la lune, l’Aîné de la Sagesse créée, Iliastre salin, Lumière d’intelligence, Limbe angélique. Si vous réfléchissez bien sur son origine, dont nous avons dit quelque chose de fort particulier, vous connaîtrez la raison et la vérité de ces noms, et surtout de celui de limbe angélique. Je ne crois point, après ce que je viens de dire, d’être obligé de tenir parole et d’accomplir ma promesse, en le nommant par son nom propre ; car par ma description vous touchez au doigt que c’est le salpêtre, ou nitre de nature céleste et terrestre, mais comme il y en a de plusieurs sortes, je vous en laisse le choix libre.

VII. Le grand mystère de ce sel des sels consiste dans la croix : les anciens sages ont été des trompeurs envieux quand ils ne lui ont donné qu’une origine céleste, en le dépeignant par un cercle et une ligne perpendiculaire  , car il renferme aussi la ligne diamétrale, dont ils ont marqué le sel : de sorte que ces deux figures, qui sont infailliblement dans le nitre, sont la figure du vert de gris des sages, c’est-à-dire la croix entière et parfaite dans le cercle  ; figure qui est le commencement et la consommation de tous les mystères de la nature : car ayant les quatre éléments, plus de feu et d’air que d’eau et de terre, il doit par conséquent les représenter aussi par sa figure. Or, la figure que nous avons marquée renferme les quatre éléments et le mystère de la croix : Voyez le Chap. VIII. § 14. Ainsi, dans lui sont renfermés le mâle et la femelle, le soleil et la lune, qui sont son père et sa mère ; voyez ce qu’en disent Théophraste, Arnold de Villeneuve, Basile Valentin 70 ; et puis vous me croirez. Mais si vous êtes un véritable connaisseur et amateur de la croix, en lui ouvrant ses entrailles, vous y trouverez un esprit rouge, soufre solaire, ou le sang du soleil, d’une volatilité extraordinaire ; et puis vous trouverez dans la partie inférieure de son corps une terre virginale saline, qui est le lait de la lune, la partie fixe et fixative de son propre esprit et de son âme : Sendivogius 71 l’appelle sel ammoniac, caché dans le ventre de notre magnésie. Vous me direz que vous voulez bien le croire mais que vous aimeriez mieux le voir : je vous réponds que si c’est le bon plaisir de l’Auteur de la nature, vous le verrez et vous en jouirez pour sa gloire et pour le soulagement de votre prochain ; car il s’en fait assurément une fort grande médecine ; et le Seigneur ouvre volontiers ses trésors à ses enfants, en secondant la volonté de ceux qui le craignent, afin qu’ils en fassent un jeu dans lequel ils découvrent les merveilleux effets et ressorts de la nature et de l’art. Le tout consiste dans l’artifice que les sages appellent leur magistère, dont l’invention est aussi difficile que la pratique en est aisée à cause de sa simplicité. Je n’oserais vous l’écrire, parce que l’écrit pourrait tomber entre des mains indignes : mais j’ose bien vous dire deux mots à l’oreille : écoutez-les et prenez-y bien garde ! Soyez le secourable et miséricordieux Samaritain : apprenez bien sa médecine, son application et son usage ; voilà tout ce que j’en puis dire, et c’est bien assez.

VIII. Vous trouverez aussi les merveilles de la croix dans d’autres sujets et surtout dans le vitriol, quoiqu’il n’ait point la croix entièrement parfaite ; car c’est aussi un produit merveilleux de la croix ; il importe néanmoins d’en faire un bon choix. Basile assure que la médecine universelle est cachée dans le vitriol d’Hongrie : la pierre calaminaire, surtout celle de Leipzig, en donne aussi un fort précieux, qui a le grain fixe solaire. Mars et Venus, ou Mars plutôt par Vénus en fait aussi un fort noble ; et ces deux font ensemble le mariage si célèbre auprès des amateurs de la Sagesse : pendant leur conjonction, il s’élève une vapeur très-spiritueuse et nécessaire à un Grand Ouvrage, il faut prendre cette vapeur avec des filets bien subtils : dans le reste on trouve un vitriol bien beau dont on tire par des opérations fort subtiles et de difficile découverte un soufre solaire, ou or philosophique vivant. Mais sans vous embarquer dans des travaux qui occupent trop l’esprit devant leur entier développement, vous pouvez vous servir de quelque vitriol que vous preniez seulement comme d’un aimant pour demeurer dans la grande simplicité de la nature et de l’art : il en est pour sûr un des meilleurs qui se rencontrent dans l’universalité des choses naturelles, à cause de sa faim avide, de sa crudité, et de sa terre styptique, qui retient ce qu’il a attiré. L’opération en est si simple, si naturelle et si facile, que je n’ai pas besoin de l’écrire, pour ne point vous soupçonner d’ignorance : ce qu’il a attiré doit être cuit si longtemps d’une certaine manière de répétition, jusqu’à ce qu’il montre les couleurs de l’arc-en-ciel, signe de grâce et de réconciliation, et que les gouttes pesantes tombent dans le fond du vase récipient presque comme un mercure commun distillé : ce qui vous donnera un Ophtalmique et Antiépileptique merveilleux ; et même quelque chose de plus, si le Seigneur vous ouvre les yeux. Cet ouvrage s’appelle Aimantique.

IX. La croix donne encore un dissolvant et une médecine toute extraordinaire par deux sujets très-universels que la nature nous met devant les yeux ; savoir par l’eau de la mer inférieure coagulée et coagulante, ou sel de mer ; et par l’eau de la mer supérieure libre et dissolvante, ou la rosée. Quoiqu’il ne paraisse point y avoir de sel visible et sensible dans les eaux des rivières qui se rendent à la mer, ni dans la rosée même, il y en a pourtant, qui se manifeste par la putréfaction engendrée par les eaux marines, où toutes les autres eaux trouvent leur tombeau et leur mort, et par elle une nouvelle vie, que la putréfaction découvre. Avant d’entreprendre cette opération, rendez le sel de mer fort fusible et munissez-vous d’un bon lut qui résiste au feu et à l’eau. Si donc vous dissolvez ce sel de mer fusible, qui est une eau coagulée, par le moyen de l’eau supérieure de vertu résolutive, qui est la rosée, celle-là fera entrer celle-ci en putréfaction à un feu lent ; et vous découvrirez cette putréfaction à l’œil. Si vous répétez cinq ou six fois ce mélange de la rosée avec l’eau coagulée de la mer, par une lente digestion, vous extrairez toutes les vertus que le sel de mer a reçues depuis la création jusqu’à cette heure, et que l’irradiation des astres et la réverbération des flots ont alcalisées : et vous ne serez pas fort éloigné d’un dissolvant très-noble, très-médicinal et très-précieux ; dont une partie pourrait peut être bien dissoudre une partie de quelque métal ou minéral que vous lui joindrez : ce dissolvant simple et naturel pourrait mériter à bon droit le nom et l’effet d’un Alkahest, qui a réuni en soi les forces dissolvantes d’en-haut avec les forces coagulantes d’en-bas ; et dans lequel est régénéré le feu qui paraît dans les eaux marines avec l’eau de la rosée, fruit de l’aurore, pleine des vertus célestes : de sorte que par-là vous avez une eau vivante, régénérée et régénérante, figure de la mer cristalline, ou eau mêlée de feu de l’Apoc. c. 4 et 15, et d’Ézéch. c. 47, qui est le dernier bain de régénération, pour approcher du trône de Dieu.

X. Plusieurs cherchent aussi la véritable médecine dans l’Antimoine, qui a le cercle en-bas et la croix en-haut  : la croix marque son acétosité, crudité et indigestion : son cercle dénote sa nature solaire, ayant vraiment dans son sein un or embryonné. Ainsi, la médecine y est aussi cachée ; et c’est un minéral assez facile à ouvrir : si on le fond avec trois parties de quelque alcali, il sera plus ouvert ; et le vinaigre, qui porte aussi la croix  correspondante à la sienne, tirera hors de lui son subtil ; puis l’esprit de vin sera hors de ce vinaigre concentré une extraction encore beaucoup plus subtile. Si vous cohobez cet esprit 16, 17 ou 20 fois sur cette extraction, par la distillation, cet esprit volatilisera enfin peu-à-peu l’extraction, laquelle montera par conséquent avec l’esprit, qui en deviendra jaune : faites passer cet esprit seul, par un bain très-suave ; et il vous restera dans le fond de l’alambic une huile rouge précieuse, qui ne vaudra guères moins que l’or potable. Plusieurs minéraux peuvent être traités de cette manière pour en tirer leur véritable essence : les métaux imparfaits peuvent être réincrudés en nature minérale par le moyen de l’ , qui les décompose, en fait un chaos avec soi par la fusion. Si vous dissolvez une partie de ce chaos dans trois parties de salpêtre au creuset, vous ferez ensuite une lessive de ce sel imprégné des esprits métalliques et minéraux, que vous élèverez par un esprit acide, qui sera un combat avec cet alcali, de la manière suivante. Mettez cette lessive dans une cucurbite à laquelle vous adapterez un chapiteau qui ait une ouverture par en-haut, par laquelle vous verserez petit-à-petit de l’esprit acide : ces deux contraires feront une grande ébullition, pendant et par le moyen de laquelle les esprits métalliques et minéraux monteront, que vous recevrez dans un récipient où vous aurez mis de l’eau : ces esprits adoucis de leur corrosif, de la manière que j’ai insinué au § VII, donnent de bonnes médecines particulières, et des huiles tingentes, lesquelles fixées avec des métaux parfaits augmentent ceux-ci ou les changent en vert tingent, selon leur nature, pureté et fixation.

XI. Quoiqu’il y ait plusieurs combinaisons à faire de ce peu d’opérations décrites jusqu’ici, je les abandonne néanmoins à la recherche de ceux qui ont plus de loisir et de jeunesse que moi, étants hors de mon but, qui est d’écrire des merveilles de la croix dans le royaume extérieur de la nature. Ainsi, pour ne point perdre de vue le même mystère de la croix, qui est le sujet unique de ces méditations solitaires, il faut aussi dire quelque chose des sels moyens, qui sont fort médicinaux et de grande force résolutive quand ils sont bien préparés. Le tout dépend d’une certaine manipulation qui rend volatils tous ces sels alcalis fixes ; par où l’on acquiert aisément leur perle ou leur véritable essence. Si vous joignez deux perles de deux sels contraires ensemble, vous aurez un sel moyen, dont les opérations vous réjouiront ; car ils vous donneront un sel fusible qui pénétrera et dissoudra tout, tant est grand et efficace le mystère et les merveilles de la croix dans la nature visible ! Oui, chacune de ces perles bien préparées opère d’elle-même en particulier sans comparaison plus efficacement et salutairement que toutes les drogues d’apothicaires. Il est vrai que sans cette manipulation secrète l’on peut faire d’assez bons sels moyens, comme, par exemple, avec l’esprit urineux du sel ammoniac et l’esprit acide du vitriol, du soufre, du nitre, du sel commun, etc., et avec l’esprit d’urine et l’esprit de vin ; mais ces sels étant encore assez superficiels, ils n’ont point la pénétration des alcalis fixes volatilisés qui ont donné ce qu’ils avaient de plus caché dans leur intime racine. Chacun est pourtant libre de préparer ses médecines à sa mode, selon sa portée ; pourvu qu’elles ne causent point aux malades de nouvelles croix au lieu de soulager les anciennes. La manipulation, que je n’ai point révélée, se fait par des opérations contraires à la nature : car si la nature réunit les choses séparées, cette opération sépare les réunies, afin d’assembler les homogènes et d’écarter les hétérogènes. L’on fait des merveilles par le moyen du feu et de l’eau quand on sait les appliquer à propos. Voilà que je l’ai découverte pour ne rien cacher aux véritables amateurs.

XII. Je ne dirai rien de la préparation des végétaux, parce que les livres en sont pleins ; surtout entre autres la chaîne d’or d’Homère 72, écrite en Allemand, qui en donne de belles expériences fort recommandables. Il y a une manière simple et de peu de dépenses de tirer le sel essentiel des végétaux avec la rétention de leur couleur, goût et odeur. Je souhaiterais qu’elle fût connue de ceux qui aiment plus le Seigneur et le prochain que leur bourse. Dans toutes ces recherches et opérations, ayons la croix et les souffrances, la vie et les sentiments passifs de JÉSUS dans le cœur et dans l’esprit, devant les yeux du corps et de l’âme : elle nous servira de guide fidèle et assuré pour développer les mystères de la croix dans la nature astrale, élémentaire, extérieure et visible ; car elle comprend en elle toutes les croix et leurs secrets les plus cachés.

XIII. La plupart des amateurs et rechercheurs de la véritable médecine sont trop subtils dans leurs méditations et spéculations. La simplicité est le seau de la vérité ; elle en est aussi la clef pour l’ouvrir. Quand on est une fois prévenu en faveur de ses propres préjugés et faux principes, il coûte bien de la peine à recouvrer la liberté de son jugement : quelquefois aussi la persuasion et l’autorité d’autrui l’emportent auprès de nous par-dessus la vérité et l’expérience. Le croira qui voudra ; j’en ai payé moi-même la folle enchère ; et je sais ce qu’il en coûte de fouir dans des citernes crevassées qui ne contiennent point d’eau et d’abandonner la source des eaux vives dans la pureté, candeur et simplicité de la nature. D’autres, ne pouvant arriver au degré d’une médecine réelle, blasphèment ce qu’ils ignorent ; appellent les véritables amateurs de la Sagesse des fourbes et des trompeurs ; et traitent la science d’imposture et de marchandises sublimées d’alchimie ; comme le renard de la fable disait des raisins bien mûrs qu’il ne pouvait atteindre que ce n’était encore que du verjus. Ceux-là paraissent faire une espèce de défi, par leurs calomnies, à ceux qui savent ou possèdent quelque chose de véritable et de réel, croyant de les attirer au raisonnement expérimental de Raymord Lulle avec Arnold de Villeneuve : Solve mihi hoc argumentum : « Répondez-moi à cet argument. » Il y en a qui, piqués d’envie comme d’une vipère qu’ils portent dans le sein et qui les ronge, étendent leur bile et vomissent leur poison sur le papier contre leur prochain ; et par la démangeaison fougueuse qu’ils ont d’écrire, n’étant éloquents qu’à médire, et n’ayant rien que des vétilles et un amas de paroles arrangées dans la tête, ils aiment mieux calomnier que de se taire ; exposent au jour le prochain avec leur haine, leur envie, leur mensonge, qui leur font oublier qu’ils veulent au moins passer et être regardés pour Chrétiens ; et ils se mêlent de faire des leçons aux autres sans les pratiquer eux-mêmes. Ce sont des Momus mordants, qui ne savent rien améliorer de ce qu’ils réprouvent ni approuver que ce qu’ils font eux-mêmes. S’ils veulent ouvrir les yeux, ils trouveront au moins dans ce chapitre une véritable anatomie du salpêtre, dont ils prétendent de faire une médecine universelle dans sa crudité et dans toute sa substance grossière, mêlée d’hétérogénéités alumineuses, salines, corrosives, sulfureuses, ou en le joignant avec un peu de cinabre mal-préparé. Et, avec cela, ils veulent passer pour Chrétiens, pour promoteurs des docteurs en médecine, pour réformateurs de la médecine, en calomniant leur prochain et la noble science naturelle ! Pardonnez-leur, Seigneur, car ils ne savent ce qu’ils font, ni ce qu’ils disent, ni ce qu’ils écrivent. Ceux-ci se rendent tout-à-fait indignes de la connaissance et de la pratique réelle des mystères de la croix, par les croix qu’ils font aux autres et par le déshonneur dont ils tâchent de charger la science.

XIV. Enfin, on rencontre la croix tout par tout : que le Seigneur en soit béni, qui la fait couronner en toute manière dans ceux qui la reçoivent de sa main, qui la reconnaissent comme un effet de son amour et de sa sagesse envers eux, et qui enfin la portent avec patience, paix et joie pour s’en laisser purifier et soutenir avec tranquillité et silence les dards envenimés des calomniateurs !

XV. Comme je ne fais qu’une très-légère ébauche de la matière, que le cher Théophile a demandé de moi, savoir du mystère de la croix, et surtout du très-grand mystère de la croix humiliante et de la croix glorieuse et triomphante de JÉSUS-CHRIST, je laisse le reste de cette matière si vaste et étendue à la méditation et recherche des curieux, pour achever par la grâce du Seigneur ce petit traité par la double croix de JÉSUS. En attendant, écoutons le témoignage que le soleil, comme la plus noble créature et le principal instrument des opérations divines dans ce monde extérieur, rend de lui-même et de son véritable système.

 

C r, culum, Lumen Mundi, Centrumque creavit

    Me Deus : et de me nobile fecit opus.

Punctum ego sum simplex internæ Lucis apertum :

    Quo veræ Lucis lumen ubique micat.

Non ex me, sed ab interno splendore corusco :

    Non ego Lux ; sed sum Lucis Imago sacræ 73.

Interni Cœli Lux alma reverberat in me

    Hanc, quæ vivificat lætificatque, facem.

Interior tamen est mihi fons, quam rebus ab extra !

    Namque gero internæ Lucis agoque vices.

Sancta, per immotum me, Lux movet omnia : per me

    Cuncta creata fovet, cuncta creata regit.

Per me instrumentum Lucis, fidumque ministrum

    Omnia purificat, servat, amicit, alit.

Omnia me circum girant : ad me omnia vergunt :

    Subditus ad Dominum vergit ut ipse suum.

Quærit anhela meam faciem ; convertitur ad me

    Terra : vel Infernus, me fine, Terra foret.

Olim Terra meum ad Punctum spectabat : at illa

    Nunc centrum est, ad quod cunctta elementa fluunt.

Dum fiet nova Terra : iterum spectabit at illud ;

    Et Paradisiaco germina more feret.

Per me homines capiunt rationem, brutaque sensum :

    Sed non divinæ Lux mihi mentis inest.

Luciferi a lapsu, regales occupo sedes :

    Et sedeo firmus, que fuit ante throno.

Immensus Cœli, ut cernis, me circulus ambit :

    Circuli eg Punctum, lumen ab igne fero.

Michæl princeps, victo ejectoque Dracone,

    In me præsidium, Luce jubente, tenet.

Mas eg do cunctis activum lumen et ignem :

    Fœmina passivam Luna ministrat aquam 74.

In nobis tinctura latet, quam turba Sophorum

    Invidiosa tegir, quamque Sophista negat.

Cum meum ab interno lumen splendescat ad extra :

    Hinc homo ab externis interiora petat.

Monstro viam ; sed plus ultra, veloque remoto

    Tendat, ubi veræ Lucis origo latet.

Ignem repperiet, qui me succendit, alitque :

    Postmodo tincturam deteget, inde Crucem.

Crux sacram Triadem, Majestatemque revelat :

    Sub Cruce stet : dabitur, sub Cruce, Luce frui.

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XIV.

 

DE LA CROIX HUMILIANTE DE JÉSUS-CHRIST.

 

I.

 

QUOIQU’AUCUNE langue, ni angélique, ni humaine ne soit capable d’approfondir ni d’exprimer le mystère de la croix humiliante de JÉSUS ; étant même plus convenable et salutaire de nous recourber dans nos faiblesses et notre néant, et de l’aimer et de l’adorer lui-même dans cette croix par un silence aussi respectueux, que de profonde vénération : comme néanmoins le sujet de ce petit traité nous y conduit, nous en dirons quelque chose, comme un petit enfant, qui voudrait bien former des paroles, pour s’expliquer, mais à qui le nouement de l’esprit et de la langue empêche cette liberté et facilité, réservant le principal à la contemplation muette et pacifique, laquelle voit et sent plus dans le silence, qu’elle ne connaît et n’exprime par paroles. Pour en méditer quelque chose avec fruit et édification de notre âme, il nous faut parcourir quelques endroits des plus marqués de sa naissance, de sa vie, de sa passion, et de sa mort.

II. Le Père éternel ayant destiné de toute éternité son Fils Bien-aimé, l’image de sa bonté, la splendeur de la lumière éternelle, le miroir de sa majesté, la joie des anges, la gloire du ciel, pour être le Sauveur du monde, n’attacha pas ce grand ouvrage à la seule Divinité, laquelle d’une seule parole toute-puissante pouvait aussi bien racheter l’homme après sa chute, qu’il avait tiré de son néant par la création ; mais aussi à la semence de la femme, ou à l’humanité, laquelle ayant été séduite par le serpent dans nos premiers pères, devait aussi écraser la tête du même serpent dans l’homme-Dieu, ou dans la semence d’Abraham, en qui toutes les nations avaient reçu la promesse de bénédictions, pour déraciner la malédiction prononcée de Dieu même dans toutes les créatures. Ainsi, le Père éternel a tant aimé le monde, qu’il a livré pour son rachat ses propres délices, ses douceurs, amabilités et complaisances, dans le Fils de sa dilection, qui ayant été engendré éternellement, sans commencement et sans fin comme la Parole, la vertu, la force, dans laquelle le Père se manifeste, devient chair et sang dans le temps, semblable à nous en tout, excepté le péché 75, dont il ne porte que la peine, sans en avoir la faute, que pour l’expier JÉSUS-CHRIST s’est offert volontairement à l’accomplissement de ce grand conseil et dessein de la volonté paternelle : Oblatus si quia ipse voluit, Ésa. c. 53, v. 7. Et pour l’exécuter avec efficace et dans toute son étendue, afin que la grâce de la rédemption surabondant en tout sur tous 76, il a choisi à cet effet l’abaissement le plus profond, l’humiliation la plus basse, la souffrance la plus sensible, le martyre le plus douloureux, la mort la plus cruelle, qui pouvait tomber dans l’invention de l’Esprit éternel de sa sagesse et de son amour. La Parole éternelle faite chair dans le temps, un Dieu devenu un homme semblable aux pécheurs, le souverain Seigneur de tout réduit à l’état du plus vil esclave, pour racheter d’autres esclaves devenus ses ennemis ; c’est dire en peu de mots, en bégayant, ce qu’on ne peut approfondir, ni déduire : voilà les sujets de la croix humiliante !

III. Il naît pauvre, d’une pauvre mère, au cœur de l’hiver, destitué de tout secours humain ; car son nourricier est un pauvre charpentier lui-même : les courtisans du Roy du ciel et de la terre sont un bœuf et un âne ; son palais, un étable ; son berceau, une crèche d’animaux ; ses tapisseries, des toiles d’araignées : il reçoit des visites, mais de pauvres bergers qui paissaient leurs troupeaux. Dans cet état, la Parole éternelle est muette ; l’immensité est resserrée entre des langes ; la toute-puissance est toute faiblesse ; la lumière même est dans l’obscurité ; le trésor du monde est épuisé et appauvri ; la Sagesse souveraine apprend l’obéissance ; celui qui est sans commencement commence d’être ; celui qui est sans terme est borné à un petit lieu étroit, la gloire du ciel est absorbée dans la vileté ; la Sagesse divine devient la folie des hommes ; un Dieu éternel devient  un enfant temporel ; et le Tout devient, pour ainsi dire, un néant. À peine est-il né que huit jours après sa naissance il commence déjà à répandre son sang précieux par la circoncision : il est lui-même la Justice et le Législateur ; et il se soumet à une loi sanglante, comme pécheur. Peu de temps après il est présenté au Temple par sa mère Marie, qui y paye la rédemption du Rédempteur, comme les plus pauvres payaient celle de leurs premiers-nés : elle y fait expiation pour elle-même, qui est sans tache, et pour son Fils, qui ôte et expie tous les péchés du monde. Si des rois étrangers vont à Bethléem lui faire des présents, ils marquent aussi par-là son extrême indigence et besoin de toutes choses : sa pauvreté émeut à compassion son Père éternel qui touche le cœur de ces rois. Après cela tout petit enfant emmailloté qu’il est, le voilà déjà persécuté par Hérode, qui le cherche à mort et veut l’envelopper dans le carnage de tous les enfants de deux ans et au-dessous. Tout faible et impuissant qu’il est, on le mène en Égypte, qui signifie angoisse et souci. Après la mort d’Hérode, il n’est point encore sûr en Judée ; c’est pourquoi Joseph est averti de le mener en Galilée : persécuté d’un endroit à l’autre encore dans les maillots, à peine trouve-t-on pour lui un lieu de paix et de sûreté.

IV. Voyons-le croître en âge, en grâce et en sagesse : celui qui n’a ni commencement ni fin, qui est l’ancien et le nouveau du jour éternel, le premier et le dernier de tous les temps passés, présents et futurs, croît en âge : la source et la fontaine primordiale de toute grâce, croît en grâce : la Sagesse même éternelle devient sage avec l’âge. Qui peut comprendre ces merveilles inouïes d’abaissements et d’humiliation ? Mais que le Seigneur souverain aussi bien que Créateur de toutes choses soit soumis à l’obéissance et assujetti à sa créature, pendant un temps si considérable de trente ans, n’en ayant vécu dans son humanité extérieure que trente trois et demi ; c’est ce qui abat et terrasse tout entendement, Luc, c. 2, v. 51 ; c. 3, v. 23. Poursuivons, et nous ne trouverons que renoncement à sa propre volonté ; que mort continuelle ; qu’une pure passiveté intérieure aux ordres de son Père éternel, et que obéissance et soumission au-dehors : à l’âge de douze ans, sachant parler, interroger et répondre, il paraît entre les docteurs de la loi au Temple, où il exerce le premier âge de sa mission, en enseignant aux hommes, non point sa propre doctrine, quoiqu’il soit la Sagesse incréée, mais celle qu’il a reçue de son Père ; point par complaisance pour lui-même, ni recherche de sa propre volonté, ni honneur, ni intérêt, mais pour chercher ce qui appartient à son Père céleste ; nesciebatis quia in his quæ Patris mei sunt oportet me esse, Luc, c. 2, v. 49.

V. Nous laisserons l’adorable JÉSUS dans sa croix humiliante d’obéissance et de subjection à Marie et à Joseph, jusqu’à l’âge de trente ans, pendant lesquels il a mené une vie pauvre, renoncée, laborieuse, passive, élevée en contemplations, se sanctifiant pour nous, nous offrant et immolant avec lui à son Père, dans un sacrifice continuel de lui-même, de sa volonté, de son esprit, de ses désirs, de ses sens à la volonté suprême qu’il était venu accomplir ; quia ego, quæ placita sunt ei, facio semper, Jean, c. 8, v. 29. Comme il a voulu que les dispositions toutes divines de cette vie intérieure, mourante et renoncée, comme un holocauste brûlant perpétuellement d’amour, d’obéissance et de vénération envers son Père céleste, nous fussent cachées, nous n’en dirons rien davantage, sachant néanmoins indubitablement, qu’il se préparait non seulement à annoncer la doctrine du salut au peuple et à la confirmer par tant de merveilles, qu’il opéra ensuite ; mais aussi surtout qu’il se laissait disposer d’une main supérieure à ce grand et douloureux martyre, qu’il souffrit après, à la vue duquel il a sans doute frémi en esprit, bien des fois, pendant sa retraite, étant déjà gravé par la volonté de son Père dans le plus intime de son âme, lex tua in medio cordis mei, Ps. 39, v. 9.

VI. À l’âge de trente ans, JÉSUS se fait baptiser par Jean au fleuve de Jourdain, fleuve de descente, afin que le mystère de la croix humiliante trouve place partout : vraiment fleuve de descente et d’abaissement, dans lequel la justice même veut passer pour pécheresse, et où l’eau vivante de la fontaine, qui rejaillit dans la vie éternelle, descend dans une eau morte pour y être lavée : Car il nous est ainsi convenable d’accomplir toute justice, Matt. c. 3, v. 15 : d’où nous apprenons à nous dépouiller non seulement de nos habits et de nos habitudes, mais aussi de tout ornement de vertus et de justice appropriées, pour être présentés à Dieu le Père en parfaite évacuation et nudité entière, afin que Dieu seul en JÉSUS-CHRIST devienne notre justice, notre sagesse, notre sanctification, notre habit d’innocence, de force et de vertu : par cette voie de désappropriation de tout ce que nous sommes, avons, pouvons, voulons, savons, et opérons, nous serons disposés en foi et charité à recevoir l’adoption des enfants de Dieu : car ce fut après ce dépouillement universel du-dehors et du-dedans que la voix du ciel se fit entendre à JÉSUS : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai pris mon bon plaisir. Matt. c. 3, v. 17.

VII. Par ce témoignage public : rendu par le Père éternel au Fils de ses complaisances amoureuses, JÉSUS fut mis en état de souffrir les épreuves et tentations horribles qui fondirent sur lui : car Dieu envoie toujours des forces pour soutenir les assauts des épreuves qu’il nous laisse arriver. Il est mené ou ravi par l’Esprit Saint au désert pour y être tenté du Diable, Matt. c. 4, v. 1-11 ; mais il s’était fortifié lui-même à la tentation par un jeûne accompagné d’oraison, pendant quarante jours et quarante nuits : leçon admirable, pour nous préparer aux différentes tentations et épreuves des croix par le jeûne et la prière, qui sont les seules armes pour chasser ces sortes de démons et tentateurs. Satan, n’ignorant point que JÉSUS après un si long jeûne aurait faim, le veut prendre par le faible qu’il croyait trouver dans lui ; il lui présente des pierres pour en faire du pain : la tentation est grossière en apparence, puisqu’il semble qu’elle regarde seulement la sensualité ou gourmandise ; mais il y a un autre poison mortel caché sous cette apparence ; le Tentateur veut savoir par-là s’il est le Fils de Dieu et s’il pouvait se passer de pain corporel pour vivre seulement de la parole de Dieu ; s’il avait su qu’il était lui-même cette Parole du Dieu vivant faite chair, ce pain vivant descendu du ciel, qui donne la vie au monde 77, il ne l’aurait point tenté si grossièrement. D’abord que l’âme est reçue au nombre des enfants de Dieu, les grandes tentations commencent aussi ; il faut qu’elle demeure ferme devant le Tentateur, attachée à la Parole vivante, sa nourriture, comme étant JÉSUS. Satan le mène ou le porte dans la cité sainte, et le place sur le pinacle du Temple, etc. Cette tentation est plus fine et plus dangereuse, comme étant une de celles qui regardent l’orgueil spirituel dans l’homme. Enfin il le transporte avec lui sur une très-haute montagne, d’où il lui montre toutes les richesses et la gloire de ce monde : cette tentation est forte pour une âme qui a quitté le monde, les richesses, honneurs et plaisirs, et qui n’est pas encore bien renoncée ; mais elle est impertinente dans la condition de l’amorce que le Tentateur y met : il veut être adoré : et de qui ? de JÉSUS-CHRIST, que les anges mêmes adorent : il veut être aussi adoré du Chrétien ; mais celui-ci lui commande dans la vertu de JÉSUS de se retirer avec précipitation, ne voulant adorer et servir que Dieu seul son Seigneur. Combinez ces trois tentations avec la justice, la sainteté, la sobriété, l’humilité et la pauvreté de JÉSUS, qui se laisse non seulement tenter, mais mener et transporter par son ennemi, dont il est venu pour écraser la tête et détruire toutes ses œuvres ; et voyez si ces tentations là ne sont pas des croix bien humiliantes.

VIII. Toute la vie de JÉSUS n’est qu’un tissu perpétuel de cette croix abaissante : tantôt il est méprisé comme une canaille d’entre la populace et appelé par dédain le fils d’un charpentier ; tantôt il est traité de séducteur du peuple : dans d’autres rencontres de gourmand, d’ami des pécheurs et des publicains : une autre fois d’énergumène ou d’homme possédé d’un esprit malin : ici on veut le lapider ; là on veut le précipiter en-bas d’une montagne : ce ne sont que contrariétés et combats : d’un côté on veut le faire roi ; de l’autre on le maltraite comme le plus vil esclave, le foulant aux pieds comme un vermisseau de terre : il n’a pas de quoi reposer sa tête : il ne possède rien en propre, ni lui ni les siens ; ce qui l’oblige de faire un miracle pour payer une gabelle qu’il ne devait point. Il se choisit une compagnie pour l’aider à l’ouvrage de son Père ; mais ce sont tous hommes grossiers, ignorants, et même indociles : il souffre leur grossièreté, ignorance et indocilité avec une patience, une douceur et humilité sans égales. Ses bienfaits sont payés d’ingratitude ; sa doctrine est taxée de séduction ; son esprit prophétique est blasphémé d’illusion ; ses merveilles d’imposture ; ses miracles sont attribués à la vertu de Béelzébub prince des démons ; sa vie est reprouvée comme celle d’un pécheur public ; sa conduite devient un scandale et trouble du repos commun : sa personne est regardée comme une peste et malédiction : l’âme de sa mère est percée bien des fois d’un glaive de douleur : ce n’est que persécution et condamnation au-dehors ; qu’angoisse de cœur, frémissement d’esprit et tristesse d’âme au-dedans. Enfin, tout partout, dans tout temps, dans toute rencontre, ce n’est que croix et martyre, humiliation et abaissement. Voilà le grand miroir qui montre ce que les disciples de JÉSUS ont à attendre, et ce qui se passe encore aujourd’hui avec eux : ouvrons les yeux, et nous verrons les marques de ses véritables et fidèles imitateurs : cela ne leur va pas mieux qu’à leur Maître, quoique dans un degré beaucoup inférieur : chacun a la dose de la croix qu’il peut avaler : et celle d’être blasphémé et outragé pour le bien qu’on fait aux autres n’est pas une des moindres.

IX. Mais au moins le cœur infatigable de JÉSUS prendra-t-il quelques moments de relâche et de repos pour respirer de ses croix et se préparer à la grande qui l’attend ? Oui : il va avec trois de ses disciples favoris sur la montagne de Thabor, où il reçoit la clarification de son Père qu’il avait eue avant la création et pendant toute l’éternité : nous n’avons dans toute l’histoire de l’évangile que ce seul endroit de remarquable de sa transformation jusqu’au-dehors de ses vêtements. Ce fut là que le miracle perpétuel, qui voilait ou cachait, pour ainsi dire, la Divinité à l’humanité, cessa au moins quelque peu de temps, quand l’humanité reçut l’éclat de la Divinité, qui rendit le visage de Jésus resplendissant comme un soleil, ses habits blancs comme la neige, toute la montagne et ceux qui y étaient pleins d’un éclat de lumière aimable ; ce qui fit dire à St. Pierre encore tout engourdi du sommeil et ébloui de cet éclat, ne sachant pourtant ce qu’il disait : Il est bon que nous soyons ici ; faisons-y, si tu le veux, trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. Matt. c. 17, v. 4. Il faisait bon pour Pierre, qui ne savait ce qui se passait dans le cœur de JÉSUS, qui pendant ces transports amoureux et cette transformation lumineuse, avait bien d’autres sentiments, pensées et colloques spirituels que n’étaient les sensuels de Pierre : oui même pendant le témoignage que son Père éternel rendait de lui, l’appelant son Fils bien-aimé, l’objet de ses complaisances, et commandant de l’écouter, comme sa Parole vivante et substantielle, et comme le Prédicateur et Manifestateur de toutes ses volontés, desseins, conseils, bontés, beautés, vérités, douceurs et miséricordes, il avait le cœur agité et l’esprit occupé de toute autre chose que de la gloire qui le pénétrait au-dedans et qui l’environnait au-dehors : il s’entretenait avec Moïse et Élie de ce qui devait lui arriver à Jérusalem : de forte que le Thabor de transfiguration était dans son cœur et dans son esprit, par avance, un Calvaire de passion. Merveille étrange et surprenante ! qu’au milieu des jouissances divines, il parle de ses souffrances ; au milieu de la gloire, il parle de ses opprobres ; au milieu des amours ravissants et des ravissements amoureux, il s’entretient des haines, mépris, calomnies, blasphèmes, dont les hommes l’allaient accabler de tous côtés : mais surtout et principalement il parle de la mort cruelle et du martyre sanglant qu’il allait souffrir.

X. Nous découvrons bien par cette circonstance remarquable de sa vie quelle a été toujours l’oppression et l’angoisse intérieure de son esprit et de son cœur, même dans ses consolations et illuminations, à la vue très-présente et toujours pressante du calice amer de sa passion et de sa mort : ce qui lui fait dire, Or j’ai à être baptisé d’un baptême, et combien suis-je pressé jusqu’à ce qu’il soit accompli. Luc, c. 12, v. 50. C’est de quoi il a aussi entretenu si souvent ses disciples afin de bien graver dans leur cœur l’image vivante de sa croix humiliante, à laquelle ils devaient aussi avoir leur part : de sorte que JÉSUS, la mansuétude même, appela Pierre Satan, à cause qu’il cherchait à le détourner de la croix. Nous apprenons de là à ne jamais perdre de vue le penchant et l’amour de la croix, même pendant les consolations et lumières divines ; à la chérir et à la souffrir avec patience, abandon et s’il se peut avec contentement et joie, à l’imitation de notre grand exemplaire, qui trouve le Calvaire sur le Thabor : et qui fait adoucir, dès ce monde, les moindres croix, les porter avec nous et les couronner dans l’autre d’une couronne immarcescible de justice et de gloire ! nous apprenons encore qu’au milieu des souffrances dont JÉSUS était environné de tous côtés il y a aussi des jouissances bien consolantes ; et que parmi celles-ci, nous devons toujours porter la croix de JÉSUS dans le cœur, étant toujours préparés à la privation de ses douceurs, et au goût amer de ses douleurs causées par notre corruption ; Vere languores nostros ipse tulit ; et dolores nostros ipse portavit. Ésa. c. 53, v. 4.

XI. Toute la doctrine de JÉSUS n’a point aussi eu d’autre but que de commander et recommander la croix : il est venu apporter le glaive dans le monde, et non la paix ! Si quelqu’un veut être son disciple, il doit renoncer à lui-même, mourir à la vie du vieil homme, porter sa croix tous les jours, sans cesse, et le suivre dans tous les états de souffrance, de mortification et de mort dans lesquels il lui plaira de le mettre pour l’éprouver et le purifier ; celui qui gardera sa vie naturelle, en suivant ses appétits et convoitises, ne voulant point se faire la violence que le royaume des cieux exige absolument, sans rien rabattre pour mourir à tout ce qui n’est point Dieu ni de sa volonté, celui-là la perdra : mais celui qui la perd par un généreux renoncement à lui-même et méprise ce que le monde lui présente, santé, beauté, biens, estime, réputation, caresses, amitié, commodité, ou même la vie extérieure et corporelle, celui-là la conservera pour la vie éternelle ; et autant de pertes qu’il aura faites ici, autant de gains retrouvera-t-il là, avec très-grande usure de cent pour un : pour cela Jésus enseigne à ne point craindre les hommes, qui peuvent seulement tuer le corps et rien de plus : qu’il n’y a point de plus grande charité que de donner sa vie pour celui qu’on aime : c’est là véritablement le dernier des sacrifices qu’il veut de nous, en donnant pour son amour et son honneur, pour sa vérité et sa justice, la vie qu’il nous a prêtée aussi bien que les autres talents et biens extérieurs. Il est venu apporter le glaive à deux tranchants qu’il est lui-même pour déclarer et faire la guerre aux ennemis domestiques et étrangers de l’homme ; domestiques, qui sont le sang et la chair, l’esprit de raison et de nature, l’amour et la volonté propres, la recherche et la complaisance de soi-même ; étrangers, qui sont le monde avec tous ses charmes et ensorcellements spirituels et corporels, et le Diable avec toutes ses suggestions, tentations, et flèches ardentes de colère, d’orgueil, d’envie, qu’il darde continuellement contre la chair et le sang pour s’emparer de la forteresse du cœur : car Jésus est venu en chair pour détruire toutes les œuvres du Diable, 1 Jean, c. 3, v. 8 ; ce qui ne se fait point sans croix de sa part ni de la nôtre ; il faut de la violence pour emporter d’assaut le royaume des cieux.

XII. Si toute la doctrine de JÉSUS ne tend qu’à enseigner la croix, toute sa vie n’en est que la pratique, à ne point faire sa volonté, à ne point chercher sa gloire, ni sa propre complaisance, et enim Christus non tibi placuit, Rom. c. 15, v. 3 ; à mourir continuellement à la nature pécheresse, dont il s’était revêtu ; à se rassasier d’opprobre, se laisser éprouver de fiel. C’est là son exercice sans interruption, de faire du bien à tous et n’en recevoir qu’ingratitude ; de servir ses serviteurs, Lui qui est le Maître ; de laver les pieds à ses sujets, Lui qui est le Roy ; de se soumettre en tout à la loi, Lui qui est le Législateur ; d’être toujours parmi les pauvres, à qui il annonçait l’Évangile, pauperes evangelizantur, Matt. c. 11, v. 5 ; à cause qu’ils ont plus de disposition à le recevoir et à le pratiquer que les riches et les puissants, auprès de qui JÉSUS gardait le silence : JÉSUS autem tacebat, Matt. c. 26, v. 63. Mais s’il est venu pour détruire la corruption de notre nature dépravée, ce n’est que pour y rétablir son image : il ne nous abat que pour nous relever, il ne nous laisse affliger que pour nous consoler ; il ne nous fait mourir que pour nous ressusciter à une vie nouvelle : il porte lui-même tout le fardeau de nos dettes, et il en attache l’obligation à la croix pour l’abolir après les avoir payées par son grand sacrifice.

XIII. Ce qui rend le joug de sa croix humiliante plus pesant et plus insupportable à tout autre qu’à lui, c’est la considération de qui, pour qui et pourquoi il la porte et la souffre.

1. De qui vient-elle ? Des grands prêtres, des docteurs de la loi, et des anciens du peuple, qui l’attendaient tous comme leur Sauveur et le Restaurateur du royaume d’Israël, qui par conséquent devaient le recevoir, l’écouter, le suivre, l’aimer, le respecter et l’honorer, étant leur frère selon la chair et le libérateur de leurs ennemis selon l’esprit. Le peuple aveugle se règle sur ses conducteurs aveugles. Il serait bien déplorable s’il se trouvait encore aujourd’hui dans le monde parmi le clergé de ces esprits meurtriers et ennemis de la croix et des porte-croix de JÉSUS, qui disent avec les Juifs qu’il ne leur est point permis de tuer personne, mais qui crussent pourtant leur être bien permis de persécuter, de juger, de condamner et d’abandonner ensuite au bras séculier une âme fidèle qui rend témoignage à la vérité de Jésus contre les inventions humaines. L’on est aujourd’hui, Dieu merci, un peu revenu de ces excès énormes, si contraires à l’esprit de l’Évangile, qui est l’Esprit même de JÉSUS-CHRIST.

2. Pour qui souffre Jésus ? Pour ses ennemis, qui le haïssent à mort, qui l’outragent à outrance, qui ont reçu une infinité de biens de lui : Je vous ai comblé de beaucoup de bienfaits, leur dit-il : pour lequel d’entre ceux-là me lapidez-vous ? Il souffre pour nous, qui avons foulé et foulons encore journalièrement son sang précieux sous nos pieds ; qui le crucifions autant de fois de nouveau que nous le persécutons dans ses membres, et que nous éteignons ou étouffons en nous l’esprit de sa grâce qui nous rappelle sans cesse dans nous à lui : il souffre pour des indignes, des ingrats, des scélérats opiniâtres dans le mal, qui avalent le péché comme l’eau, qui ont le cœur inflexible aussi bien à ses menaces qu’à ses promesses ; qui voudraient, s’ils pouvaient, faire pis que les Juifs, en l’anéantissant tout-à-fait par un Déicide dans leur cœur, afin qu’il ne devînt pas bientôt leur Juge, aussi redoutable qu’équitable.

3. Il souffre pour ses bienfaits : St. Jean, qui a pénétré le plus avant dans les mystères de JÉSUS, nous le fait connaître, comme nous allons voir par son récit. Un des plus signalés bienfaits de JÉSUS fut la résurrection du Lazare de Béthanie, frère de Marie et de Marthe, mort depuis quatre jours, et pour cela déjà tombé en putréfaction, que la puanteur marquait : car comme le Lazare et sa famille étaient bien connus et accrédités ; et leur bourgade et demeure fort proche de Jérusalem, tout le monde y courait pour voir celui à qui ce miracle prodigieux était arrivé. C’est pourquoi quelques-uns d’entre les admirateurs et spectateurs, pour faire leur cour au clergé de ce temps-là, allèrent trouver les Pharisiens, dont le Nouveau Testament regorge encore, et leur dirent ce que Jésus avait fait. Sur cette merveille de bienfait, dont le bruit s’était répandu de côté et d’autre, le Grand-Prêtre et les Pharisiens assemblèrent un conseil chez Caïphe pour y délibérer sur ce qu’ils feraient de JÉSUS : ils se demandèrent les uns aux autres dans la perplexité où les réduisaient tant la résurrection du Lazare que l’approbation presque universelle du peuple : Que ferons-nous ? car cet homme fait de grands prodiges : si nous le laissons comme cela, tous croiront en lui (remarquez bien l’envie et la jalousie qui leur fait appréhender la perte de leur autorité, de la dignité de leur ministère et de l’honneur distingué, que le peuple leur rendait, en les écoutant et les suivant aveuglément), et les Romains viendront enlever notre ville et notre peuple : c’en est fait de nous : adieu Moïse, la loi, et les prophètes ; adieu tout notre Talmud, nos belles inventions, cérémonies, commandements et traditions, qui nous ont coûté tant de peine à établir : adieu les beaux jours gras, la joie et les plaisirs, notre puissance et autorité si bien affermies par nos foudres, munies de canons, palissadées de tant de braves docteurs, si nous laissons faire cette âme vile et singulière qui ne prêche et ne respire que croix, que renoncement et mort à soi-même : c’est une folle à enchaîner ; il faut l’envoyer pour le moins aux petites Maisons de Paris ou aux Pazzarelles de Rome. Mais Caïphe, N.B., le Grand-Prêtre de cette année, leur dit : Vous ne savez rien : vous voulez faire les entendus, et vous n’êtes capables d’aucun bon conseil, ni d’aucune vue importante à notre autorité et au repos et salut du public : voici mon suffrage conclusif : il est plus expédient qu’un homme meure pour tous que de laisser périr tout le peuple, etc. Tout ceci est rapporté dans St. Jean, c. 11, v. 46-53. C’est donc surtout pour avoir rendu la vie au Lazare qu’on a délibéré et résolu de l’ôter à JÉSUS : c’est pour l’avoir dégagé des liens de la mort qu’on veut en garrotter JÉSUS. Toutes ces circonstances de sa croix humiliante sont d’un poids si accablant que je perds toute expression et même toute force pour continuer : hélas ! si cela n’arrivait point encore aujourd’hui ! Voyons pourtant ce qui suit de ce conseil et de son résultat ; et cela en peu de mots.

XIV. JÉSUS devait mourir pour le peuple et pour rassembler les enfants de Dieu, qui étaient dispersés. Voilà le conseil du Père éternel et son arrêt, que le grand et le très-illuminé théologien St. Jean rapporte. Mais que JÉSUS dût mourir par le jugement et condamnation des prêtres de la loi et par l’approbation et instigation de son peuple choisi et bien-aimé, c’est le conseil des hommes et la perfidie de leur parricide : excusons-les pourtant avec St. Pierre, à cause de leur ignorance ; car s’ils avaient connu le Roy de gloire, ils ne l’auraient jamais crucifié. Mais que dira St. Pierre de Judas Iscariote, disciple et apôtre de JÉSUS-CHRIST comme lui, qui par une félonie outrée, connaissant si bien JÉSUS, avec qui il avait bu, mangé, voyagé, conversé si longtemps, et été témoin de ses prédications, des prodiges et miracles qu’il avait faits ; et qui le trahit en ami perfide, par un baiser, afin que rien ne manque à la très-profonde et très-abîmante humiliation de JÉSUS ? Dans l’image vive que JÉSUS-CHRIST se représenta au jardin, devant cette noire trahison, de ce calice amer et douloureux, cette image seule le fit suer du sang et combattre avec la mort ; factus est in agone. Que ne fera donc point la croix, la passion, la mort réelle, si leur représentation a eu des effets si affligeants et extrêmes que de le mener jusqu’à l’agonie ! Le voilà trahi et livré par son propre apôtre, garrotté par une troupe de canailles armées contre la mansuétude même ; mené et bourré comme un malfaiteur ; jugé et condamné comme un séducteur par ses propres frères, abandonné de ses apôtres, qu’il avait aimés jusqu’à la fin ; livré aux Gentils par une hypocrisie la plus détestable : on crache sur lui, il est souffleté, raillé, couronné d’épines, revêtu d’un manteau de pourpre, pour se moquer d’autant plus cruellement de sa royauté imaginaire, comme de celle des bouffons de théâtre : il est postposé à un scélérat insigne : on lui fait porter l’instrument de son supplice et la marque de la malédiction publique qu’il est devenu : Maledictus omnis, qui pendet in ligno. Gal. c. 3, v. 13. Il est donc cloué sur la croix entre deux voleurs, comme le plus grand malfaiteur : il y est insulté, traité de faux prophète, de séducteur, de blasphémateur : il y est abreuvé de fiel et de vinaigre, dépouillé de tous ses habits, pour lesquels on joue encore aujourd’hui aux dés dans le monde, plutôt que de chercher Jésus lui-même et sa croix intérieure : on lui perce d’une lance le côté du cœur, justement l’endroit d’où était venue la plaie mortelle du premier Adam par sa convoitise. Enfin il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de spectacle si plein de prodiges et de merveilles, si digne de nos admirations et adorations, ni si fertile en contradictions, ni si abaissant en humiliation. Ô folie de la croix, que tu es sage devant Dieu ! Ô sagesse de la croix, que tu es folle devant les hommes ! Jésus attaché à la croix n’est pas seulement le plus vil des esclaves, mais un vermisseau de terre tout nu, et non pas un homme, Ps. c. 22, v. 7 : il y est devenu la malédiction, Gal. c. 3, v. 13 : il y est dans le plus bas avilissement, Philip. c. 2, v. 8 : le plus méprisé, le plus hideux, et regardé comme un vaurien, Ésa. c. 53, v. 1-4 ; le plus délaissé et le plus désolé : mon Dieu, mon Dieu ; pourquoi m’as-tu abandonné ?

XV. Mais que fait le cœur humble et débonnaire de Jésus pendant toute cette tragédie ? Il prie pour ceux qui le crucifient, afin que son Père ne leur impute point ce péché : il n’est que patience, douceur, humilité dans ses plus atroces tourments : il recommande son esprit, et dans son esprit toute sa véritable Église entre les mains de son Père : et ayant achevé tout ce grand sacrifice de soi-même par la croix la plus douloureuse et la plus humiliante dans tout son corps, dans toute son âme, dans tout son esprit, réduit à un dénuement entier de ses forces et dépouillement même de ses habits, il dit enfin, avant d’expirer : tout est consommé, Consummatum est 78.

 

 

            Aula fuit stabulum Christi nascentis JESU :

                Et pauper mater, virgo ; faberque pater.

            Juge probrum sibi vita fuit : contemptus, egenus,

                Non habet, unde queat membra levare, locum.

            Blasphemus, gulo, seductor ; quin et habetur,

                Inter latrones pendulus, ipse latro.

            Et moribundus ait : nunc denique consummatum est,

                Vile crucis per onus, grande salutis opus !

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE XV.

 

DE LA CROIX VICTORIEUSE ET TRIOMPHANTE DE JÉSUS-CHRIST.

 

I.

 

LES dernières paroles de JÉSUS-CHRIST sur sa croix humiliante, Consummatum est, Jean, c. 19, v. 30, sont la preuve fondamentale de sa croix victorieuse et triomphante. Laissons frémir toute la nature d’horreur, les pierres se fendre, le voile du temple se déchirer, le soleil, ce point ouvert au firmament de la lumière intérieure, refuser sa lumière et s’éclipser, les anges de paix pleurer amèrement, tout le ciel et toute créature porter le deuil de la passion et de la mort de JÉSUS : nous voulons cependant accompagner son esprit dans les cachots ténébreux où il descend pour y porter la lumière de l’Évangile et de la bonne nouvelle du salut procuré à tout le genre humain, et ainsi de la déroute de tout ses ennemis. Quel tressaillissement de joie pour tous les patriarches, prophètes et autres saintes âmes de l’ancienne alliance qui attendaient leur Libérateur depuis tant de siècles ! Quelle jubilation et réjouissance pour d’autres âmes qui jusque-là même avaient été dans l’incertitude, ou même dans l’incrédulité du Sauveur, d’entendre la voix du salut, la nouvelle de la vie au milieu de la mort, de la délivrance au milieu de la captivité ! Car la vertu et la puissance de la croix de JÉSUS lui font briser les portes des cachots infernaux où il descend après avoir remporté la victoire sur la mort par sa mort : rien ne résiste à la force de la croix. Il y prêche aussi l’Évangile aux esprits qui avaient été incrédules du temps de Noé, dans les lieux les plus bas et les plus profonds de la terre 79, où ils étaient dans un martyre douloureux depuis plus de deux mille ans. Quelle joie pour ces pauvres âmes ; et quels cantiques de victoire, de triomphe et de gloire ne chantent-elles point de concert mutuel à l’esprit Prédicateur de leur affranchissement de l’esclavage, en actions de grâces et de louange pour un bienfait qui surpasse autant mes faibles expressions que leur espérance !

II. Il était impossible que JÉSUS-CHRIST, qui avait réuni deux natures si contraires l’une à l’autre dans l’état de son abaissement, pour n’en faire qu’une seule hypostase, fût arrêté par la mort ; Actes, c. 1, v. 2-4. Ainsi, après le consummatum est, tout est consommé par sa croix humiliante, après avoir été consoler les siens, qui l’attendaient depuis si longtemps avec des soupirs et gémissements amoureux, et prêcher l’Évangile aux esprits incrédules, comme nous venons de voir, il ressuscite glorieux le troisième jour, dans son humanité sainte, qui n’a point essuyée la corruption, parce qu’elle n’avait point contractée ni péché ni impureté ; et pour marque de sa croix triomphante, plusieurs corps des saints qui dormaient ressuscitent avec lui par la vertu de sa croix, qui a écrasé la tête du serpent, brisé les portes de la mort et de l’enfer, retiré les captifs de leur esclavage, lié l’ennemi commun à son char triomphal ; car il a vaincu celui qui avait le pouvoir de la mort, Hébr. c. 2, v. 14, et absorbé la mort même dans sa victoire, 1 Cor. c. 15, v. 55. Ô Mort ! où est ton aiguillon ? Ô Enfer ! où est ta victoire ?

III. Nous entrevoyons déjà ici quelque chose de l’élévation de notre nature, dans celle de JÉSUS-CHRIST, qui passe tout entendement humain : c’est pourquoi nous devons la considérer dans la crainte de Dieu. Le Verbe éternel ne quittera jamais ce qu’il a une fois pris en lui : ainsi, le Verbe ayant été fait chair, il demeurera Homme-Dieu dans toute l’éternité sans fin : quel privilège et quelle exaltation de notre nature dans le Verbe incarné que sa croix nous a procuré ! Car la gloire de cette union hypostatique fait devenir l’Humanité unie indivisiblement à la Divinité, le tabernacle, le temple, le trône où siège royal de la Divinité même, dont toute la plénitude habite corporellement dans le Verbe fait chair, Col. c. 2, v. 9. Ô homme ! reconnais ici ta dignité, à laquelle JÉSUS-CHRIST t’a élevé par la victoire de sa croix ! car ton Humanité est devenue une hypostase avec la Divinité dans le Verbe incarné ; et t’a fait par grâce ce qu’il est par nature ! Cela est si grand, si sublime et si divin, qu’il vaut mieux s’humilier devant la souveraine majesté que d’en parler d’une manière basse. Voilà aussi un des grands fondements du rétablissement universel ; car Dieu ne sera pas éternellement contraire à lui-même, N.B.

IV. JÉSUS-CHRIST dans la qualité d’Homme-Dieu est établi et ordonné non seulement comme Médiateur et Sauveur de tout le monde, mais aussi comme Juge universel des vivants et des morts : car son Père lui a donné tout pouvoir dans le ciel et sur la terre et tout jugement sur toute chair, à cause qu’il est le Fils de l’homme, Jean, c. 5, v. 27. Ainsi, l’homme en Dieu sera juge de l’homme sorti de Dieu, quand le signe du Fils de l’homme, qui est la croix glorieuse et triomphante, paraîtra, Matt. c. 24, v. 30. Or, il prononcera le premier et le dernier jugement, comme il est venu en chair : il vient, dit St. Jean, 1, c. 5, v. 6, non seulement avec l’eau, mais avec l’eau et le sang : c’est là le glaive à deux tranchants qu’il porte dans sa bouche pour la vie et pour la mort : avec l’eau vivante et vivifiante il rafraîchira les bénits de son Père : avec le sang, qui est le feu de la purification douloureuse, il condamnera les maudits au feu éternel que chacun trouve dans soi. C’est pourquoi quand le même St. Jean, dans ses divines révélations, demande à un des Anciens, qui est, d’où vient cette grande troupe que personne ne peut nombrer, de toutes sortes de gentils, peuples, et langues, l’Ancien lui répond : Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé et blanchi leurs longues robes dans le sang de l’Agneau. Apoc. c. 7, v. 14. Si la tribulation est grande pour ceux d’entre les gentils qui ont péché par ignorance, que ne sera-t-elle point pour ceux qui, de propos délibéré, foulent continuellement aux pieds, avec obstination et insolence, ce même sang qui doit être l’instrument de sa justice contre eux, qui réverbérera les rebelles pendant les siècles par ce bain sanglant, jusqu’à leur purification, par lequel ils seront enfin en état d’être rafraîchis par le bain de l’eau vivante. C’est pour lors qu’ils verront celui qu’ils ont percé, Apoc. c. i, v. 7, assis sur le siège de justice, Matt. c. 25, v. 31-46, jugeant les vivants et les morts, à cette grande journée de colère et d’effroi pour les uns, de réjouissance et de jubilation pour les autres : car le sang de JÉSUS doit tout purifier dans ce monde ou dans l’autre ; et cette purification est douloureuse dans cette vie, mais infiniment plus douloureuse après cette vie.

V. La croix glorieuse de Jésus fera donc fléchir tous genoux devant lui : car il s’est humilié jusqu’à la mort et jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi (remarquez bien la raison de ce qui suit), c’est pourquoi (à cause de son abaissement et humiliation jusqu’à la mort de la croix), Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom ; afin qu’au nom de JÉSUS tout genou se ploie, tant de ceux qui sont aux cieux que de ceux qui sont sur la terre et au-dessous de la terre, et que toute langue confesse que JÉSUS-CHRIST est le Seigneur à la gloire de Dieu le Père. Phil. c. 2, v. 9-11. De là nous voyons que la croix humiliante est devenue glorieuse, que l’opprobre est changé en honneur, la faiblesse en vertu, la folie en sagesse, la bassesse en élévation. C’est la croix triomphante de JÉSUS qui fait et fera toutes ces transmutations et métamorphoses merveilleuses, après qu’elle a réuni le ciel avec la terre et l’humanité à la divinité, d’un lien indissoluble qui élève l’homme au-dessus de tous les degrés imaginables d’exaltation.

VI. La vertu et la puissance de la croix de JÉSUS ont donc brisé les portes de la mort et de l’enfer ; elle est victorieuse du péché qu’il y a attaché, du monde, du diable et de toutes les puissances ennemies : il nous a acquis par la croix et donne à notre foi par la croix la même victoire qui vainc le monde et tous nos autres ennemis : car il faut que tout plie enfin sous cet étendard victorieux et triomphant. Si la racine qui est en terre nous paraît amère, ses fruits qui s’étendent jusque dans le ciel, d’où elle vient, et où elle est rentrée glorieuse, nous préparent des douceurs et des consolations inconcevables : car son amertume est changée dans JÉSUS dans la plus aimable douceur, et son opprobre dans la plus haute gloire, son humiliation dans la plus haute sublimité.

VII. En effet, quelle gloire et quelle majesté de voir JÉSUS monter au ciel avec la croix, et avec les stigmates ou cicatrices glorieuses de ses plaies, qu’elle lui a causées et qui seront éternellement les marques et les causes de notre réconciliation ! Quel éclat de cette croix et de ces cicatrices plus resplendissantes que le soleil ! Quelle majesté de voir JÉSUS-CHRIST élevé en gloire et en triomphe, victorieux de tous ses ennemis et des nôtres, qu’il a rangés sous la bannière de la croix, qui porte les dépouilles de ces mêmes ennemis comme autant de trophées érigés à la gloire du vainqueur ! Si la nécessité de la croix et de la souffrance lui a été indispensable pour entrer dans sa gloire, Nonne hæc oportuit pati Christum, et ita intrare in gloriam suam, Luc, c. 24, v. 26, faut-il s’étonner, que nous autres pauvres vermisseaux pécheurs devions aussi passer par la croix, comme par la porte étroite qui mène à la vie éternelle ? Ô croix victorieuse et triomphante, quelles merveilles n’opères-tu point !

VIII. JÉSUS est élevé par la croix jusqu’à la droite de son Père : la droite du Père éternel est la vertu la plus intime de la toute-puissance aiguë du feu, qui le fait appeler un feu consumant, qui habite une lumière inaccessible de feu : cette puissance aiguë et consumante est adoucie et pacifiée par l’eau, le sang et l’esprit du sacré Triangle d’abaissement et d’humiliation sous la croix ; et de-là s’engendre l’amour, la mansuétude, la lumière vive et douce, supportable aux créatures. Voilà où et comment JÉSUS-CHRIST intercède pour nous, que l’Agneau sans tache est continuellement et sera toujours immolé au Père éternel pour apaiser et éteindre son feu consumant. JÉSUS est donc assis à la droite de son Père ; ce qui marque la royauté et son empire, d’où il domine sur toute créature, quelque soit d’ailleurs le nom qu’elle porte, en Prince souverain et Maître absolu : car tout est soumis à la victoire et au triomphe de la croix, soit spirituel, soit corporel ; soit en-haut, soit en-bas ; soit visible ou invisible, homme ou ange, déchu ou constant dans son innocence. Écoutons-en le témoignage de St. Paul, Eph. c. I, v. 15-23. Le Père a ressuscité JÉSUS-CHRIST de la mort et l’a placé à sa droite dans le ciel au-dessus de toute principauté, puissance, vertu et domination, et au-dessus de tout ce qui peut le nommer, non seulement dans ce monde, mais aussi dans le monde à venir, 1 Pierre, c. 3, v. 21, 22, rend le même témoignage à l’élévation de la croix de JÉSUS que St. Paul son confrère et participant de la même croix que lui : Il est monté, dit-il, au ciel où il s’est assis à la droite de Dieu ; et toutes les puissances et vertus lui sont soumises 80. Si le Père éternel lui a mis tout sous ses pieds, il n’y a rien d’excepté qui ne lui soit soumis, Hébr. c. 2, v. 8. Écoutez, hommes revêches, qui n’êtes pas encore soumis à l’obéissance fous la croix de JÉSUS : il faut en venir là une fois, tôt, ou tard, non point par fatalité ni par enchantement, mais par un sentiment très-vif, très-piquant et très-humiliant de soumission et d’obéissance à ce vainqueur qui saura amollir nos duretés et plier nos inflexibilités par la vertu de son sang : tout doit lui être soumis : si nous ne voyons point encore que tout lui soit déjà présentement assujetti, Hébr. c. i, v. 2-13, il doit pourtant régner avec le sceptre de sa croix jusqu’à ce qu’il ait réduit tous ses ennemis sous ses pieds par la force et la vertu victorieuse de cette même croix, dont le dernier ennemi à détruire sera la mort seconde, 1 Cor. c. 15, v. 25 ; car si c’était la mort première, ce ne serait point le dernier ennemi.

IX. Celui qui a combattu et vaincu par la croix règne aussi par la croix, qui est au-dessus de la couronne royale. Or, JÉSUS n’a point seulement combattu et vaincu ses ennemis visibles par la croix, comme étaient entre les Juifs Hérode le renard, les pontifes et les docteurs de la loi, conducteurs aveugles, les anciens et Pharisiens hypocrites, et tout le peuple mutiné contre Lui, comme des engeances de vipères ; et entre les païens, Pilate, toute sa cour et ses soldats ; mais aussi ceux qui lui avaient été et seront rebelles depuis le commencement du monde jusqu’à sa fin ; car s’il est le premier et le commencement de tout, il en sera aussi le dernier et la fin. Pour cela St. Paul, Éph. c. 4, v. 9, 10, dit qu’il est descendu dans les lieux les plus bas et les plus profonds de la terre pour subjuguer, dompter et réduire à l’obéissance et à la soumission tout ce qu’il y avait de puissance rebelle et d’inimitié outrée dans leur révolte. Mais celui, continue le même apôtre, qui est descendu en-bas, c’est celui-là même qui est monté par-dessus tous les cieux afin qu’il remplisse tout. Quelle expression admirable de l’apôtre pour marquer que rien n’échappe au souverain domaine de la croix triomphante de JÉSUS ! Le même apôtre ne peut assez exprimer la plénitude de JÉSUS-CHRIST : il s’épuise pour trouver quelques paroles assez énergiques et dignes de ce sujet immense dans sa hauteur, dans sa profondeur, dans sa largeur et dans sa longueur. Aux Éph. c. 1, v. 19, 20, il parle avec emphase de la grandeur suréminente de sa force et de l’opération de sa vertu ; des richesses surabondantes de son héritage glorieux ; et enfin au v. 22 et 23 il finit en disant que Dieu l’a établi comme Chef de son Église, au-dessus de tout, laquelle Église est son corps, savoir la plénitude de celui qui remplit tout en tout : c’est-à-dire, pour donner un peu d’interprétation très-bien suivie pourtant, au sens très-étendu de l’apôtre, que JÉSUS-CHRIST n’est pas seulement le Chef de son Église, mais qu’il et la plénitude plénissime de toute chose en toute chose, qu’il contient et remplit tout ; qu’il opère tout en tous, qu’il donne le vouloir et le pouvoir, et que ni action, ni parole, ni pensée ne peuvent être opérées sans et hors de sa plénitude très-surabondante, très-surécoutante et regorgeante, pour me servir de termes peu usités. Cela passe toute expression. Ainsi, JÉSUS, présent à tout, remplissant tout, pénétrant tout, au-dessus, au-dessous, au-travers et dans tout opérant le tout en tous, principalement dans ses membres et porte-croix, pour la vie spirituelle et éternelle, leur communique ses grâces et ses dons par son Esprit, savoir une foi vive, une charité ardente, une espérance ferme, une piété fervente, des pensées salutaires, des soupirs amoureux, une invocation fréquente, une patience persévérante, une crainte filiale, une joie cordiale, la victoire glorieuse, la paix constante, la consolation lumineuse, la sagesse instruisante, la doctrine sainte, la probité des mœurs, la sainteté de la vie, enfin la couronne de gloire.

X. Car JÉSUS-CHRIST n’est point monté au ciel pour lui seul ; nous sommes son bien et son héritage ; l’ouvrage de ses mains et les objets de son amour miséricordieux : il a élevé avec lui notre humanité, qui le fait souvenir continuellement de notre état misérable pendant notre exil, des fiers et nombreux ennemis qui nous attaquent, de notre fragilité et corruption, qui nous abattent vers la terre. Pour cela étant élevé à la droite de Dieu, dit St. Pierre, Actes, c. 2, v. 33, il reçut de son Père la promesse du Saint-Esprit, qu’il répandit sur ses apôtres et qu’il répand encore aujourd’hui comme une douce rosée sur les uns et comme des langues de feu sur d’autres cœurs et esprits de ces fidèles, à chacun selon son besoin. Ainsi, en montant au ciel, il éleva et mena avec lui la captivité captive et donna des présents aux hommes, Eph. c. 4, v. 8 ; qu’il distribue encore journalièrement aux âmes bien disposées par sa croix, hors de sa plénitude surabondante ; ayant été fait pour nous sagesse, justice, sanctification, et rédemption, 1 Cor. c. 1, v. 30, 31.

XI. Pour donner une image encore plus sensible de la gloire et du triomphe de la croix de JÉSUS, quoique toute image en soit grossière, comme nous sommes sous le poids d’une chair mortelle qui appesantit l’esprit, voici quelque vue qui pourra aider nos faiblesses dans ce sujet si élevé au-dessus de tout entendement. Nous avons remarqué ailleurs, et c’est une vérité constante auprès de nous, que le soleil n’est qu’un petit point ouvert au firmament, à l’égard de l’immensité du cercle, qui est d’une si vaste étendue que l’astronomie n’a pu encore déterminer jusqu’à cette heure la distance qu’il y a entre deux étoiles qui y sont attachées, quoiqu’elles paraissent à nos yeux presque se toucher. Par ce point ouvert se communique la lumière intérieure du monde divin et angélique dans ce monde extérieur, sans laquelle il ne serait qu’une espèce d’enfer. Nonobstant la très-grande distance de la terre au soleil, la chaleur du soleil est pourtant quelquefois si pénétrante, quand ce point ouvert darde ses rayons en plein midi, en été, que nos pauvres corps en languissent et que la terre altérée s’ouvre pour marquer sa soif. Or, quoique le soleil ne soit qu’un point de lumière, les rayons néanmoins étant concentrés par un miroir ardent brûlent et consument toute matière combustible et fondent toute autre fusible. Si toute la terre était couverte de miroirs ardents, je vous donne à penser quelle action ils exerceraient sur la terre. Mais si tout le firmament était ouvert partout comme il l’est au point du soleil, tout le firmament serait un pur soleil dont la terre ne pourrait supporter pendant une seule heure la chaleur ardente et l’éclat lumineux et perçant sans être fondue : car comme vous voyez, le firmament dans cette supposition étant tout soleil, il brûlerait et fondrait infiniment plus vite et avec plus de vivacité et de pénétration que ne ferait le soleil, qui n’en est qu’un petit point, dont les rayons concentrés agissent pourtant avec tant de force sur des corps durs et compacts comme sont les métalliques. Or, le soleil n’étant qu’un point de lumière, qui éclaire pourtant toute la vaste machine de ce grand monde extérieur, depuis le haut jusqu’en bas, je vous laisse conclure vous-même ce que c’est que le monde divin et angélique, dont l’homme Dieu, le Crucifié avec sa croix, est la lumière, source de toute lumière et de tous les corps lumineux, la splendeur et la candeur de la lumière éternelle, dont il fait reluire cette petite étincelle, par l’ouverture du point solaire au firmament : JÉSUS-CHRIST l’homme-Dieu n’est qu’un pur soleil immense, la fontaine intarissable de toute lumière dans le ciel et sur la terre. Quand il laissera une fois agir sa lumière en plein midi, pour créer un nouveau ciel et une nouvelle terre hors des vieux, ces vieux ciel et terre couleront et fondront, se renouvelleront et se clarifieront plus vite que la cire ne fond au soleil ardent. Cette lumière est l’élément saint, ou la sacrée corporalité de JÉSUS-CHRIST, dans laquelle habite la plénitude de la Divinité. Le soleil que nous voyons n’est qu’une image de cette lumière. Cette vue mène notre imagination bien loin ; et c’est assez pour notre faiblesse. C’est à cet éclat de lumière que JÉSUS-CHRIST a élevé notre humanité par la croix. Oh splendeur de gloire ! Oh éclat de majesté ! Oh quelle étendue de la vertu du sang de JÉSUS par la croix, qui ne cessera point de se répandre jusqu’à ce qu’il ait tout réconcilié et pacifié !

XII. Nous pourrions encore ajouter à ce grand point de vue et de lumière quelques visions mystérieuses de l’Écriture sainte : La Ire se trouve conformément à notre propos dans Ézéch. c. 1, v. 4, où il est marqué que ce prophète entendit et vit venir de minuit un vent impétueux avec une grosse nuée pleine de feu qui resplendissait de tous côtés : et au milieu du feu il y avait comme une espèce d’ambre blanc, que la Vulgate appelle species electri et les Hébreux Hasmal 81 ; c’est-à-dire le plus clair et le plus lumineux dans l’éclair du feu, ou un feu mêlé d’une eau très-claire et resplendissante, ou une mer cristalline participant de feu et d’eau spirituels, comme St. Jean l’appelle, Apoc. c. 4, v. 6. Il sortait du trône, dit-il, des éclairs, des tonnerres et des voix, v. 5, et devant le trône était une mer de verre comme un cristal. Tant qu’il y aura éclairs bruyants et tonnerres grondants, la justice de Dieu n’est pas encore satisfaite : mais quand l’eau douce, mansuète, lumineuse du caractère de JÉSUS Tau  aura pénétré et pacifié la colère du feu consumant tout partout où elle se trouvera, pour lors la  glorieuse et triomphante aura consommé toute sa victoire complète, comme nous allons en dire quelque peu de chose pour achever ce petit traité.

XIII. Il sera bon de faire ressouvenir ici, mon cher Théophile, de ce que nous avons dit au chap. V. § 3 du Mystère de la Croix, dont les quatre angles font un cercle parfait ou globe qui est pénétré, soutenu, illuminé d’outre-en-outre par les écoulements lumineux de la croix, comme il le sera un jour quand la lumière de la croix aura chassé toutes les ténèbres par les éclairs doux et pacifiants du sacré signacle ou sceau de Dieu, qui est l’image du Verbe incarné, Apoc. c. 7, v. 2, marqué par la croix, ou Tau  dont les enfants de Dieu doivent être tous scellés : car ce sacré Triangle, qui par son humble mansuétude baisse sa pointe par en-bas, contient en soi les trois témoins sur la terre, savoir l’eau, le sang et l’esprit, que le Verbe éternel a pris dans lui pour manifester les merveilles du triangle de feu , qui marque les trois témoins dans le ciel, le Père, le Verbe, et le Saint-Esprit, dont la pointe pyramidale monte en-haut. Or, le Verbe ayant réuni par son incarnation les trois témoins du ciel avec les trois témoins de la terre, les trois célestes n’étant qu’Un sont aussi devenus Un avec les trois terrestres par l’union hypostatique de la Divinité dans le Verbe avec l’humanité de l’homme, quand le Verbe s’est fait chair. Où nous voyons la réconciliation et la pacification du sacré ternaire céleste par le ternaire terrestre ; de sorte que nous disons avec vérité que le triangle de feu est devenu eau, sang et esprit dans la croix de JÉSUS, lequel, s’étant abaissé et humilié jusqu’à la mort de la croix, a réuni dans lui toute la nature déchue qu’il a prise dans lui, et a apaisé et éteint par sa croix le feu consumant de la colère. Lequel même a porté nos péchés en son corps sur le bois, 1 Pierre, c. 2, v. 24 ; Il a porté nos langueurs et il s’est chargé de nos douleurs, Ésa. c. 53, v. 4 ; car c’est Lui qui est la victime de propitiation pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux de tout le monde, 1 Jean, c. 2, v. 2 ; Ainsi son sang nous purifie de tout péché, 1 Jean, c. I, v. 7 ; étant le Dieu vivant, le Sauveur de tous les hommes et principalement des fidèles, 1 Tim. c. 4, v. 10 ; à cause que les croyants seront les premiers ressuscités à vie et les plus favorisés.

XIV. JÉSUS-CHRIST a exprimé lui-même le grand mystère de sa croix par ces paroles, Jean, c. 16, v. 28, Je suis issu du Père, et je suis venu au monde ; et encore je laisse le monde, et je m’en vais au Père. Ces paroles si simples et tout-à-fait divines nous marquent le haut d’où il est sorti, et d’où il a apporté l’élément saint, la sacrée humanité, ou corporalité divine, pour l’introduire dans notre humanité et y faire revivre l’image de Dieu, qui y était morte : elles nous marquent aussi le bas ou l’état d’abaissement du Verbe incarné, par sa venue dans ce monde, sous la forme et figure d’un vil serviteur et sous la croix humiliante : après y avoir achevé ce grand œuvre de la rédemption éternelle que sa sagesse charitable a trouvée dans ses ressorts, il quitte de nouveau le monde pour retourner victorieux et glorieux à son Père, après avoir vaincu tous ses ennemis et parachevé l’œuvre que son Père lui avait ordonnée. Voilà la grande croisade du ciel en terre, de l’Esprit dans la chair, de l’éternité dans le temps, de la vie à la mort, et de la mort à la vie. Par cette descente et ascension il a rempli et réuni toutes les circonférences au centre, au point fixe qu’il est lui-même : le mot Latin CenTrum, dans lequel il y a sept lettres, dont celle du milieu, comme la base ou le point, étant le Tau, ou le sceau sacré, donnera peut-être matière à quelqu’un d’y faire réflexion. JÉSUS-CHRIST donc dans cette grande croisade s’est rendu le Maître absolu de tout universellement, par la victoire de sa croix : il comprend tout en lui, ayant réuni tout en lui comme centre de toutes choses. Tous les droits de création, de rédemption, de sanctification, de glorification lui sont acquis parce qu’il a créé tout ce qui n’était pas ; il a retrouvé ce qui était perdu, redressé ce qui était déchu, racheté ce qui était vendu esclave : il s’est fait tout à tous, il fait et fera tout en tous, jusqu’à ce que tous rentrent dans son Tout : car il est l’héritier universel, quem constituit heredem universorum, Hébr. c. 1, v. 2 : nous sommes son héritage ; nous ne nous appartenons pas à nous-mêmes, parce que nous sommes rachetés par le prix de son sang précieux : Et non estis vestri ? Empti enim estis pretio magno. 1 Cor. c. 6, v. 19, 20.

XV. Étant par conséquent établi l’héritier universel, heres ex asse, par toute sorte de droits, toutes les créatures de quelque nature, ordre, hauteur, bassesse, noblesse, ou roture qu’elles soient, présentes, passées, futures, constantes dans la justice originelle ou déchues, soit angéliques, soit humaines, Lui appartiennent ; car comme elles ne peuvent exister hors de sa plénitude, qui remplit tout, aussi ne peuvent-elles subsister sans sa surabondance, qui fournit à tout. Il est le Fils de Dieu ; il est le Fils de l’homme : il est descendu, il est remonté : dans sa descente, Dieu était dans Lui réconciliant le monde avec lui-même, 2 Cor. c. 5, v. 18, 19 : il plut au Père éternel que toute plénitude habitât dans lui et que tout fût réconcilié par lui en lui-même, soit dans le ciel, soit sur la terre, et qu’il fît la paix par son sang sur sa croix, par lui-même, Col. c. 1, v. 19, 20. En remontant de bas en haut, il est pour tous ; et toutes choses sont affermies dans Lui, ibid. v. 17 : il est notre Avocat, notre Grand Prêtre, notre Prophète, notre Roy, notre Médiateur, notre Autel, notre Victime, dont le sang parle plus efficacement que celui d’Abel.

XVI. Comme il a donc l’empire sur toutes les puissances de quelque nature qu’elles soient ; et étant constitué sur tous les ouvrages de ses propres mains, qui ont tout créé, il a de l’amour et de la compassion pour l’ouvrage de ses mains, qu’il n’abandonnera point jusqu’à ce qu’il l’ait délivré et retiré un jour de sa chute et de sa corruption, qui en est la suite. Ainsi, après que nous autres pauvres pécheurs aurons reçu le loyer de nos iniquités, ou dans ce monde par une sérieuse pénitence, ou dans l’autre dans les cachots cruels des ténèbres extérieures, et que nous aurons payé jusqu’au dernier denier, avec peine et angoisse inexplicables, JÉSUS-CHRIST, s’étant montré comme un lion rugissant après la proie, ôtera ce masque redoutable et se montrera enfin comme il est, c’est-à-dire comme l’Agneau de Dieu qui efface les péchés du monde ; nous visitera de nouveau en grâce, étant amollis, rendus souples et soumis par la croix affligeante ; et par la vertu de sa croix victorieuse et glorieuse, et du sang de son alliance et Testament éternels, il fera sortir les garrottés en espérance hors de la fosse où il n’y a point d’eau, Zach. c. 9, v. 11, Tu quoque in sanguine tui testamenti tui emisisti vinctos tuos de lacu, in quo non est aqua. Parce que c’est l’étang de feu et de soufre ardent ; et il continuera cet ouvrage miséricordieux de grâce et de rédemption éternelles pendant les éternités marquées par le nombre septénaire, ou sept fois sept, Lév. c. 25, v. 8, jusqu’à ce que tout ce qui était perdu soit retrouvé, tout ce qui était corrompu soit renouvelé, toutes les ouailles égarées soient ramenées au bercail pour ne faire qu’un troupeau sous un même Pasteur : car c’est là le but de la création, la fin de la rédemption et l’accomplissement parfait et tout entier des Saintes Écritures, qui sont pleines de ces témoignages. Voilà le grand jubilé, dont celui de l’Ancien Testament, Lév. c. 25, n’était qu’une légère figure : car tout leur arrivait en figures, dit l’apôtre, 1 Cor. c. 10, v. 11, comme des ombres des choses futures : oui, voilà la grande et universelle jubilation du dernier Jubilé universalissime ; la dernière et finale victoire glorieuse de la croix triomphante de JÉSUS, par laquelle enfin le dernier ennemi, qui est la mort seconde, sera détruit et aboli, 1 Cor. c. 15, v. 26 ; parce que cet ennemi n’est point une créature de Dieu, mais s’est glissé dans le monde par l’envie et par la malice du diable, Sap. c. 2, v. 24. Voilà le dernier et universel consummatum est, tout est consommé par la vertu de la croix triomphante 82.

XVII. De cette petite déduction faite jusqu’ici du mystère de la croix, nous voyons le conseil, le dessein et le but de l’amour éternel, qui s’est revêtu de notre chair mortelle, pour manifester les trésors infinis de sa force, de sa vertu, de sa bonté envers ses pauvres créatures déchues de leur état primordial de justice et d’innocence. De là nous devons rester convaincus de la vérité mystérieuse du témoignage que Dieu se rend à lui-même, que nous avons cité au commencement de ce petit traité, et que nous avons déduit selon nos faiblesses, savoir qu’il est l’Alpha et l’Omega, le premier et le dernier : le principe duquel tout est sorti, la fin où tout rentrera, par la croix de JÉSUS-CHRIST premier-né de toute créature, s’étant porté dans un commencement pour donner commencement d’être à toute créature par la création ; et, s’étant manifesté dans notre humanité pour la rendre participante de sa grâce et de sa gloire par la rédemption, demeurant toujours, dans tous ses états différents, le Fils unique, éternel, consubstantiel du Père, dont il est engendré avant tous les siècles hors de l’abîme de l’éternité, ainsi l’Alpha atteindra l’Omega ; le commencement atteindra la fin et la fin sera ramenée dans le commencement : toute malice, corruption, diablerie, contrariété, et tout péché, la mort enfin et l’enfer seront absorbés dans la victoire de JÉSUS-CHRIST, qui est le premier et le dernier. Après cette pleine et entière victoire de la croix glorieuse, réconciliante, JÉSUS-CHRIST remettra le royaume universel pacifié par son sang répandu sur la croix entre les mains de son Père ; afin que Dieu le Père soit, avec le Fils et le Saint Esprit, Tout en Tous, 1 Cor. c. 15, v. 28. Amen. Hallelujah ! Hallelujah ! Hallelujah !

 

 

            Sedibus a superis imas descendit ad oras

                Crux benedicta Polo, Crux maledicta Solo.

            Sedibus abs imis superas conscendit ad oras

                Crux inimicorum mors, hominumque salus,

            Salve Crux, domitrix Erebi, de morte triumphans !

                Te potius Lucem, quam celebrabo Crucem !

            Aut mihi semper eris Crux lucida : pendulus in te

                Dum patitur Christus, Lux crucifixa mihi es,

            A terris exaltatus trahit omnia Christus

                Ad se : Quid vinctos nos levis aura tenet ?

            Vincula rumpimini ; atque patescite claustra : catenæ

                Solvimini : vester cum Cruce victor adest.

            Crux spoliis onerata subit, decorata tropæis :

                Io triumphe ! Cruci turba redemta canat !

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION.

 

VOILÀ enfin, mon cher Théophile, mes pensées sur le très-profond mystère de la croix, que vous avez souhaitées de moi, et que le Seigneur m’a donné grâce et force de traiter d’une manière peut-être fort peu connue : s’il y a quelque chose de bon dedans, il vient de la fontaine intarissable de la vie et de la lumière, sans laquelle nous ne sommes que faiblesse et ignorance : ce qu’il pourrait y avoir de mauvais vient assurément de moi, et d’une raison, qui n’est peut-être point encore assez rangée sous les lois et sous le joug de la croix et de la grâce. J’aurais pu faire le volume plus gros ; mais les lecteurs se dégoûtent trop aisément des ouvrages de longue haleine, qui les empêchent de respirer : outre qu’on peut dire beaucoup en peu de mots. Si j’ai dit peu de choses en beaucoup de paroles, vous aurez quelque indulgence pour l’état dans lequel je me trouve ; et votre ennui sera bientôt passé, à cause de la petitesse du volume.

Comme vous y aurez peut-être trouvé quelques endroits qui ne sont point assez déduits ni éclaircis, vous y suppléerez par la pénétration de votre jugement, et par une méditation et lecture réitérées : car il y a de certaines choses qui ne se laissent point éclaircir à fond, à cause qu’on ne connaît point tous ses lecteurs ; de peur qu’on ne jette les perles devant les animaux immondes, et qu’on n’en soit foulé aux pieds.

Vous y aurez découvert que la croix a été de tout temps, de tout âge, de tout état, et que c’est en vain qu’on veut la fuir ; car elle accompagne assurément toute notre vie, à moins que notre esprit n’ait perdu toute lumière par ses éblouissements et notre cœur tout sentiment par son endurcissement : de quoi le Seigneur nous veuille préserver par sa grâce.

Il ne nous reste qu’à nous soumettre à la croix, la recevoir comme un gage d’amour de la main de Dieu, et de la supporter patiemment à l’imitation du grand exemplaire qui nous a été montré sur la montagne de Calvaire, et que nous avons tâché de découvrir dans sa croix humiliante, par laquelle il a acquis la triomphante, avec une pleine victoire sur tous ses ennemis et sur les nôtres.

Que si la puissance des ténèbres vient à avoir le dessus sur nous par la dernière croix qui, terminant une vie courte, nous ouvre la porte à l’éternelle, soit par maladie ou par quelque autre accident qui n’arrive jamais au hasard, le tout étant prévu et ordonné d’une main très-sage et très-puissante, pour lors il faut nous envelopper dans le manteau de la patience et de l’abandon parfait, à l’exemple de JÉSUS, l’Agneau débonnaire, obéissant et humilié jusqu’à la mort de la croix, et attendre le dernier coup de la main du grand sacrificateur, qui fait nous immoler par la mort temporelle, dans l’état et dans le temps qui nous sont les plus salutaires, pour achever notre purification dans les endroits qui nous seront convenables, hors des grands dangers de cette vie et hors des occasions du péché, pour nous conduire après aux pâturages célestes.

C’est dans ce dernier combat qu’il faut ranimer toutes les forces de la foi, rallumer le feu de notre charité envers Dieu, nous soumettre avec obéissance et humilité à cette dernière croix de cette vie ; nous unir fortement à l’esprit de JÉSUS en croix ; recommander notre esprit dans le sien, seul vivificateur des morts, pour mourir de la mort des justes avec JÉSUS crucifié, dans l’accomplissement de la volonté de son Père, qui l’ordonne ainsi pour nous faire rentrer dans le principe, qui a rendu ce témoignage de lui-même, avec lequel nous avons commencé et avec lequel nous finissons ce petit essai : Je suis le premier et le dernier ; je suis l’Alpha et l’Omega ; je suis le commencement et la

 

 

F I N.

 

 

            Crux manifestavit Triadis magnale, creando :

                Sed redimendo, hominum cum Cruce parta salus :

            In cœlo et terra Crucis almæ signifier, orbem

                Christus utrumque replet, Christus utrumque beat.

            Nam qui Principium rebus fuit ante creandis :

                Idem instaurandis denique Finis erit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HORTULUS SACER

 

VARII

 

FLORIS, COLORIS, ODORIS.

 

 

 

 

_______

 

E SPINIS DECERPE ROSAM.

_______

 

 

 

 

 

 

H O R T U L U S  S A C E R

 

VARII

 

FLORIS, COLORIS, ODORIS ;

 

 

                 Quo animus salit

                 A terrenis ad Cœlestia,

                 A corporeis ad Spiritualia.

 

______________

 

 

 

 

                             Ad Lecturum.

 

HÆC mea metra legens, tuleris si frigidulum cor :

    Cordi frigebunt hæc mea metra tuo.

Si vero cor amans : ardebis, ab igne calebis,

    Quo mea musa calet, quo meus ardet Amor.

 

 

 

                                         I.

 

                              Avis in Cavea.

 

Curat avem in cavea Dominus ; Dominique vicissim

    In cavea curat, donaque cantat avis.

 

 

 

                                       II.

 

                        Lapis Transmutans.

 

Ad Lapidem Solis, me ducis, virgo Sophia :

    Si cum discipulis ludere nempe soles :

Exquirant alii Lapidem pro more Sophorum :

    Tu mihi Lunificus, Solificusque Lapis.

Cœlestis caro, Lunificus ; Sanguisque Sophia

    Solificus Lapis est : candidus atque ruber.

In vitam, mortem mutas : in gaudia, luctus :

    In lucem, tenebras : in bona, cuncta mala :

Et bellum in pacem ; pensasque quiete laborem,

    Lætitia, planctum. Mirus ab igne Lapis !

 

 

 

                                    III.

 

                        Christus Renascens.

 

Christe, tuum celebrabo decus, magnalia, laudes :

    Virtutisque colam gesta benigna tuæ.

Ecce ! Draco jacet exanimis ! de morte triumphas :

    Hostilesque cadunt, ad tua sceptra, minæ :

Coguntur Lemures patrias remeare sub umbras :

    Quando tuæ Lucis facta favilla caro est.

Incorruptibili de semine natus, Amoris

    Filius, in vili vult habitare casa.

Ingredere, o potior nostris amplexibus Hospes !

    Me refove flammis, Soter amice, tuis !

Cor liquefac, animam renova, mentemque repurga :

    Ut de me valeas dicere : Plasma novum !

Plasma novum virtute tua, de morte resurgens

    Ad vitam : superum munere, Plasma novum !

O Amor, illicitos preme sacris ignibus ignes !

    Ardeat ut puro nostra favilla foco !

Me rape : me Tibi fac proprium, jurisque paterni !

    Juribus ecce ! tuis jura resigno mea.

Simplifica me, castifica me, sanctifica me :

    Te probitas, candor, simplicitasque decent.

Nullus amans ab amore tuo me separet unquam :

    Sancta fides et Amor vincula nostra ligent.

Sim tuus, esto meus ! Tibi me do, dedico, subdo :

    Te mihi das pariter : sum tuus, esque meus.

 

 

 

                                     IV.

 

                    Columba ad Columbum.

 

Ne grave sit questus miseros audire Columbæ !

    Te sine, casta gemit ! Te sine, mœsta perit!

 

 

 

                                      V.

 

              Stupenda Dei in Christo Dilectio.

 

Est Christus cor mite Patris, miseratio pura :

    Est mera divini cordis abyssus, Amor.

Est mera pax, aqua viva, salus, clementia, virtus,

    Gratia ; ad æternum duxque comesque Patrem.

Ut suprema imis conjungeret, alta profundis ;

    Venit ad ima hominis viscera, factus homo.

Invictus se vincit Amor ; liberque ligatur ;

    Victor vincitur : vita in eo moritur.

O crudelis Amor, nimium Te sævus in ipsum !

    Abstine ab innocuo sanguine ! plecte reum.

Tot noxis penitus per mundos mille lavandis,

    Sanguinis una sat est guttula : parce tibi.

Non parcit : fluit ecce cruor ! fluit undique ; donec

    Tota fit a toto crimine lota cohors.

O magnale altum, latum, longum atque profundum !

    Prodigio obruitur mens stupefacta tuo !

Tu Lux plena ! Salus supereflua ! vita perennis !

    In cor lene tuum, cor grave merge meum !

Agne Dei semper moriens, ac hostia perpes !

    Semper et irato victima sacra Patri !

Fac in morte tua, mea vita fit hostia tecum

    Semper et æterno sacrificata Patri !

Fons ! avidis aperire animis ! satiabimur : in Te

    Tota salus hominum, gloria tota patet !

 

 

 

                                    VI.

 

                            Nihil Nostrum.

 

Cuncta quid usurpas ? mea sunt, hoc, inquis, et illud !

    O Homo ! Si tua sint cunta : quid ergo Dei est ?

 

 

 

                                    VII.

 

                Sacrum Amoris Osculum. ECHO.

 

            Osculetur me osculo oris fui. Cant. c. 1, v. 1.

 

Quæ nova vox auras et nostras percutit aures ?

    Res. Quis et in nostro pectore clamor ? Amor.

Tortor amicus Amor, parvaque ab origine magnus.

    Agnus. Dulce melos ! Os. Ab Amore ? Moræ.

Rumpe moras. Oras ? Te toto corde precor. Cor.

    Cor Tibi devotum nonne beabis ? Abis ?

Consumor curis. Uris. Non uro, sed uror

    Dimidiis verbis. Bis. Male ludis, Amor :

Nec bene respondes. Spondes. Spondebo fidem. Idem.

    Sacra fides ! Tandem Tu misereris. Eris.

Tunc contentus ero : Si des mihi pignus Amoris.

    Oris. Ab ore tuo pendeo pronus. Onus.

Dulce jugum ! leve onus ! Sileo, nihil amplius optans :

    Pendeo ab ore tuo : basia mille cape.

 

 

 

                                  VIII.

 

                             Nihil Perit.

 

O stupor ! exusto ligni de stipite fit Sal :

    Ex sale purgato, spiritualis aqua.

Igne coquantur aquæ, sal fiet, abinde renatum :

    Quod medicam ægrotis suppeditabit opem.

Immortalis inest salibus vis : Arte probatur,

    Quod salis, arcanæ quid Deitatis, habent.

Cunctarum finis rerum, cinis esse videtur,

    Sed cineris finis, dicitur esse vitrum.

Hoc facit Ars : quid non Naturæ, Artisque Creator ?

    Hoc abjecta dedit terra : quid Astra dabunt ?

 

 

 

                                     IX.

 

                  Amor Omnium Restitutor.

 

Cui potior virtus debetur, gloria major,

    Christo, an Serpenti ? Solve : sequela patet.

Omnia si potuit Serpens occidere : Christi

    Omnia non poterit vivificare cruor ?

Fortior Inferno Dilectio : fortior ira

    Est Amor : æternus fortior igne latex.

Lux tenebras et vita necem premet. Omnia tandem

    Mortificabit Amor, vivificabit Amor.

 

 

 

                                      X.

 

        De eadem Restitutione : Leo et Agnus.

 

Qui facis, atque doces inimicis parcere, eorum

    Inscitiam excusans, proque salute precans :

Et maledicenti mandas benedicere : nunquid

    Semper in infensum sæviet ira Gregem ?

Ut Leo dura quidem duces armenta per ignem

    Et per aquam, donec mollia, para sient.

Tandem ex bobus oves sient, ex tygribus Agni ;

    Ut pascas humiles, mitis ut Agnus, oves.

 

 

 

                                     XI.

 

                            Amor Venator.

 

Pronus ad aucupium, casses et retia mittens,

    Scis animas miris illaqueare modis.

Te labor invitat ; nec terret carceris horror :

    Vincla nec impediunt ferrea Amoris opus.

Tende arcum : pharetram refera : deprome sagittam :

    Si scopus absuerit, cor jaculare meum.

Omnia prædator : Vulpecula nulla supersit 83,

    Qua vastata diu vinea nostra fuit.

O me felicem, cœlesti forte beandum !

    Si siam laqueis præda minuta tuis !

Captus amore tui, fiam captivus Amoris :

    Ut tu prædo mihi, sic ego præda tibi.

 

 

 

                                    XII.

 

                        Amor Cambiator.

 

Nil scio, nil possum, nil sum, nisi nominis umbra :

    Omnia Tu nosti, Tu potes, esque simul.

Mi parvum et pravum ; magnum, sanctumque Tibi cor :

    Est mihi velle malum, sed Tibi velle bonum.

Si Te non deterret inops ad cambia fœnus :

    Accipe velle meum, da mihi velle tuum.

Quod Tibi trado, tuum est : Tu, quod superefluit a Te

    Dans, nihil amittis ; sed mihi grande Lucrum est.

Dum Tibi me trado totum, nihil accipis : ast dum

    Te mihi das, summum fis mihi, dasque Bonum.

Mutua si siant hæc cambia ; utrimque flagrabit

    Cor tuum amore meo, cor meum amore tuo.

A Te fœnus erit felicis gloria vitæ :

    A me fœnus erit laudis Iota tuæ.

 

 

 

                                   XIII.

 

                        Philomela. Amor.

 

Zinzilulent aliæ volucres sua carmina : cantas

Unica mellitum, tu Philomela, melos.

Affectus reliqui jactent sua munis : cunctos

Omnia perdurans sæcula vincit Amor.

 

 

                                   XIV.

 

                     Amor alatus. Navis.

 

Ut rapido vehitur cursu, celerique volatu,

    Quam merito possis dicere, navis, avis !

Mens desideriis adeo properantibus ardet ;

    Quam vehit ad Superos ala volucris, Amor.

 

 

 

                                    XV.

 

                      Per Ignem, ad Lucem.

 

Non alia ad lucem ducit via : Perge per ignem,

    Quo te ducit Amans : hoc duce, tutus eris.

Nam Lucis pater est ignis : sed quidquid in igne

    Deperdes, ingens hoc reputato lucrum.

 

 

 

                                    XVI.

 

              Animæ cum Sophia Conjugium.

 

Sponsa ministrat aquas e Cœlo : Sponsus at ignes

    E fundo profert, dum pius ardet Amor.

Ignis aquæ junctus creat ex hoc semine lucem :

    Hinc mas virgineus, mascula virgo cluit.

 

 

                                   XVII.

 

Per Infamiam et Bonam Famam. 2 Cor. c. 6, v. 8.

 

Quid bona fama juvat, nisi sit tuus hospes IESUS ?

    Si tuus est hospes, quid mala fama nocet ?

Accusent, damnent, spernant, calcentque superbi :

    Me secus attollant grande supercilium !

Non moveor : mihi fama, decus, laus, gloria, nomen,

    Christus erit, femper IESUS erit.

 

 

 

                                  XVIII.

 

        Æternitas apprehensa, non comprehensa.

 

Deficit hic numerus, speculatio, mensio, motus :

    Omnia deficiunt : deficis ipse tibi.

Metire et numera : speculare, repinge, resinge :

    Te vertigo teret ; te rota tota premet.

Aeon Græcorum, Hebræorum deficit Olam !

    Mens frustra tantum mole capessit onus.

Si quid adhuc adversatur, luctatur, aberrat :

    Non est æternum : nempe quiete caret.

Quod quis adhuc quærit, sperat, petit, anxius optat ;

    Non est æternum : nam caret usque scopo.

Tota tibi perfecta simul possessio vitæ

    Æterna, Boëti, est : indiciumque probo.

Spiritus Harmoniæ æternus, reserator abyssi

    Æternæ, claves solus et unus habet.

Menti tranquillæ, erectæ super omnia, in imo

    Se se aperit ; quando lumen amoris adest.

Immensa est fine fine quies ; unum omnia semper :

    Unum individuum, continuumque Bonum.

Est mera libertas, mera pax, mera gaudia vitæ

    Luctus ubi nullus, luctaque nulla subit.

Dicitur, Agne, tui virtus expansa cruoris,

    Cuncta reconcilians, omnia pacificans.

Qui Te cumque sapit post luctum, pace silenti

    Perfruitur : saltem quod sapit, ille capit.

 

 

 

                                    XIX.

 

                        E Nobis in Deum.

 

Evacua tenebras, si vis a Luce repleri :

    Visne vacare Deo ? Mundi ab amore vaca.

De te despera, de Mundo, omnique creato :

    Sic manet in solum spes bene fixa Deum.

 

 

 

                                    XX.

 

                       Conscientia loquitur.

 

Ut se nemo fugit, nec me : sum cuique tribunal

    Numinis æterni testificata thronum.

Index ostendo, testisque accuso reatus ;

    Judicis et subeo, carnificisque vices.

Sape cito sequitur vindex pede terga reorum ;

    Viscera sed fodico, dinumeroque fibras,

In me si peccas, tua sum tibi sarcina : Per me

    Supplicio afficitur crimen ubique suo.

Indice me pudeat ; timeas me teste : reatus

    Judice me sequitur ; me feriente, dolor.

Consule me, te appende mihi : sum namque statera

    Judicis æterni testificata libram.