Peupliers d’avril

 

 

Je t’apporte mon problème,

Joli bosquet familier.

Tout aveugle de clarté,

Comme absoute de moi-même.

 

Allège la vérité

De l’appel qui me submerge

Et déferle vers la berge

Qu’un ange fleurit en moi.

 

Mes bons chênes, mes sapins,

Mes fiers peupliers d’avril,

Allumez vos feux de cierges.

 

Demandez là-haut pourquoi

Une âme étonnée et vierge

Se connaît mienne soudain

Et s’auréole d’exil.

 

 

 

Lucy ABRASSART, Le cri neuf et le don,

Éditions du C.E.L.F., 1961.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net