Résurrection

 

 

Le feu agile vole,

Et l’air subtil s’agite,

L’eau fluide s’écoule,

Stable reste la terre ;

Les corps légers s’élèvent

Les corps graves s’équilibrent ;

Tout est renouvelé.

 

Le gel de la mort se résout ;

Le prince du monde est renversé ;

Son empire, en nous,

Est détruit.

Pour avoir voulu posséder

Ce qui n’était pas de son règne

Il a perdu son propre droit.

 

Le renouveau du monde

Enfante des joies nouvelles ;

Le Seigneur ressuscitant

Tout avec lui ressuscite ;

Les éléments, ses serviteurs,

Sentent la grandeur de la fête

De celui qui les a créés.

 

Le ciel est plus serein,

La mer plus tranquille ;

L’air souffle plus léger.

Notre vallée fleurit ;

Les terres arides reverdissent

Les terres froides se réchauffent

À la tiédeur du printemps.

 

La vie triomphe de la mort,

Voici que l’homme récupère

Ce qu’il avait jadis perdu :

La joie du paradis.

L’Ange nous ouvre un chemin facile

En écartant de nous

(Ainsi que Dieu l’avait promis)

La prompte lame de son glaive.

 

 

 

ADAM DE SAINT-VICTOR,

Prose pour la résurrection du Seigneur, 1192.

 

Traduit du latin par P. H. Michel.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net