Sérénité

 

 

De ma sérénité tu voudrais le secret,

M’as-tu dit ; et savoir comment à mon visage

Jamais amour ou haine, espérance ou regret,

Ne jette une rougeur qui trahisse au passage

Les orages de l’âme et le bouillonnement

D’un sang fier qui s’indigne ou s’exalte ; et comment

Du repos de mon front, de ma calme présence,

De mon port, de mes yeux que l’on croirait sans pleurs,

De ma lente parole, ou bien de mon silence,

S’exhale une vertu qui charme les douleurs.

                         Et de ma sagesse

                         Ta folle jeunesse

                         Vantant le bienfait

                         Envie à mon âge

                         De longs jours d’orage

                         Le tardif effet.

                         « Ô ma chérie,

                         La secrète loi

                         D’une âme guérie ;

                         Enseignez-la-moi. »

                         C’est là ta prière

                         À mes cheveux blancs,

                         C’est le vœu sincère

                         De tes dix-huit ans.

                         Tu crains la tourmente,

                         Et, de ton destin,

                         Fille, sœur, amante,

                         Déjà t’épouvante

                         L’aube frémissante,

                         L’orageux matin.

                         Ton âme qu’agite

                         Le souffle des dieux,

                         Ton sein qui palpite,

                         L’éclair de tes yeux,

                         Et l’accord qui tremble

                         Sous tes doigts émus,

                         Et ta voix qui semble

                         De mots inconnus

                         Chercher le mystère,

                         Ô mon cher trésor !

                         Tout dit à ta mère

                         Que, dans son essor,

                         Déjà ton génie

                         Au mal s’est heurté,

                         Et que l’ironie,

                         L’amère ironie

                         Navre ta fierté.

Et je voudrais donner à ton âme inquiète

Un conseil, un exemple ; et, m’offrant pour appui,

Répandre dans ton sein cette vertu secrète

Par qui lui soit rendu le repos qui l’a fui.

Mais, en sondant, hélas ! et mon cœur et ma vie,

Je vois trop à quel prix le trouble m’est ôté,

Et d’où me vient la paix que ta jeunesse envie !...

Que Dieu te garde, enfant, de ma sérénité !

 

 

 

Marie-Catherine-Sophie de FLAVIGNY,

comtesse d'AGOULT.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net