Le paysan

 

 

Je t’aime, paysan, vigneron ou semeur,

Fils, amant et seigneur de la glèbe sacrée,

Ô Paysan, le plus auguste des penseurs,

Toi, le geste qui sème et le geste qui crée.

 

Ah ! si, de tes orgueils rendant vraiment l’écho,

Mes vers pouvaient rythmer ton solennel poème !...

Mais il faudrait du ciel, et non du papier blême,

Et des mottes de terre au lieu de pauvres mots !

 

Car les drames les plus sublimes, tous les rêves,

Sont, et moins émouvants, et moins grands, et moins beaux,

Que l’azur délicat où la lune se lève

Et que la scène où les astres sont tes flambeaux.

 

Jamais ne chanteront aux strophes des poètes

Les cantiques du vin ruisselant du pressoir ;

Et l’âme des maisons qui fument dans le soir

Échappera toujours à nos frustes palettes.

 

 

                                    *

                                 *     *

 

Je t’admire, colosse, en plein levant, debout !

La sève nourricière alimente tes veines.

Semblable à tes blés drus, tes genêts et tes chênes,

Il te faut des frissons de glèbe, jusqu’au bout !

 

Toi, tu as secoué le joug de la Pensée.

Quoi ! La vie aurait-elle encore des secrets

Lorsque ton fils est fort, ton cerveau sans regrets ;

Lorsque la plaine, au large, est toute ensemencée ?

 

Ainsi que tes aïeux, satisfait, tu mourras,

N’ayant pas méprisé les hommes ni les bêtes.

De l’Idéal, des Vérités, des Joies parfaites,

N’étais-tu point l’Élu depuis tes premiers pas ?

 

Mieux vaut, tu l’as juré, ton étroit cimetière

Que ceux, plus somptueux, où les morts se sont tus :

Les morts sont avec toi durant la vie entière,

On dirait qu’à la ville ils ne nous parlent plus !

 

Dieu doit être indulgent pour l’humble créature

Qui, sans même un murmure, a peiné tous les jours,

Pour le pécheur, docile et le cœur plein d’amour,

Qui si bien a couru l’Éphémère Aventure !

 

 

                                    *

                                 *    *

 

Ainsi, ô paysan, loin des lâches faubourgs,

Et sourd au fourbe appel des trépidantes rues,

Par la bise et le gel conduisant la charrue,

Pousse fidèlement tes bœufs dans les labours...

 

 

 

Pierre AGUÉTANT, Le Poème du Beaujolais.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net