Ma petite fille

 

 

TU ES un poème au rythme radieux,

d’où jaillissent l’amour, l’ardeur et la tendresse ;

chacune de tes syllabes est un chant mélodieux

et le son de ta voix me met l’âme en liesse.

 

Tu es pour moi comme un sourire vivant,

une joie exaltante et un baiser vibrant.

Ô parfum enivrant d’une rose en fleurs !

Ô flamme palpitante d’un cœur pur d’enfant !

 

Du noir chemin de ma vie tu es la lampe claire,

pour mon cœur blasé tu es un rire étincelant,

tandis qu’autour de moi tout est obscur et gris,

quand je vois ton visage la lumière rayonne.

 

D’une source pure tu es la goutte d’eau,

du livre de la vie une page encore blanche,

de l’arbre du verger, ô mon fruit parfumé !

du massif de fleurs, ô ma douce pervenche !

 

Tu es lyre vivante aux harmonies profondes,

avec de frêles doigts des anges t’ont formée

et dans ton âme innocente ont secrètement caché

les trésors infinis d’une divine tendresse.

 

 

 

 

Euphime AVÉDISSIAN.

 

Recueilli dans L’enfant, textes et images

présentés par l’abbé Gaston Courtois,

Fleurus, 1961.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net