Ave Stella matutina....

 

(pensée d’adieu au matin d’un jour d’été)

 

 

Celui qui s’en va vous supplie

d’un geste las et le cœur lourd,

Notre-Dame de Bon-Retour...

On l’a dit : « L’exil est impie ! »

 

Maintenant, la pente est gravie :

Un dernier regard, au détour...

Celui qui s’en va vous supplie

d’un geste las et le cœur lourd...

 

Apaisez l’âme inassouvie,

qui réclame votre secours,

et prenez-en soin, chaque jour

ô Vous, Notre-Dame de Vie !...

 

Celui qui s’en va vous supplie...

 

 

 

Jacques AYROLLES,

Nouvelles cantilènes du temps jadis,

Maison Aubanel Père, Avignon, 1937.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net