Dieu dans la solitude

 

                                                     À M. Jules Hone.

 

 

Qu’il fait bon vivre au sein de la nature heureuse,

Loin de l’espèce humaine inconstante et pleureuse ;

Vit-on jamais du ciel tomber des pleurs amers,

Les astres ne sont-ils pas contents d’être clairs ?

 

 

                                         *

                                      *    *

 

Que rêvez-vous de mieux qu’embaumer l’air, ô roses ?

Savoir se limiter, unique loi des choses ;

Chaque être est isolé devant Dieu, les soleils

Se suivant restent seuls, seuls, aux ors sans pareils !

 

 

                                         *

                                      *    *

 

Vois les cieux remplis de lumineuse rosée,

Aux étoiles donnant l’éclat des bourgeons d’or ;

De même sans savoir l’esprit est sans essor,

Et le divin peut seul enflammer la pensée.

 

 

                                         *

                                      *    *

 

Heure sainte où tinte au loin la cloche du soir,

Alors qu’on voit passer ainsi qu’un ostensoir

La lune pâle sous un dais soyeux de voiles,

Blanche hostie enchâssée en l’or pur des étoiles !

 

 

                                                     1918.

 

W.-A. BAKER, Les disques d’airain, 1918.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net