Jeanne d’Arc

 

                                                 À M. C.-E. Bonnin,

                                                 Consul de France.

 

 

Ô Dieu, le feu qui fit brûler le crime infâme,

Lancé par des humains va punir l’innocent ;

Gomorrhe se venge, et contre ton oriflamme,

Dirige sa torche et lance son jurement !

 

 

                                   *

                                *    *

 

Mais non, le bûcher se change en aile de flamme,

L’ange monte où l’impie expire en blasphémant ;

Lie feu brûle le corps mais il éclaire l’âme,

L’homme naît de l’argile et l’ange du tourment.

 

 

                                   *

                                *    *

 

Inaltérable ainsi qu’un radieux joyau,

L’héroïne rayonne en face du bourreau,

Et l’on dirait que des clous d’or de l’étincelle,

 

 

                                   *

                                *    *

 

Un céleste ouvrier bâtit une âpre échelle

Qui s’appuie en bas sur la douleur et l’effort

Et monte dans l’azur entre les astres d’or !

 

 

                                                 Mai 1916.

 

 

W.-A. BAKER, Les disques d’airain, 1918.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net