Voix

 

 

Oh ! ne plus écouter que Toi ! ne plus entendre

Que ta voix désirée et qui se fait attendre !

 

Taisez-vous, fleurs ! Cessez de me parler, vallons,

Et vous, flots de la mer, et vous, ô violons !

 

Faites silence, ô ma maison pleine de choses !

Qu’elles se taisent, les abeilles et les roses !

 

Ne criez pas ainsi, vous, les arbres à fruits.

Ô vie, éteins enfin pour moi tes mille bruits !

 

Ô soleil, ô soleil, arrête ta fanfare.

Voici l’heure où mon cœur va l’entendre et s’effare !

 

 

 

Gabrielle BASSET D’AURIAC, La cellule fleurie,

À l’art catholique, Paris, 1928.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net