La montagne et la plaine

 

 

Quelle musique d’or et de bronze accompagne

La prière que chante, au lointain, la montagne ?

 

Quels accords alternés la colline et les champs

Modulent dans la pourpre et l’ombre des couchants ?

 

Le crépuscule est plein de grâce et de mystère,

Plein d’encens pour le ciel, plein d’amour pour la terre.

 

Oh ! c’est que la montagne, au voile blanc et bleu,

Carillonne en l’honneur de la Mère de Dieu ;

 

C’est que, pour appuyer la montagne qui prie,

L’angélus de la plaine a salué Marie.

 

Et telle est la douceur des avé glorieux

Qui montent de la terre et qui tombent des cieux,

 

Que l’œil verrait, du haut du ciel, l’Immaculée

Descendre, sans que l’âme en soit émerveillée.

 

 

 

Nérée BEAUCHEMIN, Patrie intime.

 

Recueilli dans Notre-Dame de Lyre :

L’hommage des poètes canadiens-français,

anthologie réalisée par Sœur Paul-Émile

et éditée par les Sœurs grises de la Croix,

à Ottawa, en 1939.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net