Étrennes

 

 

Dans ma chaussette, bon Jésus,

Dis-moi, que déposeras-tu ?

 

Moi, j’avais rêvé pour étrennes

D’une chose peut-être vaine :

 

C’est un trésor que j’ai perdu

Et que je ne retrouve plus.

 

Depuis si longtemps, je médite,

Attendant ta bonne visite.

 

On m’a pris mon cœur, bon Jésus,

Et je le voudrais sans surplus.

 

Mets-le dans ma chaussette rose

Et n’ajoute rien autre chose

 

Qu’un baiser pour le douilletter,

Car l’amour l’a tant maltraité...

 

 

 

Jovette-Alice BERNIER.

 

Recueilli dans Répertoire poétique,

poésies et monologues recueillis

par Camélienne Séguin,

Montréal, 1937.