Passion

 

 

Salut ! Tête ensanglantée,

D’épines toute couronnée,

Tête blessée, tête brisée,

Qui d’un roseau fut frappée,

Tête couverte de crachats.

 

Salut, toi dont le doux visage

De la mort porte le présage ;

Il a perdu toute sa fleur,

Mais sous cette affreuse pâleur

La cour céleste l’adora.

 

Ainsi frappé, ainsi brisé,

Et mis à mort pour nos péchés,

Qu’aux yeux de ce pécheur indigne,

De ton amour brille le signe

Saint visage, dans ton éclat !

 

Je suis coupable, épargne-moi !

Perdu, ne me rejette pas ;

À l’instant où ta mort s’apprête,

Incline un peu vers moi ta tête,

Qu’elle repose entre mes bras.

 

Mais, lorsqu’il me faudra mourir,

Hâte-toi, Jésus d’accourir !

Jésus, à l’heure redoutable,

Que ton sang me soit secourable,

Protège-moi, délivre-moi !

 

Je partirai quand tu voudras,

Mon cher Jésus, mais toi, sois là !

Je t’étreindrai, car tu nous aimes,

Mais apparais alors toi-même

Sur cette croix qui nous sauva !

 

 

 

Texte attribué à Saint Bernard.

E. Migne. P. L. : col. 1323-1324, trad. Gilson.

Revue des questions historiques,

juillet 1934, p. 156-157.

 

Recueilli dans Devant Dieu,

anthologie de la prière chrétienne,

par Pierre Richard et Bernard Giraud,

Éditions Xavier Mappus, 1948.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net