Le divin conseil

 

 

Par cent mille voix naïves et douces,

Qui sourdent des prés, des eaux du ravin,

Des nids, des buissons, des tapis de mousses,

Dieu nous dit : – « Aimez ; tout le reste est vain !

 

« Laissez votre cœur, qui vibre et palpite,

« Poursuivre à loisir son rêve charmant ;

« Vos jours sont comptés et passent si vite !

« Aimer seul est vrai ; tout le reste ment.

 

« Jouissez des faits sans sonder les causes ;

« Vous ne parviendrez jamais jusqu’à moi.

« Ô savants, combien je ris de vos gloses !

« Amoureux, combien m’émeut votre émoi !

 

« Aimez donc ! Voyez : j’ai fait pour vous plaire

« Un ciel infini peuplé d’astres d’or,

« Des bois ombragés, des ruisseaux d’eau claire,

« Des oiseaux, des fleurs, cent choses encor !..... »

 

Dieu nous parle ainsi par cent mille bouches ;

Mais aucun ne suit le divin conseil :

À d’âpres calculs, obstinés, farouches,

Nous sacrifions nos nuits sans sommeil ;

 

Et quand sonne, hélas ! l’heure inévitable

Où l’esprit s’éteint par la mort vaincu,

– Affamés, qu’un bras arrache à la table, –

Nous nous endormons sans avoir vécu.

 

 

 

Martial BESSON.

 

Paru dans L’Année des poètes en 1890.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net