Noël !

 

 

                                            Puer natus est nobis !

                                                             Isaïe.

 

 

    Que la terre applaudisse eu ce jour d’allégresse !

Que le monde sauvé tressaille et jette au ciel

Un cri, sublime écho de la brûlante ivresse

                    Qui ravit Israël !

                        Noël ! Noël !

 

    Oui, les temps fécondés enfantent le miracle,

Le chef-d’œuvre d’amour qu’avait prédit Daniel :

Fidèle à sa bonté, fidèle à son oracle,

                    Dieu rachète Israël !

                        Noël ! Noël !

 

    Il fut prophétisé, ce grand jour de victoire,

D’Adam à Zacharie et de Sem à Joël ;

Abraham et David entrevirent sa gloire

                    Brillant sur Israël !

                        Noël ! Noël !

 

    Un enfant nous est né ; tendre et divin Messie,

Promis des nations et Sauveur éternel :

C’est le Saint, le Dieu fort que nommait Isaïe ;

                    C’est le Roi d’Israël !

                        Noël ! Noël !

 

    Pauvre enfant ! par sa mère enveloppé de langes...

Déjà tout abreuvé d’un calice de fiel !...

Mais, non loin de sa crèche, on entendait les anges

                    Chanter dans Israël ;

                        « Noël ! Noël ! »

 

    Verbe de Jéhovah, comme lui Dieu suprême,

Descendu, pour mourir, de son trône immortel !...

C’est l’agneau du Seigneur qui s’immole lui-même

                    Au salut d’Israël !

                        Noël ! Noël !

 

    Gloire au plus haut des cieux, gloire au Fils comme au Père !

Gloire à l’Esprit d’amour !... Hosanna solennel !...

Paix à l’humble de cœur, aux justes de la terre,

                    Aux enfants d’Israël !

                        Noël ! Noël !

 

 

 

 

Adrien BEUQUE,

L’écho du sanctuaire, 1836.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net