Litanies de Notre-Dame du soir

 

 

                                      I

 

             Hors des saisons et de la vie,

             Par le deuil des sentiers ardus,

             J’ai retrouvé l’hôtellerie

             Où la bonne hôtesse, Marie,

             Accueille ses enfants perdus.

             

             La maison m’était familière

             Que révélait dans le lointain,

             Échancrant ses tuiles faîtières,

             Un mince cordon de lumière

             Qu’elle a retenu du matin,

             

             Et dont la clochette voilée,

             Trois fois par jour et par trois fois,

             Redit aux âmes exilées

             Le cours des heures en allées

             Qui se réveillent à sa voix.

             

             Maintenant que mon pas chancelle,

             J’ai senti sur mon dos ployé

             Se creuser l’ombre maternelle

             Et descendre la main de Celle

             Qui m’a rouvert le vieux foyer.

             

             J’y suis venu dans ma détresse

             Comme un enfant qui, simplement,

             Veut, entre deux bras qui le pressent,

             Retrouver d’anciennes caresses

             Qui lui rappellent sa maman !

             

             

                                     II

             

             C’était un long et dur voyage

             Dont se termine, ici, le cours,

             Par les fièvres et les orages,

             À la poursuite du mirage

             Qui s’évanouissait toujours.

             

             J’avais établi sur le sable

             La demeure de mes amours,

             Et les fruits les plus délectables

             Se sont desséchés sur la table

             Que j’ai désertée à mon tour.

             

             Mais dans la vieille hôtellerie

             Que tu rouvres, le soir, pour nous

             Qui te revenons par la vie,

             J’ai retrouvé, Vierge Marie,

             La trace de mes deux genoux.

             

             Sur l’usure des grandes dalles

             Où Tu me vois agenouillé,

             Comme au sortir d’une rafale,

             Voici, pétale par pétale,

             Que tout mon cœur s’est effeuillé.

             

             Qu’importe que la lampe baisse

             À l’heure où je viens t’y revoir

             Si, maternelle, Tu me laisses,

             Notre-Dame de ma jeunesse

             Chanter Notre-Dame du Soir !

 

 

 

             Louis BEYAERT-CARLIER.

 

             Recueilli dans Rosa mystica :

             Les poètes de la Vierge,

             du XVe au XXe siècle, s. d.

 

 

 

 

 

 

             www.biblisem.net