L’adieu

 

MÉLODIE

 

 

                        Musique de M. J. Hodierne.

 

 

            Mon amour, ma femme,

            Doux présent de Dieu,

            Adieu, ma chère âme,

Adieu, je pars ; enfant, adieu.

            Nous étions ensemble

            Dans un si doux nid !

            Que Dieu nous rassemble

        Vite en ce lieu béni.

            Adorer sa belle

            Et s’éloigner d’elle,

            C’est peine mortelle,

                Plus que souffrir :

            Hélas ! c’est mourir.

            

            Je pars, mais mon âme,

            Le meilleur de moi,

            Reste, ô douce femme,

Restera toujours avec toi.

            Où que Dieu l’emporte

            Loin de ce séjour,

            Mon cœur à ta porte

            Viendra chaque jour,

            Doux ramier fidèle,

            Te chanter, ma belle,

            Ô ma tourterelle,

            Son doux chant d’amour.

            Sur quelque rivage

            Que j’erre ici-bas,

            Si loin que l’orage

Loin de ton nid porte mes pas,

            Où qu’aille ma voile,

            Si le soir aux cieux

            Quelque blanche étoile

            Sourit à-tes yeux,

            Dans son œil de flamme,

            Dis-toi, douce femme,

            Que c’est ma jeune âme

                Qui, chaque nuit,

            Sur toi veille et luit.

 

            Hélas ! la nuit tombe,

            Signal de l’adieu.

            Tu vas, ma colombe,

Rester ici seule avec Dieu.

            Oh ! mon cœur se brise !...

            Mais avec douleur

            S’il faut que la brise

            Te laisse, ô ma fleur,

            Viens donc, ô ma rose,

            Pour moi seul éclose :

            Sur ta lèvre rose

                Je vais poser

            Le dernier baiser !

 

 

P. L. E. BÉZIERS,

Fleurs des champs, des bois

et des grèves, 1875.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net