Aimez-vous !

 

À DEUX JEUNES ÉPOUX

 

 

Puisqu’au pied des autels, puisque la main du prêtre

Au nom du Dieu vivant vous a sacrés époux,

Aimez-vous à plein cœur, c’est la loi du grand maître ;

                              Aimez-vous.

Aimez-vous comme Adam dut aimer la jeune Ève ;

Et comme aima Jacob, l’infatigable époux,

Qui lutta quatorze ans pour Rachel, son seul rêve ;

                              Aimez-vous.

 

Le patriarche antique et sa femme féconde

Après cent ans d’amour étaient encor jaloux :

Comme eux, comme on aimait aux premiers temps du monde

                              Aimez-vous.

 

Leur amour était saint, c’était une prière ;

Ils s’aimaient devant Dieu, qui les bénissait tous :

Vous aussi devant Dieu, comme on n’aime plus guère,

                              Aimez-vous.

 

Aimez-vous, car l’amour est un présent céleste.

Quand le ciel fut perdu, Dieu prit pitié de nous ;

Il nous laissa l’amour, le seul bien qui nous reste :

                              Aimez-vous.

 

Aimez-vous, puisque tout, amis, parents, vous aime...

Vous vous aimez déjà comme de vieux époux,

Et j’ai tort plus longtemps de répéter moi-même :

                              Aimez-vous !

 

 

 

P. L. E. BÉZIERS,

Fleurs des champs, des bois

et des grèves, 1875.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net