L’églantine et la fauvette

 

À UNE JEUNE MÈRE DE TROIS ENFANTS

 

 

Sœur, disait la fauvette à la blanche églantine,

                                  Quand ton sein

S’ouvre ainsi jeune et frais sur le buisson d’épine,

                                  Au matin,

 

Et qu’autour trois boutons montrent leur tête blanche,

                                  Sœur, dis-moi,

Est-il fleur dans nos bois, sous l’herbe ou sur la branche,

                                  Comme toi ?

 

On croit avec ses sœurs voir une blanche étoile

                                  Du bon Dieu,

Et ton buisson ressemble à quelque coin sans voile

                                  Du ciel bleu.

 

Parmi les fleurs, la fleur qui se dit la plus belle

                                  De nos bois,

Avec tes trois boutons, ma sœur, tu l’es comme elle

                                  Quatre fois.

 

Aussi le zéphir t’aime entre les plus aimées.

                                  Quelle fleur

Lui livrerait autant de lèvres parfumées

                                  Que toi, sœur ?

 

Vienne à présent l’hiver : lui, qui dit à la rose

                                  De mourir,

Verra dans ses boutons ta fleur toujours éclose

                                  Refleurir.

 

Heureux est le zéphir que ton parfum enivre,

                                  Ou l’oiseau,

L’oiseau qui peut bâtir à tes pieds pour y vivre

                                  Son berceau !

 

Qu’il est doux seulement, ô fleur, de te connaître,

                                  Et pour moi

D’avoir, pauvre fauvette, à chanter un doux être

                                  Comme toi !

 

 

 

P. L. E. BÉZIERS,

Fleurs des champs, des bois

et des grèves, 1875.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net