Chanson du soir

 

À MEYERBEER

 

 

Mais, silence ! le jour décline ;

Déjà les bois de la colline

Sous un voile épais de bruine

Commencent à se dérober ;

L’oiseau s’endort, la fleur nocturne

S’éveille et prépare son urne

Pour les trésors qui vont tomber.

 

Une vapeur rose et fluide

Enveloppe la terre humide,

Et semble à l’œil, en descendant,

La poussière d’or que secoue

Le soleil qui plonge sa roue

Dans l’ornière de l’occident.

 

La charrette revient couverte

De la plus belle moisson verte

Que puisse donner le jardin ;

Et tandis que la fleur nouvelle

File sa robe la plus belle,

Ignorante de son destin,

Du haut du chariot superbe

Les épis verts et les brins d’herbe,

Déjà liés et mis en gerbe

Par l’avide main du faucheur,

Déplorant leur tige flétrie,

Pour derniers baisers à la vie

Jettent au vent de la prairie

Leur mélancolique senteur.

 

Pauvres fleurs, dont le sort s’achève !

Et sentant s’épancher leur sève

Goutte à goutte par le chemin,

En mourant se tournent encore

Vers l’endroit du ciel où l’aurore

Se lèvera le lendemain.

 

Silence ! la journée est close :

Voici l’heure où l’on se repose.

Femmes, artisans, écoliers,

Laissez là les graves volumes,

Et les marteaux et les enclumes,

Et les rouets et les métiers.

 

Écoutez la cloche du maître

Qui sonne l’heure de renaître

À la vie, à l’air, au ciel bleu ;

Et celle de l’auguste enceinte,

Qui forme la prière sainte.

Voici la fin du jour qui tinte ;

Louez Dieu, frères, louez Dieu....

 

Louez Dieu, vous, docteurs sublimes,

En sortant des sombres abîmes

Où vos fronts se penchent en vain,

Pour venir tous, libres d’envie,

Sur l’aile de la fantaisie

Contempler l’horizon divin....

 

Louez Dieu, forgerons robustes,

L’âme heureuse et le cœur dispos,

En donnant des mesures justes

Aux saintes heures du repos ;

En quittant la maison des flammes,

Pour aller retrouver vos femmes,

Qui béniront votre retour ;

En saluant l’aïeule grise,

Dans son fauteuil de chêne assise ;

En jetant sur la table mise

Le joyeux salaire du jour.

 

 

 

Henri BLAZE DE BURY.

 

Recueilli dans Souvenirs poétiques

de l’école romantique, 1879.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net