La confiance

 

 

 

Faire confiance : tel est le chemin :

toute connaissance est d’abord intuitive, puis vient l’explication, l’argument raisonné qui fait parler de science.

Les preuves ne sont souvent qu’un long mensonge humain, une longue imposture :

hors la cime et quelques racines tout est de trop dans l’arbre de la connaissance.

Seule est vraie cette eau pure à la source du fût,

et ce vent bleu qui hante son sommet.

Prouver serait détruire la vie,

anéantir sa vérité.

 

Telle la vierge d’hier l’homme marche, voilé, vers son Bel Inconnu.

Il marche et les jours passent, engendrés par sa marche et par son espérance :

croire à la mort le fait mourir,

croire à la vie fait vivre celui qui le précède et le suit.

 

 

L’automne est nu, l’arbre gelé, la dernière feuille depuis longtemps perdue.

Mais, sur mes genoux, deux mains ridées comme de vieux tubercules attendent impatiemment d’être plantées.

Car au fond de la vie un bourgeon se prépare :

une flûte chante au loin :

un Homme espère et dit son espérance

et la nuit est si claire que je devine son âme qui marche devant moi.

 

 

 

Françoise BOCQUENTIN,

Neuf cantates pour une aurore.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net