Salve

 

 

Octobre ! C’est ton mois, ô Reine du Rosaire.

Au pied de ton autel où l’amour me conduit,

Je te vois inclinée en face de la terre :

Ta splendeur met des ors au rideau de la nuit.

 

Et ma ferveur se guide à ces lueurs croissantes ;

Mon cœur est plein de paix en s’élevant vers Toi !

Dans ses longs plis soyeux, ta robe azurescente

Cèle des flots de lis qui fleurent jusqu’à moi.

 

Près de Toi, je venais exhaler ma détresse ;

Mais ton regard, Marie, éloigne le souci ;

Ma plainte s’est changée en hymne d’allégresse,

Et d’extase et d’amour, tout mon cœur est saisi.

 

Je me sens protégée, ô Reine ; en ta présence,

Des larmes de bonheur s’échappent de mes yeux ;

Sainte Mère de Dieu, je comprends ta puissance

Quand ton regard sur moi tombe du haut des cieux.

 

Ma vie est à l’instant de joie illuminée ;

Rien en moi ne se mêle aux vertiges humains,

Quand tu montes la garde hors de nos destinées,

Vierge dont la splendeur éclaire nos chemins.

 

 

 

 

Marie BOISSONNAULT (inédit).

 

Paru dans Notre-Dame de Lyre :

L’hommage des poètes canadiens-français,

anthologie réalisée par Sœur Paul-Émile

et éditée par les Sœurs grises de la Croix,

à Ottawa, en 1939.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net