L’être de Dieu

 

1re ÉLÉVATION DE LA 1re SEMAINE

 

 

 

De toute éternité Dieu est : Dieu est parfait : Dieu est heureux. Dieu est un. L’impie demande : Pourquoi Dieu est-il ? Je lui réponds : Pourquoi Dieu ne serait-il pas ? Est-ce à cause qu’il est parfait : et la perfection est-elle un obstacle à l’être ? Erreur insensée ! au contraire la perfection est la raison d’être. Pourquoi l’imparfait serait-il, et le parfait ne serait-il pas ? C’est-à-dire : pourquoi ce qui tient plus du néant serait-il, et que ce qui n’en tient rien du tout ne serait pas ? Qu’appelle-t-on parfait ? Un être à qui rien ne manque. Qu’appelle-t-on imparfait ? Un être à qui quelque chose manque. Pourquoi l’être à qui rien ne manque ne serait-il pas, plutôt que l’être à qui quelque chose manque ? D’où vient que quelque chose est, et qu’il ne se peut pas faire que le rien soit, si ce n’est parce que l’être vaut mieux que le rien, et que le rien ne peut pas prévaloir sur l’être, ni empêcher l’être d’être ? Mais, par la même raison, l’imparfait ne peut valoir mieux que le parfait, ni être plutôt que lui, ni l’empêcher d’être. Qui peut donc empêcher que Dieu ne soit : et pourquoi « le néant de Dieu que l’impie veut imaginer dans son cœur insensé 1 », pourquoi, dis-je, ce néant de Dieu l’emporterait-il sur l’être de Dieu : et vaut-il mieux que Dieu ne soit pas que d’être ?

Ô Dieu, on se perd dans un si grand aveuglement : l’impie se perd dans le néant de Dieu qu’il veut préférer à l’être de Dieu. Et lui-même cet impie ne songe pas à se demander à lui-même pourquoi il est. Mon âme, âme raisonnable, mais dont la raison est si faible, pourquoi veux-tu être et que Dieu ne soit pas ?

Hélas ! vaux-tu mieux que Dieu ? Âme faible, âme ignorante, dévoyée, pleine d’erreur et d’incertitude dans ton intelligence, pleine dans ta volonté de faiblesse, d’égarement, de corruption, de mauvais désirs, faut-il que tu sois : et que la certitude, la compréhension, la pleine connaissance de la vérité, et l’amour immuable de la justice et de la droiture ne soit pas ?

 

 

 

BOSSUET, Élévations sur les mystères, 1727,

1re semaine : « Élévations à Dieu

sur son unité et sa perfection ».

 

 

 

 



1 Psal. XIII, 1.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net