Les bonnes vieilles de chez nous

 

 

Elles viennent à pas menus

Dans l’aube blême au Saint Office ;

Leurs traits surannés sont connus,

Toujours en noir, sans artifice.

Pendant le Divin Sacrifice,

Par leurs prières à genoux,

Elles chassent le maléfice

Les bonnes vieilles de chez nous...

 

Contre leurs volets retenus,

Elles inspectent sans malice

Des passants les nouveaux venus.

Puis c’est un rapport de police

Qu’elles feront avec délice,

Le lendemain d’un ton mi-doux,

En abordant une complice,

Les bonnes vieilles de chez nous...

 

Pour les malheureux inconnus

Des mansardes ou des hospices.

Leurs doigts agiles et tenus,

L’hiver font des travaux propices.

La charité sous leurs auspices

Force adroitement les verroux

Et près de l’âtre se tapissent

Les bonnes vieilles de chez nous...

 

                       ENVOI

 

Seigneur ! que votre main bénisse

Ces sages parmi tant de fous,

Et que le monde mieux chérisse

Les bonnes vieilles de chez nous...

 

 

 

Gaston BOUCHET.

 

Paru dans Les poètes de la tradition en juillet-août 1938.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net