Son nom !

 

 

Au seuil de la Genèse, il souffle et fait éclore

Les mondes sans limite en leur immensité.

Au faîte du Calvaire, il souffre, pleure, implore...

Et l’homme a reconquis l’heureuse éternité.

 

C’est lui, quand à ses feux l’horizon se colore,

Qui pousse aux nobles buts l’ardente humanité.

C’est lui, quand sous leurs doigts le bonheur se déflore,

Qui fait riches le pauvre et le déshérité !...

 

Pas de flots qu’il n’enchaîne et d’ombres qu’il ne perce,

De glace ou de rempart qu’il ne fonde ou renverse,

De cœur qu’il ne console et relève à son jour...

 

Sa coupe consacrée est vierge encor de lie...

Plus ancien que le temps, plus vivant que la vie,

Plus fort que la mort même, il s’appelle... l’Amour !

 

 

 

Mélanie BOUROTTE.

 

Paru dans L’Année des poètes en 1894.

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net