En préparant le soulier de Noël

 

 

          Noël ! la nuit est pleine d’anges,

          Aux sapins luisent des oranges,

          Les frimas sont illuminés,

          Et des agneaux enrubannés

          Dans un paysage de neige

          Font un naïf et blanc cortège

          Au petit Roi qui nous est né.

          Noël ! le sucre a foisonné ;

          Sur toutes gens, sur toutes choses

          Le bonheur glisse un rayon rose ;

          Même aux plus vils des oubliés...

          Car c’est la fête des souliers.

 

Ces modestes martyrs des tâches coutumières,

Sont voués à l’obscur, au banal, au vulgaire,

À l’esclavage lourd et terne ; cependant

– Rien n’étant dédaigné quand Dieu se fait enfant –

Noël, pour le soulier, est une apothéose :

Pâte d’amande, argent, gui, satin, sucre rose

Se disputent l’honneur de le mettre en vitrail ;

Mais surtout les souliers d’authentique travail,

Ceux qui peinent parmi la boue et la poussière,

Ceux-là sont exaltés par la Nuit de mystère.

Gonflés d’espoir la veille, aux matins de joujoux,

Friandises et fleurs, ils murmurent, tout doux :

« De nos proses toujours peut jaillir un poème

Et le bonheur fleurit partout dès lors qu’on aime. »

 

 

 

Andrée BOURÇOIS-MACÉ,

Pétales d’heures,

Éditions de La Tour du Guet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net