Psaume I

 

 

L’OUVRAGE des méchants demeure périssable,

Les idoles d’argent qu’ils se sont élevées

S’écrouleront un jour sur leur base de sable

Et la nuit tombera sur leurs formes rêvées.

 

Seigneur, nous qu’ils ont enfermés sous ces portes,

Nous qu’ils ont verrouillés derrière ces verrous,

Nous pour qui les soldats de ces murailles fortes

Font dans les corridors sonner leurs pas à clous,

 

Ô Seigneur, vous savez que couchés sur la paille

Ou sur le dur ciment des prisons sans hublot,

Nous avons su garder en nous, vaille que vaille,

L’espoir sans défaillance envers des jours plus beaux.

 

Nous avons rassemblé les anciennes tendresses,

Nous avons dessiné sur le plâtre des murs

Les magiques portraits de nos saintes jeunesses

Et nos cœurs sans remords savent qu’ils restent purs.

 

La sottise au dehors dans le sang rouge baigne,

Et l’ennemi déjà s’imagine immortel,

Mais lui seul croit encore au long temps de son règne

Et nos barreaux, Seigneur, ne cachent pas le ciel.

 

 

 

 

Robert BRASILLACH, 28 octobre 1944.

 

Recueilli dans Poèmes de Fresnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net