Bénédiction de l’anneau nuptial

 

 

Seigneur, Dieu tout-puissant, bénissez l’anneau d’or

De ces nouveaux époux dont l’âme et dont le corps,

Régénérés jadis par l’eau fraîche et le sel,

S’unissent en cette heure au pied de votre autel.

Solide, il est d’un pur métal, il est pesant,

Il est massif, sans alliage et cependant

Le doigt le portera sans s’en apercevoir

Du soir jusqu’au matin et du matin au soir,

Tant il sera conforme à sa puissance intime.

Son cercle régulier dans le derme s’imprime

Sans le blesser, ni le froisser, et la phalange,

S’amincissant sous la pression de cette bande,

Sans perdre de sa force ou de sa grâce agile,

Prend la forme arrondie et maigrit et s’effile.

Ainsi l’amour, Seigneur, que ce symbole enferme,

Sans recommencement ici-bas et sans terme,

Sera, si vous daignez le bénir à son tour,

Résistant comme l’or, solide et sans détour,

Sans alliage et sans mélange, et si léger,

Que l’âme s’y trouvant mêlée sans y songer,

Gardera sa divine et ravissante empreinte

En ignorant de quels liens elle est étreinte.

 

 

 

Thomas BRAUN.

 

Extrait de Le Beau Temps,

Le livre des Bénédictions, R. Sand.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net