Chanson

 

 

                                             À Maxime Rousseau.

 

 

Les hirondelles virent, virent

Se poursuivant avec des cris,

Ainsi mes rimes virent, virent

Dansant la ronde en mon esprit.

 

Les hirondelles frappent, frappent

Contre la vitre du ciel bleu,

Ainsi mes rimes frappent, frappent

À la fenêtre du Bon Dieu.

 

Les hirondelles jasent, jasent

Avec les anges dans le ciel,

Avec mes rimes jasent, jasent

Les angelots de Raphaël.

 

« Tiens, c’est donc vous, les hirondelles ?

Oui, les corolles vont s’ouvrir !

Que chantez-vous, rimes nouvelles ?

Notre poète va guérir ! »

 

Lors, pour mieux voir si claire, claire

La floraison du prunellier,

Buisson d’étoiles claires, claires

Qu’Avril allume par milliers,

 

Les petits anges roses, roses

Contre la vitre ont mis leur front,

Et leur haleine en brumes roses

Sur le cristal forme des ronds !

 

L’air est si doux qu’il grise, grise

L’hirondelle et le chérubin,

Les vers légers vous grisent, grisent

Comme si vous buviez du vin !

 

Les hirondelles tournent, tournent

Sans trop savoir ce qu’elles font,

Mes rimes folles tournent, tournent –

Leur farandole est ma chanson.

 

 

 

André CAILLOUX, Fredons et couplets,

Beauchemin, 1958.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net