Les pèlerins d’Emmaüs

 

 

C’est mon moi dédoublé qui parle sur la route.

« Son corps agile est beau comme une chair en fleur.

– À l’impossible amour, dis non, quoi qu’il t’en coûte.

– Trop tard, ses yeux de geai m’ont aimanté le cœur.

 

– Tu vas exaspérer ta fièvre, si tu goûtes

   Ce péché. – Bah ! tant pis, je livre à la langueur

   Délirante les clefs de mon être en déroute.

– Tu te réveilleras plus loin de ton bonheur.

 

– Du moins dans ce sommeil aurai-je connu toute

   L’exquise volupté de l’avoir contre moi !

– Et puis tu pleureras comme les autres fois. »

 

Mais le bon Voyageur est là qui nous écoute.

Il a rejoint nos pas et quand sonne sa voix

Il n’y a plus au sol qu’une ombre pour nous trois.

 

 

 

André CAILLOUX, Fredons et couplets,

Beauchemin, 1958.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net