Le pain

 

 

Quand du proche clocher, du lointain campanile,

Tintent, vibrants, les sons joyeux de l’angélus

Heureux, le paysan sur sa terre fertile,

Tandis que brille encor l’étoile Sirius,

D’un geste méthodique, ample, accomplit sa tâche.

Et, durant tout le jour, la faux, tel un éclair,

Abat les blonds épis et fauche sans relâche.

Dans le ciel, l’angélus, tinte joyeux et clair,

Le geste rituel, biblique, se répète

Et s’entasse le blé, cet opulent trésor !

Des millions de sacs de farine ou galettes,

Miches et pains de blé vont alors vers Chambord,

Partout, en France, vers tous ces gourmets des villes !

Quand, du proche clocher, du lointain campanile,

Tintent vibrants, les sons légers de l’angélus.

Et, lorsque disparaît l’étoile Sirius,

Alors, les laboureurs, sous tous les cieux s’inclinent !

 

 

                                            Saint-Denis. Île de la Réunion – Février 1997.

 

 

 

Myriam CALAZOU.

 

Recueilli dans Le Pain,

Jean Grassin Éditeur,

Paris-Carnac, 1997.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net