Marie au Calvaire

 

 

 

Ces mains qui façonnèrent le monde, ces pieds qui foulent les étoiles, ont été percés de clous aigus.

Voilà ce que la Vierge a vu, la Vierge qui mit au monde le Crucifié : ah ! qui pourrait considérer la douleur de Marie sans être lui-même navré de douleur ?

Et sans que les larmes tracent sur ses joues un sillon ineffaçable ?

Chrétien, si tu pouvais voir les yeux tout célestes de Marie, ces beaux yeux changés en fontaines et noyant son divin visage ; si tu pouvais entendre les gémissements qu'au pied de la croix elle fait monter jusqu'aux étoiles et auxquels le ciel fait écho par la voix des anges ; si tu pouvais contempler le visage si pur de la Vierge, se tournant vers son Fils qui agonise dans un océan de souffrances ; que de choses tristes tu aurais à en dire ! Et quelles plaintes déchirantes il te faudrait exhaler à la face du ciel et de la terre !

  

 

Luis de CAMOENS, Élégies.

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net