Je suis l’Immaculée Conception

 

 

Immaculée ! Un nom qui n’appartient qu’à vous,

Un nom blanc, que le ciel a nimbé de lumière,

Un nom que votre bouche a prononcé pour nous,

Un nom qui d’une enfant fit votre messagère.

 

Ô Vierge, de quels feux a brillé ce matin

Qui vous vit sous le roc paraître en robe blanche,

Les pieds fleuris de roses d’or et, sur le lin,

L’azur frais d’un ruban ceinturant votre hanche !

 

Belle d’une beauté qui passe tous regards,

La Reine a dix-huit fois visité sa servante

Et demandé que là, nos chemins de hasards

Connaissent les faveurs d’une halte indulgente.

 

Alors ils sont venus les peuples souhaités,

Les malades du corps, les malades de l’âme,

Les visages flambants de mystiques clartés

Sous le brasier de votre Grotte, Notre-Dame.

 

Tous ne sont pas guéris, mais tous s’en vont heureux.

Ils ont pour quelques jours hanté votre domaine,

Vous avez mis votre sourire dans leurs yeux

Et coulé sur leurs fronts l’eau de votre fontaine.

 

Il faut aller à vous pour être un peu meilleur.

Il faut mêler sa voix à des voix fraternelles,

Jeter le cri d’amour qui vienne enfin du cœur,

Prier comme un enfant, avec des mots fidèles.

 

Il faut, sous le clocher qui compte ici le temps,

Répéter les Ave que les cloches éventent

Pour vous bénir, Mère très bonne à toutes gens,

                  À Lourdes, où les heures chantent.

 

 

 

Guy CHASTEL.

 

Paru dans Marie en janvier-février 1954.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net