Paysage inverse

 

 

Ce soir le lac au ciel se marie en secret

Avec un bel anneau de turquoise rêveuse,

La verte chevelure éparse des yeuses

S’offre comme Ophélie au miroir des forêts.

 

Les étoiles en fleurs frissonnent dans les rets...

Et la lune est une île où les âmes pêcheuses

Espèrent chaque nuit dans l’onde voyageuse

Le passeur haut dressé comme un fin minaret.

 

En subtile vapeur s’élève une prière

Que murmure le monde et porte la rivière

Et qu’un nuage épie en longeant le tillac.

 

Le passeur ne sait plus quand les lotus font voile

Si le lac vole ou si le ciel est dans le lac,

Parce qu’on a doublé le nombre des étoiles.

 

 

 

Maryse CHOISY.

 

Recueilli dans Anthologie de la Société

des poètes français, tome 1, 1947.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net