Petit poème pour

Notre-Dame de la Salette

 

 

 

Si vous n’aviez pas défailli jadis

Au beau jardin, mon Fils aurait quand même

Partagé vos jeux dans le Paradis,

Et pris chair de vous, pour les animer ;

Puisque c’est la loi de celui qui aime

De se mettre à la place de l’aimé...

Mais il est venu sur un monde mort

Où le mal rongeait presque toute Grâce,

Le jardin séchait de désolation...

Et malgré mon Fils, il s’abîme encore,

Et son peuple peine à rester vivace :

Je suis toute seule en sa Passion !

Mes petits enfants de haute Montagne,

Il peut vous rendre le bonheur passé,

Vos champs et vos vergers, comme aux campagnes

D’aurore sur la terre... ; il peut laisser

Aussi tomber son bras – et quel ravage !

Consolez donc sa tristesse éternelle,

Aidez sa Mère à faire qu’il sourie,

Et dites partout la grande nouvelle :

Si vous aimez mon Fils, sa joie au ciel

Vous donnera sur terre un Paradis...

 

 

 

Patrice de LA TOUR DU PIN.

 

Paru dans la revue Marie

en mai-juin-juillet 1951.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net