L’humble vainqueur

 

 

L’encensoir jette sa volute

Dont la fleur s’effile au plafond

Alors que dans l’orgue profond

Meurt l’amen de l’ardente flûte.

 

De la boiserie aux griffons

La nuit sort, en une minute ;

Elle engage une longue lutte

Avec une cire qui fond.

 

Va-t-elle semer le désordre

Quand le sacristain fera mordre

La lourde clef au pêne froid ?

 

Non ! car la douce lampe à huile

Prêtera sa lueur tranquille

À la royauté de la Croix.

 

 

 

Luc MARIE-MASTÈSE.

 

Paru dans Les Causeries

en janvier 1927.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net