Dieu soit loué

 

 

Dieu soit loué, pour cette chambre froide et belle

Où je médite mes regrets et mes tourments,

Pour le passé réalisé, qui me rappelle,

Et l’avenir imaginaire que j’attends.

 

Dieu soit loué, pour ces arbres dans ma fenêtre,

Et pour ce ciel ! où le destin vient m’avertir

Qu’il me donne bien mieux qu’il ne pouvait promettre :

Tout cela devrait bien m’empêcher de mourir...

 

Dieu soit loué, pour ce doux vent plein d’harmonie

Qui fait que chaque branche est une harpe d’or ;

J’aurai tant dit : « Beauté ! je meurs, à toi ma vie ! »

Tout cela devrait bien intimider la mort.

 

Dieu soit loué, par mon angoisse et ma souffrance,

Pour mes illusions et mes naïvetés ;

Pour tout ce qui me fait défaillir d’espérance,

Dans mes songes perdus... toujours ressuscités !

 

Dieu soit loué, pour tout ce qui change ma vie,

Et la tourne, sur l’axe obscur de mon destin ;

Le mirage d’avoir un soupçon de génie,

Une gloire posthume, un amour clandestin...

 

Dieu soit loué, pour ce qui charme et ce qui leurre,

Pour tout ce qui nous ment, lorsque c’est par bonté :

Dans tout ce qui permet, ne serait-ce qu’une heure,

De croire aux libertés dans la fraternité !

 

Dieu soit loué, pour la parole et pour le geste,

La cendre du foyer, l’eau, la lune et les chants ;

Puisque je m’aperçois que c’est tout ce qui reste...

Car les morts m’ont trompée, autant que les vivants !

 

Si mes fils sont heureux, encor, loin de leur mère,

Et s’ils m’aiment encor, même s’ils sont couchés

Dans un lit d’hôpital, ou sous deux pieds de terre,

Dieu soit loué de me les avoir arrachés !

 

... Et pour ma pauvre main, que le froid paralyse,

Pour mon souffle trop court, et pour mon cœur noué,

Qui se défend, si fort, contre ce qui le brise

Et le fait vivre, malgré tout... Dieu soit loué.

 

 

 

Raphaëlle MARTINON.

 

Recueilli dans Anthologie de la Société

des poètes français, tome 1, 1947.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net