Novembre

 

 

Une rose qui tremble et bientôt va mourir...

Des feuilles qui s’en vont au hasard de la route

En criant sous les pas qui viennent les meurtrir.

C’est Novembre déjà... Novembre qu’on redoute.

 

Mois vibrant de sanglots et voilé de regrets

Qu’imprègne le parfum troublant du cimetière

Mois des ors finissants et des carmins discrets

Où le bronze a glissé près de la pourpre altière.

 

Le crêpe noir frissonne au souffle âpre du vent,

Dérobant sous sa nuit la pâleur des visages.

C’est la fête des morts... la fête qui, souvent,

Fait revivre à nos yeux de trop chères images...

 

Le gris morne du ciel oppresse les cœurs las,

Sur le seuil des tombeaux des femmes s’agenouillent

Rythmant leurs oraisons au rythme lent du glas

Qui seul, met un espoir dans les yeux qui se mouillent...

 

Parfois, autour des croix, s’élève un léger bruit.

Est-ce une âme qui passe ? ou bien l’aile d’un ange ?

Qui frôle les vivants, puis vers le ciel s’enfuit ?

Ou n’est-ce qu’un oiseau que la bise dérange ?

 

Des êtres disparus, nul ne connaît le sort,

Nul ne peut au sépulcre arracher son mystère.

La science de l’homme a pour maître la mort,

Son corps, dès sa naissance, appartient à la terre.

 

Une feuille qui tombe... un jardinet rouillé,

Une rose qui meurt auprès d’un chrysanthème...

C’est novembre déjà... Novembre au pas mouillé

Qui tristement s’avance avec sa face blême.

 

Mais poursuivant son chant avec sérénité

Pour rapprocher des morts les vivants en prière,

Le tintement du glas parlant d’éternité

Sème autour des tombeaux des gouttes de lumière...

 

 

 

R. MAUGER-KAUFFMANN.

 

Recueilli dans Anthologie de la Société

des poètes français, tome 1, 1947.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net