Vivre

 

 

Vivre, c’est accepter la tâche journalière

Sans orgueilleux défi, sans lâche désespoir,

C’est n’avoir qu’un seul mot écrit sur sa bannière,

                    Ce mot sacré : devoir.

 

C’est marcher courageux dans l’humaine carrière

Sans murmurer jamais contre les durs cailloux,

Mais savoir, pour cueillir la modeste bruyère,

                    Fléchir les deux genoux.

 

C’est recevoir de Dieu, comme une grâce auguste,

Chaque heure de bonheur, chaque rayon d’azur,

Et, comme un saint décret d’une loi toujours juste,

                    Le chagrin le plus dur.

 

C’est ne laisser jamais la haine ni le doute

En notre âme verser le poison de son fiel.

Vivre, enfin, c’est n’avoir au terme de sa route

                    D’autre but que le ciel.

 

 

 

Auguste MEYLAN.

 

Paru dans la revue Le Noël du 10 février 1916.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net