Aux enfants

 

 

Enfants, quand au soleil qui sourit à la terre

Vous promenez vos pas dans les bois, dans les champs

Où tout est harmonie, enivrement, mystère,

Sérénité, rayon, paix, amour et doux chants,

 

Ne troublez pas l’oiseau, dans son nid solitaire,

Qui couvre ses petits de ses soins si touchants ;

Laissez l’active abeille à son miel salutaire,

Et le gai papillon à ses riants penchants ;

 

Laissez l’humble fourmi traîner son brin de paille,

Ne brisez pas l’épi dont le germe tressaille

Au rayon fécondant qui descend du ciel bleu ;

 

N’effleurez pas des fleurs la brillante corolle,

Gardez pour l’indigent votre pieuse obole,

Enfants, et vous serez les amis du bon Dieu.

 

 

 

Louis OPPELIN.

 

Paru dans L’Année des poètes en 1895.

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net