Un trait de Louis XII

 

 

Je vais, mes chers amis, d’un de nos meilleurs rois,

De Louis Douze, ici vous conter une histoire.

De ce père du peuple, on chérit la mémoire :

La bonté, sur les cœurs, ne perd jamais ses droits.

 

Il sut qu’un grand seigneur, peut-être une excellence,

De battre un laboureur, avait eu l’insolence.

Il mande la coupable, et, sans rien témoigner,

Dans son palais, un jour, le retient à dîner.

Par un ordre secret, que le monarque explique,

On sert à ce seigneur un repas magnifique,

Tout ce que de meilleur on peut imaginer,

Hors du pain, que le roi défend de lui donner.

Il s’étonne, il ne peut concevoir ce mystère.

Le roi passe et lui dit : « Vous a-t-on fait grand-chère ?

– On m’a bien servi, un superbe festin ;

Mais je n’ai point dîné : pour vivre, il faut du pain.

– Allez, répond Louis avec un front sévère,

Comprenez la leçon que j’ai voulu vous faire :

Et puisqu’il faut du pain pour vous nourrir,

Songez à bien traiter ceux qui le font venir. »

 

 

 

François ANDRIEUX.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net