Conte sous la cheminée

 

 

– La pluie au dehors tambourine

Sur les contrevents verrouillés ;

Le vent l’accompagne en sourdine.

Dites-nous, ma vieille voisine,

Quelques contes ensoleillés.

 

– Le temps n’est plus, ma bonne dame,

Où l’on filait au coin du feu

Tout en s’éclairant à la flamme,

Humbles de cœur, et simples d’âme

Sachant se contenter de peu.

 

Le temps n’est plus de cheminées

Immenses où valets, patrons,

S’assemblaient, les après-dîners,

Autour de grandes chaudronnées

De patates ou de marrons.

 

Le temps n’est plus (c’est bien dommage !)

Où fleurissaient mes beaux vingt ans,

Quand les « jeunesses » de mon âge

Prenaient plaisir au radotage

Des vieux « papettes » chevrotants.

 

Maintenant l’on ne veut plus croire

Aux récits des bons temps passés !

– Voisine, si votre mémoire

Est fidèle, vite une histoire :

Nous en serons intéressés.

 

– Soit !... C’était au temps des croisades ;

Tous nos bourgs à peine existaient.

Le seigneur et ses camarades

Contre les païennes peuplades

Loin, bien loin d’ici, se battaient.

 

Il advint qu’une fin d’automne,

Au sortir des vêpres des morts,

L’on vit venir une amazone

Parée ainsi qu’une madone,

Sans pages ni gardes de corps.

 

Elle arrêta la châtelaine

Qui s’en revenait de prier.

« Je viens de l’Afrique lointaine... »

Pâlit la dame du domaine

En regardant le destrier.

 

– Ce cheval ?... fit-elle, tremblante.

– C’était celui de mon époux

Mort là-bas, très loin, sous ma tente.

La chrétienne avec épouvante

Murmura : – Qui donc êtes-vous ?

 

– Je suis la femme de ton maître

Mort dans mes bras en musulman.

– Cela je ne peux pas l’admettre !

Non ! mon seigneur ne fut pas traître !

Étrangère, tu mens, tu mens !

 

L’autre, à son doigt montra la bague !

Hélas ! c’était l’un des bijoux

Que portait le comte Gonzague.

– Et je possède aussi sa dague...

– Oh !!! Tu l’as tué, mon époux !

 

Tu l’as tué de corps et d’âme,

Fille maudite d’un païen !

Mais j’en appelle à Notre-Dame,

Moi, devant Dieu sa seule femme ! »

Ainsi finit cet entretien.

 

Et soudain, au ciel de cinabre,

L’orage allume cent éclairs...

Voici le cheval qui se cabre,

Et, dans une course macabre,

Faisant feu de ses quatre fers,

 

Va précipiter la païenne

Sur la muraille du rempart...

On l’enterra comme une chienne,

Sans eau bénite, sans antienne,

Un soir de novembre blafard.

 

Et la comtesse Rosemonde,

– La châtelaine au triste sort –

Vécut dès ce jour loin du monde,

Dans une retraite profonde,

Pour racheter l’âme du mort.

 

– Votre légende nous chagrine,

Nos cœurs en sont tout endeuillés !

La pluie – écoutez ma voisine –

De plus en plus fort tambourine

Sur les contrevents verrouillés.

 

 

 

Charles d’ANORÇAN.

 

Recueilli dans Répertoire poétique,

poésies et monologues recueillis

par Camélienne Séguin,

Montréal, 1937.

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net