Fra Angelico


À Madame W. Y. Hately.

 

Le moine Angelico travaillait dès matines
Au rêve de ses jours en gloire épanoui,
Voulant peindre la Vierge et la peindre telle, oui,
Qu’elle ne fut pas aux toiles florentines.

C’est pourquoi le prieur lors des vêpres latines
L’a vu souvent rêver dans la nef, ébloui.
Le moine Angelico travaillait dès matines
Au rêve de ses jours en gloire épanoui.

Or un soir que sonnaient les cloches argentines
Dans sa cellule on vit l’artiste évanoui ;
Sous sa robe il tenait le chef-d’oeuvre enfoui
Qu’un Ange déroba des célestes Sixtines

Pour son Frère toujours à l’oeuvre dès matines.



Émile NELLIGAN.

 

 

 

 

 

Accueil Index général Narrations Méditations Études
Auteurs Livres Pensées et extraits Thèmes