Au tombeau de Selvaggia


J’allai sur la montagne haute et bienheureuse
Où j’adorai, en la baisant, la sainte pierre ;
Et je tombai sur cette pierre, hélas !
Où la très Pure avait son front,

Et qui renferme de toute vertu la source
Depuis le jour où la dame de mon coeur désespéré,
Jadis pleine des grâces les plus fameuses,
Franchit le pas cruel de la mort.

Alors j’ai appelé Amour ainsi :
Mon Dieu si doux, fais que d’ici la mort
Vers elle m’emporte, car ci-gît mon coeur !

Mais puisque mon Seigneur ne m’a pas entendu
Je suis parti en appelant encore Selvaggia,
Et j’ai repassé l’Alpe en clamant ma douleur.



Cino da PISTOIA.


Traduit par Jean CHUZEVILLE,
dans Anthologie de la poésie italienne
des origines à nos jours
, Plon.


 

 

 

 

 

Accueil Index général Narrations Méditations Études
Auteurs Livres Pensées et extraits Thèmes