DIMITRI MÉREJKOVSKY

 

 

JÉSUS INCONNU

TRADUIT DU RUSSE PAR
M. DUMESNIL DE GRAMONT

 

 

 

L’AGE D’HOMME

1995

 

 

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Que savons-nous de Lui ?

Question déconcertante, s'agissant de la figure axiale de l'histoire humaine. Et pourtant, il faut l'admettre : hormis les témoignages sur Sa naissance et Sa mission commencée après Son baptême dans le Jourdain – soit trois années tout au plus – les faits de l'existence de l'homme Jésus demeurent inconnus.

Tout aussi énigmatique est la manière dont la Bonne Nouvelle – l'Évangile – de Son incarnation et de Sa résurrection a été consignée et transmise depuis les premiers temps de l'Église pour parvenir jusqu'à nous. Qui étaient les hommes qui ont parlé de Lui ? Comment ont-ils su ? Qui leur a relaté ?…

Telles sont les questions auxquelles Dimitri Merejkovsky s'attaque dans ce livre. Mais, malgré l'étendue immense de son érudition, le poète-théologien russe ne se limite pas à compiler une somme de tout le savoir disponible en son temps. Avec sa passion de connaître et sa liberté de chrétien, où certains verront une audace scandaleuse, il explore toute la mémoire christique de l'humanité, y compris ses apocryphes, ses naïves traditions orales, ses fables. Convaincu que " plus c'est incroyable, et plus c'est véridique ", il nous retrace, à partir des plus infimes vestiges transmis, des épisodes entiers de la vie cachée du Christ. Par la justesse de son intuition littéraire, Mérejkovsky comble avec une grâce inspirée des pans entiers de l'Évangile demeurés dans l'ombre.

Qu'est-ce donc que ce livre, Jésus inconnu ? Un apocryphe moderne ? Une provocation adressée à l'Église, qui a si jalousement préservé le corps des textes canoniques au cours des siècles pour se le voir trousser en tous sens par un théologien téméraire de notre temps ?

Non, le propos de Mérejkovsky est plus simple et plus grave à la fois. Une chose est pire, nous dit-il, que de nier le Christ : c'est de l'oublier, de le rabaisser en le banalisant et en figeant son visage. Car il est une admonestation sévère venue du fond des âges que Mérejkovsky ne s'est pas contenté de citer, mais dont il semble avoir fait la devise de son livre :

" Vous avez abandonné le vivant qui est devant vous et vous composez des fables sur les morts. "

Publié à la suite du colossal Atlantide-Europe – Le Mystère de l'Occident, Jésus inconnu est donc le poème épique de ces trente-trois années où Dieu se fit homme, époque charnière de toute l'histoire, dont le Christ constitue le noyau où tout ouvrage converge et d'où tout rayonne.

Dimitri Mérejekovsky (1865-1941), historien, poète, romancier, essayiste, critique littéraire…Sa bibliographie prendrait plusieurs pages. Déjà célèbre à Saint-Pétersbourg, il l'est resté dans l'émigration, surtout à Paris, où il s'était réfugié depuis novembre 1920, et où nombre de ses oeuvres des plus marquantes ont été publiées en russe et en français.

Accueil Index général Narrations Méditations Études
Auteurs Livres Pensées et extraits Thèmes