L’hiver

 

 

                                      À Madame VILLOT.

 

Le deuil s’étend sur la nature,

Plus de concerts sous les berceaux,

Plus de zéphirs, plus de verdure.

Plus de fleurs au bord des ruisseaux.

 

Sur les arbres de nos montagnes,

De l’aquilon mugit la voix ;

Il disperse dans les campagnes

Les dernières feuilles des bois.

 

Mais si tant de grâce succombe,

Au printemps, c’est pour reverdir ;

Ainsi du seuil de notre tombe

Notre âme au ciel va refleurir.

 

 

 

Joseph BEUF, Premières fleurs, 1860.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net