Seigneur...

 

 

Source apaisante de tout bien,

Prometteuse de ton soutien,

À laquelle chacun peut boire...

Seigneur qui ne voudrait y croire.

 

Mais la soif que je porte en moi

N’est pas de celles que la foi

Peut calmer. Promesse inutile,

Seigneur, car j’ai l’âme trop vile.

 

À solliciter mon pardon

Après un trop long abandon

Je réveillerais ta colère.

Seigneur repousse ma prière.

 

Si je n’ai pas ton amitié

Que m’importe alors ta pitié...

Comment faut-il que je l’obtienne,

Par ma souffrance ou par la tienne ?

 

 

 

E. BLANC-LAFAUGÈRE.

 

Recueilli dans Le blason des poètes, Anthologie

du Syndicat des Journalistes et Écrivains,

établie par Maurice Delorme,

Éditions de la Revue moderne, 1965.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net