Salve Regina

 

 

C’est l’heure où le vieux moine à l’âme souveraine,

           Marche au Saint-Rendez-Vous ;

C’est l’heure où l’Angélus rappelle de la plaine

           Les grands moissonneurs d’août.

 

Le monastère est sombre : un bruit de pas, à peine,

           S’élève tout à coup.

S’agrandit pour mourir dans la chapelle pleine

           De moines à genoux.

 

Cassé au dos, cachant leur bonté qui s’étale

           Dans leurs yeux abaissés,

Ces hommes sont venus en silence, à leur stalle ;

 

           Et, comme aux soirs passés,

Aimant le sanctuaire, au pied des voûtes sombres,

           Ils chantent dans les ombres.

 

 

 

Georges BOITEAU, Essor vers l’azur,

Éditions du Lévrier, 1946.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net