Sur une rose

 

 

Sur le miroir brillant d’une claire fontaine,

Une rose inclinait son carmin velouté,

Pendant que la fraîcheur de la source prochaine

Sur le bord du chemin conservait sa beauté.

 

Tous les oiseaux du ciel dans leur élan rapide

Sur la branche, près d’elle, aimaient à se percher

Et l’homme qui passait près de l’onde limpide

De ce riant tableau ne pouvait s’arracher.

 

Mais un jour, le soleil et l’aquilon stérile

Du bassin de cristal desséchèrent les eaux.

Alors le frais rosier cessant d’être fertile,

La rose se flétrit et ne vit plus d’oiseaux.

 

Ainsi le cœur de l’homme est une fraîche rose

Vivant au bord des eaux du saint et pur amour

Et qui, pour rester belle, a besoin d’une chose :

Voir l’amour, en ce cœur, croître de jour en jour.

 

Mais hélas ! quand le vent des passions l’agite,

Lorsqu’il brûle des feux d’un amour étranger,

Comme un rosier sans eau l’amour vrai se meurt vite

Et le bonheur s’enfuit comme l’oiseau léger.

 

Ô vous donc, qui voulez votre cœur plein de flamme,

Vous qui cherchez la joie et l’amour en tout lieu,

Aimez, mais que ce feu qui brûle dans votre âme,

Dans tout ce qu’il embrase, ait pour principe Dieu.

 

 

 

Émile BRAUD.

 

Paru dans Fleurs d’or en 1914.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.biblisem.net